Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Enseignement supérieur dans l’espace UEMOA : Le REESAO parle qualité à Ouagadougou

Accueil > Actualités > Société • • mardi 26 avril 2016 à 00h28min
Enseignement supérieur dans l’espace UEMOA : Le REESAO parle qualité à Ouagadougou

L’enseignement supérieur au cœur des discussions. Ce lundi 25 avril 2016, le Réseau pour l’excellence de l’enseignement supérieur en Afrique de l’ouest (REESAO) a tenu une conférence à Ouagadougou. Durant deux jours, les recteurs, présidents et directeurs généraux des instituts d’enseignement supérieur feront le bilan du REESAO 2015 et mettront aussi en place des projets afin de développer les universités de la sous-région UEMOA. Cette cérémonie a été placée sous le patronage du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, le Pr Filiga Michel Sawadogo.

« Je déclare ouverte la présente conférence des recteurs, présidents et directeurs généraux du Réseau pour l’excellence de l’enseignement supérieur en Afrique de l’ouest (REESAO) », ce sont ces propos du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation qui ont ouvert cette conférence des hommes de l’enseignement supérieur ce lundi 25 avril 2016, sous le thème « l’université au service du développement ». Outre les autorités et présidents d’universités, il y avait aussi la présence de certaines structures estudiantines comme l’Union nationale de la renaissance estudiantine, et l’association des scolaires et étudiants du Faso.

Le REESAO est née de la volonté des recteurs et présidents d’universités d’arrimer les offres de formation de leurs institutions aux meilleurs standards du monde. Et pour cette session de 2016, plusieurs activités sont prévues. Selon le président sortant du REESAO le Pr Abarchi Habibou, durant ces deux jours de travaux, outre le rapport des activités 2015, le bilan du REESAO et la mise en place du nouveau bureau, il y aura l’élaboration du plan d’action triennal sur les TIC, la mise en œuvre efficiente de la reforme Licence master doctorat(LMD), la création d’une bibliothèque universitaire virtuelle régionale des universités des pays de la zone UEMOA, la révision des textes fondamentaux du REESAO ou encore l’examen des nouvelles demandes d’adhésion.

Pour le président de l’université Ouaga II le Pr Stanislas OUARO présent à la conférence, les universités font face à de nombreux problèmes dont l’insuffisance des ressources humaines, financières et matérielles, les difficultés de mise en œuvre de la reforme LMD sujet de discorde entre plusieurs acteurs, etc. M. OUARO a encouragé de ce fait les membres de la structure à respecter les lignes directrices du REESAO pour « construire un espace africain de l’enseignement supérieur désenclavé et harmonisé » en Afrique de l’Ouest.

Pourquoi tant de difficultés dans la mise en œuvre du LMD

Le Pr Filiga Michel Sawadogo avant de commencer son propos, a lui aussi relevé les problèmes auxquels les universités sont confrontées. En effet, des problèmes de massification des effectifs, de la mise en œuvre du LMD se notent dans certains pays de la sous-région. C’est pourquoi le ministre salue la restauration et la pérennisation du REESAO qui a en réalité préconisé la mise en œuvre du LMD. Entre 2009 et 2012, le REESAO a cessé de fonctionner entrainant ainsi un bouleversement dans la mise en place du LMD. « Orphelins, les instituts de l’enseignement supérieur se sont débrouillés pour la mise en œuvre du LMD en s’appuyant sur les instruments mis à disposition par le REESAO, instruments malheureusement inachevés, ce qui conduit à la réalité d’aujourd’hui : dans l’espace REESAO, entre deux universités, il est presqu’impossible de répondre à l’objectif de mobilité car les normes LMD sont appliquées à des vitesses variables ». Mais au regard de la restauration REESAO en 2013 et des activités qu’il a menées en 2015, le ministre se dit confiant quant aux capacités de la structure à améliorer les universités et à contribuer donc au développement des Etats.

Le REESAO en quelques mots

Le Réseau pour l’excellence de l’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest (REESAO) a été créé le 11 octobre 2005. Il est une institution de coopération universitaire Ouest-africaine. Il regroupe des universités de sept pays de l’Afrique de l’Ouest que sont le Burkina Faso, Bénin, Cote d’Ivoire, Mali, Togo, Sénégal, Niger. Le siège de l’institution est à Lomé au Togo. La mission de la structure est de promouvoir une nouvelle politique de coopération universitaire, en mettant prioritairement l’accent sur la modernisation de l’offre de formation universitaire, en vue de faciliter la mobilité et l’insertion professionnelle des étudiants. Il accompagne aussi les universités membres dans l’accroissement de leur efficacité pour être des instruments d’appui au développement de leurs pays.

Wendkuni Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 avril 2016 à 12:45, par zemosse En réponse à : Enseignement supérieur dans l’espace UEMOA : Le REESAO parle qualité à Ouagadougou

    Monsieur le ministre Filiga,il paraît que vous claironnez partout que les enseignants ne travaillent pas et sont donc responsable de la situation chaotique dans les universités Burkinabé ? Un petit rappel : vous avez dirigé le comité ad’hoc qui’a piloté la médiation entre le SYNADEC et la !présidence de l’UO et le ministre Laya lors de la grève des enseignants. Je vous invite à relire tous les rapports rédigés à l’époque. Vous lirez ce que vous avez dis au cours de ces differentes rencontres.C’est ahurissant quand on vous entend aujourd’hui. Comme quoi être ministre révèle la vrai nature de l’homme.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2016 à 14:43, par k En réponse à : Enseignement supérieur dans l’espace UEMOA : Le REESAO parle qualité à Ouagadougou

    C’est bientôt la fin d’année dans les établissements secondaires et le début des inscription dans les universités publiques. Alors quand les inscriptions en ligne pour ne plus voir les étudiants passer quasiment la nuit à l’université ou venir à l’aube et se bousculer pour une inscription. Surtout pour ce qui est de l’université Ouaga I Pr KI ZERBO et l’Université Ouaga II.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2016 à 09:17, par KARASSAMBA En réponse à : Enseignement supérieur dans l’espace UEMOA : Le REESAO parle qualité à Ouagadougou

    Le vrai problème de nos universités c’est les hommes qui sont à leur tête.
    Le LMD c’est pareil. On a confié la gestion à des gens qui eux même ne comprenaient rien au système et qui ont passé tout le temps dans les hotels à l’extérieur soit disant pour avoir l’expérience des autres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Foncier au Burkina : Un groupe d’étudiants s’offusque contre l’avant-projet de loi portant promotion immobilière
Santé au travail : Zoom sur les troubles musculosquelettiques, première maladie professionnelle au monde
Fonds de soutien patriotique au Burkina : Voici les nouveaux prix sur la consommation de certains produits
Burkina/Religion : Une cohorte de serviteurs pour écouter et accompagner spirituellement les fidèles chrétiens
Éducation : Les anciens élèves de l’école primaire A de Koudougou honorent leur institutrice des années 70
Accès des adolescents et jeunes aux services de santé de la reproduction : L’ISSP pose la réflexion à travers une conférence publique
TGI de Ouagadougou : Il écope de douze mois d’emprisonnement pour avoir agressé son débiteur à la machette
Dédougou : 50 responsables de producteurs de coton formés à la prévention contre le travail des enfants
Enseignement au Burkina : L’École primaire catholique de Guilongou souffle ses 75 bougies
Koudougou : Le Centre agricole Sainte famille de Goundi, un tremplin pour les jeunes de la localité
MENAPLN : Un atelier pour réfléchir sur l’institution de la tenue scolaire en Faso danfani pour tous les élèves au Burkina
Perturbations de la distribution du gaz : Immersion sur les sites de dépôts de Bingo à Ouaga et Péni à Bobo pour comprendre les raisons
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés