Forum sur l’emploi des jeunes : Pour que « disparaissent » les clichés sur Bobo

vendredi 11 septembre 2015 à 22h14min

A l’initiative de l’association « Yes We Can », Bobo-Dioulasso abrite un forum régional de l’éducation, de la formation et de l’emploi des Hauts-Bassins du 11 au 12 septembre 2015. Placé sous le thème « de l’orientation scolaire à la formation professionnelle une nouvelle perspective à l’emploi des jeunes », la cérémonie d’ouverture a été présidée par Salifou Dembélé, ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Forum sur l’emploi des jeunes : Pour que « disparaissent » les clichés sur Bobo

Un coup d’essai, un coup de maître. C’est le moins qu’on puisse dire de ce premier forum régional de l’éducation, de la formation et de l’emploi des Hauts-Bassins. Initié par l’association « Yes We Can », l’ambition est de susciter un réel goût de la formation professionnelle, de l’auto-emploi et de l’entreprenariat à l’endroit de la jeunesse et partant celle de la région des Hauts-Bassins.
En effet, la problématique de l’employabilité des jeunes est plus que d’actualité au Burkina. Et le président de l’association Louis Dally d’ajouter que : « Le problème de l’éducation, de la formation, de l’emploi des jeunes est une actualité brulante. C’est une préoccupation qui se pose avec acuité, et nous nous devons d’essayer de travailler véritablement à donner à cette jeunesse un surcroît d’âme et de raison pour entreprendre son devenir ». S’il y a la vie de l’école, il y a aussi l’école de la vie, et les jeunes, à en croire Louis Dally, doivent prendre leur destin en main à travers des initiatives inventives et novatrices. Bobo-Dioulasso, ville à plusieurs clichés, notamment dans le domaine de l’emploi, le représentant de la délégation spéciale ne doute pourtant pas de l’engagement de la jeunesse bobolaise qui se bat tous les jours pour se frayer un chemin vers l’emploi. « Le PDS est témoin des nombreuses initiatives qu’entreprennent les jeunes de Bobo-Dioulasso, et ce, dans presque tous les secteurs d’activités », confie Georges Ouédraogo, représentant du PDS. Il a ajouté que ce forum constitue par ailleurs une aubaine de réflexion afin de faire tomber les idées reçues qu’on a l’habitude d’entendre de parts et d’autres sur la cité Bobo-Dioulasso.

Pour que l’Etat ne soit plus le seul pourvoyeur d’emploi…

Pourquoi un tel forum dans la ville de Bobo-Dioulasso ? L’idée selon Louis Dally est partie du constat alarmant et du manque criard d’emploi des jeunes. Une situation déplorable qui s’explique en partie par le système éducatif et la question de l’orientation qui s’en suit après l’acquisition des diplômes. Pour lui, le système éducatif du Burkina ne prône pas assez d’emploi. Si fait que l’Etat se trouve être le seul pourvoyeur d’emploi pour la jeunesse, en témoigne les chiffres des concours directs de la fonction publique session 2015.
En effet, des 102 concours ouverts avec environ 10 000 postes à pourvoir pour plus de 665 000 candidats. C’est dire à quel point les jeunes se doivent de prendre leur avenir en main. Et c’est fort de cette conviction que l’association « Yes We Can », un regroupement de jeune de la ville de Bobo-Dioulasso militant pour l’éveille des consciences de la jeunesse a initié ce forum. Un cadre d’échange et de partage d’expérience l’initiative, selon le ministre de la Jeunesse de la formation professionnelle et de l’emploi Salifou Dembélé est a été saluée. Ce forum considéré par Salifou Dembélé natif de la ville de Sya, comme un espace de rencontre de donner et du recevoir, a profité de l’occasion pour interpeller la jeunesse bobolais. « Je vous encourage à oser inventer l’avenir qui se dessine devant vous en entreprenant des actions dynamiques et audacieuses qui relèvent parfois de la passion, car comme l’a dit quelqu’un rien de grand dans ce monde ne se fait sans passion », leur a-t’il dit.
« Yes We Can » a bien compris que l’insertion socioprofessionnelle des jeunes passe forcément par leur implication. Ils doivent s’approprier des outils notamment sur tout ce qui concerne la formation mais surtout de s’appesantir sur les problèmes qui freinent leur épanouissement. Ces forums sont par ailleurs des opportunités d’information sur l’existence d’un certain nombre de fonds et les structures d’accompagnements au niveau du ministère, et mieux, il sera une occasion de réfléchir à un plaidoyer qu’ils soumettront au gouvernement afin qu’ils prennent au sérieux la préoccupation des jeunes. Cela, parce que, confie Salifou Demeble, au plan budgétaire la question de la jeunesse n’est pas traitée à sa juste valeur. Les conclusions de ce forum permettront donc d’avoir plus d’éléments convaincants afin que le budget qui sera désormais alloué au département soit plus conséquent, à même de résoudre les problèmes des jeunes.

De la proposition des ateliers de formation dans les écoles

« Si la jeunesse est une priorité, que l’on pose des actes qui le prouve » avait en commentaire lancé Salifou Dembélé pour interpeller l’Etat mais aussi les acteurs en charge de l’éducateur. Un avis que partage Dr Lassina Sanou, fondateur des complexes scolaire Alpha Solidarité, par ailleurs parrain de ce premier forum. Il a, pour sa part, déjà mis en place des ateliers de formation à partir de la classe de 6ème qui est une réponse à la problématique de l’orientation de l’éducation vers la formation professionnelle. Fier d’avoir parrainé ce forum Dr Lassina Sanou a pris l’engagement d’adhérer à tous les projets valorisant l’éducation mais surtout à ce que l’employabilité des jeunes soit une réalité au Burkina Faso. Jeune de 5 ans, l’association « Yes We Can » est à sa première grande activité sur l’emploi des jeunes à travers ce forum. Pendant deux jours les participants suivront des conférences sur : « comment réussir son insertion professionnelle », « entreprendre au Burkina » suivi d’expositions des différents instituts supérieurs de Bobo-Dioulasso dans l’enceinte de l’Institut français. L’espoir est de voir cette activité s’inscrire dans la durée afin qu’il soit un cadre d’information, de formation et d’actions constructives pour la jeunesse des Hauts-Bassins.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés