Marchés publics des collectivités territoriales : Le rapport d’audit des gestions 2011 et 2012 sur la table des discussions

vendredi 24 juillet 2015 à 23h46min

Ouagadougou abrite depuis ce jeudi 23 juillet 2015 une rencontre de restitution de la mission d’audit indépendant des marchés publics, gestions 2011 et 2012. C’est Youma Zerbo, secrétaire général du Premier ministère qui a présidé l’ouverture de la rencontre.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Marchés publics des collectivités territoriales : Le rapport d’audit des gestions 2011 et 2012 sur la table des discussions

Ils sont deux cents acteurs des marchés publics qui sont réunis depuis ce jeudi 23 juillet 2015 à Ouagadougou pour examiner et amender le rapport d’audit indépendant de la passation des marchés publics, gestions 2011 et 2012, passés par les collectivités territoriales, les établissements publics de l’Etat et les structures déconcentrées de l’Etat. Objectifs : apprécier la pertinence des constats, faiblesses ou irrégularités relevés par les auditeurs et apprécier, et/ou formuler des recommandations et suggestions pertinentes en vue de remédier aux faiblesses.
Dans son mot d’ouverture de l’atelier de restitution, le secrétaire général du Premier ministère a souligné l’importance de l’exercice.
« La revue indépendante de la passation des marchés publics des exercices budgétaires 2011 et 2012 se veut être un outil qui va contribuer non seulement à l’assainissement de la commande publique mais aussi à l’amélioration des capacités des acteurs, du dispositif juridique et institutionnel de la commande publique ».

Contenu du rapport d’audit indépendant

Du rapport d’audit indépendant soumis à l’examen des participants à l’atelier se dégage un certain nombre de faits et d’insuffisances récurrentes dans le secteur des marchés publics. Entre autres, le secrétaire permanent de l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) Mamadou Guira a relevé le problème d’archivage des documents de passation des marchés publics, la non maîtrise des textes par les acteurs des marchés publics, d’où la nécessité de la formation et du renforcement des capacités ; la faiblesse des seuils de la commande publique ou de l’absorption des crédits.
Abondant dans le sens du non-respect des textes dans l’exécution des marchés publics par les acteurs, Olé Alain Kam, représentant du groupement DEMBS Associates/AUREC, auteur du rapport, a indiqué que la plupart des marchés de gré à gré ne respectaient pas les procédures.
Pour toutes ces raisons, le représentant du ministre souhaite que le présent atelier soit un cadre de discussions approfondies de sorte que les mesures retenues soient précises et appropriées pour tous les acteurs de façon à faciliter leur mise en œuvre. Cela est nécessaire car, dit-il, les contrôles permettent de corriger les mauvaises pratiques des acteurs et d’adapter davantage les textes aux réalités sans rompre leur conformité aux standards communautaires et internationaux. Ainsi, les mesures qui seront retenues permettront d’alimenter les différentes stratégies et plans d’actions relatives à l’amélioration de la commande publique.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés