Concours de la fonction publique session de 2016 : Des candidats hébergés dans des conditions précaires

vendredi 12 août 2016 à 04h16min

Gaoua est l’unique centre de composition des concours directs de la fonction publique dans la région du sud-ouest. De nombreux candidats convergent chaque année dans la capitale de la région pour tenter leur chance. Comme toutes les années, le logement constitue la difficulté majeure pour les candidats en provenance des provinces et communes de la région.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Concours de la fonction publique session de 2016 : Des candidats hébergés dans des conditions précaires

Entamée le 1er Août dernier, la composition des concours directs de la fonction publique se déroule bien selon les organisateurs. Seul bémol, les candidats en provenance des provinces et communes de la région du sud-ouest peinent à se loger. En effet quatre salles de classes de l’école centre B de Gaoua servent de dortoirs pour ces prétendants aux emplois dans la fonction publique burkinabè. Au minimum 40 personnes se partagent un dortoir depuis le début de ces épreuves. Certains par contre dorment dans les couloirs de l’école centre A et d’autres en plein air.

Alphoncine Somé est originaire de Batié et mère d’un garçonnet de moins d’un an. « Mon enfant est tombé malade à deux reprises depuis mon arrivée ici. Je me couchais à l’entrée du dortoir mais un jeune a eu pitié de moi et c’est ainsi que nous avons permuté pour que je me retrouve au fond de la salle ».

C’est la deuxième fois que Brigitte Da participe aux concours directs. Pour ce dernier, « Nous souffrons beaucoup cette année. Lorsqu’on se couche, nous sommes obligés de libérer les dortoirs à 4h du matin pour permettre aux candidats de composer. Nos dortoirs servent de salles de composition » commente t- elle. Et à Farama Elie d’ajouter : « Avant-hier la pluie nous a battus copieusement, nos cahiers et documents n’ont pas survécus ».

En plus de cela, les candidats rencontrent des difficultés liées à la restauration et à l’eau. « J’ai fait trois jours sans me laver. Les robinets de l’école ne fonctionnent plus et la vie est très chère à Gaoua » affirme Paulin S. Poda. Cliquez ici pour lire la suite sur régions.lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés