Innovation for Poverty Action : Résultats d’une étude sur l’impact de la gratuité de l’enseignement secondaire au Ghana.

mardi 11 avril 2017 à 20h00min

L’ONG Innovation for Poverty Action (IPA) a organisé ce lundi 10 avril 2017 à Ouagadougou une conférence sur les résultats d’une étude expérimentale portant sur l’impact de la gratuité des études secondaires au Ghana. Cette étude a été réalisée par Esther Duplo de l’université MIT, Pascaline Dupas de celui de Stanford et Michael Kremer d’Harvard. L’étude a pour objectif de vérifier l’efficacité de la gratuité de l’enseignement secondaire.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Innovation for Poverty Action : Résultats d’une étude sur l’impact de la gratuité de l’enseignement secondaire au Ghana.

La multiplicité et la diversité des secteurs prioritaires font partie des caractéristiques des pays africains dans leur quête du développement. Si la santé des populations retient beaucoup plus d’attention des dirigeants, l’éducation, l’emploi, ou la sécurité ne sont pas en reste. Face à cette multiciplité des secteurs prioritaires se pose le problème de rareté de ressources, d’où la nécessité d’investissements judicieux.

La gratuité de l’enseignement de base a eu pour effet bénéfique l’augmentation du taux de scolarisation. On pourrait alors se demander si le prolongement de cette gratuité au niveau secondaire pourrait également augmenter les taux à ce niveau ? Au regard des coûts que cela pourrait représenter sur les budgets des Etats africains, on devrait s’assurer d’abord de l’efficacité d’une telle politique. Esther Duplo de l’université de MIT, Pascaline Dupas de l’université de Stanford et Michael Kramer de celui d’Harvard ont entrepris de mener une étude sur l’impact de la gratuité de l’enseignement secondaire au Ghana. Ce lundi 10 avril 2017, Pascaline Dupas a présenté les résultats de leur étude à de l’Institut Supérieur des Sciences de la Population de Ouagadougou.

JPEG - 72.2 ko
Pascaline Dupas conclut en disant que si une telle politique devrait être mis en œuvre, il serait plus judicieux de prioriser les filles au regard des importants impacts sur elles

Pascaline Dupas laissé savoir que cette étude a débuté il y’a neuf ans et elle consistait à donner des bourses d’études secondaires à ceux qui n’avaient pas les moyens pour poursuivre les études secondaires. Ils ont alors comparé les trajectoires de ces étudiants à d’autres étudiants qui n’avaient pas reçu de bourse. Sur 2064 étudiants de zone rural au Ghana ayant obtenu au le BEPC en juin 2008, 682 ont reçu de manière aléatoire une bourse de 4 ans. Au regard des résultats, elle a affirmé que la bourse a eu un effet important sur le taux de scolarisation des étudiants. En effet, selon elle, la bourse a augmenté de 30% la probabilité de compléter le cycle du lycée. Egalement, cela a retardé l’âge d’accouchement et de mariage chez les filles.

Sur le marché du travail, ceux ayant eu la bourse ont plus de chance d’avoir un travail même si l’écart avec ceux n’ayant pas bénéficié de la bourse est encore très faible. Elle note que le contexte ghanéen est assez proche de celui burkinabè au regard de la similarité des cursus, des coûts et des taux de scolarisation. Elle a conclu en disant que si une telle politique devrait être mise en œuvre, il serait plus judicieux de prioriser les filles au regard des importants impacts sur elles.

JPEG - 87.7 ko
Pour Jean François Kobiane cette étude à bien d’égards peut être appliquée au Burkina Faso

Pour le Directeur de l’Institut Supérieur Sciences de la Population (ISSP) Jean François Kobiané, cette étude à bien des égards peut être appliquée au Burkina Faso, mais avec des implications énormes comme ceux des coûts. Il a poursuivi en laissant entendre que cette plateforme est une opportunité à saisir pour capitaliser les expériences et la réaliser au Burkina.

JPEG - 76.4 ko
Nicolo Tamaselli Directeur pays d’IPA Burkina cette conférence vise à faire connaitre les résultats de cette étude qui pose des questions sur d’importants problèmes de la société

Nicolo Tamaselli, Directeur pays d’IPA Burkina, affirme que cette conférence vise à faire connaitre les résultats de l’étude qui pose des questions sur d’importants problèmes de la société. Il a confié que l’objectif de (IPA) est de faire connaitre de manière scientifique et rigoureuse les retombées des programmes de développement sur les populations. Autrement dit pour eux, l’objectif ne s’arrête pas à savoir par exemple si un hôpital a été construit, mais surtout de savoir si la construction de l’hôpital a amélioré les conditions de santé des populations.

Youmali Koanari
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés