Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

LEFASO.NET | Entretien réalisé par Nicole Ouédraogo • jeudi 20 octobre 2016 à 23h44min

Secrétaire général de la Conférence des ministres de l’éducation des Etats et gouvernements de la francophonie (CONFEMEN) depuis novembre 2010, Boureima Jacques Ki a auparavant, occupé plusieurs postes de responsabilités au Burkina. Ancien cadre du Ministère de l’éducation nationale et de celui des enseignements secondaire et supérieur, M. Ki a été entre autres, premier Secrétaire permanent du Plan décennal de développement de l’éducation de base (PDDEB), directeur général adjoint du Fonds national pour l’alphabétisation et l’éducation non formelle (FONAENF), directeur des études et de la planification du ministère des enseignements secondaire et supérieur. Dans le cadre de la publication du rapport d’évaluation de la CONFEMEN sur la performance du système éducatif burkinabè, nous avons rencontré le Secrétaire général de cette institution de la francophonie. Acteur averti des questions d’éducation, Boureima Jacques Ki nous parle de la CONFEMEN, ses missions et du système éducatif burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

Lefaso.net : Qu’est-ce que de la CONFEMEN ?

Boureima Jacques Ki  : La CONFEMEN est la conférence des ministres de l’éducation de la francophonie.Créée en 1960,elle regroupe aujourd’hui 44 Etats et gouvernements membres. Son siège se situe au Sénégal, plus précisément à Dakar.

Lefaso.net : Quelles sont les missions de la CONFEMEN ?

Boureima Jacques Ki : Les missions de la CONFEMEN sont essentiellement d’informer ses membres sur l’évolution des systèmes éducatifs et les réformes en cours, de nourrir la réflexion sur des thèmes d’intérêt commun en vue d’actions à mener en coopération et d’animer la concertation entre ministres et experts, afin d’élaborer des positions communes et formuler des recommandations pour appuyer les politiques régionales et internationales en matière d’éducation.La CONFEMEN est donc un cadre de dialogue politique sur les enjeux et les défis mais aussi, de partage en matière d’éducation des pays francophones. Elle accompagne ainsi les pays et les ministres dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques éducatives. C’est un outil qui facilite la prise de décision dans le cadre du développement et de l’amélioration de la qualité des systèmes éducatifs.

Lefaso.net : La CONFEMEN a créé en 1991, un programme dénommé le programme d’analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN (PASEC). Qu’est -ce que le PASEC et quelles sont ses missions ?

Boureima Jacques Ki : Le PASEC comme son nom l’indique,est un programme qui analyse les systèmes éducatifs francophones. Pour faire suite à l’appel lancé après le forum mondial sur l’éducation en 1990, la CONFEMEN a mis en place ce programme afin d’appuyer le pilotage de la qualité de l’éducation.La principalemission du programme est de mesurer le niveau d’apprentissage des élèves en langue d’enseignement et en mathématiques. Le PASEC procédait à des évaluations nationales que nous appelions "évaluations pays". Mais à partir de 2012, suite à une grande réforme, nous avons décidé de faire désormais desévaluations internationales comparatives pour apprécier et comparerles performances des systèmes éducatifs et la qualité des apprentissages des élèves.La première évaluation internationale du PASEC a été menée en 2014 et a concerné 10 pays de l’Afrique subsaharienne francophone : Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. La prochaine évaluation internationale est prévue en 2019 et concernera une quinzaine de pays.

Lefaso.net : En quoi un tel programme peut-il permettre d’améliorer la qualité de l’éducation de base en Afrique francophone ?

Boureima Jacques Ki : Le programme permet d’abord d’apprécier le niveau des acquis scolaires à partir d’une échelle de compétences et également d’identifier les facteurs déterminants d’amélioration de la qualité. Ainsi, l’évaluation récente du PASEC a permis d’identifier un certain nombre de facteurs qui expliquent la contre-performanceou la performance des systèmes éducatifs. Le faible niveau et le bon niveau des apprentissages peuvent êtreliés aux questions pédagogiques, sociales, économiques,de santé, de disponibilité de manuels et matériels didactiques. A travers cette évaluation, des constats ont été faits etun certain nombre de facteurs identifiés. Des recommandations ont été formulées à l’endroit des décideurs, des partenaires et des acteurs de l’éducation. Les ministres de l’éducation ont été interpellés sur la nécessité d’exploiter les résultats de cette enquête menée par le PASEC pour améliorer la situation des apprentissages qui, de façon générale, est préoccupante.

Lefaso.net : De 1991 à nos jours, quels sont les acquis et les défis d’un tel programme ?

Boureima Jacques Ki : Les acquis sont nombreux dans la mesure où le programme nous a permis d’apprécier le niveau des apprentissagespays par pays. L’ancienne formule d’évaluation a permis de mener 35 évaluations nationales dans une vingtaine de paysfrancophones surtout ceux de l’Afrique subsaharienne. Ensuite, des évaluations ont été menées au niveau des pays francophones en Asiedu Sud-Est (Vietnam, Laos et Cambodge) et au Moyen Orient (Liban). La nouvelle formule nous a permis de mener une évaluation internationale comparative de plusieurs pays à la fois. A travers ces évaluations, nous avons mis à la disposition des systèmes éducatifs, notamment les acteurs de l’éducationdans les pays, des rapports expliquant si les systèmes éducatifs sont de qualité ou pas et quelles sont les mesures à prendre pour améliorer la qualité de l’éducation.Des études nous indiquent queplusieurs pays ont envisagé d’entreprendre des réformes, en se basant sur les résultats des évaluations du PASEC qui ont permis de faire de bons diagnostics au niveau de la qualité de l’éducation.

Lefaso.net : La CONFEMEN a publié récemment un rapport international relatif à l’évaluation des systèmes éducatifs de 10 pays de l’Afrique subsaharienne francophone dont le Burkina. Sachant que tous les pays africains n’obéissent pas au même système éducatif, comment se fait l’enquête sur les acquis des élèves et l’évaluation ?

Boureima Jacques Ki  : Cette évaluation internationale a été menée sur la base d’une échelle de compétences décrivant des niveaux précis et distincts d’acquisition des connaissances et des compétences en langue, en lecture et en mathématiques au niveau de la deuxième et de la sixième année du primaire. La comparaison a été facile dans la mesure où tous les 10 pays qui ont participé à l’évaluation ont un même cycle d’enseignement primaire. Pratiquement, les programmes d’enseignement sont similaires. Nous avons retenu que les compétences à tester, servant à connaître si l’élève réunit les conditions de réussite dans la suite de sa scolarité, relèvent des deux disciplines-clés que sont la maîtrise de la langue d’enseignement et des mathématiques. Nous avons défini un seuil « suffisant » de compétences et ce seuil « suffisant » permet de déterminer la proportion d’élèves qui ont une plus grande probabilité de maîtriser ou non les connaissances et compétences jugées indispensables pour poursuivre leur scolarité dans de bonnes conditions.

La méthodologie utilisée a conduit à choisir un échantillon au niveau de la base de donnéesde chacun des 10 pays. Sur cettebase,nous avons élaboréet administré des tests aux élèves. Pour retrouver également les déterminants de la qualité,des questionnaires ont été élaborés et adressés aux enseignants, aux directeurs d’école et un autre questionnaire qui permet d’apprécier la situation socio-économique de l’élève. A travers des méthodes statistiques, nous sommes arrivés à apprécier le niveau d’acquisition des apprentissagesde chacun des élèves ayant participé au test. Nous avons pu voir si le système éducatif est équitable et si les matériels ou les ressources humaines sont bien reparties ou pas ; aussi, nous avons pu voir si les ressources sont utilisées de façon efficace, si ce que les enfants apprennent a du sens et est compris par eux-mêmes ; ce qui nous permet d’apprécier du même coup,la pertinence des apprentissages. De ce fait, nous avons pu analyser le système éducatif des 10 pays sous trois angles : l’équité, l’efficacité et la pertinence.

Lefaso.net : A ce propos, quels sont les résultats auxquels vous êtes parvenus ?

Boureima Jacques Ki : L’étude établit que dans la quasi-totalité des 10 pays, la grande majorité des élèves du primaire, que ce soit en début ou en fin de cycle, n’ont pas acquis les compétences leur permettant d’envisager la réussite de leur scolarité. Ainsi, en début de cycle (2ème année du primaire), plus de 70 % des élèves pour la langue et plus de 50% pour les mathématiques n’atteignent pas les seuils qui permettraient d’envisager la réussite dans leurs apprentissages et leur scolarité à venir. Pour la fin de cycle (6ème année du primaire), près de 60 % des élèves se trouvent dans cette situation, que ce soit en lecture ou en mathématiques.

Il y a bien sûr des pays qui sont un peu performants, notamment le Burundi, le Burkina et le Sénégal. Par contre, c’est très difficile pour certains pays. Les résultats nous interpellent tous et les acteurs du système éducatif doivent travailler davantage sur un certain nombre de facteurs pour pouvoir améliorer les apprentissages.

Lefaso.net : Après l’étude réalisée sur la performance du système éducatif burkinabè. Quels sont les résultats et quelle appréciation en faites-vous ?

Boureima Jacques Ki : L’enquête menée au Burkina a touché plus de 4 300 élèves répartis dans près de 290 écoles. Les résultats font ressortir que la majorité des élèves disposent des compétences attendues en fin de cycle primaire ; ce qui n’est pas le cas en début de cycle. En début de cycle, si 64,5% des élèves sont en dessous du seuil « suffisant » en langue, ils sont 40,8% qui sont en dessous du seuil « suffisant » en mathématiques ; en fin de cycle, ils sont 43,1% et 41,1% des élèves qui sont en dessous du seuil « suffisant » respectivement en lecture et en mathématiques.

Au nombre des constats notés pour le Burkina, il ressort que malgré le fait que le système éducatif burkinabè se place parmi les plus efficaces selon l’enquête du PASEC, une part importante des élèves, c’est-à-dire , plus de 40% autant en lecture qu’en mathématiques, ne maîtrisent pas encore les connaissances et compétences considérées comme suffisantes pour poursuivre une scolarité dans de bonnes conditions.

Nous constatons que le système éducatif du Burkina est performant par rapport aux autres mais il reste énormément d’élèves qui sont en difficulté d’apprentissage. Des pistes ont été indiquées pour que le Burkina améliore sa politique en matière de la qualité de l’éducation. Le rapport note également qu’il y a des disparités au niveau du système et qu’il y a une région qui se trouve en deçà des autres, c’est la région du sahel. Les autorités se sont engagées à redoubler d’efforts pour rendre le système éducatif beaucoup plus performant.

Lefaso.net : Êtes-vous de ceux qui pensent qu’il faut revoir le système éducatif burkinabè ?

Boureima Jacques Ki : Oui, il faut entreprendre des réformes du système éducatif burkinabè, parce que la demande est forte avec la croissance de la population. Il faut aussi des réformes pour améliorer d’avantage la qualité ; car, quoi qu’on dise, l’éducation a un coût, on investit et on attend de bons résultats.

Lefaso.net : Quelle lecture faites-vous de la mise en œuvre du continuum dans le système éducatif burkinabè ?

Boureima Jacques Ki : Je crois que c’était une volonté politique, mais cela demande à ce qu’on l’accompagne d’avantage. Le Burkina a compris que cette réforme a des difficultés à se faire et quand on regarde l’environnement, c’est difficile du fait qu’on n’avait pas une vision systémique et holistique du système éducatif du Burkina Faso. On a l’impression que chaque cycle (préscolaire, primaire, secondaire 1 et 2), constituait en lui-même un cycle terminal. Cela crée des barrières virtuelles, voire réelles.

On a créé un seul ministère de l’éducation et s’il y a les moyens, tous les élèves qui sortent du primaire doivent en principe, aller au niveau du collège si l’on considère le principe de l’obligation scolairequi couvre de 6 à16 ans. C’est ce qui a amené la création du continuum. Donc, c’est une obligation pour l’Etat de mettre les conditions pour que les enfants puissent rester à l’école de 6 à 16 ans. C’est une bonne chose qui implique beaucoup de savoir-faire, de ressources humaines et financières. La mise en place d’un seul ministère pour s’occuper de tout cela permettra de régler le problème dans 1 à 2 ans.

Lefaso.net : La mise en application du système LMD au Burkina rencontre des difficultés. Avez-vous des suggestions ?

Boureima Jacques Ki : Des suggestions, oui. Je crois d’abord, qu’il il faut que les étudiants et les enseignants acceptent que c’est un phénomène mondial ;donc on ne peut pas se mettre en marge. Il faut nécessairement réformer l’enseignement supérieur. Deuxièmement, ce système demande beaucoup de rigueur dans l’organisation et dans la pratique, voilà où se posent les défis. Il y a eu des suggestions concernant les retards cumulés dans les années académiques qui doivent permettre de prendre des décisions courageuses ; voir déclarer des années blanches même s’il faut passer par là pour redresser le système LMD au Burkina.La meilleure façon de réussir cette réforme, c’est de communiquer, d’expliquer, de dialoguer avec les étudiants, les enseignants et les parents d’étudiants.

Lefaso.net : Pensez-vous qu’il existe des solutions qui nous permettront d’améliorer les performances de notre système éducatif ?

Boureima Jacques Ki : La solution passe d’abord par le respect des volumes horaires par les enseignants. C’est-à-dire, respecter la date des rentrées scolaires. Il faut que le dialogue social aide à construire le système éducatif. En outre, il fauttravailler à mettre les systèmes éducatifs à l’abri des influences politiques.Si les partis politiquesse mêlent trop du système éducatif que ce soit au niveau de l’enseignement supérieur,qu’au niveau des collèges et lycées, cela peut déstabiliser les apprentissages.Une autre solution est de mettre l’accent sur la formation des enseignants. Il faut une formation initiale mais aussi, la formation continue à travers des rencontres et des échanges qui sont indéniables, car c’est un métier comme la médecine qui nécessite beaucoup de pratiques. L’enseignement n’est pas que de la théorie, il requiert énormément de pratiques à travers les échanges et rencontres pédagogiques. Les systèmes éducatifs francophones ont intérêt à repenser cela en encouragent les enseignants à participer aux réunions et rencontres d’échanges de pratiques pédagogiques.

L’école publique doit offrir aux apprenants, un enseignement de qualité au nom de l’égalité des chances et de la justice sociale.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 octobre 2016 à 17:54, par non
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    et puis on ne peux pas fabriquer aiguille si c’est trop parler , djanjoba et mouta mouta !!!!! chrrrrrr, karissa

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 20:17, par C. Junwel
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    .
    Un système performant "malgré tout", et surtout relativement à d’autres pays où c’est pire que chez nous, alors il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir ! On ne peut pas se satisfaire des résultats issus de cette enquête et se dire que "ça va aller". Non, notre système n’est pas performant !

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 20:18, par Adou
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    Fier de vous Tonton, Que Dieu vous fortifie . Qu,il continue de vous utiliser pour bénir la.communauté éducative.

    Répondre à ce message

  • Le 20 octobre 2016 à 20:34, par Guira
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    Du vrai blaguer tuer.Il est interdit de se chatouiller et rire en meme temps.Un système éductif qui ne produits que des lettrés écervelés et improductif ! Cest ça vous appelez performant ?mon oeil.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2016 à 08:51, par KABORE patiende
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    il ya pas des bon educations au burkina faso et tous les monde sais . Menteur !
    EDUCATIONS MON PIED. UNIVERSITE DU OUAGADOUGOU CE COMME POUBELLE ET IL YA PAS DE CONTROL EN RENTRE ET EN SORTENT. CE SA UNIVERSITE .

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2016 à 10:55, par Réservé
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    Voici une grande compétence sur tous les plans en matière de planification et de gestion du système éducatif national qu’on a longtemps négligé et qui, pour finir, l’international l’a récupéré. Mais par patriotisme il est resté à côté (sa sous-région d’origine) pour continuer à servir. Bon vent à vous.
    Je reste persuadé que ce discours est politiquement correct car il n’est un secret pour un praticien du milieu éducatif que plus rien ne va bien au niveau des principaux indicateurs de performance du système éducatif burkinabé.
    Le pilotage du système est nul actuellement et la gestion de l’éducation de base laisse apparaitre en terme psychanalytique un personnage frustré dans son enfance.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre 2016 à 15:17, par Moi aussi
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    Nicole, tu as fait ton travail et tu es hors de cause ici.
    J’aimerais juste dire que ton interviewé est un produit du système Compaoré. Je n’ai rien contre lui. Mais toi, moi et les internautes savons que sous Blaise Compaoré, 98% des promus aux responsabilités étaient clientélistes pour ne pas dire incompétents. Il suffisait d’avoir la carte du CDP et un mentor derrière toi pour avoir toutes tes chances. Si la compétence y prévalait, ça se saurait. On ne serait plus là à vouloir désespérément colmater les fissures de cette gouvernance. M. Ki est un acteur du ‘‘défunt’’ système en témoignent ses récompenses que vous avez citées. Il ne peut que dire que ce système est PERFORMANT puisqu’il en est producteur et c’est bon pour son actuel employeur.
    C’est tout de même malheureux qu’il continue à défendre une situation qui nous crève les yeux alors qu’il aurait pu prendre son indépendance pour le coup et faire un mea-culpa en reconnaissant sa part de responsabilité vu qu’il n’a plus rien à craindre si tant est qu’il éprouve des remords face à son impuissance à l’époque. Ou bien cherche-t-il à amadouer les nouveaux responsables pour que sa candidature soit reconduite au terme de son mandat à la CONFEMEN ?
    Vraiment triste.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2016 à 01:32, par Kan Didier X
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    Salut, Grand- frere Ki. Content de vous voir en forme. Vous n’ avez meme pas vieili malgre le tmps qi passe. C’etait a Boromo en 1989. J’ ai participe a votre mariage. Votre serieux au travail vous a valu la benediction du Seigneur. Que son nom soit loue. Que Dieu continue a vous benir, vous et votre amille, afin que vous puisssiez donner le meilleur de vous- meme a la communaute. Vraiment, tres content de vous lire. Paroles pleines de sagesse et de pertinence. Voila un commis de l’ Etat tres droit et tres integre. Humble en plus.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre 2016 à 10:59, par Koumbia
    En réponse à : Système éducatif burkinabè : Un système performant malgré tout

    Le système éducatif Burkinabé est nul nous le savons tous. Il est vraiment à revoirf.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés