Ministère des Infrastructures : « Des proches du ministre ont détourné plus de 200 millions d’un projet », M’Bi Yaméogo, SG du Syndicat

LEFASO.NET | Par Oumar OUEDRAOGO • vendredi 17 février 2017 à 00h03min

Le climat de travail semble ne plus être à la sérénité au ministère des Infrastructures. C’est le constat qui se dégage depuis la semaine passée avec les mouvements des agents regroupés au sein du Syndicat des travailleurs des travaux publics, du bâtiment, de l’hydraulique et assimilés du ministère des infrastructures (SYTTPBHA-MI). Outre la satisfaction de sa plateforme revendicative, le syndicat s’insurge contre des « détournements », et ce qu’il appelle « la politisation du département » et « le mépris » du ministre vis-à-vis des travailleurs. Pour en savoir davantage sur la situation, nous avons rencontré le premier responsable du syndicat de ce ministère, M’Bi Yaméogo. Dans cet entretien qu’il nous a accordé dans la matinée de jeudi, 16 février 2017, le secrétaire général du SYTTPBHA-MI laisse entrevoir qu’il n’est pas satisfait de la conduite des affaires au département en charge des infrastructures.

Ministère des Infrastructures : « Des proches du ministre ont détourné plus de 200 millions d’un projet », M’Bi Yaméogo, SG du Syndicat

Lefaso.net : Pouvez- vous revenir sur les principaux points de revendication du syndicat ?

M’Bi Yaméogo : Au niveau du syndicat, nous avons deux types de revendications. Il s’agit, dans un premier temps, des revendications liées aux conditions de vie et de travail des agents et, dans le deuxième temps, des problèmes de gestion que nous rencontrons au niveau du ministère. Pour le premier point, nous avons exigé la réorganisation du ministère qui doit permettre aux travailleurs d’être efficaces et d’atteindre les objectifs qui sont fixés. Nous avons également demandé, dans ce point, la mise en place d’un système de motivation des agents (ce système est d’ailleurs mentionné dans un protocole d’accord que nous avons signé avec le gouvernement depuis le 27 juin 2011).

Aussi, notre lutte, c’est de demander la mise en œuvre effective de ce protocole. Dans cet accord, il y a l’institution d’une prime de performance, d’une indemnité de risques mais également d’autres questions relatives à la carrière même des agents, comme le reclassement des ingénieurs, l’engagement des contractuels licenciés, les nominations, la viabilisation de nos directions provinciales. Outre cela, nous avons notre plateforme qui a été déposée au ministère depuis janvier 2016 et jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de suite favorable et nous continuons de demander un examen sérieux de cette plateforme des travailleurs.

Il y a également la question de la politisation de l’administration, parce que nous avons constaté qu’on a eu à nommer des cadres de catégorie B pour diriger des cadres de catégorie A ; ce qui est inadmissible dans la fonction publique. De même, des responsables qui ont détourné des Fonds destinés à la formation des jeunes et des femmes au niveau de l’école (l’Ecole de Formation et de Perfectionnement des Travaux Publics) sont actuellement des plus proches collaborateurs du ministre, que nous avons dénoncés et nous estimons que tout cela n’est que le fruit de la politisation de l’administration.

Nous avons signifié cela au ministre, qui a promis travailler à la dépolitisation. Il y a même une cellule MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, ndlr) qui a été installée au ministère et le ministre a promis parler à cette structure afin que ses activités ne se mêlent pas aux activités du ministère mais jusqu’à présent, nous constatons tout à fait le contraire.

Lorsque vous dites que les activités politiques se mêlent à celles du ministère, y-a-t-il des faits palpables qui vous permettent d’affirmer cela ?

Ces faits ne manquent pas. Au niveau de la relecture des organigrammes, nous avions constaté que les dirigeants de la cellule MPP sont en train de travailler à ce qu’on ne puisse pas arriver à un consensus. Alors que le ministre a affirmé que, c’est ce qui est consensuel qui sera mis en œuvre. Puisqu’ils (militants MPP) tiennent les réunions (le syndicat a des militants dans cette cellule, ce n’est pas interdit) mais, quand les activités politiques veulent s’imbriquer aux activités de fonctionnement du ministère, nous disons non.

Il y a donc ce cas des organigrammes où la cellule MPP s’est prononcée contre la relecture alors que nous sommes dans un blocage (ils ont même publié cela sur leur page Facebook et autres canaux de réseaux sociaux, ils tiennent des réunions où nos militants membres de la cellule y sont allés pour protester contre l’organisation actuelle du ministère mais ils n’ont pas été écoutés). Véritablement, il faut une dépolitisation, sinon il sera difficile pour nous d’avancer.

Que reprochez-vous à l’organigramme ?

L’organisation actuelle du ministère ne permet pas d’atteindre de manière efficace des résultats. A titre d’exemple, les travaux qui sont lancés et qui se déroulent dans les provinces, les régions, on demande à des directions qui sont à Ouagadougou d’aller faire le contrôle pendant que les directions provinciales et régionales ne sont pas associées.

Ce qui pose un problème de l’efficacité non seulement, mais également de coût ; parce qu’un agent qui quitte au niveau de la direction générale à Ouagadougou pour aller en provinces pour contrôler le travail coûte 27 000 à 30000 FCFA par jour. Alors que l’agent qui est sur place au niveau de la direction provinciale ou régionale ne coûte que 9000 FCFA. Ce qui empiète donc sur l’efficacité et créé des frustrations pour les agents qui sont en ces lieux de travaux et qui se voient mis à l’écart. Nous avons donc demandé que cela soit recadré. C’est l’un des premiers éléments de l’inefficacité au niveau de l’organisation du ministère.

Le deuxième élément de cette organisation est qu’actuellement, au ministère, tout le monde fait la même chose (quand on dit contrôle des travaux, vous verrez que toutes les directions le font). Ce qui veut dire qu’en cas de problème sur le terrain, la responsabilité ne peut être située, puisque personne n’est responsable de ce qui se fait sur le terrain. Nous avons donc demandé à ce niveau également de séparer les rôles, responsabiliser les gens ; de sorte qu’en cas de problème, les responsabilités puissent être situées et, le cas échéant, la sanction soit appliquée.

Un autre élément de l’organisation est que, quand on a créé le nouvel organigramme, il a érigé une direction générale des études et du contrôle des travaux et là, non seulement personne n’a été associée (pas dans un processus participatif) mais à la fin, ils ont décidé mécaniquement de détacher tous ceux qui étaient dans les directions des études pour venir former cette direction générale des études…

C’est dire que sur le plan technique, ça ne veut absolument rien dire parce qu’il n’y a pas des gens qui sont formés pour faire exclusivement des études et des agents formés exclusivement pour faire le contrôle. Cela a créé une confusion, si fait qu’actuellement, personne ne sait en réalité ce qu’elle fait au niveau du ministère et nous sommes en ce moment dans une situation de blocage. La semaine passée, la direction générale des pistes rurales (tous les agents) a adressé une lettre au ministre pour dire qu’elle ferme ses portes ; parce qu’ils (les agents) ne peuvent plus travailler dans cette confusion. Si rien n’est fait, les autres directions vont emboîter les mêmes pas et tout le monde va venir s’asseoir au ministère et laisser le ministre et le secrétaire général faire le travail.

A vous écouter, le problème se situe au niveau du ministre et des proches collaborateurs !

Absolument ! Le ministre et son équipe mais, principalement, nous mettons tout sur le ministre parce que c’est lui le commandant du navire. Si au niveau de l’équipe, il y a des gens qui perturbent le travail, il doit être à mesure de procéder au réaménagent nécessaire pour permettre d’atteindre les objectifs. S’il ne le fait pas, nous le tenons simplement pour responsable de la situation parce que nous avons plusieurs fois attiré son attention sur certains de ses collaborateurs, qui ne lui sont pas fidèles et qui ne travaillent pas à ce qu’il y ait une cohésion et une atmosphère de travail propice au ministère.

Même ceux dont je parlais, qui ont détourné des fonds et qui font partie de ses actuels collaborateurs, on a attiré son attention sur eux, en lui disant qu’il se rendait complice d’une manière ou d’une autre de leurs gestions. Depuis mars 2016, rien n’a été fait, si fait que nous doutons même de sa sincérité et de son impartialité dans cette histoire.

Vous parliez de fonds de motivation, de système de performance contenus dans un accord signé depuis 2011. Au regard de la période dite « charnière », n’aurait-il pas été plus judicieux de lever un peu le pied sur ce genre de revendications … !

C’est vrai, ça peut donner effectivement l’impression que le protocole d’accord qui a été signé depuis juin 2011, que ce soit maintenant que nous sommes sortis pour revendiquer sa mise en œuvre. Mais le problème ne se pose pas ainsi, parce qu’après la signature dudit protocole, certains points ont été satisfaits ; il y avait par exemple les indemnités de logement et de risques qui ont été octroyés aux agents et un certain nombre de points également. Etant aussi des citoyens de ce pays, on sait que tous les points du protocole ne peuvent pas être satisfaits en un seul jour ; c’est pourquoi après ces quelques points de satisfaction, nous avons levé le pied mais nous étions toujours-là, à attirer l’attention de l’autorité.

Pour dire que nous n’avons jamais baissé la garde (pendant la transition, nous sommes revenus sur la mise en œuvre du protocole d’accord qui a été l’un de nos combats et nous continuons toujours avec le même combat). Mais, nous disons simplement que l’application d’un accord par les responsables ne doit pas être faite que lorsque les agents se lèvent pour manifester pour sa mise en œuvre. C’est de leur responsabilité de mettre en œuvre l’accord que, eux-mêmes, ont librement signé.

C’est pour vous rassurer donc que depuis 2011, nous sommes dans la lutte et même qu’en 2012, nous avons obtenu la réintégration d’une partie des contractuels (sus-évoqués). La transition avait aussi pris un certain nombre d’engagements qui n’ont pas été respectés mais la lutte se poursuit. C’est donc une suite logique. Nous avons été hier, aujourd’hui nous sommes et demain, nous serons toujours-là, si ce n’est pas mis en œuvre. C’est donc un processus continu et nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout.

Vous êtes déterminés…mais, quels sont les points sur lesquels vous êtes intransigeants ?

Pour nous, il n’y a pas de petit point ; tous les problèmes soulevés sont des préoccupations que vivent les travailleurs et nous ne pouvons pas, à l’heure actuelle, hiérarchiser, les problèmes soulevés. Dans tous les cas, en fonction des actions concrètes qui seront engagées sur le terrain, nous ferons l’analyse et nous aviserons. Mais, pour le moment, nous ne pouvons pas dire que si on fait ceci ou cela, notre mouvement s’arrêtera. Nous attendons de voir et c’est à eux de poser les actes concrets et nous analyserons pour toute suite à donner.

Mais, dans tous les cas, la lutte est permanente parce que rien n’est définitivement acquis. Un autre aspect de la lutte concerne la gestion au sein du ministère. C’est par exemple le cas de l’école de formation où deux individus ont détourné plus de 200 millions de FCFA d’un projet qui était destiné à former des jeunes et des femmes et ce sont ces mêmes gens qui sont les collaborateurs proches du ministre. Nous avons dénoncé cela. Et nous parlons de « détournement » parce que, c’est le mot prononcé par la BAD (Banque africaine de développement) qui finançait le projet.

La Banque, en constatant le détournement, a mis fin au projet alors qu’il était exécuté à un certain pourcentage. Rien n’est fait pour que la BAD reconsidère ses financements afin que ces jeunes et ces femmes qui attendent sur le terrain puissent bénéficier de ces formations pour être utiles à eux-mêmes et à la nation. Mais, cela a été dénoncé, les audits sont-là, les inspecteurs sont venus, ont conduit toutes les enquêtes qui ont révélé cela mais rien n’est fait. Le ministre avait pourtant promis que lorsque les résultats des audits seront-là, il allait prendre ses responsabilités.

Les résultats des audits sont-là, tout est clair mais hélas ! La question que nous nous posons maintenant est de savoir si lui-même, il n’est pas mêlé, d’une manière ou d’une autre, à ces détournements. Le deuxième point du volet relatif à la gestion, ce sont les lancements des travaux que le ministre est en train de faire par-ci, par-là…

Qu’y-a-t-il au niveau des lancements des travaux ?

Je tiens à préciser que dans les contrats (avec les entreprises), il n’y a aucune ligne budgétaire prévue à cet effet (aux lancements). Donc, toutes sommes engagées dans les lancements sont considérées comme purement et simplement un détournement. Quand vous prenez l’exemple du lancement de la route Kongoussi-Djibo, il a coûté 33 millions. Et cette somme, c’est de l’argent que les entreprises ont versé au niveau du cabinet (du ministre) à la DAF (direction des affaires administratives et financières).

Et même si on concédait qu’il y avait une ligne ‘’lancement’’ dans les contrats avec les entreprises, nous avons identifié dans les détails de ces dépenses qu’on a payé des frais de mission et des prises en charge du ministre (qui était en séjour à l’étranger) à plus de cinq millions de FCFA. On a vu que par exemple, dans le cadre du lancement de la route Didyr-Tougan-Toma, que des députés à l’image de Abdoulaye Mossé et le ministre Dieudonné Bonanet ont reçu respectivement la somme de 1 000 000 FCFA et 1 400 000 FCFA pour la mobilisation populaire.

En plus de cela, il y a une autre ligne mobilisation populaire de plus de 2 000 000 FCFA. Voyez-vous, on a l’argent pour financer des individus et des associations à titre personnel (vous pouvez consulter la liste de tous ceux qui en ont bénéficié) et pendant ce temps, depuis 2016, des agents attendent leurs frais de mission (il y a même des frais de mission de 2014 qui ne sont toujours pas payés). Nous estimons simplement que c’est un détournement parce que, des frais de lancement ne peuvent pas servir à réparer des serrures et des tiroirs au cabinet, à mettre des climatiseurs au niveau du cabinet et à financer des demandes de soutien à hauteur de millions…

Le Premier ministre a été clair en disant que tout responsable qui se fera prendre de pratiques de mauvaise gestion ou de détournements assumera ses actes (qu’il allait prendre ses responsabilités dans ce sens). Nous pensons que les éléments sont actuellement réunis pour qu’il puisse donner sa position. Parce que, pour nous, si rien n’est fait, ça veut dire qu’au Burkina, plus rien n’est interdit et nous allons tirer les conséquences qui en découlent.

Quelle est la situation aujourd’hui, après l’enclenchement des mouvements la semaine dernière ? Le dialogue est-il établi ou c’est toujours le statu quo ?

C’est le jeudi 9 février que nous avons commencé le sit-in et le vendredi 10 février, le ministre nous a adressés une correspondance pour demander à nous rencontrer le lundi (13 février) à 12 heures. Effectivement, le lundi, nous étions à son cabinet à l’heure et c’est-là qu’on s’est rendu compte qu’il n’est pas là. On nous apprend donc qu’il était à Zorgho et qu’il devait rentrer à 17 heures. C’est la preuve, en réalité, que nos préoccupations ne l’intéressent pas, c’est le dernier de ses soucis.

Vous n’aviez pas été prévenus qu’il sera absent ?

Nous n’avons jamais été prévenus qu’il sera absent. C’est non seulement un manque de respect et de considération à l’égard du syndicat mais également vis-à-vis du personnel du ministère qui est en train de se battre pour que tout aille. Pire, le mardi, 14 février, pendant que les agents se sont retrouvés au ministère pour encore le sit-in, il s’est envolé pour aller à Koupèla avec le Premier ministre pour le lancement du tronçon Koupèla-Gounghin (et je le précise, un lancement dont le financement est assuré par de l’argent détourné). C’est la preuve que nous n’avons plus le choix, on nous impose la lutte ; toutes les portes étant fermées.

Et pendant qu’il était au lancement à Koupèla, il fait croire aux journalistes qu’il y a un dialogue qui est engagé entre lui et le personnel. Ce qui n’est pas vrai. Depuis que nous avons commencé notre mouvement, nous n’avons jamais rencontré le ministre, nous n’avons jamais rencontré une autorité quelconque du ministère. Ils ne veulent pas de dialogue et nous les tiendrons pour responsables de l’évolution de la situation.

Que souhaiterez-vous ajouter comme message à la fin de nos questions ?

C’est à l’endroit de tout le monde et ce, pour dire que c’est vrai, nous avons des problèmes liés à notre travail mais, il y a des problèmes également que nous avons soulevés à l’image des questions de la transparence dans les marchés publics, du problème de gestion, qui ne sont pas propres au ministère des infrastructures. Nous avons posé le problème et nous allons demander à toutes les bonnes volontés de rester en veille pour permettre à notre pays de sortir de cette gestion gabégique des ressources ; parce que, nous avons l’impression qu’on n’a rien, rien appris de l’insurrection populaire.

Et quand vous regardez, rien que ce qui s’est passé autour des lancements des travaux au sein de notre ministère, on a été ahuri de constater qu’au sortir d’une insurrection populaire, les gens aient toujours ce courage de continuer dans de telles pratiques. C’est vraiment regrettable que nous soyons-là. Mais, nous disons en fait que l’exemple doit venir d’en haut ; parce que, lorsque vous voyez des ministres, des directeurs, des DAF …. se comporter ainsi, c’est parce qu’ils savent qu’ils sont protégés.

C’est pourquoi, nous demandons aux plus hautes autorités du Burkina, de tenir compte de leur engagement vis-à-vis du peuple lorsqu’elles venaient au pouvoir. Cet engagement, c’est le changement, la rupture avec le régime déchu, le meilleur pour le peuple burkinabè. Nous attendons toujours ce changement.

Entretien réalisé par Oumar L. Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Seule la lutte paie. L’arrogance de ce ministre s’explique. Il est le cousin du Président Roch qui l’a placé dans un ministère juteux. Les ministères juteux ont été réparti entre le Président du Faso et Salifou Diallo (la santé, les finances sont gérés par des hommes de Salifou Diallo). Continuons la lutte

    • En réalité le Président Roch pouvait réussir dans sa promesse malheureusement si ce qui est dit est vrai, nous craignons fort.Une chose est sur et de ce que moi-même je sais beaucoup de ministres de ce nouveau régime sont très peu attentifs. Ils n’écoutent pas et commencent déjà à tomber dans l’arrogance qui a fouetté le régime de Blaise compaoré.En tout cas nous attirons l’attention de certains membres du gouvernement que leur premier rôle c’est écouter les gens ensuite agir sinon ils auront échoué leur mission.Aussi nous disons au Super Ministre des infrastructures que nous comprenons ce qu’il fait.Il est entrain de distraire le peuple par des lancement de gauche à droite nous n’avons pas besoin de cela. La population veut voir du concret. Ces cérémonies de lancement ne font qu’augmenter les dépenses de l’État. Il faut agir au lieu de distraire par des vaines séries de lancements même sans lancement si cela est fait le peuple témoignera. Arrêtez de distraire Le peuple par ces conneries de cérémonies où les gens partent pour prendre les frais de missions.En tout cas certains Ministres sont entrain de discréditer la promesse du président. }

    • Nos yeux commence à s’ouvrir et très largement et je comprends maintenant quand son SEM BLAISE COMPAORE disait : "je ne suis ni ange ni demons, vous avez demande que je parte je suis parti mais l’histoire nous diras qui à tord". Président je présente officiellement mes excuse et je vous demande pardon. Nous avons été étourdit, manipuler et voila le résultat. Je me rappel des propose de Eric Ouattar Npoué d’Abdoulaye Mossé lors de nos réunion pour les préparation des marches. A leur entendre se sont des anges et voila maintenant ce qu’ils foutent que j’ai honte, triste et coléreux. La justice devras interroger les gens qui nous ont poussé a saccager l’AN, les hotels et les demeurres car c’est eux les vrais voyous.
      En tt cas Papa Blaise Compaoré nous te regrettons amerement. Le pays agonise et est au bord du gouffre

    • Les éléments lus sont édifiants mon cher M’bi. Mais soyez honnête avec vous mêmes syndicalistes. Parlant de corruption je suis certains que on vous la coule douce, vous la prendrai et vous vous tairai sans management. quand vous vous luttez, c’est l’aspect pécuniaire qui est toujours mis en exergue. Vos panses toujours vos panses.Vous êtes égoïstes.Et le paysan,l’éleveur,l’artisan le commerçant qui veut chacun se freiner un chemin pour avoir de quoi nourrir sa famille,ils sont ignorés. Transparence transparence et démocratie,commencez vous les syndicalistes à être clean,moins malhonnêtes avant de le demander à toute autorité.
      C’est vous qui poursuivez clandestinement quand vous êtes responsabilisés les fournisseurs pauvres que nous sommes pour demander "à manger","ma part" et autres pots de vin.
      dieu ait pitié du Burkina et du Burkinabè qui a trop compris la revolution ou l’insurrection

    • Laissez Blaise la ou il est ! Il n’etait pas mieux. Ils sont tous pareils. Nous on ne regrette pas Blaise. Au moins aujourdhui y’a la democratie et l’alternance. Personne ne poura penser meme se maintenir au pouvoir apres ses 2 mandats ! Maintenant quant à la gestion des RSS c’est ce meme peuple la qui les a voté, alors qu’il assume son choix !

  • Bonjour,
    C’est édifiant ct entretien et merci pour les éléments de réponse apportée à la connaissance de tous.
    La corruption a la peau dure.
    C’est a nous de dire STOP à tout cela.

    • ranchement les travailleurs, toutes catégories confondues exagèrent, vous créez des manques à gagner en voulant prouver que vous êtes capables de bloquer le travail et d’empêcher les gens de travailler. Depuis 2011 et c’est maintenant que vous mouiller le maillot, car vous dites ce pouvoir est faible ( si vous participer à l’insurrection, vous saurez qu’aucun pays ne se relève de si tôt des casses, des attentats et autre coup d’état). c’est à croire que vous faites exprès. mes chers amis il ya trop de grèves chez nous au pays et c’est pas bon pour les investisseurs et pour la santé financière tout court. vous décréter pour vous même des journées chômés et payés.OK pour vos gréves mais menez aussi des campagnes de sensibilisations au niveau de vos membres car franchement beaucoup de fonctionnaires ne travaille pas ( beaucoup de bureaux sont vides). Je comprends maintenant pourquoi certains préfèrent les états d’exception là au moins chacun modère son langage. J’espère que vous n’appelez pas ça "démocratie"menez de vrais dialogues sans donner des ultimatum avec des "sinon" et soyez sages car avec la patience on arrive toujours au succès
      j’espère que vous m’avez compris, car chacun de nous veut le bien du burkina

    • Et nous les burkinabe nous n’avons compris une chose, nous chassons nos investisseurs par de tels
      agissements. Notre pays a qu’elle bonne ressource, vous allez nous dire l’ar, vu son cours et nous avons combien de
      Société qui font l’exploitation ? Il ne faut pas que ces soient disant syndicats hypothequent l’avenir de cette jeunessse.
      N’ayant pas de bon niveau d’etude, nous avons tous compris avec de départ de blaise, nombreux sont ceux qui sont devenus
      Des docteurs dans tous les domaines. De grâce arrêter vos rancunes, travailller, dénoncer de manière intelligente
      ,ce gouvernement est smart, vous fera vous même le changement. ...... ce n’est pas du tout jolie pour un pays déjà pauvre
      De sombrer encore plus dans la haine. .....

    • tu vois,ce sont des gens comme toi qui font la honte du Burkina.même si tu MPPiste mais lettré (avoir eu à étudier),tu doit comprendre la douleur de ces agents du ministère.le SG de leur Syndicat a été parfaitement claire et avec des preuves à l’appui,donc si tu n’a rien à faire,VA AU CHAMPS LA TERRE EST BONNE !!!

    • Et quand les rares investisseurs comme la BAD acceptent financer nos projets,qu on les gère bien sans détournement .Car ceux qui dénoncent ne sont pas moins patriotes que les détourneurs qu ils dénoncent.Trop facile de dire que ceux qui luttent exagerent parce qu ils empêchent les autres de se remplir les poches tout en fuyant les débats.Voilà le Faso post insurrectionnel.Les uns mangent les autres regardent,ainsi naissent les révolutions.Allons seulement !

    • C’est bien dommage au Burkina quand on mange dans l’assiette du gouvernement ,on trouve toujours que ceux qui disent la vérité sont contre le Gouvernement.Si la vérité doit faire fuir les investisseurs alors arrêtez vos mauvaises pratiques ainsi la vérité qui sera dite de vos bonnes pratiques va attirer les investisseurs.Nous n’avons pas voté Roch pour qu’il mette en place un gouvernement de voleurs .Nous l’avions fait parce que nous lui faisions confiance alors qu’il s’assume et nous lui donnerons le prochain mandat sinon nous allons le chasser avant les cinq ans.Le peuple ne peut pas vivre dans la léthargie sous prétexte que nous venons de loin alors qu’une minorité s’enrichit en détournant des centaines de millions.La misère que nous avons vécu dans le silence sous Blaise n’est plus acceptable.Alors SYNDICATS du BURKINA FASO A VOS MARQUES Y’A L’ARGENT AU BURKINA FASO ET NOUS DEVONS TOUS VIVRE DANS LA DIGNITÉ .

  • Les éléments cités dans cet entretien doit interpeller l’Union d’Action Syndicale. On ne peut pas lutter contre le régime Compaoré et reproduire les mêmes conduites. Une grève sur l’étendue du territoire doit être lancée avec comme premier point : la démission de ce ministre insolent, fût-il le cousin de Roch !

  • D’abord, je me joins à Burkinbi (internaute 2) pour saluer la pertinence de l’entretien, chapeau bas encore à ce grand journaliste Omar ouedraogo pour ses questions toujours pertinentes et bien choisies. Pour revenir au contenu même de l’interview, à vrai dire je suis sans voix. Je ne sais plus si c’est un sentiment de colère ou de haut désespoir qui m’anime finalement. Je me retourne maintenant vers les dignes syndicats de ce pays, mon seul espoir.

  • Même le régime de Blaise Compaoré n’a pas foutu cette merde, walaye ! kabakoyé ! Affaire à suivre.

    • Courage Aux Syndicats A Lire Cet Entrétien On Sent Que Ce Ministère Est Très Mal Dirrigé,que Les Plus Hautes Autorités Prennent Leurs Responsabilités.

  • À l’internaute jbz, vous faites partie du clic dont il est question ici. Sinon aucun homme sensé ne peut avoir une telle réaction devant une telle gravité de la situation. A moins que vous un pire ennemi du Burkina comme ceux dont il est question dans l’interview.

  • Que ces monsieurs du gouvernement marchent ce qu’ils disent alors.... Foutez ce pretentieux monsieur de minsitre dehors !!! Point barre.
    A ce rythme, ce regime commence a empester l’air pour les valeureux fils et filles du Faso. Personnellement, j’ai marre de tout ceci. Ils ne sont ni Dieu, ni des hommes dotes de cerveau et integres, etc ; justes des animeaux comme tous les autres vivants.
    A la fin, que voulons-nous ?

  • Une fois de plus, merci au journaliste pour ton travail louable sur des sujets d’intérêt capital pour notre pays, je t’encourage dans cette voie. Je te prie aussi de faire un tour au niveau de certaines boites comme la SONABEL pour voir certaines pratiques liées aux pénalités par exemple, au ministère de l’agriculture ou encore celui de la promotion de la femme.

    • Cher ami !

      Le ministère de l’Agriculture est hors catégorie en terme de délits en tout genre. C’est le bouillon de culture par excellence des manquements aux lois et règlements de ce pays. C’est les familles qui dirigent (pour le moment) : pères, mères, enfants cousins neveux nièces oncles retraités continuellement employés et réemployés, nominations partisanes etc. Mais le temps de les honorés (tout dieux qu’ils pensent être) touche à sa fin.

  • C’est vrai que des fois les syndicats ne tardent pas à tirer sur l’ambulance, mais quand j’ai écouté l’intervention du ministre au journal de la RTB où il trouvait normale la mise en place de cellule de parti politique au sein de son ministère, j’étais dégoûté et désespéré en même temps.
    Dégoûté, parce qu’il le disait avec un air narquois et suffisant. Désespéré, parce qu’on ne peut pas chasser un régime pour des choses de ce genre, et même pas 3 bonnes années, nous sommes entrain de tomber dans les mêmes travers.

    Que Dieu nous aide à ne plus revivre ce que nous avons connu avec le régime et la famille COMPAORE !

  • Cet écrit est édifiant et ahurissant. Des agents de catégorie B qui dirigent ceux de catégorie A. Il est quasiment impossible d’avoir de bons résultats. C’est cette approche qui a mis le ministère de l’environnement à genou. Les directions régionales en son temps avaient été confiées à des techniciens au détriment des ingénieurs de conception, si fait que beaucoup de projets n’ont pas obtenu les résultats escomptés et cela a abouti à un tarissement des financements.
    Autre chose, il est clair qu’un contrôleur sur zone coûte moins cher que celui qui est basé à Ouaga et fait des missions à cet effet. De plus au moment où les populations manifestent pour avoir de bonnes routes, dans ce ministère un flou ne permet pas de savoir qui contrôle les travaux et donc de situer les responsabilité.
    Il est réjouissant de savoir que la BAD a suspendu son financement pour cause de détournement afin de ne pas enrichir des voleurs et endetter notre peuple et les générations futures, mais regrettable pour la formation des jeunes qui est d’ailleurs l’une des plus coûteuses pour les parents. Le syndicat devra aussi voir la gestion de ce coté aussi afin d’éclairer l’opinion. Enfin, il faut chasser ce ministre parce que tous les éléments sont clairs dans cet écrit.

  • C’est édifiant ! Cest tres grave, des députés qui vont émarger à la caisse d’un ministère ? Cest même Le comble. Ou est la séparation des pouvoirs ? Cela n’étonne personne lorsque que de vieux pensionnaires de la MACO sont aux affaires. Comment comprendre que de nos jours un Ministre parte récupérer de l’argent chez son collègue comme si nous étions dans un État bananière ? Comment des proches du Ministre peuvent détourner 200 millions de nos francs et personne ne s’en émeuve ? Nous suivons ce Ministre qui a un langage auto suffisant et sûre de lui et tres irrespectueux et trop ambitieux. Cest La race de jeunes qui veulent arriver tres vite et meme trop vite. Vivement que l’ASCE-CL s’en meme. Purement des détournements et autres pratiques d’un autre âge . Le premier Ministre ne peut rien contre lui car cest son griot au gouvernement.

  • En tous les cas les éléments d’accusation sont tellement précis que quelque chose doit être fait pour changer la situation. Des agents de catégorie B qui dirigent des agents de catégorie A, même si ce n’est interdit ce n’est pas bien. Par contre je ne comprend pas quand le délégué accorde tant d"importance à l’évolution de l’organigramme qui doit dater de bien avant les Ministre actuel. Entre nous, dans un ministère tout le monde ne peut pas faire la même chose et il faut bien que nous ayons des spécialistes pour les contrôles et des spécialistes pour les études justement parce que les contrôles et les études sont si importantes qu’ils ne peuvent être faits par tout le monde. Pour le cas des agents de Ouagadougou qui partent faire des contrôles en région, cela dépend des objectif poursuivis. Les contrôles doivent être neutres, objectifs et voir inopinés pour espérer atteindre ses objectifs. Ce n’est qu’un avis. WALAY

    • Le contrôle sur zone n’empêche aucunement le contrôle inopiné. Avant c’était ainsi, le contrôleur sur zone arrive au chantier et trouve des véhicules 4-4 garés et des gens qui regardent le travail et discutent avec les travailleurs, il récupère le cahier de chantier et le leur montre. Ce sont des experts du bailleur de fonds, soient des gars de son ministère, soient des experts envoyés par l’élu de la zone etc..Si on a rien à se reprocher, on est content d’avoir de la visite que du reste on note sur son cahier de chantier. Ils peuvent même arriver et ne pas voir le contrôleur attitré et le chef de chantier rend compte. Vos responsables reçoivent des lettres de félicitation pour vous, signée de personne que vous ne connaissez pas.

  • Donnez encore 2 ans a ces gens et le pays sera vendu a credit. Cetype n’est meme pas aualifie pour gerer ce ministere hautement technique ;Dite lui qu’il est ministre du burkina et non du ganzourgou seulement.Tout ce que vous denoncez est juste et courageux.La CGTB doit appuyer particulierement cette lutte pour arretez la gabegie a temps.la haute cour doit se saisir de ce cas pour enqueter et mettre en examen ce ministre et ses complices.Il ya tnrs de la place a la maco pour tenir compagnie avec les ministres du dernier gouvernement de blaise.En 5ans ces gens vont faire pire que blaise en 27 ans.la corruption est plus grave aujourd’hui au niveau des marches publics,douane,impots,police.Tout le monde veut s’enrichir rapidement veut rattraper le temps perdu mais on vous laisse avec l’hypertension et la justice

  • Ce qui est choquant c’est qu ’ on déplace des techniciens de Wouzga pour aller superviser des travaux en province pendant les provinciaux tournent les pouces . Des séminaires délocalisés rien que pour se remplir les poches . Quand les contribuables nationaux et internationaux seront fatigués on verra . Cette escroquerie organisée au heur niveau prendra fin. Chacun cherche à vider les caisses du trésor et demande du ’ on améliore ses conditions de vie , de travail et que sais je encore . On comprend le sens du "plus rien ne sera comme avant" : Tout va effectivement de mal en pis. La suite .........quand le bas peule descendra dans la rue pour aussi demander l’emeliorarion de vie ok bien etre on va verra se voir .
    .

  • Ca c’est le comble , comment parler de mobilisation populaire Pour des gens à qui on part donner du goudron et il faut payer pour qu’ils sortent ? Alors Là, nous sommes dans un autre monde. Il faut récupérer cet argent avec ce député et ce Ministre qui nest rien d’autres que du détournement.

  • Je suis sans voix. Qu’en sera-t-il des milliards du PNDES ?

  • Oh la la la ! Les faits sont têtus, le paternalisme, le régionalisme, le clientélisme, le favoritisme, l’affairisme, la politisation de l’administration, dites aussi la marchandisation de l’administration. Dites-moi ce qui a changé par rapport au régime COMPAORE. Dites-moi le lien familial de votre ministre avec une autorité politique de ce pays, je vous dirai qui il est. Priez Dieu pour que ça ne soit pas un conglomérat. Je vous conseille, en plus de vos luttes, demandez des Doa dans les mosquées, des messes d’actions de grâces et de délivrance dans les églises et temples. Seul Dieu peut sauver le Burkina Faso des mains des terroristes, de vampires et les malfaiteurs de tout accabie. Que DIEU eclaire nos dirigeants actuels, d’ailleurs à toutes les messes, les prêches et prieres dans les mosquees cette action de grâce est demandée, ce qui veut dire que tout le monde est conscient que malgré l’insurrection il y a toujours un regain de mal gouvernance.

  • je commence à regretter le départ de Blaise Compaoré. Rock est entouré de collaborateurs très cupides. Voici des messieurs qui sont arrivés aux affaires et qui ne jurent que par l’argent. Voyez actuellement, tous les ministères sont entrain de courir pour créer des évènementiels dans leur département, comme quoi l’organisation de l’évènementiel n’obéit pas à la même rigueur de gestion que quand il s’agit d’une dépense inscrite dans le plan de passation de marché. C’est cette lecture que je fais des fameuses décisions du ministre de l’énergie qui est entrain d’empêcher des initiatives privées de s’exprimer. Il faut une mobilisation populaire pour arrêter ces parvenus qui sont aux affaires maintenant.

  • Excellente interview. Bonnes gens, ce qui est graves, c’est que le tableau peint par M. Yaméogo reflète parfaitement ce qui ce passe dans les ministères et institutions au Burkina Faso, sous l’ère MPP. Si nous restons assis, nous sommes morts et le pays va à vau-l’eau.

  • Le député Mosse et le ministre Bonane doivent apporter un démenti . Dans le cas contraire c’ est un détournement de fonds publics . La suite c’ est la démission .D ’ailleurs au nayala , nous ne voulons pas de ce type . Des millions pour mobiliser nos pauvres parents , du jamais vu et entendu . Démission , démission et démission . Le Nayala est en retard en parti à cause de lui .Sous il a toujours imposer sa personne . Le refus de Blaise l’ a conduit au MPP. Monsieur le PM ,on vous en supplie ,ne le reconduisez lors du remaniement .

    • - SARKO, ils n’apporteront rien comme démenti, tu verras. Et la raison est simple : Parce ya foy ! Ils sont proches de Salif DIALLO. Les gens n’ont qu’à crier comme ils veulent et il n’y aura rien du tout ! Les burkinabè en votant le MPP ont remplacé la Peste par Ebola. Ils se sont tiré une balle dans le pied. Donc burkinabè, continuez à boîter jusqu’en 2020 car vous l’aurez voulu !

      Par Kôrô Yamyélé

    • Merci là bas. Le kôro Yamyélé a tapé dans le mile. C’est fait, il faut boire le vin tiré. c’est la conséquence des choix opérés pendant les votes.

  • ah là l’heure est grave pour ce pays là, c’est vraiment dommage,triste,ahurissant,inimaginable quand on sait que bons nombre de nos citoyens n’ont pas à manger deux fois par jour, de telles pratiques conduiront le pays au gouffre

  • Rien d’étonnant dans tout ça ! Ce ministre a l’arrogance et le cynisme d’Assimi Kouanda ; et la suffisance de Bougma qu’on disait être l’oncle de Blaise compaoré. Comment un lettré peut il admettre un seul instant que des cellules de partis politiques se créent dans un service public ? C’est exactement ce que faisait le CDP. Ce sont ces cellules qui décidaient des promotions des agents des services. Ces gens du MPP répètent exactement les mêmes bêtises qu’ils ont commises au CDP. Que Dieu leur vienne en aide ! Pleure o pays bien aimé !
    Bombiri

  • ’’Même ceux dont je parlais, qui ont détourné des fonds et qui font partie de ses actuels collaborateurs, on a attiré son attention sur eux, en lui disant qu’il se rendait complice d’une manière ou d’une autre de leurs gestions. Depuis mars 2016, rien n’a été fait, si fait que nous doutons même de sa sincérité et de son impartialité dans cette histoire’’.

    - Naturellement qu’il ne dira rien ! Il a dû manger avec eux et ils se sentent rassurés si le ministre lui-même a léché ses pattes.

    Voilà cque moi j’appelle un syndicat responsable : dénoncer les détourneurs sans tourner en rond. Merci à vous.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Quand on donne inconsciemment le pouvoir aux élèves d’un professeur qui a longtemps prôner l’impunité, ne soyons pas surpris de voir les actions de ces derniers pire que leur mentor(éducateurs). j’espère que le pire n’est pas devant avec ses vendeurs d’illusions

  • Vraiment dans ce pays si on ne fait pas attention de nos actes ça sera le plus pire de celui de l’ex-regime . Il est temps qu’on arrete ces histoires de detournement d’argent. A bas le floutisme et vivre le pays on en a marre.

    • Remarquez que c’est les plus diplomés qui sont les sangsues du pays.Jeunes qu’ils sont , ils sont parvenus à la gestion des hommes et des biens sans aucune expérience,par hasrad ,d’où la gabébie .Des moins diplomés ont pourtant bien dirigé des ministères ,des directions ou des services dans le temps.J’ai un doctorat et je suis indigné de vivre les détournements orchestrés à présent par des individus se réclamant professeurs d’universités ou ingenieurs en ceci.
      Chacun prétend connaitre ,mais à la pratique, chacun est de nullité indescriptible.Plus les régimes se succèdent, plus le vol et les détournements s’affinent,se perfectionnent et touchent tous les secteurs de l’administration.La rupture par la révolution sera notre seule salut si le bicéphalisme perdure .

  • BONJOUR A TOUS !
    BONJOUR CHERS CAMARADES DU SYTTPBAH-MI !
    BONJOUR CHERS FORUMISTES !
    J’avais observé un silence pour mesurer l’étendue de l’ampleur de la forfaiture du régime en place. Et sans doute aucun, il ressort que ceux que nous avons désignés pour présider a nos destinés sectorielles ou globales ne sont autre que des hommes sans foi ni loi et ne sont ni plus ni moins que des saprophytes (ces mousses et lichens qui vivent au crochet d’autres plantes). L’esprit de l’insurrection populaire a été bel et bien trahi sinon récupéré sous une forme pseudo révolutionnaire pour mieux assassiner encore une fois de plus l’idéologie de THOMAS NOEL ISIDORE SANKARA (et pour preuve la cacophonie dans cette histoire du pagne du 8 mars, le port du faso danfani réinstauré savamment pour endormir les plus consciencieux de l’esprit révolutionnaire et de l’insurrection). Comme quoi vous avez beau chasser le naturel, il revient au galop (Ceux qui avaient fait du détournement des deniers publics leur modes d’emploi et l’incurie et l’impunité leur notice de fonctionnement, une fois revenus au pouvoir ne peuvent que de les consolider et mieux les appliquer). Comment comprendre que des individus sans scrupule, compromettent l’avenir de toute génération sinon de tout un peuple en détournant des fonds destinés a une formation ?. Que la lumière soit fait et que Roch prenne ses responsabilités et a temps car demain n’est pas loin. Courage a vous camarades car le développement du Burkina Faso ne saurait passer ailleurs que par le développement de la route et des infrastructures structurantes, les vraies et non celles que cette fichue de Banque (Afri.....) est venu nous vendre la semaine dernière au Burkina Faso.

  • Merci M’BI YAMEOGO pour ce que vous dénoncez vous et vos collaborateurs. que Dieu vous donne la force d’aller de l’avant toujours..
    ce que vous venez de dénoncer la n’est qu’une goutte d’eau par rapport a ce qui se passe au MI.

  • Le Ministre doit chasser ses collaborateurs détourneurs à moins que lui même il est mêlé.

  • huuuummm. jusque là je n’avais pas donné raison a ceux là qui craignait de voir les RSS au pouvoir car c’est un systeme CDP plus modernisé et plus sofistiqué donc encore pire que le systeme de blaise. seul l’habit a changé sinon les memes qui etaient au CDP ont été deversés au MPP et avec les amis et les cousins autour de soi pour gouverner ne peut que donner comme corrolaire corruption, detournement et mauvais gestion. Quand je pense au fameux PNDES !!! je dis yaaako par avance à ses millions de burkinabè qui crouleront toujours dans la misère et la pauvreté. c’est dire que tous ces milliards mendillés rempliront d’abord les poches de tous ces vautours et les millettes distribues aux restes des hayyaaayyoooo . que Dieu nous vienne en aide.

  • ’’ Des agents de catégorie B, qui dirigent des agents de catégorie A’’, il ne suffit pas d’être ingénieur pour diriger des techniciens supérieurs. Allez au USA avec vos diplômes d’ingénieurs vous serez vigiles. L’agent de catégorie B est un homme de terrain, il doit diriger et former l’ingénieur, qui a des concepts théoriques dans son crâne. Toujours le système français, le maçon c’est au pied du mur qu’on le reconnait.

    • Dosso c’ est faux ; j ’ai fait mes études aux USA et je n’ ai pas vu cela dans l’ administration américaine .

    • Dosso ;
      Tu racontes des histoires comme tous ceux qui citent des "exemples" sans rien connaître d’autre que leurs intérêts personnels du moment.
      Si toi même te fais superviser par quelqu’un de niveau catégoriel inférieur, tu ne l’accepterais pas. Sinon à quoi ça sert de classer le personnel en catégories suivant le niveau d’études et les diplômes ? Il ne suffit pas d’utiliser le pouvoir de l’Administration publique pour redéfinir les hiérarchies selon ses intérêts personnels. La classification catégorielle et définie par la loi régissant les agents publics. Les attributions et tâches de chaque catégorie de personnel sont ensuite définies par le tableau des emplois spécifiques ou les statuts particuliers. Même à catégorie égale et grade égal, on devrait tenir compte de l’ancienneté. C’était écrit dans les textes de la fonction publique au Burkina avant l’adoption de la Réforme Globale de l’Administration en 1998.
      Dans tous les pays qui marchent y compris les USA) et dans toutes les entreprises qui marchent, là où règnent la démocratie, la justice sociale et la gestion rationnelle des ressources humaines, c’est comme-ça.
      Sinon on tombe dans le clientélisme, le népotisme, le détournement de l’administration à des fins partisanes, etc. Et après on veut parler de conscience professionnelle, d’ardeur au travail, de mérites, de moralisation de la vie publique, etc. On ne récolte que ce que l’on a semé !!

    • - Dosso, gros menteur ! Moi j’ai étudié à Harvard et j’ai travaillé par la Suite j’ai travaillé en Oklahoma dans le secteur agriculture (précisément dans la Biotechnologie), ensuite dans le secteur du pétrole et du gaz. Avant de rentrer définitivement j’ai fait aussi un séjour au CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire) à Genève où j’ai encore monnayé mes connaissaces et ramasser un peu afin de ne pas revenir les poches vides. Mais je n’ai jamais vu ni constaté le bobard à scandale que tu racontes ici ! Même dans les cas de formations en alternance en France que tu cites, il peut arriver qu’un ingénieur en formation soit confié à un TS, mais c’est pour un bref temps, juste pour expliquer un petit détail (Si l’ingénieur qui l’encadre est très occupé !) ! Le TS met en oeuvre ce que l’ingénieur a conçu. Et le fait de raconter au hasard l’adage : ’’le maçon c’est au pied du mur qu’on le reconnait’’, ne tient pas partout ! Tu crois que dans l’usine Boeing (The Boeing Company), constructeur aéronautique et aérospatial à Chicago dans l’Illinois (USA) ou bien à Wichita au Kansas (USA) et à Everett près de Seattle (USA), ou encore chez Airbus, constructeur aéronautique situé à Blagnac dans la banlieu de Toulouse (France), un TS peu remplacer un ingénieur ? Tu te trompes lourdement ! Il y a des postes où l’erreur et le tâtonnement ne sont pas permis même si ton TS emmagasine 100 ans d’expérience professionnelle !!! Dans ces cas ton ’’bon maçon’’ ne compte pas et il ne peut pas se balader même dans les couloirs ici !

      Par Kôrô Yamyélé

    • Faux Monsieur Dosso, dans la formation un ingénieur a fini avec l’ensemble des concepts reçus par le technicien et poursuit encore deux ans. C’est un bac +5. Néanmoins, il peut arriver qu’un ingénieur soit imbu de son titre et n’utilise pas ses connaissances et expérience mieux qu’un technicien. Ils sont rares et généralement on les connait dans les ministères parce qu’ils ont échoué et même le petit personnel les connait. Ils sont des larbins des ministres successifs.

    • DOSSO : Insulter une personne qui a étudier avec une cervelle noirci par les règles de Pythagore, réciter oralement a des milliards de fois pour ne rien oublié, surtout passé toutes les échelons d’ETS (Etudes Technique supérieures) jusqu’à la thèse d’ingénierie, est de la foutaise. C’est l’ingénieur qui te le confirme, car aucun ETS ne sait mis devant mon chemin pour me former, le contraire se produit chez vous avec vos faux diplômes, et ce n’est pas mon ami Cheik Modibo Diarra du Mali qui me dira le contraire. Tous ceux qui ont eu le privilège d’être à mes côtés durant plus de 25 ans pour servir, et qui me lisent, te diront que tu mens comme l’a dit mon promo Kôrô yamyalé. Que vous êtes au Burkina dans un service en tant qu’ingénieur, aux Etats Unis, En Europe, En chine, Au japon, Au Canada même dans un baffons frileux a Ontario ou j’ai passé, le rôle d’ingénieur reste le même, prendre sa responsabilité comme mon ami Diarra l’a fait à la NASA sans compter sur un ETS a son arrivé dans cette entreprise.

  • Mais pourquoi mon pays est ainsi . J’ ai mal au cœur . Monsieur le PF , il faut agir . Il faut écarter ces gens qui causent beaucoup de tords à votre image et qui sapent aux efforts de bonne gouvernance . . En tout cas si vous maintenez des gens comme Bonane qui prennent 1 400 000 pour venir donner aux villageois 100 000 c’ est injuste et révoltant . On attend impatiemment le remaniement . A bas les vautours et les Hiboux aux yeux globuleux .

  • Bonjour

    Vaillants travailleurs du SYTTPBHA vous avez notre soutien.
    Les faits relatés sont claires et limpides et têtus.
    On veut faire du département un démembrement du MPP.
    on veut prendre les Ressources pour des besoins personnels et des besoins du parti.
    Question ! Pourquoi Mr Bougouma ne suggèrerait pas d’ériger le MPP en partie Etat pour les RSS comme le MPR au temps de Mobutu Roi du Zaire ?
    Ce pays va vraiment à l’Eau si ce n’est pas en enfer !!!!.
    Figurez vous qu’au Grand Lycée Zinda il n’ y a plus de Terminale Cc faute de professeurs.
    C’est cette Terminale que Paul Kaba Tieba a fréquenté pour décrocher son Bac C en 1979
    Il faut commencer à faire un contrôle populaire comme le sommet s’accommode des détourneurs.
    Nan Lara an Sara !!!

  • Dans tous les ministères c’est comme ça que ça se passe. Mobilisons nous. Zeph a dit que les Burkinabè devraient s’en prendre à eux mêmes parce que ce sont eux qui ont voté ceux qui ont diné avec le diable. qu’est que les gens n’ont pas dit sur lui à travers les réseaux sociaux ? Voyez comment les maitres Sankara et Laurent Bado sont devenus muets comme des carpes. Ils ont la bouche pleine de farine. L’opposition au lieu de saisir ces cas concrets pour faire des meetings de dénonciation, se contente d’écrits bidons que personne ne lit. Y a l’argent dans le pays, c’est les criminels économiques impunis qui sont nombreux. Nous les fermiers, nous entendons les mêmes choses au niveau du ministère de l’agriculture. Quand y a des problèmes sérieux, il faut attendre que Ouagadougou vienne. Des dépenses inutiles pour venir régler ce que l’agent de terrain peut régler. La seule solution reste notre mobilisation plus que jamais.

  • Internaute 30, reste calme et soit réfléchi !
    C’est parce que ton petit crâne est incapable d’assimiler les équations mathématiques et physiques complexes que tu oses comparer un technicien à un Ingénieur.
    Aux Etats Unis en chine en Russie en Allemagne etc...,c’est bel et bien des ingénieurs qui dirigent les programmes scientifiques.
    Le technicien exécute ce que l’ingénieur conçoit.
    Chacun à son utilité et son rôle.
    Pendant que nous y sommes va prendre un analphabète pour contrôler la construction d’une route.
    Niveler les valeurs par le bas relève d’une niaiserie scientifique.

    Quand on est analphabète dans un domaine il est sage de ne pas en débattre.

    • - Rabao Yandé, merci de confirmer ce que je dis. Grand merci de donner l’enseignement à ce gros TS de Dosso qui se prend pour ingénieur ou encore qui se croit être Vladimir Ivanovitch Smirnov le mathématicien russe, né le 10 juin 1887 à Saint-Pétersbourg et décédé le 11 février 1974 à Leningrad, et qui est un mathématicien très connu de beaucoup d’étudiants francophones pour son cours de mathématiques supérieures en 5 tomes, qui est un exemple de clarté sur des sujets très complexes et très difficiles.

      Par Kôrô Yamyélé

  • Franchement si y’a toujours des OSC dignes de ce nom on devrait tous se levé actuellement pour le départ pur et simple de ce ministre.Les actes pour lesquels il est complice sont très grave.Comment on peut après l’insurrection s’entourer d’individus qui ont détourné l’avenir des jeunes ?Pire c’est lui qui finance autres voyous(ministre ou deputés) pour mobilisation populaire ?sommes nous en campagne ?qu’adviendrait-il avec de tels individus pendant les campagnes à venir ?
    nos deputés sont pareil à des coupeurs de routes.On les poursuit pour les tablettes et ils fuient aller braquer au ministère des infrastructures.Mr le journaliste pour de tel article veuillez ajouter leur photo on va mieux les identifiés
    C’est regrettable ce qui nous arrive !!!

  • POUR CE QUI EST DE CATEGORIE B QUI DIRIGE DES CATEGORIES A !!C’EST LE FORT DU MPP.
    A LA DIRECTION GENERALE DE LA METEOROLOGIE C’EST ENCORE PIRE !!!
    CATEGORIE B DIRIGE DES DOCTEUR ET INGENIEUR
    COMME QUOI Y’A DES SURDOUES EN CATEGORIE B

  • Merci au journaliste pour cet interview très pertinent ; cela nous a permis de comprendre la réalité sur ce qui se passe dans ce pays en général et dans ce ministère en particulier. A ce rythme, je me demande ce que vont devenir les milliards du PNDES. C’est mal parti pour ce programme. Si ce n’est l’insurrection, on n’a jamais rompu avec le système compaoré ; du moins c’est ce qu’on constate avec regret.
    Les ministres doivent comprendre qu’ils sont au service d’un peuple et non d’un groupe d’individus.
    Que Dieu aide le Burkina à se débarrasser des individus mal intentionnés.

    • C’est pour piller les milliards du PNDES que se poserait le problème de remaniement ministériel. l’homme de qui contrôlerait quel ministère juteux et redistribuerait vlop pour les lancements et inaugurations.

  • Il faut reconnaître que ce Ministère des Infrastructures a vraiment un fonctionnement atypique. Le syndicat dévoile les malversations de l’entourage du Ministre mais et les malversations des autres employés du Ministère ?

    Les pratiques qui dénaturent la concurrence sur l’attribution des marchés publics est une vraie catastrophe :

    - Des agents dudit Ministère possèdent des entreprises de BTP,

    - Certains agents dudit Ministère montent les offres techniques et financières des entreprises du secteur privé,

    - Certains furent actionnaires dans des bureaux d’études et entreprises du BTP,

    - 90% à 98% possèdent des réalisations non justifiables par leurs revenus propres (salaires + indemnités confondus). Des preuves palpables (photos) existent,

    - Etc...

    Nous souhaitons que cette crise qui entrave la bonne marche des activités dudit Ministère connaisse un dénouement assez rapide et efficace autrement ce Ministère sera vidé par le peuple Burkinabé.

    Merci à tous

  • Pourquoi les gouvernants acceptent-ils une celle d’un parti politique dans une structure public ? Un simple bon sens voudrait que cela soit interdit. Car, ces pratiques sont à la base du clientélisme, des nomination par complaisance et des détournements de fonds. Ceux qui veulent faire de la politique n’ont qu’à s’engager dans les instance politiques de leur formation. Les seuls objectifs visés par les cellules politiques aux niveau de services, c’est de servir les intérêts individuels.

  • Voila ce que j’appelle INDIGNATION. Pourquoi ici au Faso, il n’ya jamais eu démissions ? Cet entretien est bien venu pour confirmer le bienfait de la grève du ministère. Si Roch veut avoir un résultat positif a la fin de son mandat, la seule chose à faire est de faire un maniement ministériel pour tamiser le groupe et passer par la justice pour envoyer certaines personnes a la MACO. Pourquoi nous refusons le changement ? Je crois simplement que « FAIRE DU NEUF AVEC DU VIEUX NE DURE QUE 2 ANS » et c’est le constat actuel ; ce gouvernement ne fait rien pour que les syndicats l’aident, NON ! Chassez tous ceux qui sont mêlés a des malversations financières de leur ministère, les juger et les condamner et c’est tout. Si la justice poursuit Blaise aujourd’hui, ce ne sont pas des zouaves qui peuvent continuer à nous narguer et faire des foutaises, pire la télévision interpelle le gus et au lieu de reconnaitre les faits et trouver des solutions palliatives, il nargue tout le monde. Et nous attendions des financements d’ailleurs. Que nenni !!!
     PNDS, out
     BAD, out… je vois qu’on tente de faire la cours à ADO pour être présent au Fespaco, oui ca s’éclaircit plus.
    Sauvons nous, vaillant peuple intègre…. M7S

  • Hommage à nos Martyrs du 30, 31 Octobre 2014 et 16,17 Septembre 2015

    Merci à Mr Yaméogo et courage aux agents du ministère des infrastructures pour leur lutte.
    Mpp=cdp nouveau format : politisation des services publics, détournements, affairisme, attributions de marchés de gré à gré, corruptions, libérations provisoires orchestrées, nominations de complaisance, justice asymétrique.... RSS furent les meilleurs étudiants de l’université polytechnique de Blaise Guessan Compaoré où on enseignait exclusivement la mal gouvernance.

    Les personnages ont naturellement changé au pouvoir mais les pratiques de la mal gouvernance demeurent et persistent ostensiblement . RSS ne pourront pas faire mieux que leur maitre Blaise Guessan Compaoré. En principe,les anciens pilleurs ne changent pas de méthodes. Le pillage en bande organisée(argent public) est en marche depuis janvier 2016 avec des méthodes très sophistiquées.
    Ils(RSS) ont vite oublié d’où ils viennent(sang versé des Braves Jeunes Burkinabés).

    Seule la lutte paie.

    Conclusion finale :
    Un mandat(2015-2020) de gâchis
    Un mandat(2015-2020) de gâchis
    Un mandat(2015-2020) de gâchis

    La vérité triomphera sur le mal ou l’impunité(le mensonge) un jour

    A nos Martyrs qu’ils se reposent en paix. Que justice leur soit rendue rapidement

    Justice pour Norbert Zongo
    Justice pour Thomas Sankara
    Justice pour Salifou Nebié
    Justice pour David Ouèdraogo
    Justice pour Boukary Dabo

    Victoire toujours au Brave Peuple
    Vive la démocratie au Faso
    Vive le Brave Peuple Burkinabé

    Que LE SEIGNEUR bénisse le BURKINA que nous aimons tous.Amen
    Paix et Succès à Tous les BURKINABES . Amen

    Achille De TAPSOBA le Bobolais

  • Accusés répondez ! Monsieur le Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, DIEUDONNE BONANET Honorable député MOSSE ABDOULAYE, que dites vous des accusations portées contre vous ? J’aurai compris que ce soit le Maire de la localité où s’est déroulée la cérémonie qui a pris cette somme mais pas un Ministre ou un député. Vous aurez dû vous même sortir cette somme de votre poche ou de la caisse du parti mais pas au détriment du contribuable Burkinabè. Pendant qu’on y est pourquoi n’avoir pas remis la même somme à un député de l’opposition pour la mobilisation. Merde

    • QUESTION TRES PERTNENTE DE L’INTERNAUTE "DESIRÉ". POURQUOI LE DEPUTE DE L’OPPOSITION DE LA MÊME REGION N’A PAS REÇU LA MEME SOMME POUR MOBILISATION ? LE MPP A OUVERT LE BAL DE LA CORRUPTION EN VUE DU FINANCEMENT DE SA CAMPAGNE 2020 MAIS A CE RYTHME CE PARTI NE SURVIVRA PAS LONGTEMPS CAR LES HONNETES MILITANTS QUI NE VEULENT PAS SE SALIR VONT SE DEMARQUER POUR NE PAS HYPOTEQUER LEUR BELLE CARRIERE POLITIQUE !!!

  • Ca a toujours été ainsi dans les ministères. dans les budgets de projets/ programmes il n’est souvent pas prévus de ligne pour les perdiems des ministres, protocole, DAF, mais quand il s’agit de lancement, clôture, ou tout évènement où un ministre est invité il est demandé des motivations / perdiems afin qu’ils puissent y participer. Et pourtant l’Etat a bien dit que pour les ateliers, séminaires à Ouagdougou, il ne devait pas être servi de perdiem aux participants. Donc les agents participants aux séminaires/ ateliers n’ont pas droit aux perdiems à Ouaga mais les ministres si. A-t-on besoins d’une multitude de ministres pour les lancements de travaux ? A lancement des travaux de bitumage plusieurs ministres y vont. Et à la TV on martèle que les entreprises qui exécuteront mal le travail seront sanctionnées, et des responsables du ministère empochent des millions du lancement et éventuellement de l’inauguration, comment les entreprises peuvent - ils faire des travaux de qualité avec une centaine de millions partis dans la mobilisation des ministres et autorités pour le lancement des travaux et l’inauguration ! Comme quoi c’est vraiment, plus rien ne sera comme avant ! (juste pour dire que c’est pire qu’avant). La copie ne peut pas être plus propre que l’original. Wait and see ! les mois et années à venir seront pires dans le mouta - mouta. Des preuves de mouta - mouta sont exposés au public, et quelle suite sera donnée !!! RIEN, ainsi va la république. Le pays des hommes intègres est sera - t- il désintégré ?

  • Pauvre Burkina !
    Au lieu de voter des gens neufs pour diriger le pays, le peuple burkinabè a préféré ramener les anciens-nouveaux qui ont mangé à la table du diable ! Le résultat n’est donc pas étonnant !
    Les maux de cette société, à savoir l’impunité et autres, sont toujours visibles comme auparavant.
    Il faut maintenant payer notre refus de prendre des risques en votant des dirigeants nouveaux !

  • Donc on va jamais sortie de cette mal gouvernance ?ou est donc votre rupture avec le CDP ?
    je comprend pourquoi la modernisation de l’administration publique n’est qu’un mot vide de tout sens,sinon ya quoi de plus difficile pour le faire,pour qu’on ai plus de transparence et de trace dans la gestion des deniers publics !Cela empêchera certain ministre et haut cadre de se comporter comme des boutiquiers a enlever de l’argent des Burinabè comme bons les sembles.
    Prési sa ce le vrai mouta mouta qu’on tu le dit !on fait quoi ?????

  • Bonjour, quel déception pour moi « « burkinabé » »si on les laisse, dans un an sa serrait tres pire surtout avec le pnds .ils ont montré leur faiblesse fasse a la corruption

  • Du déjà vu : A mon humble avis, Roch Kaboré et son parent ministre ainsi que ses acolytes ne vaut pas plus que Zida et son parent ministre de l’infrastructure au moment de la transition. Et c’est ce même Roch Kaboré qui s’acharne sur Zida pour trahison ? Que le monde est petit. Dire qu’on n’est pour le changement, il faut passé aux actes : Et Roch Kaboré doit impérativement remanier son gouvernement en balayant parents et amis qui ne sont pas à leur place. Pour tous ceux qui me lisent depuis plus de dix ans sur Lefaso.net, que ça soit Blaise Compaoré de l’ancien régime, et aujourd’hui Roch Kaboré élu démocratiquement par le peuple, je les ai conseiller, ‘’’que ce qui importe dans un pays comme le nôtre qui est dans une quête de développement, c’est de rassembler toutes les compétentes et compétents, de la majorité à l’opposition du pays, a la réalisation d’un seul objectif sans favoritisme. Pour se faire, il faut utiliser toutes les personnes de capacités et de compétences en les mettant qu’il faut à la place qu’il faut, au moment qu’il faut, comme la révolution inachevée du feu Thomas Sankara pratiquait en forçant cadres, Ingénieurs, ministres, d’être sur le terrain.’’’ Malheureusement, voilà que Roch Kaboré, dans un contexte particulier, met des parents cancres a la place des bougres de cornichons comme Zida. Qui est diffèrent l’un ou l’autre ? Ce que je sais comme expérience de la politique d’autruche de nos dirigeants de pacotille, dès que les preuves seront réunies et remplissent la vase, le peuple opprimé se révoltera avec un soulèvement populaire et légitime pour faire fuir avant midi les dirrigeants égoïstes.

  • Le ministre doit rendre sa démission et il n’a pas besoin qu’on le lui demande.Il faut la culture de la démission soit inclue dans les tètes de nos dirigeants corrompus jusqu’aux moelles osseuses.

  • C’est tres simple que le Ministre et tout son Staff rendent le tablier avant que toute action populaire ne les oblige. Que ce député fautif se fasse remplacer rapidement par son suppléant trop c’est trop. Le BURKINA nouveau ne peut plus admettre cela. Apres les dossiers des tablettes, les un millions pour les députés , en voila un autre encore . Trop c’est trop. On ne vous veut plus devant nous. Que Rock prenne ses responsabilités en nettoyant autour de lui tous ces vautours qui se sont montrés indignes. Si vous ne réagissez pas vous porterez la responsabilité de les mal gouvernance. Il n’y a pas de petit délinquant, la Maco est ouverte pour tous.

  • IL FAUT ACCEPTER DE SUBIR LES CONSEQUENCES DE NOTRE TRIPITUDE. QUAND LAURENT BADEAU PARLAIT DE "PEUPLE MOUTON" LES GENS MAL AVERTIS LE QUALIFIAIENT DE FOU. VOICI CE QUI NOUS ARRIVE MAINTENANT. COMMENT VOULEZ-VOUS REALISER UNE TELLE INSURECRION SALUÉE PAR LE MONDE ENTIER ET REMETTRE LE PAYS ENTRE LES MAINS DES "MAITRES PREDATEURS" DU PAYS PENDANT 27 ANS AVEC LEUR GRAND TIMONIER INCONTESTÉ ET INCONTESTABLE BLAISE COMPAORÉ ? PENDANT LA CAMPAGNE QUAND J’AI VU COMMENT LE BILLET BLEAU A CRÉÉ COMME VAGUE DE CORRUPTION A GRANDE ECHELLE, J’AI CONCLU QUE CE PEUPLE NE SORTIRA JAMAIS DE SA SITUATION DE "PEUPLE ASSERVI". QUE BON DIEU SAUVE NOTRE FAASO.

  • Au Nayala nous n’avons jamais appris la remise de ces sous Pour La mobilisation populaire. Ce n’est jamais sorti d’un compte rendu. Jai honte pour nos deux responsables. Eux mêmes ils veulent pas débourser un centime et ce qu’on nous donne ils Le détourne. Le Nom de Dieudonnee Bonanet est gâté dans ces genres de pratiques . Est il obligé d’aller lui meme décharger cela chez son collegue dans la mesure ou nous avions mis un comité d’organisation en place. Un vrai Samo ne fait pas cela. Je suis vraiment indigné.

  • Pourquoi payer des ministres pour un lancement de travaux ?
    A quoi servent les ministres de ce pays ? Ils sont là pour travailler et n’ont aucun mérite plus que les autres travailleurs.
    Dans ce cas il faut supprimer les lancements de travaux et permettre à l’entreprise de commencer les travaux sans protocole !
    De qui se moque-t-on dans un pays si pauvre ?
    Au lieu de réfléchir pour avancer, on réfléchit pour réculer !
    Quelle merde !

  • Et pourtant ce ministre Bougouma lance des constructions de routes telles la circulaire (refiat en 2 mois !!!), dassagho-yalgado avec un mini echangeur !, Koupela-Gounghin, Kongoussi-Djibo, Didyr-Toma-Tougan, Dedougou-Tougan, Banfora-Frontiere de CI, et les 1300 km de route en terre pour cette annee 2017 !!!. Hum, un ministre corrompu peut-il avoir tout ca a son actif ? comment tous ces chantiers ont ils pu etre en travaux si l’organigramme du ministere est mauvais comme vous le dites ? Celui qui parle oublie que celui qui ecoute reflechit. Du courage Monsieur le ministre. Nous voulons des routes et non du bla bla.

    • "PIMENT ROUGE" DEVIENDRA PIMENT POURRIT ET LES CORROMPUS VONT FRANCHIR LA FRONTIÉRE. VOUS CROYEZ QU’ON VA HUMILIER ET CHASSER LE PUISSANT BLAISE ET COMPAGNIE ET ACCEPTER PIRE QU’ILS ONT FAIT ? NON ET NON ! TOT OU TARD LES INDELICATS LAISSERONT DES PLUMES.

    • Je me demande ce que tu à la place du cerveau. Pour parraphrasé l’artiste Ton Zéla de la CI, je que tu as sur la tête Coco est mieux. Pour dire simple se ministre fait des lancement pour se sucrer les poches avec ses proches.

    • J ai oublié d ajouter Dori-sebba et Poura-Fara. Mais je comprends vos injures. Et surtout je comprends que lorsqu on enlève desmains du plats, c est la on voit comment 《django sera souffert》le passé est définitivement à la poubelle. On a vu des attestations de bonne fin de chantier de route et d école signées par vos grévistes alors même que les ouvrages n existent pas. 《On vous connait》

    • Mon piment rouge est rentré dans tes yeux ouverts ou quoi ? Beh il faut pleurer fooort. Ca va passer si tu laves a grande eau, espèce d idiot.

  • voici un syndicaliste qui sait s’exprimer et surtout présenter de façon claire les éléments de revendications. Je crois que le lièvre est levé, le ministre ne peut plus jouer à l’ignorant. il doit agir et il agira ! que cela lui plaise ou non. pour l’heure nous relaierons ces informations sur nos canaux habituels et resterons à l’écoute ces jours ci pour voir l’évolution.

  • chers syndicats, continuez avec votre « on jette le tout et on recommence à neuf ». Nous on voit les resultats avec ce ministre et nous le peuple nous sommes satisfaits. Quand a vos petits gombos disparus, pleurnichez doucement mais mettez-vous au travail. Que diable. beaucoup d agents provinciaux sont des dealers.

  • Je pense qu’il faut un mouvement populaire au Burkina contre la corruption, si vraiment nous voulons que ce pays se développe, il n’y’a pas mille manières de le faire, aucun pays ne peut prétendre au développement sans une gestion optimale des ressources ; toutes petites que soient telles ; et les pays émergents aujourd’hui nous l’ont démontré pas parce qu’ils ont des ressources débordantes mais des ressources limitées avec une culture de rendre des comptes. Le gouvernement doit faire en sorte que toute action engagée respecte un cahier de charge qui doit être justifié avant et après chaque projet. Sinon ?

  • Hé djaa ! Ils veulent mppiser l’administration publique. La politisation de l’administration emmène des detournements, la corruption, la gabegie, etc. C’est déjà commencé au ministère des infrastrures. l’ ASCE/LC, REN-LAC sont interpelés et ce fond doit retourner au tresors, c’est l’argent du peuple. C’est comme ça qu’ils endettent le pays en contractant des prêts au nom du pays et les detournent. Ils sont encore là, ceux qui nous ont mis en retard.

  • À quand la rue !?
    Ces gens ne connaissent que le rapport de force.
    Ou est le CFOP pour mobiles aux côtés des syndicats
    pour stoper la folie des héritiers de Blaise !?
    À quand la rue !?

  • Nous assistons là, à quelques jours de fameux remaniement ( devenu serpent de mer) à une guerre des tranchées entre les 3 têtes du MPP. Très souvent c’est un ministre qui monte les collaborateurs de son collègue ministre juste pour l’empêcher de rayonner. Et pour ce faire des feuilles sont versées waaaah. Dans tous les cas, ces deux ministres proches des deux grosses têtes du Mpp, vont tomber ensemble.

  • L, asce, l,inspection des finances et le Renlac doivent se saisir urgemment du dossier, sans oublier de faire une vérification approfondie des résultats des différents appels d’offres publiés en conseil de ministre.

    • Eliane, tu te fais rare sur le forum, heureux de te lire : C’est comme tu lisais dans le cœur de ton vieux Ka : Car immédiatement après avoir lu cette analyse qui montre que rien n’est changé au niveau des vieux crocodiles de l’air Compaoré, ‘’’exemple un ministre de santé qui se prenne pour Rambo par ce qu’il est protégé, un ministre de l’infrastructure parent du président qui ne se cache pas avec ses acolytes qu’ils pratiquent ouvertement la corruption a ciel ouvert,’’’ j’ai eu a discuté avec un proche au RENLAC qui me confirme qu’il ne dormiront pas sur cette affaire de flagrant délit. Bien à toi.

    • Tonton ka c’est tout juste un temps de grâce accordé au nouveau ancien régime mais au regard de la situation calamiteuse nous allons reprendre la plume. Ensuite je suis constamment à la base pour travailler au développement de mon village car j’ai été élue conseillère municipale .voilà ce qui m,éloigne du forum.

    • Eliane, mamie pensait que tu as quitté le forum par ce qu’elle a puisée toute ma carte de visas au Kenya, et nous n’avions pas pu te donner un cadeau de ce pays merveilleux, avec des Masaï a l’éducation des Silmimossi du Passoré qui ont pris Sankara pour Idole, et même un d’entre eux a construit un hôtel de haute gamme du Nom de ‘’’Hôtel Sankara.’’’ Mais comme tu es là, reprenne la plume pour un combat noble pour faire avancer ton pays. Les Yameogo Denis, les Macaire Ouedraogo, les Conombo joseph, les Henri Guissou, les Gerard K. Ouédraogo et tant d’autres, nous disaient la même chose, ‘’’continuer,’’’ et nous avons fait de notre mieux comme eux, en vous laissant le relais pour ajouter de ce que nous avons fait pour notre pays. Bien ou mauvais, nous l’avons fait pour vous. Faites-le avec sincérité pour la nouvelle génération. C’est ainsi que les pays développer se sont sacrifiés de génération en génération, et nos ignorants gouvernants dorment dans leurs bureaux en les poussant à tendre la main, et êtres toujours les esclaves des impérialistes.

  • Au district sanitaire de Pama le regisseur d’avance est affecté mais il veut passer tous les marchés avant de partir.
    ASCE doit venir à Pama car rien ne va

  • C’est la vrai nature du régime qui est décrit par M’BI Yaméogo et son syndicat : les détournements. Lors de l’exposition des resultats de l’audit des parcelles de Pabré quand le nom du ministre Simon a été cité comme attributaire de parcelle il a ménacé de porter plainte. Mais jusqu’à présent c’est silence Radio. Il n’a pas posé plainte. Le maire a affirmé que c’est le ministre MATD de l’époque qui lui a remis la liste sur laquelle figure le nom de Simon Compaoré. Et ce ministre n’est rien d’autre que Sawadogo Pegdwendé Clément actuel sécretaire général du MPP et ministre de la fonction publique.

  • Il faut reactualiser votre plate forme en incluant la demission ou le limogeage du ministre.
    Les organisations de lutte contre la vie chere sont egalement interpellees.
    Sidnoma

  • Voyez vous ! Tant que le sommet stratégique n’instaure pas la bonne gouvernance et la pratique de la redevabilité, il y’aura toujours des revoltes qui par accumulation conduira à un soulèvement. Vous ne pouvez pas traduire le centre opérationnel à seulement exécuter, vivre de leur salaire de misère et voir les les responsables s’octroyer des frais pour des missions qu’ils n’ont pas exécuté. Cela se voit dans tous les ministères.
    Solution simple : augmenter les salaires tout en respectant l’équité, reduires les frais de missions, publier le budget en debut de période, faire le bilan par semestre et publier ce que chaque agent a perçu comme frais de mission et le taux d’absentéisme lié aux missions. Il faut aussi instaurer la culture de la sanction à tous les niveaux pour les manquements.
    Bonne gouvernance-redevabilité-sanction.
    "A kuud gomda gomdan, n bass yela nin loedba"

  • vous n’aurez rien,que dalle, le ministère des infrastructures est l’un des ministères qui travaille le plus,vous grevez pour votre gosier c’est tout,mais si vous ne voulez pas travailler deparassez le plancher bande de paresseux,y’a des burkinabés ki aiment leur pays et qui son pret a travailler sans frais de mission

  • Merci beaucoup pour cet entretien. Quand les syndicats nous expliquent clairement les faits et les motivations de cette façon, nous comprenons. Dans cette situation, je pense qu’il vaut mieux qu’il y ait un dialogue sincère entre les parties prenantes. Le Ministre doit reconnaitre son incompétence et qu’il n’a pas été patriotique : IL DOIT DÉMISSIONNER !

    • quel incompétence pourquoi c est pas toi qui a été nommé ministre donc arrete de deliré.il faut de l ordre dans ce pays pour des personnes irresponsables comme toi.comment peux tu dire qu’il faut qu’il démissionne

  • De toute façon ce ministre sera le premier à faire la prison après la seconde insurrection. Inchallah, wait and see.

  • Qui a raison ? qui a tort ??????
    Ce qui a toujours été désolant dans ce département, c’est qu’on n’a jamais su à qui se plaindre de la dégradation avant l’heure de NOS routes bitumées à coup de milliards, toutes ces infrastructures aux normes dépassées, de milliers de kilomètres de routes bitumées, mal faits d’ailleurs ; des édifices publics lézardés à moins de 10 ans d’âge...c’est déplorable.
    on ne peut aller loin dans un pays lorsqu’il n’y a aucun sérieux mis dans l’exécution et le contrôle des chantiers ; des infrastructures mal exécutées sont réceptionnées et les acteurs responsables vivent dans l’impunité totale. parfois même, nos ingénieurs ne se prononcent pas toujours.Le contribuable et citoyen, se sent délaissé par ses EXPERTS, CONCITOYENS et FRÈRES. Y a t-il un ORDRE DES INGÉNIEURS ? POURQUOI NE LEVEZ VOUS PAS LA VOIX ? . SI VOUS VOUS MUREZ DANS LE SILENCE , LE PEUPLE VOUS PENSERA COMPLICES ET PENSERA QUE C’EST PARCE QUE VOUS ETES DEVENUS VICTIMES QUE VOUS VOUS AGITEZ.Des fonds publics dilapidés et qu’il faille à nouveau aller en chercher pour revenir mal utiliser de nouveau au nom de servir le contribuable.
    PAUVRE FASO.

  • Quant à moi, je réitère mon point de vue au gouvernement et aux différents ministères comme suit :
    Rien que la chienlit ! Voilà ce que tous ces travailleurs grévistes et leurs syndicats ont à coeur. Et cela pour troubler seulement le sommeil de nos dirigeants. Même les gens les plus somnolents durant vingt-sept ans, se sont tout d’un coup réveillés pour semer la merde, parce qu’ils ne craignent rien et n’ont rien à redouter d’un régime qu’ils estiment molasse et condescendant à l’excès. Dans ce genre de contexte, même si ces trublions n’ont rien à revendiquer, ils trouvent toujours quelque chose, en secouant les fonds de tiroirs. C’est pourquoi je propose quant à moi, que tous les ministères lancent des avis de recrutement. Quel est aujourd’hui ce jeune chômeur, qui ne serait pas ravi d’aller occuper par bonheur un poste, dont le titulaire en a assez de son salaire qu’il trouve bas, ou de ses avantages qu’il estime insuffisants ? Recrutez des agents en masse au nom de tous les ministères, pour remplacer tous ces aigris, qui passent par des arguties, pour saboter l’image de l’actuel régime. A part les agents de santé que j’apprécie dans leurs quêtes, tous les autres ne sont que des politiciens masqués. Alors qu’ils payent sans regrets leur bavure, ne serait-ce que pour un an de chômage, et on verra la suite.

    • Cher internaute Cheikh !

      A souhait, j’ai pu mesurer avec tous les internautes de ce forum, votre degré de patriotisme. Seulement est ce que cela fait de vous plus patriote que les autres Burkinabè ? Un responsable syndical, qui en sus de leur revendication ordinaire relate des faits de possibles libertinages avec les deniers publics. Ce monsieur connaît bien les conséquences de fausses accusations et de diffamations. A ses risques et périls, il a quand même accusé publiquement. Les faits rapportés ici sont récents (février 2017) et mettent gravement en cause la probité d’un député et d’un ministre. N’y a t-il pas lieu ici pour vous (en termes de bon sens cela s’entend), de réclamer que les intéressés se prononcent publiquement sur ces accusations ? Surement, cela ne passerait pour certains, qu’une "peccadille". Devrait on conjecturer de votre post que vous avez la preuve du contraire ? Je vais vous dire, ils ne réagiront pas ; les faits sont réels et il n’aura rien. Les chiens aboient et la caravane passe. Du reste, votre proposition de remède le traduit si bien, vous qui proposez le musellement des dénonciateurs par la menace du renvoi. Les deniers publics n’appartenant à personne, appartiennent donc à qui a l’opportunité de s’en servir ? Celui qui a le pouvoir donc. Parce que c’est manifeste à présent que ceux qui dénoncent sont moins patriotes que ceux qui détournent à tout va ? Allons seulement.

      Sonia.

  • Moi je n’ai jamais prié pour que ce pouvoir puisse décaisser même cinq mille milliards (5 000 000 000 000) de F CFA des dix-huit mille milliards (18 000 000 000 000) promis par les bailleurs de fonds. Sinon, suivez mon regard, ....
    Ce pour quoi je prie, c’est que Dieu nous garde avec eux jusqu’à la fin de leur mandat et ils vont partir tranquillement sans plonger ce pays une nouvelle fois dans le chaos.

  • Dommage si ce qui se dit ici est réel.
    J’ose espérer que cela ne va pas jouer sur les engagements de l’Etat par rapport à la route Goughin-Fada-Kantchari-Frontière Niger et Kantchari-Diapaga-Tansarga-frontière Bénin !
    Ils vont ensuite venir chanter KO il y a eu changement.

  • Il sembl que cette histoir de 200 milions date d’une époque avant l’arrivé du Ministre. C’est ce dernier qui a comandité un audit sur l’affaire et attendai les résultats pour prendre des décisions.

    • C’est sa mon oeil. Il semble, il parait toujours entrain de trouver des excuses bidon. Les faits sont là !
      Que la justice fasse son travail et les sanctionnes tombes Point barre.

  • Pourquoi installer une cellule du MPP dans un ministere ? Si c’est le parti qui l’a fait ou une initiative de militants trop zelés, il faut installer aussi des cellules de chaque parti. L’existence de cette cellule en dit long sur les intentions de ce parti au pouvoir avec leurs vieux reflexes pour faire du tuug gili et mieux nous piller. Si jamais nous relachons un peu la vigilance et la mobilisation, on est foutu a jamais !

    ce n’est pas qu’ils n’ont rien appris de l’insurrection populaire mais ils s’en foutent de nos preoccupations e de l’avenir du pays. Ces vautours comptent sur le temps et la lassitude des populations pour reprendre en main et piller comme il faut. A nous de les obliger a considerer le bien des populations et non le leur qui est purement egoiste

    Merci a ce syndicaliste qui semble sincere et s’exprime clairement car il n’y a rien a cacher : ils luttent pour l’interet du pays. Courage aux vrais syndicalistes que vous etes
    SOME

  • Merci aux internautes pour vos réactions contre les détournements et la gestion scandaleuse de notre administration. En réalité ces messieurs du MPP agissent de la sorte parce qu’ils disent que les gens sont fatigués de marcher et de sortir dans la rue.Ils disent qu’aucune organisation ne peut mobiliser encore des gens pour demander le départ de quelqu’un même s’il est voleur, tueur...Ils de trompent lourdement.
    Il faut que le peuple burkinabè montre qu’il ne se fatigue pas de lutter pour la justice et la paix,qu’il ne s’use pas face à des détournement de derniers publics.
    Que le ministre virent ses collaborateurs détourneurs,qu’il arrête de politiser le ministère ou qu’il démissionne.Point barre !

    • Mon cher Edmond premier, pourquoi le ministre devrait il virer ses collaborateurs ? Ce ministre doit montrer patte blanche au gouvernement, au syndicat et au peuple. le PM s’est déjà exprimé sur la suite qui sera donné à tout ministre sur lequel il y aurait des preuves de mal - gouvernance. Là, le peuple doit savoir pourquoi la BAD a stoppé le financement du projet et où son passer les 200 millions !

    • Pauvre Virgule !

      Je te lis, je te plains. Le PM ? Demande à l’entreprise SOFNET BURKINA dans un certain marché public comment le PM se saisi des questions de bonne gouvernance ; ou plus exactement de mauvaise gouvernance. Tu sera très édifié. Renseigne toi du même coup sur le degré d’engagement de la ministre des finances sur le même sujet.

      Sonia.

  • Voici le mal du pays : 1)Beaucoup de de discours vertueux ,
    2) Beaucoup de comportements vicieux,
    3)la dénonciation des malversations tombe comme la pluie sur le canard.
    4) des exemples : 200 millons détournés, des noms sont cités, le ministre BONANET et le Député MOSSE auraient reçu respectivement 1,4 millions et 1million pour la mobilisation pour le lancement de la route Didyr Toma Tougan. Pourtant, ils ont fait cotiser les ressortissants a cet effet. Qu’est ce le Gouvernement attend pour réagir ?
    5) où est la gouvernance vertueuse ?
    Le Chef du Gouvernement est interpellé.

  • ce n’est pas facile "on demande à des directions qui sont à Ouagadougou d’aller faire le contrôle pendant que les directions provinciales et régionales ne sont pas associées". donc ceux qui ont élaboré cet organigramme veulent dire que ceux qui sont affecté dans les régions ou provinces n’ont pas droit à des gains quoi ?

  • Ah... rien n est plus dur que lorsqu on a perdu ses habitudes de gagner l argent. Des perdiems chaque mois qui dépassent leurs salaires. Les agents voleurs, les syndicats affairistes. Laisser le ministre travailler. On le jugera au résultat. Rock fera une erreur en enlevant ce ministre bosseur. La vérité ? ?? Les gens ont perdu leurs deals d hier et ils sont enragés pour ca.

    • Juste et très bien parlé mon cher.C’est des charognards en manque de charognes.Mêmes la viande propre ils y verront de la pourriture.Syndicalistes affairistes et eux même voleurs.

  • Même si le ministre bitumait toutes nos routes jusque dans nos toilettes, le fait de piquer un seul centime du burkina, il partira pian. Ces complices et ses mentors subiront le même sort. Y en a marre à la fin. Qui d’entre tous les detourneurs du burkina est sorti du ventre de sa mère avec le titre foncier du burkina. Peuple burkinabé, tolérance zéro pour les détournements de toute nature.

  • J’ai du mal a comprendre. Pourqupoi payer un ministre pour participer aux lancement d’une activite de son ministere dans son pays ? Ca ca veut dire quoi ? Son salaire mensuel c’est pour quoi maintenant ? Mettre l’essence dans la voiture qui devrait l’emmener d’accord. Pourquoi ces payments ? J’ai honte de mon pays. Je regrette avoir meme eu la carte MPP New York bien que jai deserte bien avant les elections. Ca c’est un vol organise des maigres ressources du pays.. MPP cest vraiment Mouvement Pili Panbe

    • C est pour les tentes à dresser, les chaises, la sono, le transports des autorités locales et le pot de la fin. Et außsi les troupes de danse qui prestent. Ne soyons pas si durs. Ca se fait en toute cérémonie. Le vrai problème c est que des gens qui étaient toujours de ces événements ne font plus partie de la liste. Et ca, ça leur arraché la bile. Y a mey ?

    • C’est pratique ne m’étonne pas. C’est la preuve de ce que je disais à ceux qui suivaient aveuglement ces gars. On n’a rien vu d’abord et ça, ce n’est rien et dans certains ministères et institutions c’est plus pire. On a rien vu d’abord, ils sont de retour ceux qui ont volé, pillé, detourné, endetté, etc. mon pays. On a encore rien vu, des crimineurs, assassins sont encore là. Ces politiciens vereux sont présents pour endetter à nouveaux le Faso par leur PNDES. Honte à ceux qui les ont voté. On a rien vu d’abord. quand les députés se sont distribués des tablettes et des millions, j’avais dit que le pire viendra. Encore je dis que ça ce n’est rien. Attendons voir !

    • M’ma mey !!! Né ma mey fessê fessê.

      Les tentes ? Les chaises ? La sono ? La prise en charge des autorités locales etc.? Toi aussi mon cher Kuilga. C’est aspects là, je t’informe, sont gérés par la direction régionale ou les services de la DAF. Avec des factures et des quittances. Penses-tu sincèrement qu’on demandera gentiment au ministre et au députés de "vouloir bien" s’occuper de ces formalités ? Commander, etablir les contrats et procéder au paiement ? Assurément la réponse est non comme tu peux en convenir. Vérifie bien. Ce qu’ils ont pris, c’est pour eux et par état d’émargement. c’est clair. C’est la base légale qui n’existe pas pour justifier.

      Sonia.

  • ’’’A la jeune internaute Eliane :’’’ Heureux de te lire ma petite Eliane la battante. Tout mon encouragement à toi pour ta participation à faire avancer le pays que nous aimons tous, car sans avoir des conseils des uns et des autres, une classe donnée ne peut évoluer. Je condamne a toutes mes sœurs et frères qui crient sur les toits qu’ils ne font pas la politique, ou qu’ils ont adopté une attitude apolitique ou encore disent qu’ils ne parlent jamais de politique , se trompent grandement. La politique politicienne qui est l’art de duper les masses par certains démagogues qui ne connaissent rien à l’essence véritable du mot politique, induit beaucoup de gens en erreur : Mais à travers ton combat sans tabou de partisane du CDP, et tes écris pour refonder le nouveau CDP que nous les vieux tontons ont marqué l’histoire de son existence le 05 février 1996, je crois qu’avec une jeunesse décidé comme toi, même consciente des énormes défis, vous ferez la différence pour l’avenir de ce parti. J’ai eu des pionniers et des pionnières en charge au moment de notre révolution inachevée, je me rappelle des battantes filles policières, qui étaient jeune comme toi de la tête au pied venants de ta région, devenus par la suite, et grâce à ce même CDP, des politiciennes de haut rang, ‘’’députés, ministres, directrices, cadres,’’’ qui ont fait leurs preuves de persévérances des femmes debouts du pays des hommes intègres. Je demande à vous la jeunesse du CDP de renforcer l’unité dans la sincérité, car dans l’ancien avec le groupe A. Kouanda-François Compaoré, la direction a eu des insuffisances à prendre ses responsabilités vis-à-vis de la jeunesse compétente quand il était nécessaire. L’unité pour l’unité n’est pas indispensable, surtout l’unité commune sans les diviseurs pour régner égoïstement. Conseillez à mon petit frère Blaise Compaoré, qu’il reste fils de Bila Compaoré né à Ziniaré, il doit avoir la dignité de revenir affronter son peuple et sa justice, et qui sait, après avoir payer avec légitime ses erreurs comme attend courageusement son bras droit Gilbert Diendéré qui assume en bon soldat, nous le rêveront à Kossyam avec une jeunesse averti comme toi, et qui doute des objectifs concrets des RSS. Bien à toi et ta famille. ‘’’Que Dieu tout puissant te protège.’’’ A te signaler que les travaux du circulaire du Nord font limités mes sorties de ma banlieue pour traverser tout Tampouy, mais ça aussi fait partie de l’avancer de notre pays pour votre avenir. Ka farouche partisan de l’alternance politique du Burkina avec sa jeunesse.

  • Au moins ici, si c’est vrai c’est clair.
    Mais très infime par rapport à ce qui se passe au MEF avec la corruption "très" active de certains Contrôleurs Financiers.La-bas,c’est simplement renversant.
    Toutes les communes du centre sud et précieusement nous du Bazèga ,nous souffrons avec notre toute puissante direction provinciale du Contrôle Financier.
    Pour viser un contrat financier à chaque étape ,il faut le ou les (les agents) graisser, à la réception il faut de l’argent.c’est carrément non caché. c’est tellement grave que le non paiement peut amener le comptable communal à tourner comme une montre entre ta commune et la direction du contrôle. Pas de communication,pas possible de s’expliquer avec lui.Et le gars est d’une arrogance pas possible. Menace les fournisseurs.

  • Bonjour
    Vous avez raison, De mémoire , je sais que bon nombre de nos pays limitrophes, le Bénin, le Togo, le Mali, le Niger, et plus loin de nous le Tchad, la Centrafrique pour ne citer que ceux-là, ont connu des mois et des mois sans salaires par ce que les gréves, les calculs politiciens , l’inconscience en ont été les causes.
    Ici au Burkina , ce sont les grèves touts azimut , chacun revendique pour un oui ou pour un non , c’est la mode, il faut montrer au régime actuel en bandant les muscles qu’on est fort et que "plus rien ne sera comme avant".
    L’ego dirige, mon pain et pour les autres, on s’en fou.
    Continuons à scier l’arbre sur lequel nous sommes perchés , continuons à désaxer le système économique par l’infantilisme de nos revendications.
    Quand la république s’essoufflera et qu’elle sera en faillite, même Zéphirin qui pense détenir la clé de tous les maux du pays ne pourra rien faire s’il parvient au pouvoir dans les conditions actuelles.
    IL est tant que chacun se ressaisisse pour mener le bon combat, car le Burkina n’est pas la Côte d’Ivoire aux ressources énormes, capable de rebondir économiquement après des crises successives. Sachons raison garder car les fonctionnaires constituent l’infime partie de la population. Pensons aux autres, à la postérité .
    Et si les paysans se mettaient dans la danse pour une augmentation des denrées, la volaille, et si les transporteurs qui ont aussi des problèmes veulent augmenter leurs tarifs par ce que " viima lebga kanga" , et si et si , serions nous dans quelle république ?. N’abusons pas du droit de grève prévue par la constitution. Quittons l’infantilisme pour revendiquer le réaliste, le réalisable.Dénonçons la mauvaise gouvernance, faisons la veille citoyenne mais pour améliorer la gouvernance au lieu de vouloir à chaque fois tout recommencer.

  • Les faits sont suffisamment graves qu’il n’est pas nécessaire d’interpeller le chef de l’Etat. C’est le résultat de toutes les intimidations de l’opposition de l’ASCE-LC et des OSC. Maintenant il n’y a rien devant. Tout est Kaba :
    - le détournement est une simple redistribution et un butin de guerre ;
    - la politisation de l’administration montre que le pouvoir est la finalité et non le moyen de réaliser une vision ;
    - l’arrogance est le signe de la petitesse des esprits qui nous gouvernent. Ainsi on se croit divin " capable de remplacer les hommes par des pierres pour proclamer la gloire de Dieu". Le commandement des B sur A caractérise l’absence d’ambition positive et d’objectif au profit du peuple.
    Que faire ?
    - donner la vitalité au MPP par l’élection du président du parti afin rendre les ministres redevables au parti au premier degré puis au peuple par la suite ;
    - libérer l’ASCE de ses craintes et lui donner des moyens nécessaires à la réalisation de ses missions,
    . Réexaminer le mémorandum de l’opposition pour en tirer tous les enseignants pertinents pour l’avancer du Burkina Faso et cesser la destruction des OSC à travers la justice.
    - interdire les cellules politiques dans les services ; mettre en œuvre les textes relatifs aux emplois spécifiques et obliger les retraités à jouir de leur retraite.
    Vive le Burkina Faso !

  • Merci à Lefasonet qui va à la rencontre des principaux animateurs de l’actualité socio-politique de notre pays pour nous permettre de comprendre à quel point certaines vielles pratiques ont la peau dure sous nos cieux. Détournement de 200 millions dans un Projet impunément et pire, les mis en cause de cette pratique qui devaient être en train de rendre compte devant la Justice, se retrouvent parmi les plus proches collaborateurs du nouveau Ministre ; à quel changement qualitatif peut-on s’attendre avec ça ? Sinon une invitation aux travailleurs honnêtes à emboîter ce pas.
    Quel sens peut-on donner à cet acte qui consiste à donner 1 million et 1,4 million au Député et au Ministre pour une prétendue mobilisation de la population ? L’argent du contribuable ne doit pas servir à faire de la propagande politique. Ce genre de comportements peuvent provoquer la fièvre chez les honnêtes citoyens qui pensaient que ce temps était révolu ; ça aussi c’est un détournement déguisé, et des comptes doivent être demandés à qui de droit. Imaginez-vous un instant que les financements prévus dans le cadre du PNDES du Premier ministre Paul Kaba TIEBA soint gérés de cette façon ; le MPP peut dire Adieu au pouvoir en 2020 ou c’est l’avènement d’une 2ème insurrection populaire car on sera toujours à la case départ.

  • je veux juste que Roch sorte parler de la même façon qu’il parlait de Zida. On combat des terroristes dans le Nord alors qu’ils sont tapis dans l’ombre des institutions de mon pays entrain de piller le pauvre contribuable. Eh oui, je qualifie cette délinquance financière de terrorisme. C’est quoi cette affaire encore ???? Chaque jour avec son lot de crime économique. Il faut qu’on se mette debout maintenant car c’est devenu de la foutaise à la limite

  • En parcourant tous les intervenants de cette analyse, je vois venir les faits des continuités des discordes de nos politiques de pacotille depuis notre indépendance. Posez-vous la question pourquoi un remaniement tarde à venir ? Depuis l’indépendance de notre pays, toutes les équipes gouvernantes qui arrivent au pouvoir qu’il soit civile ou militaire, de Maurice Yameogo a Blaise Compaoré et maintenant Roch Kaboré, laisse chacun profiter dans son coin : Comme un ministre de la santé Rambo du côté du roi de l’assemblée nationale, un ministre de l’infrastructure du côté de la présidence, et qui sait au niveau de l’intérieur. Ça a toujours été ainsi, avec des conséquences graves : Car au Burkina il n’y a jamais eu de vieux couple politique à la retraite tranquille : Les divorces des politiques égoïstes et aux gosiers larges de notre pays sont des monnaies courantes qui minent le développement du pays depuis notre indépendance, et surtout conduisent le peuple souverain aux soulèvements populaires et légitimes. Le trio eux-mêmes savaient en avance que leur divorce est inévitable et sera douloureux. Roch Kaboré sait qu’il a devant lui un adversaire XXXL depuis 30 ans qui est Diallo Salif, un fin diviseur comme Hermann Yameogo pour régner sans partage. Depuis 30 ans, la nouvelle génération ou la force vive en politique de notre pays, savent que Salif Diallo a toujours su jouer l’art de la politique de dupe pour emprisonner ses adversaires et les manipuler à sa guise. Ce n’est pas Blaise Compaoré ni maintenant Roch Kaboré, qui me diront le contraire. Ayant trop vu dans le pays des hommes intègres, je dis que le seul vrais juge et avocat de ces gouvernants égoïstes, est le peuple souverain avec ses soulèvements populaires qui ne tarderont. Merci a toutes et a tous de défendre notre denier public qui est légitime.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés