« Un deuxième Sankara ? C’est inévitable si… », Alouna Traoré, ancien compagnon de Thomas Sankara

LEFASO.NET | Herman Frédéric BASSOLE • samedi 5 août 2017 à 22h29min

Il est le seul survivant de l’attaque du Conseil de l’entente qui a coûté la vie au président Thomas Sankara et douze de ses compagnons d’infortune, le 15 octobre 1987. Vous l’aurez deviné, il s’agit bien de Alouna Traoré. A l’occasion du 34e anniversaire de la révolution du 04 août 1983 célébré par le Comité international Mémorial Thomas Sankara, nous l’avons rencontré au CENASA lors d’une conférence publique. Dans un entretien express qu’il nous a accordé, l’homme est convaincu que « si l’on continue de se comporter comme on se comportait avant le 04 août 1983 », un deuxième Sankara renaîtra. « C’est inévitable », a-t-il prévenu.

« Un deuxième Sankara ? C’est inévitable si… », Alouna Traoré, ancien compagnon de Thomas Sankara

Votre souvenir le plus marquant de cette révolution d’août 83 ?

Il est actuel, il est de fierté. On ne pensait pas qu’on faisait si bien. En quatre ans, nous sommes portés à l’éternité. Les gens ne nous oublient pas. Tout ce qu’on a fait est positif. Les gens apprécient. Les gens dormaient, la révolution est venue les réveiller. Elles sont devenues plus exigeantes. On a mis le feu à la maison et le feu du progrès est toujours là. Quant au camarade président (Thomas Sankara, NDLR), c’était le leader le plus éclairé, le plus convaincu de nous tous parce qu’il était très contagieux, cancérigène à la limite. Quand vous rentrez, vous ressortez avec ses idées. Même quand il vous rebutait, vous étiez convaincu. Ce que je garde donc de positif, c’est la prise de conscience des gens. La révolution a amené les gens à croire en eux-mêmes, en l’effort personnel pour s’en sortir, à ne pas attendre que quelqu’un vienne nous sauver. C’est ça le virus du sous-développement.

L’impossible est devenu possible sous la révolution et il le demeure. La révolution a mis dans la tête des gens le mode opératoire, comment on peut s’en sortir. Tout est réuni pour cela. Voilà les grandes leçons que je garde de la révolution.

Et quel est le souvenir le plus triste que vous gardez de cette époque ?

Le 15 octobre. La perte de notre guide éclairé. Au bout d’un moment, je me demandais bien ce qu’il a pu faire pour mériter cela. Mais aujourd’hui, je comprends plus qu’hier pourquoi les gens ont fait ça. Ce n’est pas du passé. Ils l’ont fait et puis personne n’oublie Thomas Sankara.

Vous êtes le seul survivant de cette tuerie du 15 octobre 87, vous vous demandez sans doute ce que vous avez pu faire pour échapper aux assassins de Thomas Sankara ?

Avant, je me posais ces questions-là. Maintenant, je suis quand même un peu vieux pour cela. Cela fait trente ans et on finit forcément par se faire une habitude, par se donner une raison d’exister et d’avancer.

La révolution du 04 août 83 a 34 ans. Pouvez-vous penser à cette date sans penser à Blaise Compaoré, ex-compagnon de Thomas Sankara ?

Si on se remet à faire l’histoire, le 04 août 83 c’était l’unité, l’harmonie des sons. C’était une équipe de gagnants qui a engagé quelque chose. Maintenant, le 15 octobre c’était le début de l’enfer pour nous. Mais avec le temps, je pense qu’on a pu se refaire et je pense que le peuple a confiance en tout ce qui a été fait. La jeunesse d’aujourd’hui parle mieux de la révolution que ceux qui l’ont fait. Le but a été atteint. Je crois que nous n’étions pas là pour jouer les éternels. Y en a qui parlent peu et qui n’y croient pas, c’est la différence avec la révolution. Il ne faut pas avoir peur du peuple. Il y a des initiatives. On veut développer le caractère des gens, comme Lincoln l’a dit, mais on a peur des initiatives et de l’indépendance. Il faut responsabiliser les gens. Ce n’est parce qu’ils n’ont pas été à l’école qu’ils n’ont pas du génie.

Pensez-vous que le Burkina Faso connaitra un 2e Sankara ?

Si on continue de se comporter comme on se comportait avant le 04 août 1983, c’est inévitable. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, surtout les privilèges exagérés et les frustrations, eh bien, il y a rien à faire. C’est scientifique. Je ne suis pas un prophète de mauvais augure mais il faut faire très attention. C’est au pays de Thomas quand même. (Rires).

Propos recueillis par Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Messages

  • merci Mr Alouna Traore. Vivement qu’un autre Sankara vienne et le plus tot possible pour nous debarasser de ces cancers qui sont le faineantisme,le vol,, la corruption et le pillage generalise’ qui empechent notre pays de se developper.Prenez l’exemple du Rwanda un pays enclave’ sans ressources naturelles mais qui s’est developper a une vitesse grand V par la volonte’ de ses dirigeants..J’ai mal au coeur quand je compare mon pays a certains d’autres.Le Burkiba merite bel et bien un autre Sankara pour nous nettoyer toutes les pourritures de notre pays.

    • Le 15 Octobre a libéré le PEUPLE burkinabè du joug de la DICTATURE, d’un CRIMINEL, BARBARE, SANGUINAIRE et CRUEL qui se prétendait minablement révolutionnaire ainsi on l’appelait thomas sankara

    • Non mon frère n’ayez aucun mal en faisant cette comparaison ! Ce n’est que la vérité vraie !

    • .
      Papa, tant que vous penserez que c’est un autre qui doit venir, tant que vous ne serez pas prêt vous-même pour faire la révolution, aucune révolution ne se fera.

    • Un appel au putsch ! Car Thomas Sankara est venu au pouvoir par un pustch, un vulgaire coup d’etat militaire ! Mais les gars, c’est puni actuellement par la loi, les gars. Demandez donc à Gilbert Diendéré et à Djibril Bassolé !

      Autres temps, autres moeurs, messieurs les nostaligiques ! Nous sommes en démocratie maintenant, plus dans les ténèbres des années 1980 ou des petits capitaines de SALON font irruption dans la scène politique pour régurgiter des théories fumeuses de Lénine ou Enver Hodja, qui ont mis en arrière la Russie et l’Albanie, avec leurs progroms, violations des droits de l’homme et autre paupérisation des populations.

      Vous pouvez rêvasser toujours, messieurs les nostalgiques, car il n’est pas interdit de rêver, mais le CEDEAO veille au grain. Et la CPI aussi !

      Bonne journée.

    • Tonton vieux pere ,vous avez parfaitement raison de dire que je dois etre pret pour faire la revolution qu’au lieu de compter sur une autre personne mais, Malheureusement je n’ai pas cette possibilite’ car ne possedant ni fusil,ni char de combat en gros toutes les logistiques necessaires pour changer la situation dans notre pays seul votre contribution pour tous ces elements pourrait changer le cour des choses et, je compte beaucoup sur votre contribution . Sans rancune.

    • Ayant du respect pour les âmes des défunts. Sankara, lui au moins, a fait quelque chose d’inoubliable, pas pour el Burkina seulement, mais pour toute l’Afrique, voire pour tous les peuples dominés par l’impérialisme. Et toi, qu’à tu fait pour ton village pour qu’on parle quand tu iras aux enfers ? La puérilité nous amène souvent à nous ridiculiser surtout après avoir ingurgité du WHISKY frélaté.

    • SANKARA, DICTATEUR, d’un CRIMINEL, BARBARE, SANGUINAIRE et CRUEL qui se prétendait révolutionnaire ?
      Vous n’êtes vous-même qu’un minable promis à l’enfer.
      Nous, peuple, nous regrettons le Thom Sank ! En quatre ans, il a fait ce que d’autres n’ont pas pu faire en 27 ans. A bas les gueulards enfantins pleurnicheurs. A bas les éternels résignés qui exposent leurs testicules à l’oppresseur. A bas les ennemis du peuples.

  • Vive la révolution ! En tuant SANKARA ils ont choisi notre aliénation éternelle avec leur fameux pseudoliberté(libertinage pour mieux endormir les conscience)au détriment de la vraie émancipation ; ce qui fait que seule une lutte engagée changera notre sort ! VIVE LA REVOLUTION !!!!!!

  • Thomas Sankara tu restera toujours dans le coeur des burkinabés.

  • Alouna Traoré, le 2ème Sankara attendu est bien déjà là et c’est MOI : Hamane. Le fruit n’est pas encore bien mûr c’est pour cela que je ne suis pas presser de le cueillir. J’espère que tu as pu bien décoder mon message. A très bientôt peuple du Faso

  • TOUS CEUX QUI ONT THOMAS SANKARA DANS CES PENSEES SONT TOUTES ET TOUS DES THOMAS SANKARA VIVANT ET çA ? PERSONNE NE PEUT VOUS L ?ENLEVER

  • Un deuxième SANKARA ? Cela ne mènera nulle part autre qu’au même endroit. L’homme est une pièce unique et même héro, il l’est tout seul et ce n’est pas juste que chacun attende un deuxième Sankara qui ne viendra pas. Pour ce qui concerne la Révolution, il vaudrait mieux que tout le peuple le fasse et voici la tâche qui s’impose à ceux qui voudraient emprunter aujourd’hui la voie de la REVOLUTION (la vraie) : éduquer avec engagement les masses à combattre le capitalisme dans tous ses recoins. Ainsi, le peuple pourra compter sur lui-même et non sur une seule personne.Je suis Duc et je sais que notre système d’exploitation aura encore de beaux jours du moment que le sacrifice, le sens de l’honneur, la haine de l’impérialisme et de ses valets (MPP et alliés mêmes "sankaristes", opposition) ne sont pas assez cultivés dans la conviction des citoyens burkinabé. Il faut arriver à isoler toute la classe politique actuelle afin de développer les enseignements révolutionnaires, avec des instruments révolutionnaires et de la camaraderies révolutionnaire.

  • Thomas Sankara, vous n’êtes pas mort vous avez été tué pour faire des millions de Sankara.

  • Merci et respect à Mr Traoré... Le 15 Octobre 1987 est plutôt la naissance de Sankara mais pas sa mort Sankara n’est pas mort et ne moura jamais. Un hero ne meurt jamais.
    Il viendra ce jour où l’Afrique se reveilléra et pour celà il va faloir que l’Afrique en général et le Burkina faso en particulié crée son propre rithme de marche évité de RAS on est toujour là ptèt avn l 15 je bougeré pour waga.suivre cette voie impériale car on ne se devélopperai et serai indépendant que si nous suivons nos propres voies...l’Afrique souffre et ce sont ses fils vesté qui le poingnard.

  • Je doute fort vraiment du rôle qu’a pu jouer cet individu le jour fatidique du 15 octobre 1987. Comment se fait-il qu’il a pu être le seul à échapper à ce massacre. N’était-il pas un infiltré qui donnait les informations pour renseigner les tueurs sur les forces en présence autour de Sankara. Cet Alouna n’est pas clair. Notez bien qu’il est devenu par la suite un député pour le compte du CDP.
    J’imagine vraiment un témoin important comme lui soit laissé en vie, après le meurtre d’un président, et pas n’importe lequel, mais de l’icône de tout un continent.
    Il faut vraiment des enquêtes sérieuses pour établir le rôle qu’a pu jouer ce type dans les évènements tragiques du 15 octobre 1987.

    • Alouna Traoré n’est pas clair. C’est lui qui a dû livrer Thomas Sankara aux sanguinaires du 15 octobre 1987. Il a pactisé avec le CDP ; il a pactisé avec le Diable. C’est un traître à la cause de Thom Sank et de la Nation. Il doit répondre devant la Justice.

  • MR TRAORE ALOUNA, AVEZ-VOUS ÉTÉ CONSEILLER CDP DANS VOTRE VILLAGE EN 2012 ?
    ETES-VOUS CONSEILLER MPP AUJOURD’HUI ?
    SI OUI, VOUS AVEZ TRAHI L’IDEAL SANKARISTE ET LE 15 OCTOBRE 1987 VOUS ETIEZ A COTÉ DE SANKARA PAR PURE OPPORTUNISME ET PAR INTERETS PERSONNELS INNAVOUÉS.

  • Les bailleurs de fonds sont les enemis des peuples dans la mesure ou l argent sera capiltaliser avec des interets exhorbitants qui nous lierons notre dependance de gerations en generations. La banque mondiale une banque esclavagistes sous le controle des 8 familles de la Finance mondiale et leurs lakais. Ils nous imposent leurs dictats.

  • bien analysé et bien dit, il faut une autre révolution pour le Burkina et partant, toute
    l’Afrique !

  • Même si on aura plus un de la tramp de TS, que Dieu nous donne un semblable de Paul Kagamé ?
    On est foutu pour une décennie si Dieu ne s’y met pas en nous sortant de ce gouffre d’injustes ?
    Un patriote nationaliste comme Kagamé, même si on dit qu’il n’est pas démocrate,il fait la fierté de son pays et de tout le continent, n’en déplaise à ceux qui se disent démocrates ?

  • Ce n est plus possible a nos jours. Les gens ne badinent plus avec les privileges. Seul Sankara que je regrette peut se se sacrifier comme il l a fait. Ne nous flattons pas. Peut etre les siecles a venir. Il etais en avance sur tout meme aux changements climatiques. Ne revons pas. On ne peut incarner Sankara peut etre au theatre. Salut

  • Il n’y a qu’un régime d’exception de 5 ans au moins qui peut remettre ce pays sur les rails. Je souhaite l’arrivée d’un 2è SANKARA pour nous mater tous et nous mettre au pas.Regardez la pagaille,la corruption, l’inconscience notoire des uns et des autres, la mal-gouvernance,le pillage des ressources partout dans les différents secteurs : éducation, santé, justice, douane, finances, action sociale, sécurité, infrastructures,secteur privé...tout est pourri des dirigeants aux citoyens lambda.
    Chacun fait ce qu’il veut et il n y a rien. C’est comme si des autorités n’existent pas dans ce pays. Elles parlent mais elles sont incapables de poser des actions concrètes.La politique de THOM SANK est la seule voie pour nous sortir du sous développement. Joindre l’acte à la parole. Mater quand il le faut. Féliciter et promouvoir les meilleurs et les excellents parce qu’ils le méritent.
    De nos jours,c’est le contraire.On promeut les voleurs et les médiocres. Les meilleurs et les excellents sont ruinés.On n’est promu que par la couleur de sa carte politique. Dormons bien sur nos lauriers. Le développement à ce rythme ne sera que pure théorie de l’esprit.Il se limitera au stade de rêve pour nous.C’est tout. Point barre.

  • IL REVE CE MONSIEUR DANS CE MONDE ON DOIT SE TAIRE PAR MOMENT ET ATTENDRE AU MOMENT OPPORTUN POUR FRAPPER L ENNEMI SI LE PROCHAIN SANKARA INSULTE LES GENS ET SUIT LE PROCHAIN KADHAFI ET SE MELE DES DEALS ENTRE LA FRANCE ET LA PROCHAINE AFRQUE DU SUD ON VA L EFFACER SIMPLEMENT. SANKARA TRAVAILLE POUR LE BURKINA ET POINT BARRE

  • Un deuxième Sankara ça m’étonnerait, je ne pense même pas que cela puisse arrivée un jour celui qui est parti et il sera unique pour toute l’histoire du Burkina Faso, il était près a tout mème mourir pour ses convictions combien de personne de nos jours serait prêt pour cela mais si Mr Alouna Traore est en vie soit parce que Dieu l’ a épargné soit pour son honnêteté soit pour avoir trahis dans tous les cas c’est lui seul qui sait, mais je suis sur d’une seule chose s’il a été épargné pour trahison il a beau avoir tout l’or et diamens du monde entier il ne pourra jamais être heureux il peut semblant devant les gens , sa famille le peuple mais hélas cela le rongera jusqu’à la fin, il continuera de vivre certe mais avec sa conscience.

  • IL REVE CE MONSIEUR DANS CE MONDE ON DOIT SE TAIRE PAR MOMENT ET ATTENDRE AU MOMENT OPPORTUN POUR FRAPPER L ENNEMI SI LE PROCHAIN SANKARA INSULTE LES GENS ET SUIT LE PROCHAIN KADHAFI ET SE MELE DES DEALS ENTRE LA FRANCE ET LA PROCHAINE AFRQUE DU SUD ON VA L EFFACER SIMPLEMENT. SANKARA TRAVAILLE POUR LE BURKINA ET POINT BARRE

  • Qu’a t’il encore à dire ce cher Alouna ? Lui qui connaît les meurtriers de Sankara et tait leurs noms. Que les médias en ligne nous donnent des infos comestibles. Pas des Alounades périmées et réchauffées.

    Sankara a déjà montré le chemin. Nul besoin d’un second Sankara. Que ceux qui veulent avancer marchent !

  • bref !...un deuxième sankara va subir une deuxième rectification et ainsi de suite. instruisons nous, ayons tous une idée claire sur ce qu’est le développement enfin votons en masse et en conséquence.

    • tout à fait vrai.on a pas besoin de deuxième sankara pour se construire car il nous a dejà donné les clés.il nous reste justement l’ouverture.que Dieu aide notre BURKINA.

  • Unlivre sorti en France qui place Sankara parmi les cents personnalités qui ont changé la face du mode, le petit intellectuel du salon nous dit:Thomas Sankara était un dictateur. On lui dit mais il a vacciné plus de 2 millions d’enfants .il vous dira mais c’est pas ce que son maître lui a dit, car ce n’était pas démocratique. En 4 ans on a atteint l’auto suffisance alimentaire. L’aliéné rétorque Oui et la démocratie dans tout ça. ?
    Mon cher on sait ce que la démocratie veut dire pour vous. piller les ressources du pays pour ensuite acheter les voix.
    La patrie ou la mort nous vaincrons.
    Anka

  • J’étais dans un maquis à Libreville la semaine passée et un débat entre opposition et pouvoir s’est transformée en un étalage des succès de sankara. J’étais très fier de savoir qûl ait cette réputation mondiale.

  • En réponse à un deuxième Sankara
    Oui c’est possible seulement il vivra six mois au plus. Par ce que notre generation
    À très bien apprie la leçon sur nos aîné en 27 ans ,à savoir : lacquisition du beur
    Sans travailler la paraisse ,la réussite à travers la corruption, Les détournement et j’en passe.
    Alors le second Sankara ne vivra pas longtemps connaissant les valeurs que celui-ci partageait . en 24h on aurait finis avec lui .notre société ne veu plu des hommes comme lui. Excusé moi pour les larmes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés