Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Cinéma scientifique : Une semaine pour découvrir la science et la technique par l’image

Accueil > Actualités > Culture • • jeudi 12 novembre 2015 à 02h38min
Cinéma scientifique : Une semaine pour découvrir la science et la technique par l’image

La 6e édition de la semaine du film scientifique se tiendra du 16 au 18 novembre 2015. L’annonce a été faite le 11 novembre 2015 à la faveur d’une conférence de presse tenue à l’institut Goethe de Ouagadougou. Objectif de la manifestation : faire découvrir la science et la technique par l’image, susciter des débats entre les chercheurs, les réalisateurs et le public. Cet évènement est organisé par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) en partenariat avec l’institut Goethe, l’université de Ouagadougou et l’Association des journalistes et communicateurs scientifiques du Burkina (AJCS/BF). En marge du festival, un concours documentaire scientifique dénommé « Les Mils d’or » est organisé pour la 5e fois.

La 6e édition de la semaine du film scientifique se tient sous le thème des « dérèglements climatiques ». Au cours de cette semaine, des films documentaires traitant des thématiques liées aux questions de développement (science, technique, culture, sociétés…) et réalisées par des chercheurs, des étudiants, des cinéastes seront diffusés à l’Amphi C de l’Université de Ouagadougou et à l’institut Goethe. Le public pourra suivre entre, autres : l’étude des ouragans ; la fonte des glaciers ; la perturbation de la biodiversité ; les bâtiments de demain ; l’internet, polluant et énergivore ; les matériaux du futur.

A travers ce festival, l’IRD et ses partenaires veulent aider à l’émergence de documentaristes scientifiques africains. Car, actuellement des productions africaines dans ce domaine sont très rares. D’ailleurs, les organisateurs de cet évènement sont partis d’un double constat : le manque d’évènements autour de la promotion des films scientifiques et l’absence de tribune d’expression pour les jeunes réalisateurs de films documentaires scientifiques au Burkina. Pourtant, la combinaison du texte et de l’image est un moyen de communication scientifique apprécié.

Une inspiration du festival de Bangkok

Les organisateurs de la semaine du film scientifique de Ouagadougou se sont inspirés du festival international du film scientifique de Bangkok, une initiative de Goethe institut qui dure depuis maintenant onze ans. Et la 11e édition a réuni environ 600 000 participants cette année. Ouagadougou étant la capitale du cinéma africain, l’IRD, l’institut Goethe et les différents partenaires ont jugé bon de lancer l’initiative du film scientifique. Car, « La recherche a besoin d’intermédiation pour que les gens comprennent qu’il y a beaucoup de résultats de recherche et qu’ils peuvent trouver des résultats qui pourraient les aider à plus de développement, à plus de richesse et de bonheur », soutient Jean- Marc Leblanc, directeur de l’IRD.

C’est le président de l’Université de Ouagadougou qui parraine cette 6e édition de la semaine du film scientifique.

Les « Mils d’or » pour récompenser les documentaristes scientifiques

En marge de cette manifestation, il est organisé un concours de documentaires scientifiques dénommé « les Mils d’or de Ouagadougou ». Cette compétition vise à valoriser les travaux des chercheurs. Elle récompense le documentaire africain se distinguant par son originalité et abordant une thématique liée à la recherche scientifique pour le développement de l’Afrique. A cet effet, le samedi 21 novembre a lieu une projection des courts métrages produits par les instituts et partenaires qui participent au concours, suivi de la remise du prix des « Mils d’or de Ouagadougou ».

« Si on veut faire comprendre et accepter les résultats de la recherche, quoi de mieux qu’un œil d’un réalisateur africain qui va aller beaucoup plus vite à l’essentiel. Mais, il n’y a pas beaucoup de documentaristes africains pour le moment. C’est pour ça qu’à travers les initiatives que constituent le festival mais aussi le concours des Mils d’or de Ouagadougou, nous avons aidé à faire émerger une population de documentaristes africains », a précisé le directeur de l’IRD.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cinéma : Le réalisateur Zacharie Nikiema fait la promotion de l’entrepreneuriat avec son film « Mariage à tout prix »
Culture : « Le cinéma burkinabè était bien parti, mais il risque de retomber », Justin Ouindiga dit GSK, comédien
Café littéraire : La commune de Ouagadougou veut éveiller le goût de la lecture chez les élèves
Journées cinématographiques franco-burkinabè : Des films des deux pays projetés au profit des jeunes
Cinéma africain et de sa diaspora : Girley Charlène Jazama de la Namibie sacrée Sotigui d’or 2020
Culture : Les acteurs du théâtre tiennent leurs grandes assises nationales
Culture et tourisme au Burkina : Tahirou Barry promet 185 milliards de Fcfa aux acteurs
Festival ciné droit Libre : La population de Koudougou sensibilisée pour la tenue d’élections apaisées
Cinéma : Yacouba Napon dit MCZ projette son « élection présidentielle 2025 »
Patrimoine culturel burkinabè : L’université Joseph KI-Zerbo scrute les risques majeurs du secteur
5e édition de Ouaga film lab : Des porteurs de projets en développement décrochent une vingtaine de bourses
Covid-19 : « Son impact va se ressentir sur les droits d’auteur à repartir en 2021 », dixit Wahabou Bara, directeur général du BBDA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés