Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

vendredi 22 mai 2015 à 23h24min

Réunis le 19 mai dernier, à l’occasion de la 47e session ordinaire de la CEDEAO, une quinzaine de chefs d’Etats et de gouvernements membres de l’organisation, se sont sur les grandes questions économiques, sociales et politiques de l’espace.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

Pour l’occasion, ils ont réitéré leur appel à l’inclusion dans la transition et les préparatifs des élections du 11 octobre prochain. Les chefs d’Etats et de gouvernements ont aussi appelé les pays de la Communauté internationale à soutenir financièrement le Burkina Faso.

A propos de la Guinée, le sommet a appelé les différentes parties au dialogue afin de sortir de l’impasse dans laquelle le pays est plongé.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 mai 2015 à 23:50, par YIRMOAGA
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    L’inclusion pour ramener l’A37 ou quoi ? La CEDEAO doit être clair et explicite ? O FASO on veut plus l’A 37 et ses défenseurs pour un certain temps ? Si les partis concernés par cette erreur ne peuvent pas trouver des candidats propres et démocrates, tant mieux, on avance, peut-être en 2020, ils en trouveront. Mais la communauté internationale doit rappeler cette leçon à tous ? On calcaire ses adversaires à la CPI et on veut organiser des élections dites démocratiques ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 01:33, par polpol
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    A la date d’aujourd’hui que peut on reprocher au pays des hommes intègres sur son code électorale si ce n’est d’amuser la galerie ! Admettre que les acteurs de crimes de sang et economiques reviennent aussitôt aux affaires reviendrait à brouiller à nouveau notre système judiciaire au profit des plus grands assasins et delincants aux cols blanc de toute l’histoire de notre pays. De grâce 5 ans de retrait seraient ils plus longs que les 27 ans endurés par le peuple intègre ! ? Alors vigilance car tous ceux qui s’agitent le font pourrait juste empêcher que la lumière soit faite sur leurs biens illicitement acquis or selon l’ordre divin, la lumière triomphe toujours des ténèbres tôt ou tard ; que la main divine continue de soutenir le Burkina. Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 03:26, par polpol
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Le Burkina est en phase avec l’inclusion prônée par la communauté internationale sauf si la CDEAO voudrait jouer à un syndicat de chefs d’État ; ceux qui s’agitent après avoir passé 27 ans aux affaires mais qui trouvent longues 5 petites années agissent pour empêcher l’explosion de la lumière sur leurs crimes de sang et surtout pour couvrir le butin de pillage du bien publique or la la lumière triomphe toujours des ténèbres selon le décret divin ; il n’ya aucun doute que la main divine a soutenu les Burkinabé les 30 et 31 Octobre 2014 et qui s’y frottera s’y piquera ;vivement que cette main divine continue de soutenir les intègres contre les vampires . Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 05:31, par legrand
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Dites a Alassane Dramane Ouattara que la pagaille qui l’a emmenee au pouvoir avec le soutien de la France et de Blaise Compaore ne lui donne pas le droit de contester la decision du peuple vaillant du Burkina Faso. Nan laara an saara !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 06:48, par Real
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Je pense que c’est au Burkinabè de décider d’inclusion ou pas aucune autre société ne devrait se mêler et je pense que les Burkinabè ont déjà décider.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:05, par DOYEN
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Les gens même parlent trop les CDPistes peuvent commencer à former leurs jeunes et on se croisera sur le terrain. C’est par ce que nous avions été des "MOUTONS" que ces gens ne nous prennent pas au sérieux aujourd’hui. Et comme on a été tellement tolérant envers eux ils trouvent aujourd’hui qu’il n’ont rien fait de mal. Pour eux il n’y a même pas eu d’insurrection populaire au Faso. Comme il n’ y a pas eu insurrection nous allons veiller maintenant à ce qu’il ait insurrection surtout dans nos quartiers et l’affaire est clause. ça va être propre les gars. S’ils finissent la formation des jeunes(que nous connaissons déjà qui ils sont et où ils logent ce qui va nous faciliter les choses) pour empêcher la tenu des élections ils seront même plus dans ce pays pour voir la fin de la transition et ça nous sommes déjà prêts. Comme ils veulent une bonne leçon immémoriale, nous allons veiller proprement à ce que leur vœux soit exaucé.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:23, par le panafricain
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Vous savez ,le BF n’a pas de l’argent pour organiser les élections en octobre 2015 !
    La transition (CNT,Gouvernement) est soutenue financièrement par l’opinion international alors on ne peut fermer les yeux sur des petits malins qui pensent écarter les autres alors que ils ont tous participer a la gestion durant 26 ans quelques mois

    Pourquoi aujourd’hui vous ne voulez pas laisser le peuple choisir leurs dirigeants !!!
    Arrentez de penser que vos mentors sont blancs

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:28, par le panafricain
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    VOus savez ,le pays n’a rien si les fonctionnaires continuent a gagner leurs salaires ainsi que les deputés du CNT c’est grace aux partenaires financiers
    Donc ne pensez pas qu’ils vont vous donnez de l’argent pour organiser les élections et vous allez vouloir ecarter des gens
    de grace Rock n’est pas aussi clean que Bassolé

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:34, par Larba SEDOGO
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    ils(CDPistes) disent que" pour la paix au Burkina il faut que le nouveau code électorale soit retiré". Vous comprenez ce que ça veut dire ? Ou le code est retiré ou vous n’aurez pas la paix au Faso. Vraiment ce chantage a remonté mon adrénaline au même niveau que le 30 octobre dernier. Quand on demande le Moogho Naaba de plaider pour sa cause et de l’autre coté on menace les gens alors les choses deviennent simple. Un enfant qui refuse à ce que sa mère sommeille un peu alors lui même ne dormira point. Vos menaces montrent à quel point vous n’avez rien compris de l’insurrection et je pense que nous allons profiter de l’occasion que vous allez nous offrir bientôt pour bien vous faire comprendre pour de bon.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:35, par Larba SEDOGO
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    ils(CDPistes) disent que" pour la paix au Burkina il faut que le nouveau code électorale soit retiré". Vous comprenez ce que ça veut dire ? Ou le code est retiré ou vous n’aurez pas la paix au Faso. Vraiment ce chantage a remonté mon adrénaline au même niveau que le 30 octobre dernier. Quand on demande le Moogho Naaba de plaider pour sa cause et de l’autre coté on menace les gens alors les choses deviennent simple. Un enfant qui refuse à ce que sa mère sommeille un peu alors lui même ne dormira point. Vos menaces montrent à quel point vous n’avez rien compris de l’insurrection et je pense que nous allons profiter de l’occasion que vous allez nous offrir bientôt pour bien vous faire comprendre pour de bon.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:42, par DAF
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Peuple du BURKINA FASO la seul question que notre gouvernement de transition doit poser à la CEDEAO est de demander a savoir :
    qu’elle était leur position avant la date du 30 Octobre quand le régime COMPAORE était au pouvoir du moment ou aucun président n’a pas eu le courage de dire la vérité a l’époque ???? avant de demandé l’inclusion qui ne sera pas accepté par les Burkinabé. SVP les membres de la CEDEAO, vous ne connaissez pas mieux le peuple Burkinabé plus que son gouvernement actuel, donc ne divisé pas le BURKINA FASO. C’est comme le disait Norbert ZONGO "si vous posez un acte ayez le courage de dire c’est moi qui ait posé et du reste assumer les conséquences positves ou négatives" dc ils ont du croire à une victoire et on les a battu. Quand tu es battu, toute le monde sait que tu as remporté les conséquences négative du combat et dans notre cas c’est l’exclusionnnnnnnnnn !!!!!!!!
    La patrie ou la mort nous vaincrons !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:49, par Albert SAMANDOULGOU
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Mes frères là où ils veulent aller nous y dormions depuis.Ils n’ont pas dit que ce n’était pas une insurrection mais plutôt quelques gamins manipulés ? Des voleurs et des bruleurs de maison ? c’est maintenant que vous allez comprendre que quand nous nous lançons dans ce que vous dites vous n’aurez même plus de maison dans OUAGADOUGOU. Même les maisons de vos maîtresses sont connus et une visite de courtoisie ne vous ferra pas trop de mal, étant donné que vos comptes n’ont pas été gelés alors vous avez toujours des millions pour en construire d’autres à Abidjan et à Cotonou.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 08:52, par Dario
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Si c’est au Faso de décider c’est aussi a lui de payer les factures haha

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 09:15, par Serges W. BAYALA
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Nous attendions seulement celui qui va venir retirer cette loi.On a déclassé la CEDEAO depuis.C’est par courtoisie que Michel KAFANDO les écoute mais après le sommet où ils ont chanté à l’inclusion vous avez suivi le Président il n’a pas changé de discours et il sait qu’il doit pas changer de discours. De toute façon l’État burkinabè a un plan B pour l’organisation des élections et croyez moi mes chers syndicalistes des dictateurs vous ne pourrez rien contre ce peuple et son code. Cette institution n’a jamais été avec les peuples ouest africains. L’intervention même de la CEDEAO dans l’organisation des élections est un risque pour le pays. Cadré Désiré OUEDRAOGO qui est du CDP et ses éléments qui vont intervenir entant que soit disant observateurs est un risque car tout peut arrivé et plusieurs pays comme la Guinée, Gabon etc..en ont payé les frais dans la supervision des élections par les puissances extérieurs ou de ces genres d’institution.Vous imaginez ce qui peut arriver au Burkina ? L’UA est plus crédible car son président est avec le peuple burkinabè(Président MAURITANIEN).

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 09:22
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    C’est quoi cet entetement de la CDEAO à vouloir nous imposer son point de vue sur notre charte ? Au fond ces chefs d’etats doivent compter beaucoup d’amis qui se retrouvent inéligibles, et c’est normal qu’ils essayent de les defendre.
    Seulement ce sont nous qui avons souffert de la lacheté et de la malhonnêteté des gens que la charte exclue.Elle avait fait quoi cette CDEAO lorsque ces mêmes gens tentaient de violer leurs propres textes ?
    De grâce cessez de nous distraire avec vos recommandations à la noix, car vous êtes suspects de precher la cause de votre ami déchu de son trone de faiseur de paix, de sage, d’homme providenciel...de votre mentor car beaucoup d’entre vous lui doivent leur pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 09:24, par Fax
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Le peuple burkinabè demande d’abord à la CEDEAO l’inclusion du Togo et de la Gambie dans la limitation des mandats présidentiels, pour éviter les bains de sang, comme on l’a vu tout récemment au Togo, et les longs règnes avec leurs conséquences comme au Burkina Faso et dans un passé récent en Côte d’Ivoire. Après cette inclusion du Togo et de la Gambien à la limitation de mandat on avisera.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 09:30, par Gwandba
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Il est dans le rôle de la CEDEAO de faire en sorte que toutes les parties se retrouvent dans le jeu. comprenons qu’elle ne peut pas prôner autre chose. Si la révision de l’article 37 avait eu lieu, la CEDEAO prônerait l’inclusion de toutes les parties pour la recherche de la paix qui est capital pour le développement de toute chose.
    ce pendant il est de notre devoir d’aider la CEDEAO dans sa recherche de crédibilité, en faisans en sorte que la loi electoral qui est voté par le CNT au Burkina puisse être aussi une des solutions dissuasive pour éviter d’autres dérives des politiciens du ventre sans scrupule. si le but de la CEDEAO c’est la paix, elle ne devrait pas envoyer la foudre au Burkina parce que des mauvais graines sont misent à l’écart pour n’utiliser que les bon semences.
    Wend na songdo.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 09:46
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Quels chefs d’Etats et de Gouvernement ? Des rigolots. Si vous ne pouvez pas exécuter des textes de lois que vous avez rédigés et ratifiés vous mêmes , c’est vraiment dommage . Ne vous ridiculisez pas jusqu’à ce pont. Vous êtes aussi élus comme Hollande et autres. Ayez de la dignité soit pour vous mêmes ou au moins pour vos familles. Vous êtes vraiment rigolots et enfantins et c’est dommage pour l’Afrique d’avoir des fils robotisés et manipulés par les occidentaux à distance. Pitié et honte a vous ?.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 10:01, par yaka
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Les préoccupations de la CEDEAO ne sont pas dans une inclusion quelconque mais elles sont ailleurs ;celui à qui elle s’adresse (le GVT de la Transition) connaît ce pays,ce peuple, mieux qu’elle .Dans chaque pays, chaque structure, chaque organisation digne de ce nom il y a toujours des règles,une loi a été prise, votée et promulguée ;
    Même la CEDEAO a des règles qu’elle a du mal d’ailleurs à faire appliquer (libre circulation des biens et des personnes,TEC ....). Il y nécessité de chercher à voir clair dans le fonctionnement de certaines de nos organisations sous régionales.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 10:21
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    que la cedeao sache que le burkina ne pend t elle en plus qu elle le probleme de l exclusion qu allassane ouattara en cote d ivoir avant de venir faire des reproches au burkina d ailleur mème la chine et la russie vont venir nous aimer a organiser les elections ya foué.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 10:35, par lewang
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    N’écoutez meme pas des gens qui sont contre la limitation des mandats, aucune leçon à tirer d’eux. En entendant, qu’ils fassent revenir Gbagbo et Karim Wade comme candiadts ces chantres de l’inclusion ! Vous fetes chier et n’etes plus les bienvenus encore à Ouaga.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 10:50
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    N’attendez rien de cette confrêrie de chefs d’etats camouflés dans la CDEAO.Apprenons à ne compter que sur nous mêmes.
    Non pas de prime à la lâcheté politique.
    Les RSS ont eu le mérite d’avoir osé dire non...et de participer à l’insurrection.D‘’ailleurs le refus de cautionner la monarchisation du pouvoir par les RSS, leur avaient coûter très cher.Souvez-vous du retrait des passeports par qui vous savez.
    Si on dit que les RSS furent comptables de ce que le CDP a fait et ceux qui ont laissé faire le CDP juste pour des postes des bons d’essence des enveloppes des teeshorts etc...?
    En vérité nous avons tous notre part de responsabilité dans ce long règne.Des gens ont prêté leurs intrlligences et leurs bras à BC sinon il n’avait pas l’envergure.Je me souviens de comment il etait difficile pour l’homme de parler à ses débuts.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 11:04, par Kanzim
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    C’est encore une preuve que les institutions fantoches comme la CEDEAO, l’UEMOA et autres UA ne sont que des machins des dirigeants et non des institutions des peuples. Que veut la CEDEAO si ce n’est que le retour aux causes qui ont produit les événements d’Octobre 2014 ? C’est vrai que les fonctionnaires, consultants et autres prédateurs de ces institutions se nourrissent des crises que eux-mêmes ont soit créé, soit encouragé. Il suffit de voir les ballets de jets loués, les suites des grands hôtels louées, les perdiem astronomiques touchés par ces inutiles pour comprendre que la CEDEAO n’est rien d’autre qu’un outil d’accumulation financière et de politiques par une mafia internationale qui actionne des fonctionnaires et chefs d’états acquis par le néo-colonialisme. Au lieu d’être des institutions des peuples elles ne retrouvent à être que des instruments du diable.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 11:05, par Le divin africain
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Chers membres de la CEDEAO, le peuple burkinabé, quand il était profondément meurtri par l’entêtement de Blaise COMPAORE et son régime dans la modification de l’article 37, vous n’aviez pas eu le courage de dénoncer le pouvoir à vie qui s’annonçait. Je crois que si ma mémoire est bonne, un président de parti de l’opposition vous aviez adressé une correspondance à l’époque pour que vous interveniez pour le respect du principe de la démocratie, mais sa requête est restée sans suite. Aussi, rappelez vous bien que, lors de l’élaboration de la charte de la transition, tous les acteurs ayant pris part aux travaux y compris les représentants du pari déchu, il a été arrêté que les membres du gouvernements de la transition et le président du CNT ne pourront pas se présenter aux postes éligibles pour les présidentielles et législatives de 2015. Il s’agit de l’exclusion ou non ? et pourtant vous avez cautionné cela avec félicitations au peuple burkinabé. Enfin, je vous rappelle que toutes les personnalités de bonne volonté et de notoriété au Burkina ont maintes fois fait comprendre à l’opinion nationale et internationale qu’aucune formation politique n’est exclue des élections à venir, et quant aux individus, c’est à leur parti politique et le Conseil constitutionnel respectivement d’investir et de valider leur candidature. C’est un principe universel pour toutes les nations éprises d’un minimum d’étique morale. Que Dieu continue à assister le Burkina dans sa marche de pays des hommes intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 12:29, par Ka
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Le Burkina n’a aucune leçon de recevoir de la CEDEAO pour ses décisions internes même si les fonds des élections couplées d’Octobre prochain sont financé avec des miettes de la France ou du Japon et autres, ce sont pour leurs intérêts afin d’en bénéficier par la suite des ressources de notre sous-sol. Si un franc de la CEDEAO rentre dans ces financements, c’est notre droit de le recevoir comme dans les conventions de tous les pays membres. Tous ceux qui ont voulu tripatouillé l’article 37 dont sa lettre et son esprit interdisent tout président prédateur de briguer 3 mandats présidentiels consécutifs, et s’éterniser au pouvoir sont exclus pour les élections couplées : C’est le désaveu populaire qui l’exige avec la modification du code électorale. Qu’il pleuve ou qu’il neige, le Burkina avancera avec les jeunes sans les égoïstes qui sabotent la transition, car les chiens aboient et la caravane passe. Que la Cote d’Ivoire d’ADO s’abstienne de nous importuner a travers la CEDEAO.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 14:45, par Jeunedame seret
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Une communauté élémentaire sans professionnalisme qui veut nous fabriquer des ennemis. La CEDEAO souhaite seulement la guerre au Faso. Alors, commençons à brûler son siège.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 14:57, par sarfalao city boy
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    IL FAUDRA PAS QUE LA CEDEAO FASSE QU’ON LUI MANQUE DU RESPET.
    CE DEBAT EST CLOS ICI AU FASO.
    C’EST DESIRE OUEDRAOGO LE CDPist TELEGUIDE PAR BLAISE QUI VOUS POUSSE NON ?... LES JEUNE VOUS ATTEND DE PIED FERME...
    on n’a pas fais 27 ans de soufrance atroce avec blaise et sa famille pour le chasser et brusquement par ce que la cedeao a la nostalgie de blaise on accepte qu’il se présent au élection...

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 15:03, par deyblho
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Toute loi exclu forcément quelqu’un à moins d’être un hors-la-loi. C’est le moindre mal que de respecter cette loi sur le code électoral pour le moment. L’"enlever" pour faire plaisir à quelques individus alors qu’elle a été adoptée pour contenter une grande partie du peuple ? Ah !

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 16:09, par Blacknikoss
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Je voudrais remercier tous mes compatriotes qui ont intervenus avant moi sur ce forum. Que la paix de Dieu soit avec vous et surtout sur notre pays le Burkina Faso qu’on aime tant !!!

    Je vous disais avant l’insurection que le Burkina Faso est entre les mains des enfants de Dieu et que c’est à eux seuls de decider de ce qu’ils veulent qu’il devienne. Gloire à Dieu le message est passé a 100%. le fait que les troublent sont passés sans grand dommage, c’est la preuve que le pays fut assisté divinement. Mais au regard de ce qui se passe encore a l’interieur comme à l’exterieur, je pense que le combat contre les forces du mal ne sont pas encore finit, et il faut continuer de prier jusqu’à la victoire finale ( jusqu’à la fin des elections).
    Dans la bible il est ecrit dans : Ephesiens Chapitre 6 verset10 à 12 les forces contre lesquels nous devons combattre. Ne nous trompons donc pas de combat. Chers soeurs et freres veillons, car l’ennemi rode comme un lion rugissant. il se deguise sous plusieurs formes. Hier c’etait L’A 37. Aujourdhui c’est l’inclusion et demain ce sera autre manege comme Homosexualité par exemple pour nous imposer leur volonté funeste et lugubre.

    Reflechissons ensemble, si la CEDEAO n’a pas pu imposer la regle de la democratie ( la limitation de mandats presidentielle a deux ) aux etats membre lors de leur reunion, comment peuvent-ils imposer leur desir comme regle pour un peuple qui se bat pour sa
    democratie ? Vous comprenez avec moi qu’ils ne veulent pas de la democratie ou qu’ils sont des incapables au sommet de nos etats, des fossoyeurs, des vampires...

    Bref, que le peuple du Burkina ne dort pas. La revolution de 1983 fut assassinée en 1987 par l’un des fils du pays.
    Imaginez combien de cartes ils ont sous la table pour nous brandir a chaque etape de notre marche vers la revolution democratique, vers la liberté ?... je vous dis qu’il y aura des embuches pour nous empècher d’avancer, mais si nous avons Dieu pour rempart nous echaperons bien a leurs pieges.
    L’imperialiste sait qu’au Burkina Faso on ne fait pas les choses avec demi mesure et il sait que nous reussiront notre combat et lui s’en mordra les doigts.
    Regardez du coté d la France et de ses vallets locaux. le Benin, la Cote d’Ivoire, le Mali, le Senegal, le Togo. Ils sont prets a nous trahir comme dans le temps passé pour assassiner notre revolution, notre soif de justice et de liberté.
    Au president Kafando et au premier ministre Zida, allez tarvaillez... point de bavardage. President Kafando, je sais que lors de ta visite en France le sujet (l’inclusion) sera evoqué a l’elysee, mais ne te laisse pas convaincre, ton peuple a soif de liberte de justice et de la democratie...
    Que ces partenaires financiers ne nous disent pas de manger du caca pour avoir de leur argent.

    On veut pas des amis GANSGTERS...

    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS !!!

    JUSTICE, LIBERTE ET DEMOCRATIE POUR LE PEUPLE !!!

    VIVE LE BURKINA FASO

    QUE DIEU BENISSE LE BURKINA FASO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 16:22, par Oser
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    En quoi un Rock ou un Salif DIALLO est clean qu’un Djibril ou Eddie. travaillez à faire élire vos leaders honnêtement que de vouloir exclure pour gagner. l’exclusion a plongé la Cote d’Ivoire dans plus de 10 années de crise. Ne faisons pas la même erreur.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 16:37, par kid
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Soyons prêt a cotiser pour faire les élections si il arrivait que les bailleurs se retirent. 100fcfa par burkinabè un bon pactole. Déjà que l’essentiel est fait( révision des listes électorales) et la disponibilité des urnes.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 17:32, par SIDBALA
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Ceux qui aujourd’hui,sont contre l’inclusion ce sont les MPPtistes, parce que les SSR savent que si le code revient à sa forme normale ils vont quitter le pays sans passeport ; voilà pourquoi ILS se battent pour que le mauvais code soit maintenu.
    ILS NE POURRONT S’EN SORTIR A MOINS QU’ILS PUISSENT TROUVER DU TRAVAIL POUR TOUT LE MONDE ET POUVOIR AIDER LA TRANSITION A PAYER LES FINS DU MOIS DES FONCTIONNAIRES AVEC L’ARGENT DES PARCELLES ET DES PROJETS QU’ILS ONT DETOURNER QUAND ILS ETAIENT AUX AFFAIRES.
    TOUT BURKINABES SANS EXCEPTION DE BORD POLITIQUE , ETHNIQUE ET RELIGIEUX EST ELIGIBLE. C’EST AU PEUPLE DE SAVOIR QUI IL VEUT CE N’EST PAS AUSSI COMPLIQUE QUE CA . EN ATTENDANT LA JUSTICE DOIT POURSUIVRE LES TROIS POUR RETIRER NOS SOUS QU’ILS VEULENT DELAPIDER POUR SE SEMBLANT DE CAMPAGNE. ILS SERONT DECU.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 17:45, par VICTOIRE
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Tout ceux qui pensent que nous pouvons nous en sortir sans l’aide de qui que soit sache que seulement deux semaine de retard de paiement des salaires et le pays sera méconnaissable. La transition (CNT,Gouvernement) est soutenue financièrement par l’opinion international alors on ne peut fermer les yeux sur des petits malins qui pensent écarter les autres alors que ils ont tous participer a la gestion durant 26 ans quelques mois
    Ceux qui fustige la CDEAO, ce sont ceux qui sont en train de racler les fonds des marmites laissés par le régime COMPAORE

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 17:57, par Moktar
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Peuple intègre du Burkina, restons nous même, c’est à dire assumons notre révolte jusqu’au bout. L’esprit de l’insurrection doit être respecté jusqu’au bout. Ne reculons pas. Allons de l’avant. "l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’appitoye sur son sort. seule la lutte libère !". Et nous nous sommes libérés. Ceux qui ont été complices de la forfaiture de Blaise compaoré doivent assumer.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 19:35, par L’alternateur
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Bonjour chers internautes . La vérité la plus naturelle entre les concepts d’exclusivité et d’inclusivité qui anime le débat politique nationale et international sont des concepts qui prennent leur sens dans le vouloir vivre ensemble , dans une société policée . A moins qu’ils soient intentionnellement exploités à des fins politiques et c"est ma conviction , une nation ne se construit pas dans l’exclusion et je me fonde sur ce postulat pour convaincre ceux qui font de l’exclusion leur cheval de bataille pour atteindre leur fin que même les grands défenseurs du panafricanisme ( kwamé Nkruma Nelson Mendela , patrice lommuba) etc .....ont toujours avec conviction prôné l’union, la cohésion comme fondement .
    Pouviez vous au nom d’une insurrection partielle du peuple et au nom d’une assemblée nationale au sein duquel ils se trouvent de vulgaires voleurs de portables issus de parti politique qui veulent accéder au pouvoir coûte que coûte et vaille qui vaille , je dis , pouvez vous accepter cette loi liberticide et libertaire scélérate et porteur de fracture sociale puis-qu"elle écarte une grande partie du peuple qui a eu aussi sa position dans l"écriture de l’histoire de notre pays LE 30 et 31 Octobre .Brûler une assemblée nationale , incendier les domiciles de citoyens , ( dans aucun pays du monde on a vu ça même à Gaza) Savez vous pourquoi ? La réponse se trouve dans les résultats de ces troubles orchestrées ; par des personnes très avides de pouvoir qui intentionnellement veulent écarter des adversaires de taille de la course . Le jeu démocratique est et devrait toujours arbitrer par le vrai peuple qui est souverain pour sanctionner les indésirables dans les urnes . Ce n’est pas cette assemblée à deux vitesses qui peut trancher ou voter cette loi. Quels que soient les arguments exposés sur l’aspect exclusif , il apparaît l’idée d’écarter un citoyen parce qu’il a pris position par rapport à un article controversé . Alors combien de citoyens cette loi écarte t elle ? Par ce acte discriminatoire qui rappelle la traite négrière et l’esclavage ainsi que la ségrégation raciale dans les pays les plus démocratiques constitue une entrave à la liberté . Soit un citoyen jouit de ses droits civiques soit il n’en jouit pas . Les Etats Unis d’Amérique , Les Etats Unis d’Afrique ( mon œil) . Les premiers ont compris et vivent en symbiose aujourd’hui les seconds sont toujours à l’exclusion et veulent que dans la lutte pour le développement du Burkina les exclus participent . Un non sens et un anti developpment cette loi minus inique et cynique synonyme d’une haine viscérale envers des citoyens d’un même pays . Laissez le peuple souverain appliquer cette décision qui le revient de fait et de droit chers dépités . Comment peut on construire une nation en pratiquant des méthode esclavagistes contraires au dispositions de l’UEMOA, de la CEDEAO. Économiquement socialement politiquement cette loi n’est pas défendable et la démonter est une question de bon sens car la raison la rebute foncièrement ? . Oh quel recul pour mon beau pays qui tendait vers l’émergence . Une partie du tout ne peut pas être le tout . Le peuple ce n’est pas la rue , le voulgous , la plebe enragée droguée et instrumentalisée à des fins digne de Néron . Le peuple c’est le peuple qui connait ses droits et devoirs qui a le droit de vote et qui participe au développement de la nation . Je ne saurai assimiler ni un brûleur d’assemblée ni un commandant de gourdinier ni un insurgé armé et payé pour détruire les personnes et les biens d’autrui à un citoyen Non Non Non NON . Non à loi loi SHETIF ? SCHETIF NON . CONSULTONS LE PEUPLE SOUVERAIN ET NON L’ASSEMBLEE DES INSURGES , QUE LE COLLEGE DES SAGE TRANCHE COMME AU TEMPS DE BOUKARY KOUTOU SINON................

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 19:44, par jokab
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Nous avançons lentement mais surement vers le ET et le OU fabriquer par les politiciens en C I et au Burkina c’est EX et IN . Avec c’est deux préfixes on peut faire plus de mal que de bien . Nous sommes déjà averti par ce qui s’est passé juste à coté de nous . Restons Républicain et favorisons la participation . A moins que nous souhaiterions nous indexer dans le rue désormais par rapport au deux concepts . Laissons le peuple trancher cette question qui divise par l’ouverture à l’autre au risque d’un dérapage sans précédent ,

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 19:45, par Nel
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    DAF. chapeau à toi. Ton commentaire est foudroyant. Big up

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 20:37, par maxwell2
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    beaucoup de chefs d’état de la cedeao avaient pour mentor blaise compaoré. ils en veulent au peuple burkinabè d’avoir chassé leur gourou. on na pas peur d’eux. qu’ils viennent nous le dire en face et on verra. le peuple doit savourer sa victoire n’en deplaise aux présidents assassins

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 20:39, par Etienne Arthur Kafando
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    A mon avis la CEDEAO qui ne s’était pas préoccupée de ce que le peuple Burkinabé a subi pendant 27 ans ne peut pas venir nous dicter sa loi. Quand Blaise et le CDP fomentaient leur coup où était-elle ? Qu’elle nous colle la PAIX

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 21:09, par le panafasist
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    le burkina n a un chef de rebellion comme president de L Assemble Nationale.par consequent notr code electoral est l aspiration du peulpe.Avant de t occuper de la paille qui est dans oeil du voisin enlever la poutre dans le tien.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 21:20, par Nabiga
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Numéro 7 : J’interviens pour répondre a la question qui se dégage de votre écrit : "Pourquoi aujourd’hui vous ne voulez pas laisser le peuple choisir leurs dirigeants !!!". Et bien mon cher ami, la raison est toute simple.Vous pourrez aisément la lire aux articles 25 et suivants de la Charte Africaine de la Démocratie, des Élections et de la Gouvernance que l’ex- président bouté hors du pays a signé en engageant notre pays. Si vous voulez en substance, la charte dit que si vous avez opéré ou tenter d’opérer un changement anti-constitutionnel sans avoir l’accord de tout votre peuple, vous ne devez pas figurer dans les instances politiques visant a restaurer l’ordre constitutionnel que vous avez interrompu ou qui a été interrompu par votre faute. Je sais que vous n’avez pas eu une formation de Juriste, mais je suis sur que vous comprenez le français. Ou bien que vous êtes Juriste de circonstance comme Bassolet qui connait bien le droit et feint de l’ignorer en persistant sur le fait qu’il sera candidat après avoir fait partie du dernier gouvernement qui a initié un changement anti-constitutionnel, malgré l’opposition et les mises en garde du peuple Burkinabé. Les gens sont pressés de voter des lois, signer et publier des décrets et autres, mais se retirent quand il s’agit de les appliquer. La charte a été approuvée et ratifiée par notre pays, alors on l’appliquera un point un trait. Enfin, l’inclusion dont la CEDEAO parle ne veut pas dire l’injustice. Ok ? INCLUSION # INJUSTCE !!

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 22:25, par L’Observateur
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Le Nouveau Code Êlectoral n’est aucunément mal en tout cas pour ceux qui sont lucides car "IL" protège ceux qui se sentent "EXCLUS".

    Oui pour "L’INCLUSION" ! Mais pour l’heure, je pense qu’il serait "SAGE" de vous "ÉCLIPSER" seulement "5 ANS", le temps que les "CŒURS.S’APAISENT". Ne dit-on pas qu’il ne faut pas "RÉVEILLER LE CHAT QUI DORT" ? Pour votre HONNEUR, soyez " FAIR PLAY" ! 5 ANS dans la VIE d’un HOMME n’est rien, ça passe VITE.

    Sinon assurez vous que la CEDEAO garantira votre "SÉCURITÉ" pendant la campagne s’il vous arrivait de présenter des "CANDIDATS" frappés par cette LOI.

    Que Le Seigneur soit toujours notre GUIDE et que la PAIX règne sur le BURKINA FASO.

    GOD BLESS.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 23:09, par tanti prévoyante
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    je pense qu’ils ont raison car cette exclusion est bien ciblée, dans ce cas il faut accepter de l’enlever et inclure tout le monde et nous allons décider dans les urnes. Sinon les RSS ne peuvent pas être candidats et exclure d’autres personnes. Ils étaient sur le banc de touche sinon ils sont belle et bien les joueurs d’une même équipe. Ils gagnent ensemble ou bien ils perdent ensemble. Nous n’avons pas fait l’insurrection pour un problème de leadership qui les a mi sur le banc de touche, mais pour la mal gouvernance et ses conséquences comme ces délestages j’en passe. Si je comprend bien les RSS étaient d’accord pour cela qui leur a permis d’avoir des milliards qu’ils puissent là bas pour sillonner tout le Burkina en grand pompe et acheter la RTB pour la médiatisation. Si la transition laisse ses gens là accéder au pouvoir, il y aura encore une autre insurrection plus dramatique. Vous êtes prévenus. Que DIEU nous sauve. AMEN

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2015 à 23:16, par Une réflexion partagée
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Cette loi est bien si elle n’était pas ciblée pour protéger d’autres personnes qui devraient en principe être aussi exclue

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 00:05
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    La CEDEAO est disqualifiée pour donner une leçon aux burkinabe car si le peuple avait écouté ce syndicat de chefs d’état, on serait là avec un article 37 modifié. Voyez la cedeao n’est pas capable d’obtenir ĺa limitation de mandat au Togo et en Gambie. Donc le peuple burkinabe épris de paix justice et de bonne gouvernance pour un développement durable avance

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 08:23, par Sophos
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Alassane Dramane Ouattara attend quoi pour faire l’inclusion avec Gbagbo et Blé Goude,eux qui connaissent bien le bien fondé de l’inclusion.on a assez ecouté leur baratin

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 09:31
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Si le gouvernement sous pression financiere finit par changer le code electoral en incluant ces gens aux prochaines élections, nous allons encore descendre dans la rue pour faire comprendre une bonne fois le sens de notre insurrection. Nous sommes garant de notre démocratie.Le gouvernement peut divaguer mais nous nous savons ce que nous voulons.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 09:32
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Si le gouvernement sous pression financiere finit par changer le code electoral en incluant ces gens aux prochaines élections, nous allons encore descendre dans la rue pour faire comprendre une bonne fois le sens de notre insurrection. Nous sommes garant de notre démocratie.Le gouvernement peut divaguer mais nous nous savons ce que nous voulons.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 16:04
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Haine quand tu nous tient
    Si c’est vraiment la volonté du peuple alors il y a pas de craintes à se faire tout sera dit dans les urnes. Je n’ai jamais vu des démocrates avoir autant peur d’affronter les urnes. Malgré le fait d’être maître du jeu vous n’êtes pas serein.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 16:22
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Allons seulement. La CEDEAO ne peut imposer ua peuple souverain ses vues.Où était elle quand Compaoré et ses sbires charcutaient notre constitution alors que la charte africaine l’interdisait. Nous sommes farouchement opposés à ces injections de la cedeao téléguidées par Compaoré.La prochaine insurrection nous terminerons proprement le travail inachévé d’octobre 2014
    Gorko de Garghin

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 17:12
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    laissez mon burkina faso tranquille,la cedeao a la cedeao et le burkina au bukinabe

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2015 à 17:30
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    La CEDEAO est hors jeu depuis très longtemps.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2015 à 04:01, par le salut du faso
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    j’invite Mr alassane à venir expliquer sa position au burkinabé et bien écouté et regardé ce qui se passe ici .

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2015 à 06:11, par Le Sage
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Merci a tous ceux qui ont commente honnetement pour la liberation entiere et totale de notre tres cher pays. May God bless all of you !

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2015 à 07:19
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Vous n’êtes ; pas du tout crédibles, quand Blaise modifiait notre constitution à sa guise vous n’aviez jamais rien dit, quand c’est au tour de peuple de sanctionner les tripatouilleurs de la constitution vous parlez d’inclusion, votre inclusion veut dire quoi concrètement ? Voulez-vous que l’on laisse Blaise Compaoré se présenter ? Si non, son équipe son équipe aussi ne doit pas se présenter c’est très simple non ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2015 à 10:16, par NulNestIndispensable
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Je suis déçu du comportement de certains des présidents africains. Comment Alassane a pris le pouvoir en Côte d’Ivoire (à l’aide des hélicoptères et armes françaises, etc.) ? Comment a -t’il traité ses opposants ? Est-ce que GBABO, SMONE, BLE GOUDE peuvent être des candidats à leurs élections d’octobre 2015 ? Qu’il arrête d’insulter le peuple Burkinabé qui sait ce qu’il veut et ce qui est bien pour lui !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2015 à 12:15, par Tie
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO réitère son appel à l’inclusion

    Salut à tous chers internautes.
    Moi je voudrais comprendre le sens réel des deux mots à savoir "l’inclusion et l’exclusion" Parce que dans le débat je me rends compte que tout le monde joue au chat et à la sourri. Au lieu de passer tout notre temps à défendre l’indéfendable, le code est voté et promulgué. Ceux qui sont contre étaient oû quand cette loi était sur la table du CNT ? Donc, ils ont soutenu la modification de l’article 37 ? Et puis notre constitution exclut d’office des fils de ce pays à la présidentielle. Car il y est dit pour être présidentiable il faut naître de père et de mère tous nés burkinabé. Donc, nos frères et soeurs qui ont des mamans étrangères sont exclus. Pourquoi, on ne crie pas à l’exclusion ? Pourquoi, les prisonniers ne peuvent pas voter et se présenter aux élections ?Toute loi est exclusive. Pour l’avancer de notre pays respectons nos lois. Le Faso appartient à tous ces fils (bons ou mauvais). Mais, le peuple veut le vrai intègre pour diriger ce pays des hommes intègres. Celui qui est concerner par cette loi, doit continuer à faire sa politique et attendre son jour. Sinon, je demande au peuple à travers le PFT, de prendre une décison pour fin au droit de faire la politique de certains individus qui ménacent la paix au Faso. Des fois la télorance donne des situations ingérables. Les vieux politiciens doivent prendre leur retraite. Ayons le courage de quitter l’arène politique, car il n’y a pas que la politique à faire au Faso. Vous aviez l’argent, donc le pouvoir ira ailleurs. Quand un individu possède l’argent et le pouvoir, il se prend pour un Dieu et se dit qu’il a le droit de vie sur tous (c’est que nous avions vécu pendant 27 ans). De ODP/MT au CDP, cela fait quatre mandats, donc vraiment il faut l’alternance. Le bilan des 27 ans par rapport au quatre ans de la révolution, il n’ya pas macht. le burkinabé lamda n’as pas de logement decent et la ville de Ouagadougou s’est étendue, la SONABEL incapable de fournir l’électricité à tous. Le projet de retenu d’eau a commencé avec l’aide extérieure depuis les années 1959 et jusqu’à aujourd’hui, ce problème d’eau potable pour tous n’est pas resolu et l’Etat continue d’injecter de colossales sommes dédans. Les ressources du pays sont inégalement reparties sur l’ensemble du territoire. Aujourd’hui les régions oû la pulviométrie est bonne, il n’ya pas eu de retenu d’eau parce que les dirigeants ont dit que ces régions n’en avaient pas besoin parce qu’il y pleut bien pourtant greniers du pays, aujourd’hui ces régions sont ménacées de séchéresses car il n’ya pas eu de prévention dans ce sens. Qui perd ? tous les fils du Faso. Maintenant le peuple doit juger le travail qu’un Président fait pour son pays et non ce qu’il fait pour lui-même pour se prendre pour un Dieu. Tu es président, tu fais deux mandats et tu pars. Deux mandats si le premier est concluant sinon le peuple te dira te partir après un seul mandat

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2015 à 13:20, par Katrin Sackett
    En réponse à : Transition politique : la CEDEAO r

    Et au vues de le catastrophe de

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés