Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

LEFASO.NET | Par Interview réalisée par David Demaison Nébié • mercredi 16 novembre 2016 à 22h50min

La commune de Sami, située dans la province des Banwa, dans la Région de la Boucle du Mouhoun, traverse des difficultés liées au manque d’infrastructures routières, entre autres. Outre cela, le Maire de la commune Dembélé G. Francis estime que Sami n’est pas encore prête pour être érigée en commune, alors que c’est ce qui a été décidé par les autorités. Il nous en parle dans l’interview qui suit.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

Comment avez-vous vécu les élections dans votre commune ?

Les élections municipales, dans ma commune, se sont bien passées. Nous n’avons pas eu beaucoup de problèmes.

Sous quel signe avez-vous placé votre mandat ?

J’ai placé mon mandat sous le signe de faire avancer les choses, en développant la commune.

Votre commune traverse-t-elle des difficultés ?

En ce qui concerne les problèmes, il y en a beaucoup. Dans la commune, il n’yavait pas d’entente au départ et, il y avait beaucoup de divisions. Il y a aussi l’emplacement de la commune. Nous n’avons pas de route, et n’avons pas accès au chef-lieu de la commune. La population a donc du mal à y aller. Avec tout ceci, c’est difficile, surtout en ces périodes d’hivernage. Ajouté à cela, le problème de budget. Quand l’on parle de budget aussi, avec la mise en place des taxes, les populations, qui ont des problèmes aussi, n’arrivent pas à s’en acquitter. Donc, voici un autre problème, pour vous dire qu’il y a beaucoup à faire…

Comment arrivez-vous à faire rentrer les taxes ?

Dans la commune, il n’y a pas beaucoup d’activités, et les taxes, c’est entre autres sur les charrettes et les armes. Mais il demeure qu’il faut surtout faire rentrer les taxes pour développer la commune.

Quels sont les projets qui vous tiennent à cœur ?

Les projets qui me tiennent à cœur, il faut dire que dans la commune, le grand problème, c’est l’éducation des enfants. Déjà, l’école est venue tardivement dans notre commune. Nous sommes vraiment en arrière, et jusqu’à présent aussi, nous n’avons même pas de lycée communal. Mais l’année à venir, je tiens à voir si avec un projet, il pourrait nous aider à avoir notre lycée. C’est une grande partie de nos préoccupations. Il y a aussi le problème de la santé humaine. Comme je le disais tantôt, avec l’emplacement de la commune, cela nous cause beaucoup de problèmes. Nous n’avons que trois Centres de santé et de promotion sociale (CSPS), et si nous avions un 4ème, cela nous arrangerait beaucoup.

Et quel lycée fréquentent les enfants de votre commune, alors ?

Actuellement, il y a des communes voisines qui ont des lycées et où les enfants de la commune vont s’inscrire. Soit c’est à Tansila, Balavé où Kouka…Sinon, nous n’avons toujours pas de lycée.

Avez-vous un appel particulier à lancer ?

Si j’ai un appel à lancer, c’est pour dire que notre commune, vraiment, n’a pas les moyens, c’est une petite commune. Cependant, elle devait quand même pouvoir vivre comme les autres communes. Nous avons les mêmes besoins que tout le monde, donc, il faut que nous soyons soutenus, afin de nous en sortir aussi et nous renforcer.

A quand les lotissements dans votre commune ?

Cela, c’est encore loin. Comme je le disais, c’est une petite commune, et depuis le début, le chef-lieu de la commune a été mal choisi. Je ne sais qui, mais ce qui est sûr, ce n’est pas nous, mais il demeure qu’il a été mal choisi. Une commune, c’est comme un département, et elle vient pour aider les populations. Pour de cas de Sami, on voit surtout que cela vient alourdir les tâches pour la population.
Le village de Sami devait normalement, en découpage, être ajouté à la commune de Fo. Deux villages qui sont de ce côté. Disons, Sami et Priwé. Soit, le chef-lieu de la commune devait être à Priwé, qui est déjà le centre. Même si ce sont les deux villages qui devaient rejoindre Priwé, cela allait nous donner une chance de développement. Sinon, je suis conscient que la commune de Sami ne peut pas se développer parce qu’il n’y a pas d’accès à la commune. Chaque fois, nous sommes en problèmes, si c’est entre les populations elles-mêmes, elles vont dire que c’est un petit village, on ne peut pas le développer, oubliant qu’il n’y a pas d’accès.
[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Interview réalisée par David Demaison Nébié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 novembre 2016 à 17:38, par Mafoi
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    Voilà un maire lucide,responsable qui dit des choses justes mais seulement le journaliste n’était pas à la hauteur pour nous retranscrire de manière limpide les propos de ce monsieur qui ne veut pas d’une mairie dans une commune de seulement 500 âmes et où par ailleurs on construit un CMA qui ne sert à rien car trop enclavé.Bref,les propos de ce maire contrastent avec certains de ces collègues qui sont juste là pour les lotissements mais monsieur le maire avait-il vraiment le choix avec une commune coupée du monde et de surcroît de 500 âmes ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 novembre 2016 à 21:32, par bouba
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    les interview de demaison sement la division. les autorites choissent sami pour etre chef lieu de commune. le maire prefere priwe. il risque de mal partir avec les populations de sami. cherchez a se de delevopper.
    il ya eu aussi l’afaire de kouka avec ce conseiller regionaliste et dont les propos sont integralement inscrits. Non a la divison. demaison et le fasonet, quittez dans ça. salutations

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 09:28, par RAWA
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    Moi je trouve que ce maire n’a aucune idée pour developper la région. Je ne connais pas Sami mais il y’a forcément des avantages à exploiter. Il faut collecter les impôts pour que la commune se developpe. La population n’a pas les moyens. C’est au maire dindiquer le chemin pour que les populations se developpent. Une piste déjà : Etant donné que c’est un village, Il y’a certainement de l’espace por cultiver et élever. Ne serait ce que le developpement des poules locales peut être une souce importante e revenues. Les chèvres qui prolifèrent rapidement peuvent être élevées. Il y’a des projets qui encouragent l’élevage des poules. Il faut les contacter pour soutenir les actions. Si les éleveurs sont organisés en coopérative, ils pourront vendre leurs production. Le maire ne fait qu’attendre des soutiens. il faut pourtant refléchir pour lancer le developpemnt de la commune en attendant les soutiens.

    Répondre à ce message

    • Le 17 novembre 2016 à 11:03, par ouedraogo
      En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

      salut.comme vous ne connaissez pas sami vous avez raison.sinon le maire à tout dit.le chef lieu de commune devrait être priwé car c est le centre et développer. sinon c’est une zone de coton et d’élevage très riche quand bien enclavé.mais y a rien à sami.sinon sodjankoli dou est originaire de francois traore l’ex président des l’union nationale des producteurs de coton est de la commune plus présisement sodjankoli.pour vous dire que ce sont des grands producteurs mais l’enclavement et le mauvais choix du chef lieu gangrène son dévelopement

      Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 10:35, par ouedraogo
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    vrai monsieur le maire.j’etais a dèrè en 20003.pas facile !courage à vous monsieur le maire.

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 14:05, par paysannoir
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    Monsieur le Maire
    les populations d’un village du Zoundweogo sont sorties il n’y a pas longtemps pour refaire leurs routes elles_memes. Un exemple à suivre. Si vous attendez les autorités qui n’ont pas l’argent pour payer les salaires des fonctionnaires, vous allez moisir là-bas. Comptez sur vos propres forces

    Répondre à ce message

  • Le 17 novembre 2016 à 14:33, par paysannoir
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    Concernant le coton, qui est ce qui gâte les routes de la région de la boucle du Mouhoun ? Ce sont les camions de la SOFITEX. En retour SOFITEX fait quoi pour vous ? A chaque campagne de vente de coton, vous achetez des motos "tues moi vite" et vous croyez que vous êtes riches. Par ailleurs, les engins lourds des mines d’or qui dégradent les routes et l’environnement. Les mines font quoi en matière de développement ? Elles viennent, elles exploitent l’or, elles envoient l’oseille au Canada, en Australie, aux USA et puis après, elles balaient leurs fesses et elles s’en vont vous abandonnant dans la misère, avec les maladies, les eaux polluées, la végétation dégradée..... Vous êtes en train de pleurnicher aujourd’hui. Le pire viendra pour nos enfants. Au lieu de vous mobiliser pour dire trop c’est trop, vous appelez la presse pour faire le constat de vos misères et crier SOS. Si vous vous attaquez pas aux causes réelles de vos misères, vous n’allez jamais finir avec leurs effets.

    Répondre à ce message

  • Le 18 novembre 2016 à 09:46, par Patience
    En réponse à : Province des Banwa : SOS pour Sami, une commune rurale qui se meurt !

    Le maire a dit des choses vraies. Toutefois on est tous conscient que beaucoup de chef-lieux ont été choisis sous influence des hommes politiques fort sans tenir des réalités. Que Dieu Sauve SAMI

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés