Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

vendredi 14 avril 2017 à 11h00min

Le dimanche 9 avril 2017 les Burkinabè de France se sont réunis dans la salle de conférence de l’ambassade de Paris pour discuter de l’avant-projet de constitution. Cette réunion, initialement convoquée à 14heures, a débuté à 14h33 mn.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

L’ordre du jour adopté a été le suivant :

1) Mise en place d’un Comité chargé de la synthèse des contributions et d’un bureau Directoire des Débats
2) Recueil-débat des propositions d’amendements du projet constitutionnel
3) Questions diverses

1) Mise en place d’un Comité chargé de la synthèse des contributions et d’un bureau Directoire des Débats
Après quelques échanges sur le profil du Comité chargé de la synthèse des contributions, les participants ont voulu qu’il soit le plus consensuel possible et qu’il soit représentatif de toutes les sensibilités des Burkinabé de France. Il est composé comme suit :

Représentant des associations Burkinabé de France : Paul TAMINI
Représentant du Conseil Supérieur des Burkinabé de l’Etranger (CSBE France) : Sibiri NABALOUM
Représentant des partis politiques d’opposition burkinabé présents en France  : Abdoulatif GUIRA
Représentant des partis politiques de la majorité présidentielle présents en France  : Moussa OUEDRAOGO
Représentant des organisations de défense des droits humains et de la défense de la démocratie au Burkina Faso : Didier OUEDRAOGO
Représentant du Comité d’Initiative de France : Dori SIDIBE
Personnes ressources : Delphine COMPAORE, Adama COULIBALY, Kimdaogo KINDA

Le Directoire des Débats désigné est le suivant :
Coordonnateur  : Dori SIDIBE
Rapporteur  : Delphine COMPAORE
Secrétaire  : Paul TAMINI

La mission confiée au Comité chargé de la synthèse des contributions est la suivante :

1. Recueillir, synthétiser les différents amendements des burkinabé de France
2. Soumettre les travaux de synthèse, pour appréciation, à l’assemblée générale des burkinabé de France qui se tiendra dimanche 23 avril 2017 à partir de 14heures dans la salle de conférence de l’ambassade
3. Remettre la version finale des amendements à l’ambassadeur du Burkina Faso à Paris qui se chargera de les transmettre à la Commission Nationale.

Cette mission sera terminée dès que le document final aura été transmis à l’ambassadeur du Burkina Faso à Paris.

2) Recueil-débat des propositions d’amendements du projet constitutionnel

Après que les participants se soient accordés sur la procédure de travail, la parole a été donnée à tous ceux qui l’ont souhaité pour qu’ils soumettent leurs amendements sur l’avant-projet de constitution. Le Directoire des Débats a pris soin de noter tous les amendements. Le travail de recueil se poursuit jusqu’au samedi 22 avril 2017.
Tout burkinabé de France, toute structure associative burkinabé de France, tout parti politique représenté en France, qui a un quelconque amendement à porter sur l’avant-projet de constitution, peut l’envoyer à l’adresse mail suivante : uabfrance@yahoo.fr (ci-joint le document : 50 pages).

Le Directoire des Débats se charge de faire une synthèse de toutes les propositions d’amendement, comme convenu, et les soumettre à l’appréciation collective dimanche 23 avril 2017 à 14 heures.

3) Questions diverses

Pour prononcer le mot de la fin, la parole a été donnée à Moussa KONATE, Président de l’Union des Associations Burkinabé de France(UABF), initiatrice de la réunion. Il a remercié tous les participants pour s’être déplacés et a salué le sérieux et l’esprit fraternel qui ont prévalu tout au long de la réunion.

C’est à 18h30 que la réunion s’est terminée. Rendez-vous est pris pour le dimanche 23 avril 2017 à 14heures.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 avril à 15:50, par RAMDE R
    En réponse à : Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

    La diaspora ne doit pas participer aux élections. Ce n’est pas dans l’intérêt du Burkina et des Burkinabè de l’intérieur. Pourquoi ? Parce que :
    - Il y a trop de Burkinabè à l’extérieur (5 millions en Côte d’Ivoire, 2 millions au Ghana, 1 million au Mali et au Niger, etc...)
    - L’organisation sera très lourde et sera une charge financière énorme pour le pays. A moins de mendier encore de l’argent à gauche et à droite pour pouvoir financer nos élections. Mais comme nous sommes des hommes intègres nous devons arrêter de mendier et compter sur nous mêmes. Si nous ne sommes pas capables de le faire nous devons vendre le pays dans une loterie internationale. Ceux qui financent nos élections estimeront qu’ils auront leur mot à dire sur la gestion de notre pays. Donc, il ne faut pas accepter leur aide et les insulter après. Il ne faudra pas crier à l’impérialisme et à l’ingérence dans nos affaires intérieures.
    Une autre solution serait que la diaspo finance les élections de l’extérieur. Il faudra payer par exemple 100 euros pour voter.
    - Vu leur nombre, leur vote pourrait être déterminant pour le choix du président. Alors que ce sont des gens, qui pour la plupart, ne connaissent pas bien le Burkina et les problèmes des Burkinabè. Toute personne ayant quitté son pays est déconnectée au bout de cinq ans.
    Je suis un Burkinabè de l’extérieur vivant en France depuis de nombreuses années.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 18:11, par Cheikh
    En réponse à : Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

    En tout cas sacré "RAMDE R", je ne sais pas si tu existes vraiment, mais bien de gens t’en diront plus que "Lui meme". Quant à moi j’encourage cette diaspora disciplinée pour le travail effectué. Tant qu’on est de bonne foi pour aider la nation à avancer, rien ne sert de s’abstenir pour une raison ou une autre. Comme on le dit, même si le temps presse et que toutes les conditions ne sont pas remplies, faisons avec ce qu’on a et du mieux qu’on peut. Ce n’est qu’un départ, nul n’est parfait, et peut-être qu’avec ce départ, tout suivra par la suite. Bravo à vous, et que Dieu vous bénisse !

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril à 20:16, par Cequejenpense
    En réponse à : Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

    Aujourd’hui avec les technologies de l’information il n’y avait aucune necessite de dilapider l’argent public dans les tournees que je qualifierai de "touristiques" dans le monde pour recueillir les avis et contributions des burkinabes de l’exterieur. On a beau parle, nos dirigeants sont tetus. Mais ils nous chantent toujours "y a pas d’argent".

    Combien de Burkinabe ferait le deplacement pour rencontrer nos "touristes constitutionnalistes" ? Tres peu. Surtout en Europe, Amerique et Asie. On connait la realite de ces regions du monde.
    Seuls quelques delegues repondront a l’appel ainsi que ceux habitants a proximite de l’ambassade.
    Pour ces pays developpe, la meilleure solution permettant une participation du maximum de citoyens de la diaspora aurait ete d’organiser en visio-conference sur le net. Les gens donneraient leurs appreciations etant chez eux a la maison...
    Maintenant que vous avez insiste pour y aller, quand bien meme qu’on sait la plus part des contributions, aussi bonnes soient-elles, ne seront pas prise en compte, permettez leur de voter aussi pour le referendum.

    Répondre à ce message

  • Le 15 avril à 20:01, par Skype
    En réponse à : Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

    Cequejenpense tu vas organiser tes visioconférences sans déplacer les burkinbè résidant à l’étranger. Tu veux le faire par Skype ou quoi ou penses - tu tous les burkinabè ont la visioconférence à la maison ? vraiment quoi

    Répondre à ce message

  • Le 18 avril à 06:51, par Ka
    En réponse à : Avant-projet de la Constitution du Burkina Faso : Les Burkinabè de France s’impliquent

    C’est une bonne chose que la diaspora s’en mêle pour que la nouvelle constitution de la Ve république ne soit pas à la mesure d’un PAN, mais de ce qui va pour le peuple. Des personnes comme Paul Tamini a Paris, sont des personnes qui ont des expériences des lois qui sont les avocats du peuple et le protège. Paul Tamini que J’ai connu, meneur parmi les meneurs, révolutionnaire parmi les révolutionnaires, idéologue parmi les idéologues de la maison des étudiants Burkinabé a Fessart de Paris, seront des personnes qui peuvent nous avertir des anomalies de la rédaction provisoire du futé Halidou Ouédraogo, qui ne voit que les intérêts de son protégé Salif Diallo dans cette constitution de la Ve république. Le seul garant de cette-Constitution a venir, c’est le Peuple uni dans les valeurs quelle représente, et la diaspora avec des personnes avertis comme Paul Tamani et autres, font parti du peuple Burkinabé. Avec le peuple a l’intérieur et sa diaspora a l’extérieure, tous unis, c’est la démocratie pure et parfaite, sans tricherie, ni manipulation, pour écrire une constitution qui va pour le peuple Burkinabé, et non une constitution à la mesure d’un individu qui veut diviser, et duper le peuple éternellement depuis plus de 30 ans.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés