Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Musique : Hugo Boss, ce jeune qui révolutionne le rap burkinabè

Accueil > Actualités > Portraits • LEFASO.NET | Herman Frédéric BASSOLE • jeudi 9 février 2017 à 00h02min
Musique : Hugo Boss, ce jeune qui révolutionne le rap burkinabè

Il est jeune et il a du talent. Sur les réseaux sociaux tout comme dans la vie réelle, il ne passe pas inaperçu avec son look à la French Montana. Hugues Kévin Gouba alias Hugo Boss, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est un jeune élève qui donne un nouvel élan depuis quelques mois au rap burkinabè avec des paroles qui, comme dirait l’autre, font rêver les jeunes. Membre du groupe Last Kings 226 (Les derniers rois) dans lequel il évolue en synchro avec sa carrière solo, Hugo Boss est l’auteur des hits comme « Attak soviétik » ou « Boss Life » dont la sortie est attendue en ce mois de février. Découverte.

« La musique et les études ne font pas bon ménage », a-t-on coutume d’entendre de la bouche de parents qui veulent éviter à leurs enfants un quelconque échec dans la vie. Ce ne fut pas le cas pour le jeune Hugues Gouba qui a eu très tôt le soutien de ses géniteurs. Certes, la musique, d’accord, mais les études d’abord. A 19 ans, il est en classe de Terminale A au Lycée Bogodogo et à l’en croire tout se passe bien jusque-là.

Comme tout artiste en herbe, Hugo Boss avait des repères, des modèles dans la musique : Smarty, l’esthète de la rime et ex-membre du groupe Yeleen, Greg Burkimbila et le légendaire Tupac Shakur. Très vite, avec quelques amis, ils décidèrent de former un groupe : Last Kings 226, Les derniers rois. « Un roi, ce n’est pas forcément celui qui vit dans un palace. Un roi, c’est un visionnaire, un battant qui sait ce qu’il veut et qui se relève toujours après chaque échec », explique Hugo Boss.

En interprétant « Don’t Panic » du rappeur américain French Montana, la formation ne s’attendait pas à ce que la mayonnaise prenne. C’est suite à ce succès, qu’ils décidèrent d’écrire des textes et de faire des compositions propres à leur style. Ainsi fut composée la chanson « Tu dis koi », un son produit par la maison DC Factory. C’est cet œuvre qui a propulsé le groupe au-devant de la scène musicale. Et depuis lors, les hits n’ont fait que s’enchainer : « Tu peux pas nous tester », « Leçon de vie », « Déchainez », « C’est pas la peine », etc. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Député Goula Odagou : « Au Burkina, les partis politiques (…) sont l’incarnation des desiderata d’un seul individu »
Portrait : Ousmane Zerbo, l’homme qui a décidé d’assainir Dédougou
Lassina Gondé : « Le sport a fait de moi un homme politique »
Désiré Traoré, Député de l’UNIR/PS : La politique comme l’expression de l’engagement citoyen
Jean-Luc Bambara : L’art de la case maternelle, aux quatre coins du monde
Sécurité routière : Ousmane Sawadogo, un modèle d’engagement citoyen
Virginie De Clercq née Coulibaly, une géante dans l’agro-alimentaire à Toussiana
Fatoumata Alice Riouall/Diallo : De marchande ambulante à chef d’entreprise, le parcours d’une battante
École primaire de Zinka dans le Noumbiel : 100 % de succès au CEP pour la neuvième année consécutive
Entrepreneuriat numérique : Madi Kabré, l’homme qui se cache derrière le site MPCash
Christiane Coulibaly, PDG « Tensya Guampri » à Toussiana : Une amazone dans la transformation de la mangue
Eugénie Maïga, première femme agrégée d’économie d’Afrique de l’Ouest
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés