Municipales 2016 : L’AMR/Burkina pour une interpellation constructive par les citoyens

dimanche 3 avril 2016 à 17h42min

L’Association Monde Rural (AMR/Burkina) a animé une conférence de presse le samedi 2 avril 2016 à Ouahigouya. Au cours de l’entretien avec les hommes de médias, Amadou Wangré, coordonnateur national de la structure a évoqué les élections municipales à venir, la gestion des collectivités par les délégations spéciales et la question brûlante de l’heure qui concerne les groupes d’autodéfense appelés « Koglwéogo ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Municipales 2016 : L’AMR/Burkina pour une interpellation constructive par les  citoyens

L’Association Monde Rural, structure de la société civile burkinabè et opérationnelle depuis une vingtaine d’années a été reconnue Association d’Utilité Publique en 2013. L’AMR a pour objectifs entre autres de contribuer à améliorer les conditions d’existence et du milieu de vie des populations rurales à travers la promotion du développement de la femme rurale, La promotion des droits humains et de la bonne gouvernance locale en facilitant à ce niveau la participation et l’implication citoyenne dans la gestion des affaires publiques locales etc. A travers cette sortie médiatique L’AMR comme à ses habitudes, entend donner son point de vue sur l’actualité nationale, sur un certain nombre de questionnements qui intéressent les citoyens.

L’AMR pour l’application stricte de l’article 242 du code électoral aux municipales

Le 22 mai prochain, les burkinabè devront accomplir un devoir citoyen par le vote des conseillers municipaux. Amadou Wangré conformément aux objectifs de sa structure dit vouloir attirer l’attention des acteurs impliqués dans le processus électoral sur plusieurs aspects. En effet pour lui l’article 242 du nouveau code électoral devrait s’appliquer rigoureusement, c’est pourquoi il en appelle à la vigilance de tous les acteurs et citoyens responsables sur l’invalidité de certaines candidatures aux postes de conseillers municipaux. A ce propos le coordonnateur dit faire allusion aux anciens députés, maires et toutes les personnes qui avaient soutenu publiquement la modification de l’article 37 de la constitution. Même si en tant que structure associative elle ne peut pas déposer plainte, l’AMR invite les citoyens à le faire en les rassurant qu’elle est membre d’un consortium d’avocats qui peut aider les plaignants dans ce sens. Revenant sur le processus de décentralisation en cours, AMR a invité les autorités actuelles à donner à la décentralisation toute sa quintessence et se félicite déjà des mesures actuelles comme le retrait futur de la gestion du foncier par les présidents des collectivités. Tout en félicitant les délégations spéciales des 28 communes où elle intervient dans la région du Nord pour la gestion réussie en cette période exceptionnelle, le coordonnateur de l’AMR a déploré quelques insuffisances marquées par l’absence d’une culture de redevabilité et la gestion opaque des marchés publics par certaines délégations spéciales.

Non à la violation des droits humains par les « Koglwéogo »

L’autre sujet d’actualité sur lequel l’AMR est revenue est la question des « Koglwéogo » qui sont la résultante de l’insécurité généralisée et l’incapacité de l’Etat à assurer la sécurité des citoyens. Du point de vue des conférenciers du jour toutefois, l’Etat peut et doit demander aux groupes d’autodéfense de se constituer en associations reconnues par la république à l’image de ceux du Yatenga qui travaillent en étroite collaboration avec les forces de sécurité depuis longtemps. « L’AMR s’oppose énergiquement à l’idée d’une structuration de ces groupes informels de Koglwéogo par l’Etat et à toute forme de violence perpétrée par ces groupes d’autodéfense sur toute personne qui du reste est une violation flagrante des droits de l’homme » a martelé avec conviction Amadou Wangré. En attendant les résultats de l’étude diagnostic sur le niveau de la gouvernance dans 28 collectivités du Nord qu’elle a commanditée, l’AMR qui souffle ce mois- ci ses vingt bougies entend organiser à son siège à Gourcy dans la province du Zondoma un ensemble d’activités pour marquer l’événement.

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés