Incendie à la SONABEL : D’importants dégâts matériels mais « aucun risque de perdre des données comptables »

vendredi 24 juillet 2015 à 01h07min

Au lendemain de l’incendie qui a paralysé une partie des locaux du siège de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL), le directeur général, François de Salle Ouédraogo, entouré de ses plus proches collaborateurs, a rencontré la presse ce jeudi 23 juillet 2015 à Ouagadougou. C’était pour faire le point de la situation et annoncer des mesures pour une reprise normale des activités.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Incendie à la SONABEL : D’importants dégâts matériels mais « aucun risque de perdre des données comptables »

« Il y a eu beaucoup plus de peur que de mal et nous rendons grâce à Dieu pour cela ». C’est en ces termes que François de Salle Ouédraogo, directeur général de la société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL), a résumé ce jeudi matin la situation qui prévalait dans sa société au lendemain de l’incendie du 22 juillet. Incendie qui a fait craindre le pire, au point où l’on a pensé à un moment donné, au vu de la fumée, que tout le bâtiment du siège de la SONABEL était en flamme.
Entouré du conseiller technique Séni Désiré Compaoré et du chef du département Communication et Relations publiques, le directeur général de la SONABEL, François de Salle Ouédraogo, a fait aux journalistes le « point exact » du sinistre.
« Après le passage des sapeurs-pompiers, la gendarmerie qui a ouvert une enquête, a fait le tour de tout le bâtiment pour inspecter tout ce qui a été touché. On a fait venir aussi un huissier pour constater tous les dégâts ; on a fait venir également un expert en incendie et aussi il y a l’équipe SONABEL qui est chargée généralement des sinistres, des incendies. Toutes ces équipes-là ont fait le tour du bâtiment (…)
Comme vous l’avez constaté, c’est principalement un bureau où tous les documents et équipements ont brûlé. C’est le bureau où il y a eu le foyer de l’incendie. Par la suite, le feu a suivi une colonne de câbles pour toucher d’autres bureaux partiellement. Au deuxième niveau, c’est juste les câbles qui ont brûlé. Au troisième niveau, ce sont les photocopieuses et imprimantes qui ont été touchées.
Le bureau où les documents ont brûlé, est un bureau qui traite des documents comptables qui viennent des directions régionales du Centre et du Kadiogo ».
Et d’ajouter : « Il y a de gros dégâts matériels, le plafond est parti, des câbles ont brûlé, le bâtiment est partiellement alimenté en électricité ».

L’origine du sinistre inconnue

A ceux qui disent que cet incendie a été provoqué pour détruire des pièces des documents compromettants, François de Salle se veut rassurant. « Aucune donnée n’est perdue. Il n’y a pas de risque qu’on cache d’éventuelles mauvaises gestions des anciennes directions générales. Du reste, il y a déjà eu le passage de certains organes de contrôle de l’Etat qui ont déjà récupéré des documents », a-t -il laissé entendre.
Il précisera en ce qui concerne notamment les documents comptables des directions régionales du Centre et du Kadiogo calcinés que « ces documents ont déjà des doubles dans ces directions régionales et peuvent être reconstitués ».
Autre assurance donnée par le patron de la SONABEL : la fourniture de l’électricité aux consommateurs ne sera pas perturbée du fait de l’incendie qui n’a touché, dit-il, que l’entité administrative ; quand bien même le sinistre entraîne de facto la suspension temporaire du paiement des factures et d’autres services au niveau du siège, ce qui oblige naturellement les usagers à se rendre dans d’autres agences de la société.
En revanche, François de Salle n’a pas été à mesure de situer ses interlocuteurs sur l’origine de l’incendie qui reste encore inconnue. Il dit attendre encore les conclusions des experts.

Reprise progressive des activités

S’il n’a touché réellement que le siège, l’incendie du 22 juillet a quand même joué sur le fonctionnement normal des activités de la SONABEL. La situation étant à présent, sous contrôle, les activités vont pouvoir reprendre normalement. Mais, de façon progressive, selon le directeur général. Dès jeudi, les autres agences ont repris l’activité. Au niveau du siège, des actions sont en cours pour que l’activité reprenne également, avec plus de mesures de sécurité.
« Nous sommes en train de travailler pour remettre les choses à l’endroit. Depuis hier soir, nous avons fait une réunion de crise. Nous avons pris des mesures qui vont permettre de reprendre progressivement nos activités », a conclu François de Salle Ouédraogo, rendant hommage aux acteurs qui ont contribué à ce que l’incendie soit maîtrisé.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés