Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

LEFASO.NET | Par Herman Frédéric Bassolé • mardi 4 octobre 2016 à 01h03min

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) ne lâche pas prise. Après un sit-in et une grève de 24h infructueux, il observe cette fois-ci une grève générale de 72 heures du lundi 3 au mercredi 5 septembre 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

Si vous étiez ce matin sur l’avenue de l’indépendance, vous aviez sans doute remarqué que la devanture de la télévision nationale était plutôt animée. Détrompez-vous, il ne s’agissait pas de la présentation d’un nouveau produit par une entreprise ou d’une foire comme l’on a coutume de le voir à Ouagadougou. C’était le SYNATIC qui organisait pour la deuxième fois en l’espace d’un mois, une grève générale. Un mouvement d’humeur de 72 heures dont la décision a été prise à l’issue de l’assemblée générale du syndicat, tenue le 15 septembre dernier.

Pour marquer le début de la grève, le SYNATIC avait prévu une marche des femmes du syndicat, spatules et casseroles en main, en direction du Premier ministère. Mais faute d’autorisation, la marche a été annulée. Qu’à cela ne tienne, la mobilisation était grande ce lundi matin à la télévision nationale, 1er QG de cette grève de 72 heures. Hormis la marche, les travailleurs avaient décidé de transmettre un mot au Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Mais à 10h, celui-ci se rendit à Ouaga 2000 pour la cérémonie de la rentrée judiciaire 2016-2017. Pendant ce temps, certains travailleurs s’occupaient en jouant à des jeux de société, d’autres en discutant autour du thé.

Il est 12h40mn lorsque le cortège du Premier ministre arrive à la Primature. Selon Siriki Dramé, le chef du Gouvernement était disposé à recevoir le syndicat à une heure qu’il devait préciser. Mais jusqu’à 16h, il n’en était rien. Qu’à cela ne tienne, le SYNATIC continue de penser que le gouvernement tourne autour du pot sans propositions concrètes pour mettre les travailleurs des médias publics et du service d’information du gouvernement (SIG) à l’abri du besoin.

Pour ce qui est de la plateforme revendicative (liste complète en encadré, ndlr), retenons que le syndicat exige entre autres la prise des décrets d’application de la loi pour le passage des EPE de la communication en sociétés d’Etat, l’élaboration d’une nouvelle grille salariale pour le personnel des médias publics et du SIG, l’harmonisation et la revue à la hausse du montant de l’indemnité de code vestimentaire au taux de 200 000 FCFA, l’arrêt des intimidations et des pressions de tout genre sur les journalistes dans le traitement de l’information dans le strict respect des règles d’éthique et de déontologie.

« Nous reviendrons à la table des négociations quand il y aura des propositions concrètes. Nous sommes disposés à discuter mais pas dans un dialogue infructueux et qui sert de dilatoire », a indiqué Siriki Dramé. Pour ce qui est des réquisitions signées dans les différents services, il a fait savoir que ces mesures visaient à intimider les travailleurs. « Ces réquisitions n’ont aucune valeur car nous ne sommes pas en guerre ou en situation exceptionnelle. Le bureau national répondra devant les autorités et s’il y a des conséquences, le bureau national va assumer entièrement ses responsabilités », a-t-il balancé.

Le mot d’ordre de grève est maintenu et les travailleurs se sont donné rendez-vous demain 4 octobre 2016 à la direction générale des éditions Sidwaya pour poursuivre la lutte.

Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Les revendications du SYNATIC

I- L’amélioration conséquente des conditions de vie et de travail du personnel des médias publics du SIG et des DCPM ;

- La prise des décrets d’application de la loi pour le passage des EPE de la communication en société d’Etat dans les meilleurs délais avec comme date de prise d’effet le 1er janvier 2016 ;

- L’adoption du décret portant SIG en tenant compte des préoccupations réelles des travailleurs.

En attendant la mise en œuvre de la société d’Etat, le SYNATIC fait les propositions suivantes :

- L’élaboration d’une nouvelle grille salariale pour le personnel des médias publics et du SIG ;

- L’harmonisation et la revue à la hausse du montant de l’indemnité de code vestimentaire au taux de 200000 FCFA. Elle devra être servie à tous les journalistes et assimilés quel que soit leur lieu d’affectation ;

- L’octroi d’une indemnité de risque au taux de 150 000 FCFA à tous les travailleurs des médias publics et du SIG ;

- L’octroi d’une prime de panier de 100 000 FCFA aux travailleurs des médias publics et du SIG ;

- Une augmentation de 100 000 FCFA sur chaque indemnité déjà servie (Indemnité d’astreinte, indemnité de technicité, indemnité de logement) ;

- La dotation des organes publics (RTB et Editions Sidwaya) en infrastructures et équipements modernes.

II-La reconstitution de carrières des agents de la Communication et de la Culture :

- Le reclassement des agents bloqués en B1, A2, et A3 depuis 2004 et une compensation pour ceux qui sont décédés ainsi que pour ceux qui ont été admis à la retraite ;

- La résolution définitive de la question des compensations de cotisations à la CNSS et à la CARFO pour les agents contractuels de la RTB et des Editions Sidwaya afin de leur assurer au moins une retraite proportionnelle ainsi qu’une compensation pour ceux qui sont décédés et ceux qui sont admis à la retraite ;

- La finalisation et la mise en œuvre du plan de carrière pour permettre aux contractuels des Editions Sidwaya et de la RTB de passer les concours professionnels ;

- La matérialisation effective du recrutement des pigistes résiduels à la RTB.

III- Le rétablissement des rémunérations injustement coupées depuis 2012 : frais de production, primes RFI, frais de pylônes, frais de verres correcteurs,...

IV- L’arrêt des intimidations et des pressions de tout genre sur les journalistes dans le traitement de l’information dans le strict respect des règles d’éthique et de déontologie

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 octobre 2016 à 08:50, par Parim Yéllé
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Du courage car seule la lutte paie. Mais il faudrait à la reprise des négociations revoir la plateforme parce que tous les journalistes publics ne sont pas dans les médias publics, ni au SIG, ils sont aussi dans des directions de conception, d’orientation et de planification........

    Répondre à ce message

    • Le 4 octobre 2016 à 14:48, par Lik N’Guesse
      En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

      Courage. Tenez bon ?
      Ce gouvernement, véritable bande d’incompétents, doit comprendre que véritablement "rien de sera comme avant".
      S’ils n’ont rien de mieux que Blaise à proposer, eh bien qu’ils aillent voir ailleurs. Le pays va mal. Tout va mal. le pays ne marche pas droit.
      Ces multi-milliardaires. Des milliards qu’ils ont par devers eux nécessitent des explications. Pourquoi ne pas se servir de ces fonds pour régler les problèmes du pays au lieu d’imaginer des taxes bizarres. Le peuple insurgé ne se saignera plus jamais pour les prédateurs

      Répondre à ce message

      • Le 4 octobre 2016 à 15:54, par Tarsida
        En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

        D’accord pour la lutte mais un peu de retenu Lik N’Guesse, est ce que au temps de Blaise vous oserez ? c’est une situation que l’équipe actuelle est venue trouvée donc négociez d’une manière diplomatique tout en pensant que ce gouvernement ne peut pas faire tout en même temps. Du courage...

        Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 09:29, par héhé
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Certes, il doit avoir des problèmes chez vous des communications et des presses !!! C’est vitre droit de protester...
    Cependant sachez que tous les secteurs d’activités du pays vivent les mêmes réalités. Quand je regarde vos revendications financières égocentriques cela me décourage ! savez vous combien touche un vieux (au moins 15 ans de service) cadre A1 de la fonction publique au FASO ??? Rien que le cumul de vos indemnités revendiquées, ce A1 ne l’aura jamais jusqu’à sa retraite.
    Et nos braves enseignants et éducateurs , personnels de la santé...pour leurs blouses...combien leur donneriez vous si vous étiez le Ministre des Finances ?
    Soyons réalistes .
    Aussi pour sortir le Faso de la crise économique actuelle il faut un minimum de solidarité afin de voir les fruits dans 2 à 3 ans. Acceptons cela pour l’avenir de nos enfants et générations à venir.

    Répondre à ce message

    • Le 4 octobre 2016 à 14:51, par LE KONKIS
      En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

      Votre intervention prouve que vous n’êtes pas dans les arcanes des syndicats. Donc à défaut de faire des propositions à même de faire évoluer le débat on la boucle point barre ;

      Répondre à ce message

    • Le 4 octobre 2016 à 15:43, par Mody Wendy
      En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

      Mr Héhé, j’aurais été d’accord avec vous si tous les travailleurs du Burkina Faso étaient traités de la même manière. Pourquoi avoir accédé avec trop de diligence aux revendications des Magistrats qui ont pu arracher 700.000 FCFA comme salaire, et vouloir refuser de le faire pour tous les autres qui réclament aussi de quoi se mettre à l’abri de la corruption et du besoin ? Tous les Burkinabè naissent égaux en droits et en devoirs, dit en substance la Constitution. Et j’invite les enseignants, les infirmiers et autres corps à monter au créneau car ce mandat 2016-2020 est celui de tous les possibles. En conclusion, soit on ramène tout le monde sur terre, soit on fait planer tout le monde dans les nuages. Pas de traitement à double variable. Que chacun se lève pour revendiquer ses droits au lieu de se plaindre et de geindre.

      Répondre à ce message

      • Le 5 octobre 2016 à 05:57, par Précisions
        En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

        Beaucoup d’internautes et de citoyens se trompent lourdement sur le statut des magistrats ! Ils pensent que l’actuel gouvernement a cédé facilement ou avec diligence aux revendications des magistrats ! Que nenni ! Cher Internaute Mody Wendy, en même temps que la Constitution dit que tous les Burkinabè naissent libre et égaux en droit, la même Constitution a constitutionnalisé le corps des magistrats sans pour autant le faire pour les autres corps. Cela veut dire que dans cette Constitution du BF, il y a tout un titre consacré aux magistrats. C’est la source, la base juridique des revendications des magistrats. Inutile d’appeler tous les corps à revendiquer parce que les magistrats ont eu pour eux.
        En rappel aussi, sachez que les revendications des magistrats ne se sont pas faites en un mois même pas en un an ! Non pas du tout. D’abord, une Politique nationale de la Justice (PNJ) a été élaborée et adoptée en Conseil des ministres en janvier 2010, laquelle PNJ a été révisée en 2013. La relecture des lois organiques portant statut de la magistrature et sur le CSM y a été inscrite. Cette relecture a véritablement commencé en novembre 2012 et s’est poursuivie jusqu’en 2014. Par exemple le projet de loi organique sur le CSM devait passer aussi en plénière à l’AN le 30 octobre 2014, premier jour de l’insurrection. C’est donc dire que le processus a été enclenché depuis longtemps et non sous la Transition encore moins sous l’actuel gouvernement. Sous la Transition, il y a eu les états généraux de la Justice avant l’adoption par le CNT des deux lois organiques. A cause de la prévision de la relecture des textes de la magistrature, les mesures sociales prises en 2012 après les mutineries de 2011 ont été expressément refusées aux magistrats comme quoi leur statut était en relecture ! Donc que les gens arrêtent de croire que c’est en un tour de bras que les magistrats ont obtenu quelque chose. A peine un corps commence une lutte et veut des résultats immédiats parce que les magistrats ont été satisfaits ! On peut encourager tout syndicat à revendiquer ce qu’il estime être de droit mais il ne faut pas revendiquer parce que tel corps a eu gain de cause. Toute lutte doit s’inscrire dans la durée et ce n’est pas en un mois voire en un an qu’on peut obtenir quelque chose. La persévérance et des stratégies bien élaborées peuvent conduire au succès d’une lutte et non les comparaisons hasardeuses.

        Répondre à ce message

      • Le 6 octobre 2016 à 09:58, par hehe
        En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

        Mody, je suis d’accord avec ta conclusion

        "En conclusion, soit on ramène tout le monde sur terre, soit on fait planer tout le monde dans les nuages. Pas de traitement à double variable. Que chacun se lève pour revendiquer ses droits au lieu de se plaindre et de geindre."

        Tu vois bien les deux pôles antagonistes "sur terre" et dans les "nuages" !!! Donc revenons et acceptons tous de vivre "terrestre" !

        coordilament !

        Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 09:58, par king kong
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    ah oui le burkina est subitement devenu les usa pour qu’on paie des fonctionnaires à 1 million par mois . Mais cè bien pr les autorites puisque elles preferent mettre de cote les hommes qu’il faut et qui sont capables de maitriser le secteur de la communication juste parce qu’ils ne sont pas engagés politiquement.. cè vrai que luc adolphe Tiao et son alain edouard traore ont foutu le bordel laba, de meme que la transition qui na pas compri ce qu’il fallait dans le secteur mais cetait ratrapable par le nouveau gouvernement mais helas ! ils sont la ceux qui peuvent. ils ont le respect de la jeune génération qui les voient comme des gens bien, comme des modeles. mais ils ne couriront derriere personne pr etre responsabilisés. Ca cè clair. le synatic representait quoi ? rien du tout. je voudrais pr finir attirer l’attention de mes jeunes freres journalistes du public que l’univers mediatique n’est plus en leur faveur. il existe aujourdui une multitude de radio ;les teles privées generalistes et d’info sont deja au nombre de 4 ; on annonce l’arrivée prochaine de 2 télé d’information. le secteur public n’a plus le monopole. et l’arrivée de la TNT ne fera q’agraver le cas des medias publics audiovisuels qui perdront l’avantage de "nous sommes les seuls qui couvrons le territoire national". donc les enjeux sont ailleurs et pas dans des revendications excessives.il faut se poser les bonnes questions ;es-ce que a la longue les travailleurs avec leur nombre actuel(pres de 900) pourront conserver leur emploi ? es ce que on en arivera pas au cas de la rti avec des centaines demploi supprimés ? svp vous les anciens qui etes à la tete du syndicat, donnez les bonnes info aux jeunes pck que jeunesse ne sait pas. informez les sur les defis et enjeux du futur pr leur permettre de decider, d’agir et de comprendre que la culotte d’aujourdui est mieux que le pantalon de demain. ce petit mot est valable pr tous les secteurs de la vie publique. svp je n’ai jamais possede la carte d’un parti politique et je n suis affilié à aucun parti politique et je ne pense pas le faire un jour. dc ceux qui veulent me taper n’ont qu’a utiliser un petit baton. mrci

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 10:56, par yes
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    ceux qui aiment les commentaires bidons, vous etes ou ? Réagissez.
    Si c’est les financiers vous etes trop passionnés mais ici vous ne réagissez pas.
    Cela démontre de votre aigreur vis-a-vis des financiers.

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 11:03, par fils de l’homme
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Vous avez mon soutien ! et d’ailleurs j’invite tous les autres corps de métier a emboîter le pas avec des revendications pareilles ou supérieures a celle du Synatic et des magistrats. Le gouvernement a preté le flanc donc il faut qu’on donne des coups parce qu’au lieu de mettre en sourdine toute les revendications salariales et de faire hausse generale de tous les salaires en tenant compte des possibilités économiques du pays, ils ont octroié des avantages a la limite "insultants" aux magistrats (je ne suis pas jaloux de leur salaire). Ce qui me réjouis en plus est ce que cette situation nous conduira inévitablement a une situation jamais vécue par les burkinabés : c’est a dire DES ARRIÉRÉS DE SALAIRES SUR PLUSIEURS MOIS. Et le seul qui sera le moins touché est le BRAVE PAYSANS qui n’est jamais pris en compte dans les augmentations de salaire pourtant c’est la sueur de "sa daba" qui alimente a 100% les caisse de l’Etat (oui 100% car c’est de lui que provient le salaire de tous les fonctionaire, ensuite on deduit l’impot du salaire du fonctionnaire,.......). Car le paysan au moins pourra se nourrir a l’opposé du fonctionnaire qui aura creé cette situation.

    Solution avant qu’on y arrive a cela :
    1- Supprimer tous les statut particuliers et les fonds communs
    2- A diplôme égal à l’entrée dans la fonction publique SALAIRE INDICIAIRE égal
    3- Accordé les indemnités en fonction des exigences de chaque métier
    4- Dans le meme corps n’accorder certaines indemnités qu’a ceux ou celle qui ont y on vraiment droit : par exemple pour le cas du synatic : accorder seulement l’indemnité de 200 000 F aux journalistes qui passe reellement à la TELE et leur exiger de TRES BIEN SE VETIR. par contre ces presentateurs n’auront pas le meme montant pour les indemnités de RISQUE que les journalistes qui sont sur le terrain pour le couvrir les evenements explosifs.
    De meme chez les magistrats on aurait pu accorder des avantages a certains postes comme : Procueurs, President de tribunal, .. a lieu d’accorder les avantages a tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 13:46, par vercingetorix
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    chers journalistes et travailleurs des média publics, revoyez votre copie.entre nous, c que vous exigez n’est-il pas exagéré ? vous devez avoir honte car personne ne remarque votre arrêt de travail sinon vous-mêmes. vous faites beaucoup de bruit pour rien car vous n’etes pas si importants que vous l’insinuez.les vrais communicateurs sont dans le privé (bf1, lefaso.net,l’obs,...).allez en debrayage actif si vous voulez mais vous n’empêcherez pas la republique de bien fonctionner

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 14:17, par patria
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Quand même ! Si vous trouvez que votre salaire est insignifiant, c’est simple, démissionner et créer votre propre entreprise.

    Répondre à ce message

    • Le 4 octobre 2016 à 14:40, par Elso
      En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

      Salut
      Je crois biens que seul le gouvernement est responsable de la situation. Il ne fallait pas céder aux exigences des magistrats. Voila que ça crée une situation des pas possibles. Je pense à mon humble avis que le gouvernement doit s’assumer sans sanctionner qui que ce soit. Et pour les grèves, malheureusement ça ira de mal en pis. Vraiment dommage pour le Burkina.
      Webmaster,prière ne pas me censurer.

      Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 14:41, par sidzabda
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    ko augmenter toutes les in indemnités déjà servies de 100 000 f. Tchiéééééééé

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 14:53, par CI
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Vous avez mon soutiens a 1000 pour cent. si on peu donner des salaires insultant aux uns, c’est qu’on peut le faire pour les autres. D’ailleurs sa m’etonne que les autres corps (surtout des finances d’ou jsuis issue) sont la a ne rien faire à regarder alors que c’est nous qui geront l’argent de l’Etat. Eh les financiers au lieu de faire palabre chaque jour sur Fond commun voila les vrais bataille qui sont la. courrage mes frères.

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 16:02, par JO
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Chacun regarde son voisin et présente des revendications bizarres. Pauvre BURKINA, Pauvre ROCK. Quand j’y pense , ce sont ces mentalités qui ont tuées notre THOM SANK, ( Pas les militaires) . Chacun demande mais personne pour donner. RIPOU

    Répondre à ce message

  • Le 4 octobre 2016 à 16:08, par MAN
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Ah Oui je sens que ce gouvernement la aura chaud parceque tous les corps vont revendiquer et je trouve que c’est bien. Pourquoi traiter des personnes qui ont le meme diplome avec des écarts gigantesque. la solution pour le gouvernement c’est d’abord remettre tous les compteurs a zero, à diplome+années d’etude = meme salaire . Maintenant les indemnités sont octroyés aux corps qui le meritent en fonction de leur sensibilité et des postes. Convoquer tous les syndicats du public et reviser la grille salariale de tout le monde. Le problème doit etre resolu de manière globale et non par secteur.Si on ne peut pas faire cela que tout le monde revendique alors. Arreter de dire au journalistes de penser a l’economie du pays. quand les magistrats ont eu ce n’est pas dans un pays different du Burkina ainsi que les enseignants du superieur. Ce n’est que le debut du film "Wait and See"

    Répondre à ce message

  • Le 5 octobre 2016 à 13:52, par Le neveu
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    750 000 F d’indemnités. c’est bon eh !! il faut que je pense à ma reconversion rapidement.

    Répondre à ce message

  • Le 7 octobre 2016 à 13:01, par OUEDRAOGO ALEXIS
    En réponse à : Grève du SYNATIC : C’est parti pour 72heures de pression

    Pour ceux qui pensent que les revendications du SYNATIC sont du trop. Ils vaudraient que chacun revoie son argumentaire. Ces revendications ont été muris et bien réfléchit avant d’être proposées au gouvernement. ce n’est pas une proposition faite de façons hasardeuse mais bien au contraire elle est fait pour que chaque camp l’apprécie au moment des négociations. Pour ceux qui pensent que nos braves paysans payent l’impôt au détriment des fonctions, tous les fonctionnaires au Burkina Faso payent plus d’impôt que quiconque au Burkina Faso (IUTS). Cependant je suis d’avis avec certains internautes qui pensent que nos bravent paysans travaillent pour nourrir le peuple Burkinabè mais c’est au gouvernement de penser sérieusement sur cette question afin de trouver une solution définitive à ce problème.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés