Burkina Faso : La Commission électorale veut mettre à jour le fichier électoral

Ceci est un communiqué de la commission électorale nationale indépendante (CENI). • lundi 20 février 2017 à 07h00min

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) tient depuis ce matin à Koudougou un atelier de « validation d’un mode opératoire de la mise à jour annuelle du fichier électoral national ». Des experts de l’élaboration de fichiers électoraux, des questions d’état civil et des prestataires de solutions informatiques prennent part à cette rencontre organisée avec l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkina Faso : La Commission électorale veut mettre à jour le fichier électoral

Le code électoral burkinabè impose une révision annuelle du fichier électoral ; une exigence qui n’a jamais pu être satisfaite par la CENI.
Les solutions palliatives ont consisté en de coûteuses opérations de révisions exceptionnelles.

Le présent atelier doit proposer des solutions concrètes pour permettre à la CENI de respecter la loi, en procédant à une mise à jour annuelle du fichier électoral.
De même, le défi pour les membres de la Commission est de réduire les coûts d’une telle opération, tout en inscrivant un nombre plus important de nouveaux électeurs.

Participent à cette réflexion, en plus des experts de la CENI, des représentants de :
- l’Office national d’identification (ONI),
- l’Institut national de la Statistique et de la Démographie,
- la Direction générale de la modernisation de l’état civil
- le Ministère des Affaires étrangères et des Burkinabè de l’Extérieur
- le Ministère de la Justice et de la Promotion des Droits civiques

Participent également à ce séminaire qui se tient dans la capitale du Boulkièmdé, des prestataires de solutions informatiques. Il s’agit des entreprises I-Concept, ICD, SOFTNET, GEMALTO.

A l’ouverture de l’atelier, le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, a affirmé l’option faite par son équipe de se doter d’un mode opératoire pour « réussir une révision annuelle du fichier électoral dès 2018 ».

Les solutions à proposer par les experts devront permettre également une innovation majeure, à savoir l’érection de la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) en document unique pour s’inscrire et pour voter.

Le but c’est de trouver un process pertinent, opérationnel et moins coûteux. Selon les informations actuelles, ces réformes vont faire une économie de près de 20 milliards sur le cycle électoral 2016-2021

Le Directeur de la Communication et de l’Education citoyenne
Yacouba Ouédraogo
@CeniBurkina-ceniburkina@gmail.com

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés