Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

lundi 23 janvier 2017 à 23h52min

Après les militaires radiés suite aux minuteries de 2011, c’est au tour des policiers révoqués de se présenter devant le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN). Ce lundi 23 janvier 2017, ces policiers révoqués qui se disent victimes d’injustice, ont été conviés pour apporter leurs versions des faits.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

« Aujourd’hui, il était temps pour nous de dire rien que la vérité par rapport aux évènements de 2011 » a confié Mahamadi Tidiga, porte-parole des policiers radiés. Depuis leur révocation de la Police nationale en mars 2012, les 136 fonctionnaires de police ne cessent de clamer leur innocence, multipliant les actions de plaidoyer en vue de leur réintégration. « Nous avons été conviés par le HCRUN pour apporter la lumière sur la minuterie policière de 2011 » a dit Mahamadi Tidiga.

Puis, le porte-voix des 136 policiers révoqués de poursuivre : « Lorsqu’on parle de réconciliation nationale, il va falloir qu’il y ait d’abord une vérité, ensuite une justice, auxquelles pourrait peut-être se joindre le pardon ».

A en croire Mahamadi Tidiga et ses collègues, il y a eu des non - dits dans cet évènement et il était temps pour eux, de démentir certains faits qui leur étaient reprochés. « Il y a des non-dits par rapport à nous, des actes de violence, de pillage et de vol que certains nous ont accusé d’avoir commis » a-t-il déploré.
Et le représentant des policiers révoqués « arbitrairement » de soutenir : « Même ceux-là qu’on dit, qu’ils ont violé et pillé, rien n’est établi clairement. Et si on arrive à dire aux gens que certains ont violé et pillé, il faut qu’on dise à cette même population, qui sont ceux qui sont allés piller. Parmi nous, chacun a une identité ». Les policiers ont par ailleurs déclaré détenir des preuves sur « certains supérieurs hiérarchiques qui ont juré que nous ne reviendrons pas, qui s’adonnent à des actes, achetant des gens pour qu’ils écrivent sur les réseaux sociaux que nous avons violé et pillé », a affirmé Mahamadi Tidiga.

C’était la seule voie pour se faire entendre

Regrettant le fait qu’il y ait eu des coups de feu lors de cette manifestation en vue de meilleures conditions de vie et de travail, les policiers radiés soutiennent : « Nous avons seulement demandé en son temps, que la hiérarchie policière puisse quand même avoir un regard bienveillant quant aux meilleures conditions de vie et de travail des subalternes » a dit Mahamadi Tidiga, affirmant que « c’était la seule voie pour nous de nous faire entendre, puisqu’il n’y avait pas de dialogue entre hiérarchie et subalternes ».

Nous avons foi au HCRUN

Tour à tour, une cinquantaine de policiers ont donné leurs versions des faits sur la manifestation du 28 avril 2011. Benoit Kambou, le président du HCRUN a indiqué à cet effet : « On a donné la parole à chaque policier, chacun dit ce qu’il a sur le cœur et nous enregistrons, pour nous faire une idée de l’ampleur des problèmes qu’ils ont rencontrés ». Des différents témoignages, le président du HCRUN dit recueillir une : « dénonciation des injustices qu’ils ont vécues. Les formes d’injustice sont multiples. Elles vont du pillage des perdiemes à la maltraitance … On a retenu l’essentiel. Le moment venu, on fera ce qu’on doit faire » a-t-il souligné. Le responsable du Haut conseil pour la réconciliation nationale a tenu à préciser que son équipe va confronter les différents témoignages aux éléments du dossier et « peut-être, auditionner ceux qui sont dénoncés pour faire la lumière ».

En attendant, Mahamadi Tidiga et ses collègues ont foi en l’avenir et espèrent que l’autorité actuelle va ouvrir l’œil et le bon, pour donner un meilleur dénouement à ce dossier.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 janvier à 05:01, par warba
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    On a profite des erreurs de quelques policiers pour degager tous les recalcitrants et contestataires qui derangeaient la hierarchie.Actuellement il ya des universitaires au sein de la police qui n’acceptent plus encaisser les brimades et injustices des superieurs comme le detournement/confiscation des perdiems et autres frais de mission et a la moindre occasion on ajoute leurs noms pour montrer qu’ils ne sont rien.Il faut proposer la creation d’une cour de justice paramilitaire pour au moins proteger les petits policiers ,douaniers ,eaux et forets.Certains commissaires qui avaient tjrs affaire a des policiers niveau CEPE doivent faire face a des policiers Bac+2 ou meme Bac+4 beaucoup plus a cheval sur leurs droits elementaires.Si certains acceptent vous raconter leurs cas,vous aurez des larmes aux yeux.Leur radiation collective sans respecter la procedure ni situer les responsabilites individuelles est totalement illegale dans un etat de droit et les responsables de cette situation doivent a leur tour etre radies.Force doit rester a la loi et non aux reglements de compte.

    Répondre à ce message

    • Le 24 janvier à 12:08, par Belgré
      En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

      L’acceptation d’une injustice ne dépend pas du niveau d’étude de la victime. Ce n’est pas parcequ’ils avaient le niveau CEPE qu’ils étaient taillables et corvéables à volonté. Je pense qu’ils avaient un certain sens de la discipline. Nous devons les rendre hommage. Sinon que le concours de commissaires est reservé au détenteurs de bac +4 ou d’autres emplois. Si pour quelques raisons tu es venu à la police, tu ne peux prétendre à un traitement de bac+ mais au traitement réservé à tout assistant de police.

      Répondre à ce message

    • Le 25 janvier à 12:19, par le citoyen
      En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

      suis parfaitement d’accord avec ton analyse et la même pratique n’est pas seulement chez les paramilitaires. Elle existe dans plusieurs structures sous l’appellation 50% du commandement. Les exécutants sont les plus brimés et à ce titre, les revendicateurs sont d"office recalés de tous les plats ( avancement, mission etc....). Si une bonne analyse n’est pas faite à se sujet, on assistera au pire un jour. LA PAIX N’A PAS DE PRIX.

      Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 06:45, par Ka
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    Chers radiés, depuis vos réactions et vos doléances et requêtes qui devaient être retenus par nos nouvelles autorités, que ça soit les militaires ou policiers radiés, je vous ai dit dans mes messages de persévérer. Voilà ma vision des choses : ’’’Vous étiez radié par un régime dont ses idées étaient fixes et non neutres pour un peuple qui veut avancer avec des idées neutres pour mieux les exploités. Vous aviez eu des idées incompatibles aux idées d’un régime avec des idées fixes, tant dit qu’aujourd’hui, un régime avec des idées neutres compatibles avec une jeunesse assoiffée d’une alternance politique flexible et adaptable pour tous est sur le plateau : Et je me dit que vos requêtes, policiers et militaires radiés par un régime avec des idées fixes, doivent être retenus par le nouveau régime qui est là grâce à la différence d’une jeunesse a la trempe du feu journaliste Norbert Zongo, qui a dit le 31 Octobre 2014, ‘’’Que rien ne sera plus comme avant.’’’ Pour le vieux Ka, vos idées datant du régime Compaoré, étaient en fonction des circonstances environnantes très difficiles pour vous les radiés. Idéologiquement pour Ka avec sa façon de voir les choses, surtout quand il s’agit de notre jeunesse : La façon de penser, de voir les choses, ou de les considérer par chacun, est strictement en fonction de son environnement sociale, ou du système économique qui prédomine a un moment donné : Exemple quand on voyait à BOBO la vie doré des enfants des Salia Sanou, et surtout ceux de nos Barons a Ouaga 2000, comme les vidi, lionceau, Yako qui refuse l’alternance, et tant d’autres qui avec des messages aujourd’hui qui désinforment la réalité, et non ce qui va pour le peuple, je vous comprends.’’’ Militaires et policiers radiés, je demande à ceux qui ont foi de servir honnêtement notre pays de persévérer, car leurs requêtes seront retenus par nos gouvernants qui commencent à être compréhensifs a tous les problèmes du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 07:54, par Il faut les réintégrer
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    Je sollicite la haute bienveillance des autorités du Faso pour réintégrer nos frères et soeurs policiers et militaires râdiés sous Blaise Compaoré. Blaise Compaoré lui-même, n’avait il pas réintégré les instituteurs licenciés sous Thomas Sankara alors que lui Blaise était ministre de la justice et selon les infos était le veritable responsable de leur licenciement et mettre tout cela sur le dos du PF Sankara ?
    Tout se paie sur terre tôt ou tard. Si vous semez la graine du bonheur, de la justice, vous recolterez le bonheur, la justice. Si vous semez celle de la haine, de la terreur, c’est la haine, la terreur que vous allez recolter.
    Signé : L’Etalon Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 08:06, par Sana Bob
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    NOUS AVONS JUSQU’ICI TENDU L’AUTRE JOUE. LES GIFLES ONT REDOUBLEES. MAIS LE CŒUR DU MECHANT NE S’EST PAS ATTENDRI. ILS ONT PIETINE LA VERITE DU JUSTE. DU CHRIST ILS ONT TRAHI LA PAROLE. ILS ONT TRANSFORME SA CROIX EN MASSUE. ET APRES QU’ILS SE SOIENT REVETUS DE SA TUNIQUE, ILS ONT LACERE NOS CORPS ET NOS AMES. ILS ONT OBSCURCI SON MESSAGE. ILS L’ONT OCCIDENTALISE CEPENDANT QUE NOUS LE RECEVIONS COMME LIBÉRATION UNIVERSELLE. ALORS, NOS YEUX SE SONT OUVERTS A LA LUTTE DES CLASSES. IL N’Y AURA PLUS DE GIFLES.
    Suis d’avis avec l’internaute n°1. Ce sont des gradés niveau CEP qui ont en face aujourd’hui des Assistants BAC + 2 et même plus. Ces gradés ont confisqués la Police comme UNE ENTREPRISE FAMILIALE (rien d’étonnant) à l’image même de ceux qui nous gouverne. Pourquoi 3 Commissaires réunis peuvent révoqué un Assistant ? Sur quelle base le Gouvernement fait il confiance aveuglement à cette soit disant hiérarchie ? Quand Les Policiers ont dit non au DG Rasmané OUANGRAWA ; le BLAISO à ouvert une Préfecture de POLICE pour le récompenser.Après l’insurrection, la préfecture a été fermé Jérome Bougouma Ministre de la Sécurité à l’époque (Dieu de la Police) n’a t-il pas été déposé à la MACO pour SURFACTURATIONS ET MALVERSATIONS ? Les uns et les autres ont beau crier à l’injustice, la population a toujours confondu Policier et Militaire comme elle confond Défense et Sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 10:37, par bordo
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    la reconcialiation est elle synonyme de la suppression ou de l annulation des fautes anterieures ?après 6 ans passés à la maison quel type d agent on peut avoir ?ok qu on reintègre tous les licenciés des autres services.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 12:46, par TIENFO
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    Internaute n°4 "SANA BOB", il m’a tout l’air que vous avez beaucoup. Il vous faut donc aider le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN). Elle a besoin de cette aide dans sa quête de la recherche de la vérité pour qu’il y ait justice et réconciliation dans ce dossier.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 13:03, par freddy le loup
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    bien dit bordo. ne nous prenez pas pas pour des abrutis !! une enquête a été diligentée, vos collègues et supérieurs ont été entendus, vous avez eu la possibilité de présenter vos preuves pour vous disculper, avez vous pu le faire ? un rapport a été déposé, des sanctions ont été prises. force reste à la loi. De toute façon vous saviez très bien que vous n’avez pas le droit de manifester dans la rue. Mais vous l’avez fait quand même. c’était une défiance vis à vis de l’autorité, vous avez cru pouvoir vous permettre cela ! hors mis les exactions commises, vous avez déshonoré l’uniforme de la police en descendant dans la rue comme de vulgaires délinquants. et vos "soi disants" vérités sur quoi reposent ’elles ? si ce n’est pas vous qui aviez violé et pillé qui est ce alors ? nous peut être ? Quel que soit le régime, la faute est impardonnable, si en 6 ans rien n’a pu être fait pour vous réintégrer ce n’est pas maintenant que cela va changer. Le haut conseil pour la réconciliation vous a écouté par courtoisie vu la mission qui leur est assignée. il s’en voudrait qu’on leur reproche leur désinteret pour votre cause. il ne pourra rien faire du tout ce haut conseil. qu’il essaye seulement pour voir... la police est peu à temps entrain de regagner la confiance des burkinabè , ce n’est pas le moment de la polluer avec des brebis galeuses. il y’a un peu plus de 600 militaires radiés et d’autres en passe d’etre aussi radiés apres les recents evenements qui ont encore traumatisé le pays. Dieu merci vous n’avez pas été fusillés (en tout cas pour certains d’entre vous qui le méritaient !!! les violeurs par exemple) et vous vous debrouillez pour nourrir vos familles, il vaudrait mieux continuer c’est mieux pour vous. qu’y a t’il dans la police qui vous incite à vouloir y revenir ? la force que vous donne l’uniforme et l’arme ? les opportunités de rackets sur les taximen, les tricycles, les tenanciers de maquiq et bars, les prostituées et les usagers de la route indélicats ? Nous avons aujourd’hui de problèmes plus sérieux à gerer, arreter de nos fatiguer avec cette histoire déja classée. celui qui a les preuves de son innocence en main, qu’il aille saisir les autorités compétentes et justice lui sera rendue sinon assurez vous qi’il n’y a pas de faux jetons dans votre groupe sinon vous etes mis dans le meme sac.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 13:14, par SARKO
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    Il y a une autre vie après la radiation . Donc rentrer chez vous ; on vous trouvera des champs à Zignaré ou loumbila pour la production de la tomate . Vous n’ êtes plus utile à la police .

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 14:10, par Simpos
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    Je ne sais pas pour les militaires mais je crois savoir que le licenciement des policiers a respecté la procédure prévue en la matière. Conseil de discipline et hop mise à la porte. Ce n’est certes pas gaie de voir des frères réduits dans les dures et misérables conditions du chômage mais il est aussi difficile d’oublier les pillages les viols les vols les tueries la peur de la population et j’en passe. Même si aujourd’hui ils clament (les flics radiés) qu’ils n’ont pas pillé ou violé, ce qui du reste, reste à prouver, ils ne doivent pas oublier qu’ils ont été formés et équipés aux frais du contribuable pour le protéger et lui garantir la sérénité. Ce qu’ils ont donc poser comme acte(ne serait-ce que le fait d’avoir créer la panique et la terreur au sein de la population par les tirs irresponsables et indignes, et ce nonobstant les supplications des supérieurs et de la population tout entière) relève tout simplement de la haute trahison et leur sanction aussi lourde soit elle est au pro rata de la faute commise, par conséquent bien mérité.
    Nous somme un peuple de pardon. Après nos larmes et nos blessures à peine cicatrisées, nous somme toujours capable de comprendre et absoudre, mais cela sous entend que vous soyez chers monsieur, humble et que vous reconnaissiez votre part de tord et demandiez pardon sincèrement. Sinon votre langage va en guerre achève de nous convaincre que vous êtes vraiment ce qu’on vous reproche.
    Simple question : Oui ou non que vous aviez tirez en l’air durant des jours dans le commissariat comme dans certains artères de la ville semant panique desaroi et même de dommage en vies humaines ? Peut-on savoir savoir exactement d’où sont parties les balles qui ont blessé et tué les victimes de l’époque ? pouvait on reconnaitre les munitions tirées par les flics de celles utilisées par les bidasses en son temps ?
    Oui pour le pardon et la réintégration de certains de vous, mais à condition que vous cessiez de nous menacer sinon vous ne suffirez pas pour servir de cobayes à l’entrainement commando d’une promotion d’élèves policiers actuellement.
    Ranger vos queues entre vos jambes et humiliés vous et on verra. Sinon attraper le conseil d’État pour que justice vous soit fait. Ce qui à mon sens demeure la solution idéale.
    En tout état de" cause vous êtes d’être dans une position de force et Dieu aime et recompense mieux ce qui savent être humble et qui demande pardon.
    This is my zise message to you.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 15:36, par ROMSON le sage
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    "La vie est un ensemble de chutes relevées" disait Saint-Exupery
    Qu’on permette à ces gens-là de se relever.Peut-être seront-ils encore plus utiles à la Nation entière.

    Répondre à ce message

  • Le 24 janvier à 15:37, par Yiriba
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    On vous a radié et on vous reproche un crime que vous croyez honnêtement n’avoir jamais commis. Rassembler tous les faits et prenez des avocats pour défendre votre cause devant les tribunaux, parce que c’est votre droit. Nous osons croire que la justice Burkinabè, en ces jours, est capable traiter ce dossier avec neutralité. Si par contre vos actions de 2011 ont ciblé des innocents qui n’avaient rien à voir avec les injustices que vous subissez dans votre profession, alors un autre appel à la justice va se manifester de la part des victimes. Les juges feront la part des choses et le pardon que vous demander sera examiné et si les victimes, s’il en existe, acceptent globalement vos excuses.

    Répondre à ce message

  • Le 25 janvier à 18:03, par NICO
    En réponse à : Les policiers radiés entendus au Haut conseil pour la réconciliation nationale

    Je pense que ces flics radies de la police n ont jusque la rien compris et minimisent leur acte, a dire qu ils le banalisent. Pour un simple vol d un poulet ou d une chevre des Burknabe croupisent en prison. Vous pensez que c est avec tapage que vous serez reintegres a la police ? Le peuple ne vas jamais l accepter. Que ceux qui pensent qu il sont innocent qu ils portent plainte et leur dossier sera examine. Cela est de meme qu avec les militaires, qui n a pas suivi a ouagadougou ce qui s est passe avec ses hommes de tenue,et des milliards de francs depenses par l etat pour reparer les prejudices causes aux victimes, qui selon notre droit devaient etre a la charge des auteurs, combien d ecoles de dispensaires ect... cela auraient servi a realiser.J invite le haut conseil de l etat a poursuivre ces flics radiers pour qu ils rembource avec interet a l etat ces sommes d argent. Les reintegres (policiers et militaires) seraient baffouer le droit et la justice burkinabe. L etat n est pas une oeuvre caritative pour les individus qui s adonnent a la delinquance. Cet acte de radiation est une lecon pour les radiers et pour la generation future de porteur de tenue.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés