La gloire d’être marié !

samedi 7 janvier 2017 à 00h30min

Il y a des vertus qu’aucun langage, aussi riche soit-il ne saurait décrire et encore moins définir. Il en est ainsi des vertus du mariage. Le mystère de l’unité que confère le mariage à un homme et à une femme, loin de les uniformiser, les identifie plutôt. Chacun dans ce lien à nul autre pareil, apprend à mieux se connaitre pour mieux s’accepter et s’apprécier. Je ne saurai jamais que je suis un homme si en face de moi il n’y avait pas quelqu’un qui s’appelle femme.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La gloire d’être marié !

Qui pourrait me dire le sentiment qu’il ressent en entendant dire : « c’est le mari d’une telle….c’est la femme d’un tel »  ? On se sent simplement valorisé. Cette appellation me fait savoir que je suis différent de celui ou de celle qui est en face ; comme pour dire que ce que l’on considère comme différent revêt une grande importance et joue un grand rôle car là où tout est pareil, on ne distingue plus rien et on ne peut rien apprécier.

La femme aux côtés de l’homme ne l’efface pas, tout au contraire. Cette cohabitation apporte une identité à chacun des conjoints. Dans le couple, les partenaires se doivent beaucoup, parce qu’il a fallu la présence de l’un pour que l’autre se voit différent : différent dans le physique, dans les gestes, la façon de parler et d’agir. Dans cette union, chacun découvre sa raison d’être et de vivre.

S’entendre appeler époux crée une satisfaction, comble un besoin, donne de la motivation et responsabilise. On n’est plus seulement homme, on est époux, c’est-à-dire que l’on a eu à réfléchir et à décider. La vie de chaque jour et de tous les jours est désormais rangée dans un autre chapitre. Ce titre que l’on porte désormais oblige les autres à avoir un autre regard, un autre comportement à son égard. On comprend toute la gêne que peut ressentir un homme, quand à un certain âge, il n’est toujours pas marié. Il subit une censure sociale qui le dévalorise. Il fera l’objet de toute sorte de jugements. Et ici ce qui est vrai de l’homme l’est autant de la femme.

La société accepte difficilement de voir une femme d’un certain âge qui ne soit toujours pas sous le toit d’un homme. Et on comprend pourquoi toute femme mariée est fière de dire aux autres : « je rentre à la maison ».

La maison, ce n’est pas le bâtiment, c’est bien plus. Je rentre à la maison, pour la femme, c’est de faire savoir aux autres qu’elle n’est plus seule et surtout qu’elle a quelqu’un qui l’attend, quelqu’un pour qui elle compte, quelqu’un à qui elle peut se confier et mieux en qui elle peut se réfugier. Ce sentiment d’avoir quelqu’un, d’appartenir à quelqu’un lui donne de la fierté, de la gloire.

Le mariage assure effectivement à la femme de l’assurance, de la sécurité. C’est aussi vrai pour l’homme. « J’ai une épouse », c’est-à-dire que je suis devenu responsable ; j’ai pris mes responsabilités. Que la femme soit l’égale de l’homme- je préfère le mot : équivalente=même valeur-, capable d’exercer les mêmes tâches que lui, ne fait pas d’elle un homme. Elle reste tout de même une femme. Et ce n’est pas du tout péjoratif. Elle l’est et elle le demeurera. De même que l’homme de temps à autre accomplisse des tâches qui relèveraient du domaine de la femme, tel que : faire la cuisine, puiser de l’eau, faire le bain au bébé et lui donner à manger ; oui, tout cela ne fait pas de lui une femme. Et c’est en cela d’ailleurs qu’il découvre qu’il est un homme et pas autre chose.

Et quand vient un enfant ?
Cela ne fait que renforcer chacun dans sa nature singulière et dans sa vocation spécifique : être époux et être épouse. En cet enfant, chacun voit le rôle particulier qu’il a joué et se convainc davantage qu’ils sont différents l’un de l’autre, mais plus que jamais complémentaires : un mais pas uniforme.
Les époux doivent donc comprendre l’importance que revêt la présence de chacun. Chaque partenaire retrouve sa valeur et sa raison d’être avec la présence de l’autre. Voilà comment les conjoints sont comblés et tirent leur gloire l’un de l’autre et cela se vit dans le cadre du mariage.
Le mariage a donc des vertus que seuls les partenaires conjugaux peuvent découvrir et vivre.

Rock Audacien D. DAMIBA
Conseiller Conjugal
Email : damibashalom@yahoo.fr

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 janvier à 10:14, par  !!!!!!!!
    En réponse à : La gloire d’être marié !

    Tout ça serait bien beau si ces valeurs avaient encore un sens de nos jours sinon actuellement ce sont les hommes et femmes mariées qui font marcher les chambres de passe et les maisons closes l’infidélité est devenu la norme la honte n’a plus de sens on multiplie les liaisons et relations extra conjugales comme on change de tenues les couples sont ensembles sans l’être bref c’est devenu la Gloire d’être trompé !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés