Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

mercredi 18 novembre 2015 à 22h06min

Les greffiers du Burkina donnent encore de la voix. Depuis le 10 novembre, les juridictions du pays sont une fois de plus bloquées par un mouvement d’humeur. Les greffiers dénoncent « une trahison et un mépris de la part des autorités » et les invitent à reconsidérer les décrets en prenant en compte le consensus qui avait été obtenu, mais mis de côté. C’était au cours d’une conférence de presse animée ce 18 novembre 2015 à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

Les greffiers du Burkina ne comprennent plus rien. Ils ont l’impression que le gouvernement affiche du mépris vis-à-vis de leurs revendications. Même les acquis récents sont en train d’être remis en cause par le même gouvernement qui renie de ce fait, ses propres engagements. C’est du moins ce que les responsables syndicaux des greffiers ont laissé entendre en substance lors du point de presse.

Tout est parti des luttes pour l’adoption des décrets d’application de la loi 054 portant statut du personnel du corps des greffiers, votée depuis le 18 décembre 2012. Les syndicats des greffiers ont alors depuis, engagé une longue lutte.

En réponse aux doléances des travailleurs, des commissions d’examens ont été mises en place. La dernière a vu le jour sur instruction du premier ministre Yacouba Isaac Ziga avec pour mission de trouver « une solution définitive et consensuelle à ce problème qui dure depuis 2012 ». Alors, faisant suite à cette injonction, un comité pluridisciplinaire est mis en place par arrêté et de façon consensuelle, a élaboré des projets de textes qui ont été transmis au Ministère de l’économie et des finances(MEF). C’était le 25 juin 2015.

« Malgré le caractère consensuel de ces projets de textes, le ministère des finances par lettre en date du 17 aout 2015, est revenu sur des points qui avaient été arrêtés par le comité qui d’ailleurs était constitué en grand nombre d’agents dudit ministère. Prétextant de la situation économique difficile que traverse notre pays, le MEF nous faisait par la même occasion des propositions qui selon lui, sont supportables par le gouvernement et nous promettait la transmission immédiate du dossier en conseil des ministres si nous acceptons faire des consensus », a laissé entendre Paul Tapsoba, le secrétaire général du syndicat des greffiers du Burkina.

Malgré tout, selon le secrétaire général, « par esprit de patriotisme » et dans la logique de « syndicat responsable », lui et ses camarades ont donné leur accord pour l’adoption et l’application des décrets avec des amendements qui se dérobent du consensus.
Alors que ces derniers croyaient enfin voir le bout du tunnel, c’est le 21 octobre 2015 que les textes ont été adoptés, « pire, avec des modifications autres que ce qui nous avait été proposé par la lettre signée du ministère de l’économie et des finances. Ainsi la date de prise d’effets arrêtée de commun accord pour janvier 2013 et ramenée à janvier 2015 sur proposition du MEF, a été finalement été reportée à janvier 2016 ; aussi, d’autres indemnités prévues par la loi ont été de façon unilatérale soit renommées soit supprimées par ces décrets pris en conseil des ministres », a regretté Paul Tapsoba.

Des démarches infructueuses

Ne comprenant plus rien, le syndicat dit avoir tenté sans succès des démarches auprès des autorités pour s’imprégner de la situation et surtout demander le respect du consensus. Mais jusque-là, aucune autorité ne l’a reçu. Les greffiers, appuyés par le syndicat national des agents de la justice , « se sentant trahis et dans l’impossibilité d’avoir des informations à travers leurs syndicats ont alors entrepris d’exprimer leur ras le bol face à ce que l’on pourrait considérer comme une trahison et un mépris de la part des autorités », a poursuivi Paul Tapsoba qui était entouré de Thierry Martial Somé, représentant du secrétaire général du syndicat national des agents de justice et de Aziz Kafando, membre du bureau du syndicat des greffiers du Burkina.

Depuis le 10 novembre donc, toutes les juridictions du pays roulent au ralenti et les greffiers sont déterminés à ne pas brader les acquis qu’ils ont chèrement acquis. « Les greffiers n’accepteront jamais un sabotage des décrets d’application de leur statut acquis au prix de longues lutte et même de révocation de certains collègues », ont-ils dit. La grève initiée par les agents en dehors d’un mot d’ordre du syndicat pourrait donc se durcir si celui-ci s’implique. Mais les responsables espèrent que le gouvernement daignera les écouter et prendre en compte leurs préoccupations, avant.

Tiga Cheick Sawadogo(tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 novembre 2015 à 04:54, par hawk
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Et oui, les mythomanes c’est comme ça. Vous allez bien regretter l’ancien régime ha ha haaaaa !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 06:13, par Idriss
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Si ce qui est dit dans cet article est vrai alors force est de constater que des voyous se sont introduits dans le gouvernement de la transition contribuant du même coup à rendre cette transition peu crédible. Vivement que cette page de notre histoire soit tournée afin que tous les malfrats, anciens comme nouveaux, rendent gorge. Amen

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 08:41, par SY
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Du courage mes frères c’est pas facile ici au Faso. Moi, je crois que nous devrons tout faire pour régler cette question des statuts particuliers. Oui parce que depuis un certain moment nos fonctionnaires souffrent du mauvais traitement salarial. Il y a d’autres ont des privilèges et certains rien que de la misère. En 2017, nos Diplomates se sont levés pour dire non et ils ont été sanctionnés sévèrement par l’ancien régime de COMPAORE mais avec la complicité des traites comme certains de leurs collègues qui ont vendus leurs âmes au diable pour les postes à l’étranger ou au sein du ministère. Et le reste est reversé dans les autres ministères comme quoi ces ministères sont les poubelles mais avec leur lutte beaucoup de choses ont connu un changement dans la vie des agents de la fonction publique. Alors je crois que c’est la relecture de la loi 013 qui peut sauver tout sinon statut particulier par là par ci c’est pas idéal. Au moins pour ce cas il faut respecter ce qui a été déjà pris en conseil des ministres car l’acte est pris et doit être appliqué.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 08:42, par SY
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Du courage mes frères c’est pas facile ici au Faso. Moi, je crois que nous devrons tout faire pour régler cette question des statuts particuliers. Oui parce que depuis un certain moment nos fonctionnaires souffrent du mauvais traitement salarial. Il y a d’autres ont des privilèges et certains rien que de la misère. En 2007, nos Diplomates se sont levés pour dire non et ils ont été sanctionnés sévèrement par l’ancien régime de COMPAORE mais avec la complicité des traites comme certains de leurs collègues qui ont vendus leurs âmes au diable pour les postes à l’étranger ou au sein du ministère. Et le reste est reversé dans les autres ministères comme quoi ces ministères sont les poubelles mais avec leur lutte beaucoup de choses ont connu un changement dans la vie des agents de la fonction publique. Alors je crois que c’est la relecture de la loi 013 qui peut sauver tout sinon statut particulier par là par ci c’est pas idéal. Au moins pour ce cas il faut respecter ce qui a été déjà pris en conseil des ministres car l’acte est pris et doit être appliqué.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 10:59, par kognagnini
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Ces greffiers finissent par nous pomper l’air ! Qu’ils restent à la maison jusqu’à la fin de leur carrière et ils verront que ce pays peut fonctionner sans eux tous les fonctionnaires à l’heure actuelle ont des problèmes mais on fait balle à terre en tenant compte du contexte particulièrement difficile pour la nation.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 11:18, par STATUT GENERAL DE LA FONCTION PUBLIQUE
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    La question des statuts à mon avis doit connaitre une résolution globale et non sectorielle ou corporatiste. L’octroi des avantages de façon parcellaire et inégale est toujours source de discrimination. C’est une question, qui, si elle n’est pas résolue à travers le Statut général de la fonction publique, se posera toujours avec acuité. Contenter les uns et laissant les autres dans la misère ne pourrait jamais être la solution. Si on continue à traiter les agents publics de façon inéquitable, ces genres de revendications ne finiront jamais et notre pays risque fort d’être ingouvernable.
    Le ministre de la fonction publique et celui de l’économie et les Centrales syndicales doivent prendre la question en main pour chercher des pistes de solutions. Hier c’était la police et les autres corps paramilitaires, aujourd’hui les greffiers, les inspecteurs et contrôleurs du travail et demain ???

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 12:09, par joan
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    En rappel, le gouvernement de la transition avait dit qu’il fallait revisiter les textes préparés par le gouvernement de blaise, ainsi le premier projet de décret a été mis de côté. Ensuite celui préparé par l’actuel gouvernement qui se disait consuel, a été modifié par le ministre des finances par lettre du 17 août 2015. En fin celui qui est adopté le 21 octobre est encore une autre modification. Comme quoi y a rien de sérieux dans ce pays, c’est comme ça vous créez des frustrés.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 13:34, par JO
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Kognagnini, l’internaute 5, tu ressembles à un méchant type, les gens se battent pour leur réussite sociale et tu es contre. Jaloux tu n’es pas digne d’un vrai burkinabé mais un pauvre méchant, mesquin ; jaloux ,dernier de classe !

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 15:16, par DROIT DE REPONSE
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    JO, tu n’as pas tort mais Kognagnini également. Nul n’est indispensable au pays des hommes intègres. Nous sommes 15 000 000, et si une centaine de personnes croient qu’elles peuvent paralyser une nation, nous allons avancer sans elles. Sans Blaise, on n’a pas vu le chaos que certains avaient prédit avec assurance et le pays avance mieux.

    Répondre à ce message

  • Le 19 novembre 2015 à 16:51, par Yiriba
    En réponse à : Justice : Les greffiers montent encore au créneau et dénoncent la trahison du gouvernement

    Les salariés d’état doivent comprendre de façon générale que le mandat numéro 1 de la transition n’était de rétablir les bas salaires dans la fonction publique. En tant que intellectuels qui comprennent, où prend-on l’argent pour le secteur publique ? À Paris, Washington ou Bolomakoté ? Si vous trouvez qu’il y a du surplus disponible dans un secteur, veuillez diriger le gouvernement vers cette caisse excédentaire et nous citoyens vous supporteront. Les dépenses d’administration publique sont déjà trop excessives pour l’enveloppe budgétaire nationale. Le véritable développement national commencera par une réduction des dépenses publiques. Cela se fera malgré les salariés, lisez les nouvelles grecques. Sinon, envoyez des politiciens incultes échanger à perte et à la sauvette nos pauvres ressources naturelles auprès des entreprises occidentales pour vous payez des salaires dont le pays ne peut se permettre. Sachez également que le fonctionnaire Chinois est moins payé que son homologue Burkinabé et il est trois fois plus productif, professionnel que ce dernier. Tout cela va devoir changer un jour.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés