La coordination des OSC sur les décisions du chef de l’Etat : « Il y a lieu d’être dubitatif sur l’efficacité de la solution retenue »

vendredi 24 juillet 2015 à 01h08min

Dans le communiqué qui suit, la coordination des organisations de la société civile pour la sauvegarde des acquis et de l’esprit de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 se prononce sur les décisions prises par le président Michel Kafando consécutivement à ce que l’on a appelé crise Régiment de sécurité présidentielle/Zida. Pour la coordination, il ne fait aucun doute que le RSP tient toujours à avoir le contrôle de la Transition. C’est pourquoi elle en appelle au bon sens du chef de l’Etat. Lisez plutôt !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La coordination des OSC sur les décisions du chef de l’Etat : « Il y a lieu d’être dubitatif sur l’efficacité de la solution retenue »

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Réunies en Assemblée Générale extraordinaire ce lundi 20 juillet 2015 au Centre National de presse Norbert Zongo, les organisations membres de la coordination d’OSC ont décidé de partager avec l’opinion publique leur analyse et leurs préoccupations relativement à la crise que nous impose le régiment de la sécurité présidentielle et leur allié le CDP.
Dans son appel du 11 Juillet 2015 consécutif à son assemblée générale nationale qui a connu la participation d’OSC venues des villes du Burkina et de l’extérieur, la coordination d’OSC, après analyse de la situation nationale, indiquait que : « des chefs et d’anciens chefs militaires, instrumentalisent le RSP et nos frères soldats du RSP pour se protéger contre la machine judiciaire en marche dans des cas emblématiques de crimes de sang notamment les dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo. A ce titre, il faut explicitement citer le général Gilbert Diendéré, le maitre-chanteur dans l’ombre, le déstabilisateur à l’œuvre, autour duquel l’étau judiciaire se resserre et qui complique sa situation en se rapprochant avec Blaise Compaoré lui-même de la Cour Pénale Internationale (CPI) ». « Le message à la Nation du Chef de l’Etat acte la gravité de la situation et sonne comme un appel au secours, face à des forces tapies dans l’ombre qui le prennent en otage »

Dignes filles, dignes fils du Burkina Faso,
La suite des évènements nous donne une fois de plus raison. Notre pays et notre transition sont l’otage du général Gilbert Dienderé qui, inlassablement, travaille pour le retour de l’ex-majorité avec le secret dessein de se soustraire à la justice et ainsi de perpétuer la culture de l’impunité. Les récentes décisions du président Michel KAFANDO qui sont diamétralement à l’opposé de son diagnostic de la crise ont fini de convaincre que notre Transition est l’otage de Dienderé et du couple RSP-CDP. En effet, non seulement le message du Chef de l’Etat n’explique pas les causes de la crise qu’il qualifie de grave sans nous dire quelle est la nature du problème, mais surtout il cloue au piloris l’armée dans son ensemble alors que le perturbateur de la Transition est le RSP. A l’arrivée, les décisions-solution expressément prises ne concernent qu’un des protagonistes de la crise qui ne s’est vu ouvertement reprocher aucun grief. En omettant de nous expliquer les tenants et les aboutissants de la crise, le Président de la Transition ne permet pas au peuple de juger de la pertinence, de l’efficience et de l’efficacité des solutions proposées. Cela manque à l’évidence de transparence ! Disons que c’est plutôt opaque. Toutes choses qui ouvrent la porte aux spéculations de toutes sortes.

En effet dans son discours, le Chef de l’état attribue les blocages de la transition (à trois reprises) à l’armée, refusant d’indexer les vrais responsables, jetant du même coup le discrédit sur la majorité des soldats du RSP et des autres unités de l’armée qui sont des hommes d’honneurs et des hommes intègres au service de la nation. De plus, les mesures-remède prises sont à l’opposé de son diagnostic établi. Aucune sanction n’est adressée à ceux qui à trois reprises ont mis à mal la stabilité des institutions et de la Transition. Perpétuation de la culture de l’impunité ? Ce qui frappe dans la solution retenue, c’est que le chef de l’état devient un petit Etat dans l’Etat en cumulant, avec ses prérogatives de président de la Transition, celles de deux ministères de souveraineté, la défense et de la sécurité. Un mauvais exemple dans l’optique de la construction d’une démocratie républicaine et qui rappelle un passé pas si lointain et des pratiques dignes d’une république bananière. Rappelons-nous un des slogans scandés par les insurgés : « Nous voulons des institutions fortes, pas des hommes forts ».
Dans cette situation post-insurrection avec des enjeux sécuritaires très importants et la nécessité d’une présence de tout instant de la force civile pour accompagner la justice dans l’élucidation des dossiers de crimes pendants, Il y a lieu d’être dubitatif sur l’efficacité de la solution retenue. En prenant en compte les données de la situation telle qu’elle se présente, il n’est pas absurde d’affirmer que notre défense et notre sécurité sont entre les mains des chefs du RSP, ce qui est aux antipodes des aspirations du peuple insurgé. Voilà pourquoi les organisations de la société civile réunies au sein de la coordination d’OSC tient à prendre l’opinion publique à témoin et à rappeler les points suivants :
-  La nécessité pour le chef de l’Etat d’user de ses prérogatives dans le strict respect de la charte de la Transition et des ses valeurs notamment celles de transparence et de consensus dans la gestion de la crise actuelle
-  L’exigence de recourir au premier chef aux signataires de la charte dans la prise des décisions majeures dans la conduite de la Transition. Le respect de la pratique institutionnelle, à savoir le respect des règles et principes préétablis doit s’imposer à tous.
-  L’exigence d’un traitement diligent et définitif de l’indispensable dissolution du RSP afin d’ouvrir la voie vers la mise en place d’une armée républicaine. Le diagnostic du président de la Transition le justifie encore plus, de même que la revendication populaire
-  L’exigence du refus de la culture de l’impunité pour que chacun réponde de ses actes dans le respect du droit et des procédures applicables et que l’adage « nul n’est au-dessus de la loi » soit effectif.
-  La nécessité d’une unité d’action des signataires de la charte notamment les partis politiques, les forces de défense et de sécurité et les autorités coutumières et religieuses à favoriser pour la défense des idéaux et acquis de l’insurrection populaire des 30 et 31 Octobre 2015 et pour faire échec à l’entreprise de restauration du régime vomi par le peuple.

Vive le Burkina Faso
Vive la Transition
Vive les forces du changement !
Nan Lara, An sara
Ouagadougou le 23/07/15
La coordination d’OSC

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés