Alassane Bala Sakandé, président du groupe parlementaire MPP : « Nous trouverons des emplois à la jeunesse ou nous trouverons la jeunesse sur notre route »

vendredi 23 septembre 2016 à 08h41min

Le groupe parlementaire MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) tient ses 2e journées parlementaires de l’année, du 21 au 24 septembre 2016 à Léo, chef-lieu de la province de la Sissili, dans la région du Centre-Ouest. Avec pour thème : « Problématique de l’Emploi, Enjeux et perspectives. Quelle contribution du groupe parlementaire MPP ? ». Ci-après l’intégralité du discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture le 22 septembre par Alassane Bala Sakandé. Il reconnait que si son parti n’arrive pas à résoudre la question du chômage des jeunes, une autre insurrection n’est pas à exclure.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Alassane Bala Sakandé, président du groupe parlementaire MPP : « Nous trouverons des emplois à la jeunesse ou nous trouverons la jeunesse sur notre route »

-  « Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,
-  Camarades membres du BEN,
-  Camarades membres du BPN,
-  Monsieur le Gouverneur de la région du Centre-Ouest,
-  Monsieur le Haut-commissaire de la Province de la Sissili
-  Messieurs les Maires d’arrondissement de Ouagadougou
-  Monsieur le Maire de la commune de Léo,
-  Très chers collègues du Groupe parlementaire MPP
-  Honorables députés des Groupes parlementaires :
• BURKINDLIM
• UPC
• PJRN
• et CDP
-  Militantes et Militants du Mouvement du Peuple pour le Progrès,
-  Chers invités
-  Population de la Province de la Sissili

L’honneur me revient de prendre la parole aujourd’hui au nom du Groupe parlementaire MPP afin de souhaiter la bienvenue à tous nos illustres invités sur les bords de la Sissili, cours d’eau qui a donné son nom à la province qui abrite ces deuxièmes journées parlementaires de l’année 2016 du groupe parlementaire MPP.
Le choix de la région du Centre-Ouest, dont relève la province de la Sissili, n’a pas été le fait d’un hasard.

Tout comme ne l’a été la tenue de nos premières journées en mars dernier à Koudougou, chef-lieu de cette même région.

Tout le monde se rappellera que la ville de Koudougou a été l’une des premières localités du pays à opposer une résistance farouche à la forfaiture du 15-Octobre 87, perpétrée par des prétendus rectificateurs de la révolution d’août, mais qui se sont vite révélés au grand jour comme les pires criminels politiques et indécrottables prédateurs économiques jamais connus, de mémoire de Burkinabé.
Tout le monde se rappellera également l’inestimable contribution de la « Cité du Cavalier rouge » dans l’avènement de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à la logique de confiscation du pouvoir dans laquelle s’était aventurée une caste politique aujourd’hui aux abois.

Et que dire du refus de Koudougou de cautionner le putsch rétrograde du 17 septembre commandité, planifié, financé, exécuté et soutenu par une nébuleuse militaro-politique et économique, nostalgique qu’elle était, que dis-je, qu’elle l’est toujours, de son âge d’or ? Héroïque !

Après Koudougou, nous voilà donc rassemblés à Léo, toujours dans la région du Centre-Ouest.

Oui, à Léo, à un jet de pierre de Sapouy dont le nom continue d’évoquer avec effroi l’odieux assassinat d’un digne fils de la région, j’ai nommé Norbert ZONGO.
Alors que l’omerta d’Etat qui entourait la barbarie perpétrée dans les buissons frissonnants de Sapouy et qu’on pensait enfin en connaître les commanditaires et les exécutants, voilà que Léo a été frappé par la disparition tragique, dans de circonstances troublantes d’un de ses valeureux fils, Salifou NEBIE.
Pour ces illustres et dignes fils dont la mort soulève de lancinants questionnements et pour ceux qui les ont devancés dans l’au-delà, je vous demande d’observer une minute de silence en leur mémoire.

Populations du Centre-Ouest ; en choisissant de tenir ici ses deuxièmes journées parlementaires, le groupe MPP entend marcher dans les sillons tracés par vos illustres fils dont l’intégrité, le sens de l’honneur, le courage et le refus de l’injustice ont nourri et entretenu les récents actes valeureux de notre peuple contre les velléités monarchistes et putschistes de politiciens aux placards et de militaires revanchards.

Chers invités,
Honorables députés,
Militantes et militants du MPP

Nos deuxièmes journées parlementaires de l’année 2016 se tiennent sous le thème : « Problématiques de l’Emploi, Enjeux et perspectives. Quelle contribution du groupe parlementaire MPP ? »
Comme il est loisible de le constater, la question de l’emploi tient une place essentielle dans le programme présenté par le candidat du MPP le camarade Roch Marc Christian KABORE aux dernières élections du 29 novembre 2015.
N’en déplaise à tous ceux qui n’ont pas voulu se rendre à l’évidence, qui ont affiché la surprise au soir de la dernière présidentielle, et refusent de faire le deuil de leurs ambitions. Si le projet de société de notre candidat a suscité l’adhésion du peuple, c’est parce que de par son réalisme et sa pertinence, il s’est imposé comme la meilleure réponse aux attentes légitimes des jeunesses désœuvrées, démoralisées et démotivées de nos villes et campagnes.

Le choix du présent thème de nos journées parlementaires traduit notre indéfectible engagement à soutenir le président, Roch Marc Christian Kaboré, dans la mise en œuvre de son programme.

En choisissant de plancher sur cette problématique, nous voulons rassurer cette jeunesse que le pacte social scellé au soir du 29 novembre dernier sera au cœur de l’action politique de notre président.
Rien ni personne, encore moins les piètres manœuvres de diversion des chantres de l’esprit de critique ne pourront nous détourner de notre serment.

Alors, j’exhorte tous les députés MPP en particulier et ceux de la majorité, en général, à faire corps avec l’exécutif pour l’atteinte des objectifs de la politique de l’emploi du chef de l’Etat.

Nous viendrons à bout de la massification du chômage ou nous échouerons.
Nous trouverons des réponses aux attentes de la jeunesse ou la jeunesse se chargera de nous répondre.
Nous trouverons des emplois à la jeunesse ou nous trouverons la jeunesse sur notre route.
La jeunesse aura du travail ou elle s’attroupera. Quand la jeunesse s’attroupe, elle s’insurge. Et quand elle s’insurge, ses dirigeants se dispersent hors du pays.

Chers invités,
Honorables députés,
Militantes et militants du MPP,

En disant tout cela, je n’éprouve aucun malin plaisir à jouer avec nos peurs. Mais plutôt à nous interpeler sur notre responsabilité devant cette jeunesse, dont le courage, la détermination, la maturité et le sacrifice ont aujourd’hui valeur d’école dans l’histoire des luttes des peuples à disposer d’eux-mêmes.
Quand la jeunesse et ses dirigeants ne parlent plus le même langage, ce sont ces derniers qui finissent par avoir tort.
Et ceux qui n’ont pas compris cet axiome de l’histoire en ont eu pour leur mépris de l’histoire.

Depuis quelques jours, un parti a décidé du report de son congrès sous le prétexte fallacieux qu’on organise une chasse aux sorcières contre leurs responsables. Ces gens là ont vite oublié.
Ces gens qui hier encore ont ordonné de tirer à balles réelles sur nos jeunes, nos femmes, sur notre peuple ne peuvent pas se plaindre aujourd’hui qu’on s’acharne sur eux.
Comme le dit si bien l’adage : « la sorcière a oublié mais la maman de la victime non ».Les responsables de ce parti doivent cesser de faire dans la négation et la démagogie.

Ces derniers temps nous assistons à ce qu’on peut appeler de la fanfaronnade de la part de certains partis politiques et de certaines OSC en ce qui concerne l’insurrection des 30 et 31.
D’autres mêmes s’arrogent le droit ou le devoir d’organiser des conférences de je ne sais quoi. Mais la réalité historique est là : l’insurrection des 30 et 31 a été pensée et conduite par les forces politiques et patriotiques du Burkina Faso dont le MPP a été le moteur. La décision de lancer l’insurrection a été prise à notre BPN du 25 octobre 2014 au CENASA.
A César ce qui est à César.

Cette précision était nécessaire, car on ne pouvait pas laisser ces politiciens versatiles continuer à faire avaler des contre-vérités au peuple.

Alors honorables députés insurgés, au cours de ces journées, nous devons, sans complaisance aucune, examiner avec la plus grande attention et la plus grande fermeté les problèmes endémiques de l’emploi afin d’en proposer la nécessaire thérapeutique à nos gouvernants.

Le chômage qui s’abat sur les jeunes et les femmes n’est pas une fatalité pour un gouvernement qui ose « libérer son génie créateur », comme nous l’enseignait le Président Thomas SANKARA.
Et une des mesures urgentes consiste à activer les différents fonds mis à la disposition du Ministère de la Jeunesse afin de créer des emplois pour ces jeunes et ces femmes qui n’en demandent pas mieux.

Aussi nous demandons au gouvernement, à l’orée de la rentrée scolaire et universitaire, d’engager les réformes prévues par le programme présidentielle afin d’améliorer notre école et nos universités.

Cher invités,
Honorables députés,
Militantes et militants du MPP

Le contexte national actuel est marqué par des conjonctions d’événements politiques, sociaux, économiques et sécuritaires sans précédents.
Il est vrai aussi que ceux qui étaient de nos côtés hier pour combattre l’arbitraire sont aujourd’hui passés à l’adversaire.

Pour des intérêts personnels et égoïstes, ils ont enjambé, sans le moindre frisson ni gêne, les cadavres et le sang de ces jeunes et femmes qui ont porté l’insurrection au péril de leur vie.

J’en veux pour preuve la naissance d’alliances ouverte et honteuse de certains partis avec les résidus du système Blaise COMPAORE afin de comploter contre notre jeunesse insurgée et héroïque.

Mais que tous ces renégats se détrompent. S’il y a une chose non négociable, c’est bien l’irréversibilité des acquis de l’insurrection.
L’échec cuisant de cette opposition prétendument républicaine aux élections couplées de la présidentielle et des législatives puis aux municipales en est la preuve.

Le sursaut populaire et généralisé contre la conspiration « Diendiériste » en est la preuve supplémentaire.
La réprobation du peuple a été si violente que certains opposants, sonnés, désillusionnés et KO debout, sont hantés par des « monstres à trois têtes ».
On savait que sous l’effet d’un choc il peut arriver à une personne de voir double. Mais de là à voir triple, c’est dire toute l’intensité du traumatisme dont ne se sont pas encore remis les comploteurs à la petite semaine.

Toutes ces alliances contre-nature et autres contorsions politico-idéologiques en vue de déstabiliser notre pouvoir resteront vaines. Car le Groupe parlementaire MPP et partant, l’ensemble du MPP, tirant leur légitimité du peuple tout entier, sauront faire siennes les aspirations des masses populaires.

Cher invités,
Honorables députés,

A la fin de la dernière session, au regard du faible taux d’absorption des crédits alloués à l’Etat, notre groupe parlementaire, en collaboration avec d’autres groupes, a pris des mesures afin d’améliorer la capacité d’absorption de l’aide publique.
Cela est une invite au gouvernement à aller vite et bien vers la formulation de réponses aux attentes légitimes et urgentes du peuple Burkinabé.

Mais qu’on s’entende bien. Si l’Assemblée nationale regarde dans la même direction que l’Exécutif, elle ne saurait en être la caisse de résonnance. Elle assumera sans marchandages ses missions constitutionnelles : voter la loi, consentir l’impôt et contrôler sans complaisance l’action gouvernementale.

Dépositaire de la souveraineté populaire, l’Assemblée nationale, en aucun moment, ne va se départir de son rôle de sentinelle de la volonté générale. Pour cela, elle continuera d’interpeler le gouvernement quand il le faut et sur les questions qu’il faut. Sans que cela ne puisse être considéré comme un quelconque signe de mésentente ou de conflit larvé entre l’Hémicycle et l’Exécutif, comme s’ingénient à faire croire des opposants en mal de stratégie de conquête du pouvoir.

Alors, nous profitons de cette tribune pour réaffirmer notre soutien indéfectible au président Roch Marc Christian KABORE et au gouvernement de Paul Kaba THIEBA.
Au regard de la mauvaise conjoncture économique mondiale et de ses graves répercussions sur les fragiles équilibres socio-économiques du pays, nous mesurons l’énormité de la tâche qui attend le gouvernement.

Mais qu’il se rassure, nous lui sommes reconnaissants des efforts déjà consentis pour l’édification d’un Etat stratège, guidé par la gouvernance vertueuse, au service d’une nation fraternelle fondée sur la justice sociale.

Le Groupe parlementaire MPP, par ma voix, proclame toute sa solidarité avec le gouvernement, son adhésion pleine et entière à sa politique actuelle et enfin l’exhorte à plus de persévérance et d’abnégation.
Camarades, osez lutter et sachez vaincre.

Distingués invités,
Honorable députés,

Je ne saurais clore mon propos sans réitérer mes vifs remerciements aux autres groupes parlementaires qui ont accepté répondre à notre invitation, je veux parler :
-  du Groupe parlementaire BURKINDLIM
-  du Groupe parlementaire UPC
-  du Groupe parlementaire CDP
-  et du Groupe parlementaire PJRN

Mes remerciements vont aussi à l’endroit des camarades du parti qui ont fait preuve d’un esprit de bonne camaraderie en venant dans la belle cité de Léo pour nous soutenir,

Aux membres du Bureau Exécutif National,
Aux membres du Bureau Politique National,
Aux différents Maires,
à nos structures qui ont toujours su faire preuve d’engagement, à la population militante et engagée de Léo, de Sapouy et à celle de toute la région du Centre-Ouest.
Une mention spéciale à l’adresse du comité d’organisation.

C’est également le lieu pour moi de rendre des hommages mérités à leurs Excellences Monsieur le Président du Faso, Monsieur le 1er Ministre, Monsieur le Président de l’Assemblée nationale ainsi qu’à tous les camarades militants membres du gouvernement pour les précieux conseils et les accompagnements dont nous avons bénéficiés.

A tous, je dit « dallai » (merci en gouroussi)

Tout en déclarant ouvertes nos deuxièmes journées parlementaires de l’année 2016, je souhaite plein succès à nos travaux.

Dieux bénisse le Burkina

Démocratie-Egalité-Progrès

Je vous remercie. »

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés