Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

Déclaration • dimanche 3 mai 2015 à 15h42min

Excellence Monsieur le président du Faso, Président de la transition, ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale ;
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement ;

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

« Tout enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne » disait Victor HUGO, et Jules FERRY renchérit par cette assertion : « C’est de l’instruction que naît la grandeur des nations ». Conscient « qu’il n’y a de ressources que d’hommes » et qu’un capital humain compétent et performant constitue le fer de lance du développement d’un pays, le « Pays des Hommes Intègres » entretient une coopération académique avec le Royaume du Maroc dans la perspective d’y former et perfectionner certains de ses étudiants.

C’est dans le cadre de cette coopération que l’Etat burkinabé nous a octroyé des compléments de bourses pour le Maroc, afin que nous développions des compétences et des aptitudes qui nous permettraient d’intégrer la future armée d’élites intellectuelles du Burkina Faso, qui contribuera dans un futur proche ou lointain, au rayonnement socio-économique de notre patrie.

L’Association des Etudiants et Stagiaires Burkinabè au Maroc (AEBM) tient avant toute chose à saluer les multiples efforts déployés et les sacrifices consentis par les acteurs de la transition, afin de garantir le fonctionnement des institutions républicaines, d’éviter l’anarchie et de faire du Burkina Faso, un pays de paix, d’égalité et de justice. Par cette initiative, les artisans de la transition font du Burkina Faso une référence, une exception et un modèle en Afrique, dont nous sommes fiers et honorés. Très loin du Faso notre mère patrie mais toujours au parfum de l’actualité nationale, nous sommes conscients de la tâche difficile que doit accomplir la transition pour asseoir des bases d’une économie solide et amener le Burkina vers des élections libres et transparentes.

Le mobile premier de cette missive est d’attirer l’attention des autorités de la transition sur la situation précaire et très peu enviable de l’étudiant burkinabé boursier au Royaume du Maroc. En effet, lors d’une récente visite au Maroc, son excellence Monsieur le Premier Ministre nous a fait l’honneur de s’enquérir des nouvelles de notre association, d’en découvrir le mode de fonctionnement, et avait ainsi récupéré notre cahier de doléances mis à jour auquel il avait accordé une grande importance.

Malgré l’expression de la bonne volonté du gouvernement de transition à notre égard que nous saluons, nous restons toujours confrontés à des retards croissants relatifs au virement de nos compléments de bourses scolaires, et ce, depuis quelques années. Le dernier virement en date, devant s’effectuer en début avril pour le compte du trimestre d’avril à juin, n’a toujours pas été effectué jusqu’à la date du 27 Avril.

Dieu seul sait dans quelle situation désastreuse et désolante se trouvent bon nombre de nos camarades qui s’en étaient tenus à l’échéancier normal pour leurs prévisions de dépenses. Des simples factures d’eau et d’électricité au bailleur qui réclame son dû depuis la fin du mois de mars, il n’est pas facile de garder l’esprit tranquille, et encore moins de se concentrer sur ses cahiers lorsque votre ventre crie à la délivrance chaque minute. Quelle est donc l’utilité de se battre afin d’obtenir une bourse d’étude si nous devons, lors de ces retards longs et interminables, encore compter sur nos pauvres parents qui espéraient leurs enfants indépendants, soutenus par l’Etat Burkinabè pour leur excellence ?

Pour finir, il serait juste de mentionner que le complément de bourse que l’Etat burkinabè nous accorde est déjà très insuffisant et ne permet pas à de nombreux étudiants, qui n’ont que cette somme comme source principale de revenu, de pouvoir vivre dans les conditions adéquates dans ce pays au coût de vie excessivement élevé qu’est le Maroc. Si la révision à la hausse de ces montants datant d’une autre époque nécessite un horizon temporel à long terme, nous restons convaincus que le virement à échéance de nos bourses, ne relèverait pas de l’impossible pour notre gouvernement.

Nous espérons que le gouvernement de transition sera sensible à nos revendications. Vos enfants qui étudient au Maroc vous lancent un appel, ils ont besoin du soutien de leur pays afin qu’ils puissent avoir la meilleure formation possible. Et ce, dans l’optique première d’apporter au terme de nos différentes formations, nos pierres à l’édification du Burkina de l’émergence, du Burkina de la paix.

L’Assemblée Générale de l’AEBM

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 mai 2015 à 16:06
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    vous êtes des comiques car les 90% de vous,ont ces bourses par des raccourcis pour être des fils de gourous de l’ancien régime du fuyard bilaise compaoré qui ont pillé ce pays pendant plus de 27 ans. il faut demander à vos parents délinquants de faire ce qu’ils doivent faire. par avance,je m’excuse auprès des étudiants qui ont eu honnêtement ces bourses mais malheureusement ils ne sont pas nombreux

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2015 à 20:33, par Figo
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Vs Avez mon soutien moral mes freres.Mais les transitaires n,ont pas d,argent ils s,arrangent pour payer les fonctionnaires afin de ne pas donner raison au regime decu jusqu,ou pourront-ils jongler ?ils leur reste 5 mois pour passer le bebe au prochain timonier.Le malaise est a Tous les niveaux l,economie est en berne depuis 7 mois,mon cas personnel est edifiant.Dpuis le mois d,oct j,ai depose mes factures a nos jours....Question : Comment l,autre se debrouillait pour payer tandis qu,eux non ?En fin on dit chez moi"le crapau doit etre trempe dans l,eau chaude pour savoir qu,il ya 2 type d,eau" ! Vaillant peuple le jardin d,Eden promu n,est pas pour demain.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2015 à 20:59, par VP
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Formation dure, égale vie professionnelle facile. Serrez les dents les enfants .Maintenant, écoutez moi bien. La plupart d’entre vous qui êtes partis au Maroc avec une bourse Burkinabè ne le mérite pas. Mon fils a obtenu son BAC D avec 14 de moyenne et avait postulé pour une bourse Marocaine et il n’a pas été retenu. Pire, ses amis qui ont obtenu le BAC avec 11 de moyenne ont obtenu la bourse Marocaine et sont parmi vous là bas. J’ai passé tout mon temps à le calmer afin qu’il ne pète pas le plomb. Il était obligé d’aller s’inscrire à l’UO en médecine. Actuellement, il est sur le point de terminer. Moi, je connais bien sa capacité et son sens de dévouement. Un jour, il m’a dit qu’il luttera contre l’injustice dans ce pays.
    Ce que je voulais vous rappeler, est que vos parents magouilleurs ont été chassés du pouvoir et voilà que c’est vous qui commencez à payer. Venez voir vos camarades étudiants ici, ils n’ont même pas le quart du privilège et du confort dont vous disposez là bas. Ce que je vais vous conseiller, c’est d’éviter de pleurnicher car la vie est faites de haut et de bas . Ce que je vous ai dit est un conseil. Vous n’ êtes pas les seuls à galérer. Tenez bon.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2015 à 21:18, par Bouba
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    ça me rappelle quand j’étais étudiant : 2 ou 3 jour de retard de la part du CENOU c’était l’enfer ! Je comprend alors votre problème. La situation n’est pas différente chez la majorité des fonctionnaires. Imaginez si le salaire tombe avec 1 semaine de retard c’est grave. alors comprenons ces étudiants et ayons le sens de l’engagement. Je paris que la faute ne revient pas au gouvernement mais à quelques individus tapis quelque part au ministère de finances ou au CIOSPB qui ne font pas correctement leur travail.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2015 à 21:34, par keletigui
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    ’’Quelle est donc l’utilité de se battre afin d’obtenir une bourse d’étude si nous devons, lors de ces retards longs et interminables, encore compter sur nos pauvres parents qui espéraient leurs enfants indépendants, soutenus par l’Etat Burkinabè pour leur excellence ? ’’ Arreter de faire les enfants gattés . Parlant d’ indépendance, ou sont vos capacités à vous adapter au contexte actuel du BFet à votre environnement marocain. Chercher de petits boulots ( restaurants et autres) en attendant les fonds. D’aucun me diront qu’ils ont mérité leurs bourses car étant les meilleurs . Je vous rappel qu’au BF on sait qui est qui et comment se passe les choses. De plus votre incapacité à vous adapter montre que vous etes les meilleurs d’un système éducatif colonial questionable. donc ne confondons pas intellectuel ( capacité à mémoriser et rendre) avec intelligence (évaluation ,résolution pragmatique et temporelle des problèmes). Cela permet d’éviter le copier-collé occidental et la création d’une pensée et voie propre à l’Afrique. Si vous suiviez réellement l’actualité nationale vous deviez comprendre que c est pas facile économiquement et que des initiatives personelles de votres part seraient les biens venues au lieu d’attendre tout des contribuables burkinabés qui souffrent autant que vous de cette situation. Comprenez que vous etes les privilegiés du BFet que vos frères souffrent à l’U.O et meme que d’autres travaillent et payent leurs études dans d’autres cieux ( Europe, Amerique, meme au faso). donc resaissisez vous et apprenez à etres indépendant et à ne compter que sur vous memes. Vos revendications présagent le problème des intellectuels africains qui troquent leurs connaissances pour leurs propres interets égoistes sous peine que leurs pays n a pas fait assez pour eux. Revenez à la raison et grandissez un peu car tous se qui sont arrivés dans la vie n ont pas forcement bénéficiés de bourses ou d aide d’un gouvernement. Du courage car s’est dans l’adversité que l’on triomphe.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2015 à 22:07, par Dieudonné
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    J’espere bien que les acharnements des uns et des autres ne vous feront pas baisser les bras. chers amis, il n’ya pas de cadeau dans la vie, c’est en ce moment la meme que vous allez demontrer votre volonté de reussir et par la suite participer a l’effort national. c’est je ne peux rien pour vous sauf vous encouragez. La ou s’abbat le desespoir, s’eleve la victoire des perseverants disait notre president. Je vous sais Burkinabé et donc courageux. Pas de panique, tout va bien se passer. Un de mes profs( il enseigne droit des nouvelles technologies de l’information et de la communication a l’UO) disait que : Il rechauffait de l’eau pour boire avant d’aller a l’ecole du fait du retard du virement de la bourse. pourtant etudiant en France a l’epoque et moins nombreux comme nous aujourd’hui mais malgré tout il y avait deja ces meme problemes que vous connaissiez aujourd’hui. Mon soutien

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2015 à 22:10, par vieux gosse
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Resté la bas a pleurnicher seulement ici nous on se ba. Sans bourse et sans tuteur à Ouagadougou mais on aura les meilleurs diplômes à luniversité de Ouagadougou. Vos bourses de 11 de moyennes la . On es au courant. S va encore plus vous chauffer quand il s’agira de trouver du boulot au Burkina. Vos donneur de bourses ont quitté le pays par notre puissante inssurection.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 00:40, par marcel
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Zida préfère voyager avec l’avion présidentiel avec sa famille en vacances aux États Unis et au Canada que vous envoyer des compléments de bourses. Y a pas l argent, mais il y en a pour ca. Il n’a que foutre des misérables, lui est milliardaire. Il faut qu’il experimente d’abord tout ce qu’il voyait faire blaise, quand il était president. Surtout qu’on vous taxera d’enfants des anciens dignitaires du régimes blaise. Pourtant enfants du regime déchu ou pas vous etes des burkinabe. moi je vous comprends pour avoir vécu les mêmes conditions à une autre époque.
    Surtout du courage.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 00:48
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Si zida voulait vous aider il réglerait ca sur place. Quand il veut que Lopez marche pour le soutenir le lendemain elle est dans la rue avec ses oives. Ca veut dire que votre problème n’est pas prioritaire pour le gouvernement. Quant aux mechants arrêtez de vous moquer de ces enfants. Ils demandent votre aide, si vous ne pouvez pas, taisez vous par décence. Personne ne doit payer pour les fautes de ses parents.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 08:19, par doliere
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Cela me rappelle fort malheureusement la situation des étudiants en formation professionnelle en Algérie, il y a quelques années : des retards de plusieurs mois dans le virement de la bourse. Courage les gars, soyez soutenus dans cette démarche !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 10:30, par Un fils de cultivateur
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Quand je regarde le contenu des commentaires sur ce site, j’ai peur et j’ai même très peur pour mon pays. On a vraiment l’impression que certains veulent profiter de cette transition pour se venger. Nous avons des compatriotes qui vivent une situation difficile et qui envoient une alerte à l’opinion publique. Tout ce que certains trouvent à dire, c’est « vous l’avez bien cherché », « c’est bien fait pour vous ». Il n’est pas normal qu’un compatriote où qu’il vive soit victime d’un retard de virement de sa bourse ou de son salaire à cause de retards administratifs. Que l’on avance des raisons économiques difficiles actuelles de notre pays pour justifier ces retards, on peut en discuter. Mais que l’on jubile sur le forum face à ces retards parce qu’il y aurait eu un « éventuel » raccourci dans l’obtention de ces bourses me semble minable. Est-ce que certains ont eu cette bourse grâce à la position de leurs parents dans l’administration ? Certainement. Est-ce le cas pour la majorité des étudiants boursiers au Maroc ? Je n’en sais rien. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai un neveu issu du PMK qui est étudiant au Maroc. L’attribution de la bourse au PMK se fait suite à un classement basé sur les notes obtenues au BAC et des moyennes obtenues en classe. Ces critères ont été définis depuis plusieurs années et sont connus des élèves. De plus, entre nous vous pensez que ce sont vraiment les fils des gourous qui souffrent le plus de ces retards de paiement ? C’est vous qui voyez….
    Un fils de cultivateur (Comme on le disait à l’époque)

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 11:28
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Les Etudiants du BF au Maroc sont les meilleurs que le BF puisse avoir. Alors arretez vos jalousies.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 11:46, par sy
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Bonjour. Je suis étudiant au Maroc. Beaucoup me diront certainement que je vis ma situation actuelle parce que je l’ai choisit, parce que j’ai décidé de ne pas m’investir dans des activités parallèles, d’exercer un emploi, pour avoir un gagne-pain lorsque mon cher pays ne parvient pas à me transférer le complément de bourse. Vous avez raison de le dire car, pour ceux qui sont étudiants au Burkina ou dans d’autres pays étrangers, il est tout à fait faisable d’obtenir du travail, ne serait-ce qu’un petit emploi. Sachez qu’au Maroc la situation est tout à fait différente. L’environnement socio-économique, le milieu académique et ses contraintes, et surtout notre image, en tant qu’étrangers, vis-à-vis des autochtones, ne permettent pas, voire même, empêchent de telles initiatives. Vous me direz que c’est parce que l’on ne veut pas ou même " quand on veut, on peut". Mais la réalité est toute autre. Si vous ne pouvez vous mettre à notre place, s’il vous plait n’exprimez pas de jugements erronés. Merci de votre compréhension.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 11:57, par Patrick
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    C’est bien dommage de lire certaines réactions. Même s’il est vrai que certains boursiers ne le méritaient pas, il ne faut pas en faire une généralité. Pour la majorité, ils faisaient partis des meilleurs de leur promotion au BAC. A ceux qui parle de fils de "gourou", je vous ferai remarquer que si tel était le cas, ils ne viendraient pas se plaindre mais demanderaient directement à leurs parents (fortunés) de leur envoyer ce dont ils ont besoin.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 12:07, par Rectificateur
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Je me dois de réagir face aux commentaires décourageants de certains internautes !Sachez que même si certains étudiants sont venus au Maroc par "leurs bras longs"L’ on ne saurait mettre tous les étudiants dans le même sac !La majorité des étudiants boursiers sont vraiment méritants et ils ont eu leurs bourses à la sueur de leur front n’en déplaise à certains détracteurs !Pour celui dont le fils a eu le bac D avec 14 de moyenne et pense que c’est de la triche si ce dernier n’a pas été attributaire d’une bourse marocaine,qu’il se renseigne bien car à part les "usurpateurs de bourses",tous ceux qui viennent au Maroc avec le bac D ont une moyenne généralement supérieure ou égale à 15.Par contre pour les bacs F et E même avec 12 de moyenne un étudiant peut être attributaire d’une bourse au Maroc.Tout cela est fonction des années.Ceci n’est pas de la triche car les bacs ne sont pas équivalents !
    on peut témoigner qu’effectivement certains viennent avec 10 de moyennes au Maroc par l’entremise de leurs" bras longs" mais en faveur de ce vent de changement qui souffle sur le pays et du slogan commun à tous :" plus rien ne sera comme avant",nous osons croire que dès cette année les élèves les plus méritants seront ceux là qui se verront accordés une bourse d’étude !
    Les étudiants Burkinabés boursiers à l’étranger se battent vraiment dans l’optique de réussir leurs études et revenir servir leurs pays.Les résultats engrangés par ceux ci dans leurs écoles et facultés en témoignent ! Ils ont besoin de votre soutien afin de ne pas devenir des cas sociaux à des milliers de km de leurs mère patrie.Merci à tous ceux qui les soutiendront dans ce sens !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 12:11, par Ibra de l’Afrique noire
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Certes la politique de distribution des bourses est très flou, mais sachez une chose, ceux là qui sont venu avec 10 ou 11 de moyenne la ne pleurnichent pas avec nous dans ces situations de retard la. Si on se renseigne plus profondément, ceux du BAC D qui sont retenu ont généralement des moyennes de 16 ou 17 au Bac, ce qui n’est pas à confondre avec les filières industrielles,les meilleurs moyennes au bac se limitent la plupart du temps à 12 ou 13 de moyenne, et comme on a une certaine cota pour chaque filière, ils se retrouveront boursier pendant que d’autres élèves (du D par exemple) sont recalés avec 14 ou même 15 de moyenne. Vous verrez plus de détail sur le site du ciospb sur les critères de sélection. A première vu des différentes réactions, c’est vraiment triste et désolant de voir que certaines personnes veuillent utiliser "l’ancien régime, l’insurrection..." comme justification pour des règlements de comptes ou des vengeances personnelles. #PlusRienNeSeraCommeAvant la c’est dans le sens positif

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 12:14, par l’ancien
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Quand je parcours les commentaires de certains je comprends qu’ils font une analyse trop subjective sur les boursiers burkinabé à l’étranger. Pour le cas du Maroc que je connais ces jeunes sont chaque année parmi les meilleurs de leur faculté, d’ailleurs le Burkina est très bien représenté dans les écoles d’excellence marocaine dans lesquelles la sélection se fait sur concours très sélectif. Ainsi ils font la fierté du Burkina, arrêtons, donc de croire que les boursiers sont tous des têtes vides qui ne doivent leur bourse qu’aux bons offices des amis de père et mère. Certes le phénomène de piston existe mais croyez le ou non il n’est plus aussi important que dans le passé. En outre le contexte marocain ne permet pas les petits boulots pour un étudiant voulant réussir (cours en présentiel, pas de débouchés, racisme). Et si vous connaissiez le coût de la vie comparé au niveau dérisoire de la bourse vous plaindriez ces jeunes. De plus ceux qui crient aujourd’hui famine c’est ceux là qui sont issus de familles modestes sinon "les pistonnés" savent où trouver leurs ressources transition ou pas.
    Ce sont nos enfants, nos soeurs et frères si nous pouvons pas épouser leur cause essayons de ne pas les enfoncer. Courage les khouya votre lutte est noble !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 12:16, par Goomsida
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Malheureusement beaucoup de personnes ont décidés de déverser leur colère et leur aigreur sur ces pauvres enfants là.
    Il faudrait chercher plutôt à comprendre leur situation qu’à les insulter. Est-ce qu’on peut s’imaginer nous fonctionnaire avoir un mois de retard sur notre salaire ? déjà dès le 15 du mois, on commence à faire des avances sur salaire pour survivre jusqu’au prochain salaire.
    Donc essayons d’imaginer un étudiant (boursier de l’état Burkinabè) dans un pays arabe, où il n’est pas capable de faire des petits jobs comme ailleurs, aux USA ou en Europe, pour s’en sortir et où sa peau elle-même pose problème à certaines gens. De plus ils ont un complément de bourse fixe de 46000 fcfa mensuel (pas comme pour les boursiers du pays dont la bourse augmente) dans un pays ou le loyer coûte au moins 48000 fcfa par mois sans compter la nourriture, le transport, etc. Le Maroc de son côté leur octroie un complément de bourse de 45000 fcfa environ ce qui leur permet de jongler dans un pays où la vie est vraiment chère, mais il perdent cette bourse dès lors qu’ils veulent poursuivre un master sans que le pays ne fasse rien pour les soutenir.
    Il y a de nombreuses personnes qui ne voient que la fraude partout, mais connaissent-ils seulement les textes en matière de bourse ? En général pour avoir la bourse du Maroc, il faut avoir au minimum 15,50/20 de moyenne pour la série D, 12 pour la série E,... au baccalauréat afin que l’état par le biais du CIOSPB accorde la bourse au demandeur. La moyenne peut également varier selon les années.
    Mais il y a également un quota de bourse que le ministre des enseignements peut accorder chaque année à des personnes qu’il juge méritantes (moins de 10 de ce que je sais) et ce sont eux que nous voyons tous les jours pour dire que les boursiers du Maroc sont des enfants de X ou Y.
    En plus de ça il y a un dernier cas, celui des boursiers qui demandent la bourse marocaine en passant directement par l’agence marocaine de la coopération internationale (AMCI). Ces derniers ne perçoivent que le complément de bourse du Maroc et n’ont pas de relation avec l’état Burkinabè sauf s’ils justifient de très bons résultats universitaires pour demander la bourse Burkinabè par la suite. Il faut dire qu’ils sont également très nombreux, et eux également on les considèrent comme étant les enfants de X ou Y. Seulement, ils ont cherché les informations parce qu’ils ne voulaient pas finir à l’UO et ils ont fini par trouver plutôt que de s’asseoir et se plaindre après et critiquer telle ou telle personne ayant eu la bourse marocaine comme nous Burkinabè savons bien le faire sans savoir comment elle s’y est prise.
    Pour revenir à nos enfants, même si une faible portion d’entre eux ne méritent pas la bourse, la grande majorité sont méritant et s’ils sont arrivés là où ils se trouvent c’est qu’ils ont serrés leurs dents et sont conscients qu’ils doivent faire des sacrifices et croyez moi ils le font vraiment, mais ils sont humains et ont des limites comme tout le monde. Et comme qui le dirait ventre affamé n’a point d’oreilles, alors soyons leurs oreilles et faisons en sortent qu’ils ne soient pas affamés parce qu’ils sont la relève et le futur de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 12:41, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    - INTERNAUT N°9, on ne dit pas ’’ses oives’’ mais plutôt ’’ses ZOUAVES’’. Merci.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 13:07
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Koro Yamyélé,
    Merci pour ta correction mais tu as compris ce qu il voulait dire. C est le plus important.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 13:44, par Dani
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Bjr.je sens beaucoup d’aigreur et de mélancolie dans la majorité des commentaires.
    J’aimerais alors dire :
    1- Il est bien vrai que certains boursiers y sont par magouille (comme dans tous les domaines aussi bien au Burkina qu’ailleurs) mais affirmer que c’est la majorité, je dis NON et j’affirme que ces personnes qui clament cela sont juste aigres et ne sont jamais allés au Maroc pour le constater. Et de plus, là n’est pas le but du message que les étudiants ont posté. Ceux qui ont tellement mal à cause des magouilles, faites donc un message où vous dénoncerez la corruption au FASO et dont vous demanderez la publication.
    2- A ceux qui traitent ces étudiants (qui reclament purement et simplement leurs droits) d’enfants gatés, dites moi un peu comment vous avez fait partir l’ancien régime ? N’est ce pas par des revendications ? Je crois bien que c’est la même voie que suivent les Etudiants Burkinabé au Maroc en ce moment.
    Conclusion : Chers frères Burkinabé, laissez la méchanceté de côté afin de soutenir vos frères (que vous croyez vivre dans l’oppulence alors que c’est archi FAUX) ! Ils se sont aussi battu pour un Burkina meilleur par quelque moyen que ce soit, croyez moi. Et ceux qui viennent déverser leur acidité, ça ne fais rien si vous y ajoutez un peu de glucose.
    C’était MOI

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 13:46, par Dani
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Bjr.je sens beaucoup d’aigreur et de mélancolie dans la majorité des commentaires.
    J’aimerais alors dire :
    1- Il est bien vrai que certains boursiers y sont par magouille (comme dans tous les domaines aussi bien au Burkina qu’ailleurs) mais affirmer que c’est la majorité, je dis NON et j’affirme que ces personnes qui clament cela sont juste aigres et ne sont jamais allés au Maroc pour le constater. Et de plus, là n’est pas le but du message que les étudiants ont posté. Ceux qui ont tellement mal à cause des magouilles, faites donc un message où vous dénoncerez la corruption au FASO et dont vous demanderez la publication.
    2- A ceux qui traitent ces étudiants (qui reclament purement et simplement leurs droits) d’enfants gatés, dites moi un peu comment vous avez fait partir l’ancien régime ? N’est ce pas par des revendications ? Je crois bien que c’est la même voie que suivent les Etudiants Burkinabé au Maroc en ce moment.
    Conclusion : Chers frères Burkinabé, laissez la méchanceté de côté afin de soutenir vos frères (que vous croyez vivre dans l’oppulence alors que c’est archi FAUX) ! Ils se sont aussi battu pour un Burkina meilleur par quelque moyen que ce soit, croyez moi. Et ceux qui viennent déverser leur acidité, ça ne fais rien si vous y ajoutez un peu de glucose.
    C’était MOI

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 14:03, par moutou
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Bjr avant tout à tous ! je tiens à vous dire d’abord à vous dire que je suis étudiante ici au Maroc et j’aimerais répondre à tous les commentaires que je vient de lire. A ts cx qui nous apportent leur soutien je les remercie ! A cx qui s’érigent contre nous en parlant de problèmes économiques, je crois que la lettre fait état de notre connaissance de la situation du pays.
    A notre 1er intervenant j’aimerais bien qu’il nous dirige vers ses sources que nous puissions vérifier ses statistiques.
    A notre 3ème commentateur/trice essayez de poser la question à votre fils à savoir, s’il devient un leader de ce pays et qu’il a la capacité d’aider une quelconque personne de son entourage à étudier à l’extérieur, ne le fera-t-il pas pour raison que c’est une injustice ? Ou bien me direz-vous que si votre fils avait eu cette opportunité vous l’auriez refuser ? Je crois de plus que du moment où il y a un quota à respecter suivant pas seulement la moyenne, mais aussi la filière et les disponibilités, aucun postulants ne peut nous garantir sa rétention ! De plus je ne suis pas d’avis que vie professionnelle facile rime avec formation difficile ! Seules nos capacités d’adaptation détermineront l’issue des situations auxquelles nous sommes confrontés comme Protagoras l’a dit « L’homme est la mesure de toutes choses. »
    A notre 5ème intervenant, je crois qu’un petit voyage au royaume vous montrerais que trouver du travail non pas que c’est impossible, mais étant noir, dans un pays où même les vieilles femmes se bousculent pour faire de petits boulots, n’est pas une sinécure, et pour la majorité des étudiants car le Maroc a des mœurs et lois très différentes de l’Europe ou l’Amérique ! Et je peux vous dire que Dieu seul sait que nous faisons des efforts pour rester indépendants !
    Quant à notre ami au 7ème commentaire, je puis lui assurer que l’avenir nous permettra de confronter ses propos car, magouilleurs ou pas nous ne sommes pas ici pour le loisir. Alors ne nous en voulez pas si nous voulons nous assurer pour 30 jrs au moins 30 repas et une vie correcte !
    Pensons un tant soit peu ! Si les fonctionnaires ne peuvent être payés actuellement et que l’on mine en plus les futurs fonctionnaires, je me demande si nous avancerons jamais !
    Si vous lisez ce commentaire, c’est que les administrateurs l’ont permis ; alors je les remercie de m’avoir permise de m’exprimer sur leur plateforme. Merci à tous !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 14:03
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    C’est très triste de lire certaines choses !!!! que de haine , de vengeance .
    Que Dieu nous préserve sinon l’homme n vaut rien . Merci a tous ceux qui
    nous soutiennent et nous comprennent .

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 14:12
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Chers étudiants votre situation est difficile et je vous comprends pour moi même, à un moment de ma vie, avoir été étudiant hors du pays. Prenez courage et ne cédez pas à certains commentaires rédigés juste pour vous faire davantage mal. Vous souffrez déjà des harcèlements de vos bailleurs, des difficultés à vous nourrir, pour ne pas dire pour survivre,alors ne cédez pas aux provocations. Ceux là qui vous traitent d’enfants de caciques de l’ancien régime ne savent rien de votre situation et je vous assure qu’ils n’auraient pas hésité à profiter de cette bourse, si eux même ou leurs enfants avaient été admis comme vous, même avec un 10,00 de moyenne au bac. Tenez bon et concentrez vous sur vos objectifs. A vos détracteurs qu’ils sachent que cela n’arrive pas qu’aux autres. Courage

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 14:26, par Wendpagnagdé BELEM
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    C’est vraiment désolant de lire certains internautes, surtout les étudiants de L’UO, qui je sais, la plupart du temps luttent pour une amélioration de leurs conditions. Je suis étudiant boursier au Maroc. Loin de faire un rapprochement entre L’UO et nos conditions d’ici, j’osais espérer meilleure compréhension de leur part. Malheureusement tout porte à croire que quand à L’UO ça ne va pas, nulle autre n’a le droit de se plaindre. Vous ne voulez pas nous soutenir, d’accord, mais ne nous attribué pas les problèmes de gouvernance juste parce que vous soupçonnez certains étudiants d’avoir obtenu leur bourse illicitement. Donc s’il vous plaît ne profitez pas de notre article pour déverser votre colère. Si vous avez des choses à dire, adressez-vous à qui de droit.
    Concernant les conditions d’attribution des bourses,je n’irai pas jusqu’à nier le pistonnage mais il serait judicieux de prendre l’information parce que les bourses sont attribués non seulement en fonction de la moyenne mais du classement au bac étant donné que le nombre de places est limité. Donc une chose est d’avoir 14 mais c’en est une autre d’avoir un classement convenable.
    Mes remerciements à tous ceux qui se sont montrés compréhensibles

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 14:35
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Les gars en toute conscience vous savez tres bien que ce sont vos premiers de classe qui vont au Maroc. Alors pourquoi tant de haine ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 16:20, par Edyope
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    OK à ceux qui disent que la majorité des étudiants au Maroc ne le méritent pas, je leur dit qu’ils ont tort ! il y a bien ceux qui ne le méritent pas, mais ils sont une infime partie par rapport à ceux qui se sont battu honorablement pour mériter cette place. et être étudiant au Maroc ne signifie pas automatiquement qu’on est boursier car il y a ceux qui viennent s’inscrire au privé aux frais de leurs parents. je suis boursier au Maroc et c’est grâce aux 16.33 que j’ai obtenu au BAC donc arrêtez de toujours vous prendre pour des victimes. Par ailleurs il ne faudrait pas prendre les notes de manière absolue car la série du BAC compte énormément. et puis il n’est jamais dit qu’une moyenne de 14 ouvrait automatiquement droit à la bourse à l’extérieur. avant de se plaindre j’aimerais que ces gens se rendent au CIOSPB pour voir les moyennes de ceux qui sont retenus.

    ensuite, lorsque vous êtes dans une école où l’on fait l’appel à chaque cours, et où 3 absences t’interdisent de passer les examens, allez faire des "petits boulots". quand au coin de la rue vous vous fêtes appeler "Azi" (esclave) ou "Ebola", allez demander à cette personne de vous donner un petit travail. quand le code du travail exige que l’entreprise qui emploie un étranger s’assure qu’il n’y a pas de profile marocain correspondant aux compétences demandées, allez demander aux marocains de ne pas postuler. quand vous êtes dans une grande école où on exige beaucoup de travail de la part des étudiants, laissez ce travail de côté pour faire votre "petit business". et quand vous êtes dans un pays où les pouvoirs publics combattent l’informel de toutes leurs forces, hasardez-vous avec ces "petits business".

    La n’est rose nulle part certes, mais lorsque vous percevez un revenu conçu pour un pays à faible revenu et que vous vivez dans un pays à revenu intermédiaire, le gap est colossal.
    donc avant de vous en prendre à nous, essayer plutôt de nous comprendre d’abord. merci

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 17:09, par Maurice
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    En lisant vos commentaires , j’ai été déçu par la perception de nos propres compatriotes frères dont nos cris leur ont été adressés afin d’obtenir leurs soutiens moraux, mais aussi être nos portes-voix auprès des institutions compétentes concernant nos problèmes susmentionnés.
    De prime abord, avec tout le respect que nous Etudiant Burkinabé au Maroc, devons à nos compatriotes étudiants et professionnels à l’égard des événement des 30 et 31 octobre dernier , nous aimerions que certains arrêtent leurs stéréotypés négatifs à l’ égard de leurs compatriotes à l’étranger. Dans le sens où , nous combattons le même combat , j’aimerais vous rassurer que le Burkina Faso , ne se construira pas dans la haine , dans l’irresponsabilité dans nos propos , dans l’hostilité mais plutôt dans l’amour et dans la collaboration.
    Ensuite en ce qui concerne le mérite , nous ne disons pas que nous sommes plus intelligents que vous , mais nous pensons cela dépendra des objectifs que chacun s’est fixé. Cependant , j’aimerais vous rassurer une chose la plupart des boursiers qui sont au Maroc sont les majors de leur promotion ou les meilleurs de leur filière ; donc je suis désolé de vous dire que nous méritons bel et bien nos bourses et loin de nous de compter sur la condescendance d’un système pourri pour nous insérer dans le milieu socioprofessionnel .A cet effet , j’aimerais vous dire qu’à cause du désintéressement de nos Gouvernants mais aussi du rejet Hostile de nos compatriotes eux-même,des Médecins , des ingénieurs , des Experts en finance etc... sont obligés de rester dans les pays étrangers pour rendre service au peuple étranger, alors que notre chère patrie, le Burkina Faso souffre d’une carence d’expertise dans tous les domaines. Bref..
    Grosso modo, j’aimerais vous faire comprendre que nous sommes des fils du Faso , j’aimerais que nous nous unissions en tant que professionnels et étudiants afin de construire un Burkina meilleur.
    Que Dieu bénisse le Faso !!!!
    D’après un Etudiant Burkinabè au Maroc
    Wilson
    _

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 17:18, par sy
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Merci d’avoir soutenu mes propos @l’ancien. Nous seuls savons ce que nous vivons ici et cette lettre n’est pas sans fondement et a tout son sens.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 17:40, par Etudiant au maroc
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Certains commentaires ont une connotation de vengeance et de haine envers les pauvres étudiants que nous sommes. Nous n’avons pas souhaité ce qui nous arrive. En postulant pour la bourse nous ne savions pas qu’une fois ici nous serions confrontés à des retards, à des montants de bourses insuffisants. Dites moi est ce qu’à Ouaga on peut vivre avec 46000 Frc par mois avec loyer, factures et toutes les dépenses d’étudiants qui s’en suivent ?? Laissez moi vous dire que beaucoup d’étudiant n’ont que ces 46000 parce qu’ayant perdu la fameuse bourse de coopération que le Maroc accorde. Pensez vous pouvoir vivre avec cela dans ce pays qui multiplie notre monnaie par 63 ??Notre pays devrait être heureux de ce nous accomplissons ici. Nous sommes les meilleurs de nos universités, nous redorons le blason de l’excellence burkinabè, les gens nous envient ici. Non content de cela, on nous paye des miettes avec des grands retards de sur crois. Nous ne sommes pas en Europe pour avoir des petits boulots, si c’était le cas sachez que nous ne serions pas là à nous plaindre.
    Nous n’avons pas commencé cette année, nous avons adressé plusieurs lettres à nos autorités depuis sans aucune réponse. Certains étudiants dès qu’ils ont la licence sont obligés de retourner au pays parce que les parents n’ont pas les moyens de les aider à compenser la perte de leurs bourse de coopération. Nous ne faisons pas le malin, mais ce n’est pas de notre faute si nous faisons partie des 50 personnes au meilleurs moyennes du Burkina. Donc nos chères collègues de l’UO si vous ne voulez pas nous soutenir ne nous enfoncez pas.
    Que nos autorités se penchent sur la question et essaient de régler la situation de ceux qui perdent leur bourse de coopération. On devrait avoir honte d’être une référence dans la sous région et d’envoyer nos meilleurs étudiants au Maghreb plutôt qu’en Europe. QUEL GACHI !

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 19:57, par KANGA
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Étudiant burkinabé au Maroc, je voulais préciser que la bourse dont il est question est payée depuis le 23 avril. Dire donc qu’elle n’est pas encore versée à la date du 27 avril n’est donc pas honnête. Ceci étant, je souscrit à la démarche et invite le CIOSPB a diligenter la bourse car c’est dur ici au Maroc. Aux autres, je vous en prie soyez comprehensif

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2015 à 23:42, par bintoa
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Nous sommes vraiment des aigris ! Voilà des enfants qui sont loin de tout et qui appellent au secours leur président et tout ce que nous trouvons à dire c est parce qu ils sont fils ou filles de grands ou que l UO c est dur. Si c est dur à l intérieur, l extérieur est pire. Ici nous pouvons cocoter un parent, un ami ou un voisin ! Là bas le chacun pour soi prime. Des boulots dans ces pays arabes pour un noir ? Allez y essayer ! Si nous n y pouvons rien, de grâce n aggravons pas les choses. Je supplie le président, le ministre de l enseignement supérieur ou ses services chargés (il y a parfois de la négligence à ce niveau) qu a défaut d augmenter leur pécule, qu il le fasse au moins à un temps raisonnable. Il y a trop d aigris dans ce pays sans cœur n augmentons pas le nombre car ces enfants reviendront un jour et chercheront aussi à se venger !

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2015 à 00:09, par quisait
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    pour l’étudiant qui évoque l’honeteté, selon toi cette lettre a été adressé quand ?? certainement avant le 23 et publier quand ??? comprend donc le temps accusé

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2015 à 02:22, par Etudiant au Maroc
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Kanga laissez moi vous dire que vous êtes un menteur qui cherche juste à se faire voir. La bourse a été virée le 23 ? J’ai bien l’impression qu’on ne touche pas la même bourse au Maroc. Si vous êtes en train de parler de l’aide au logement que seuls les étudiants en location ont et qui n’a même pas été virée dans sa totalité encore moins pour tous les étudiants qui en ont droit ;là vous n’avez pas encore compris les statuts de nos bourses donc renseignez avant de vouloir jouer à celui qui connait..

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2015 à 03:15, par Viima ya togo
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    KANGA, je ne sais pas d’où vous tenez vos informations mais nous étudiants avons commencé à percevoir vote fameuse bourse du 23 avril le 29 avril soit un mois de retard. Pour ce qui est du reste, je vous remercie de votre compréhension et votre soutien.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2015 à 11:03, par quisait
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Pour ce qui est de l’acccusation sur les bourses attribués pour des raisons fictives, je vais demander à plus d’un chacun de multiplier les lettres ouvertes sur ce sujet afin d’ètre attendu, car si je crois bien les 3 premiers des BAC D passés se trouvent présentement au Maroc, le nombre paraitrait insignifiant mais la méconnaissance d’autres chiffres fait défaut, les Bac scientifiques sont présents, en prépa ou en grandes écoles, ils n’ya que les majors,certes des bourses sont mal attribués mais cela n’est pas le cas de tous les étudiants, je demanderai à plus d’un de multiplier les lettres ouvertes sur la transparence des bourses attribuées, c’est à dire une liste avec les moyennes et classés par ordre de mérite,
    pour les étudiants au Maroc, je crois que le but de cette lettre était d’attirer le regard afin d’éviter de tels retards car la ponctualité d’une paye ne tue personne, avance tout un chacun..
    pour ce qui parlent de trouver de petits boulots, le Maroc n’est pas le Maroc que tu vois à la télé, ici c’est pas l’Europe, petits boulots meme les natifs d’ici se plaignent pour avoir boulot, n’en parlons pas d’un subsaharien avec tous les récents problèmes d’immigration.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2015 à 14:37, par Diane
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Bonsoir à tous !
    À l’ lntervenant 1 qui dit : "vous êtes des comiques", désolée de vous décevoir mais nous ne le sommes pas ! Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué lefaso.net n’est pas un théâtre.
    À l’intervenant 3 je dirai tout simplement, cessons de nous voiler la face. Il est très facile de montrer du doigts, de critiquer ! Auriez vous hésité ne serait ce qu’un instant si vous aviez l’occasion d’obtenir une de ces bourses "d’enfants de gourous" pour votre enfant ? Et si votre fils avait obtenu la bourse marocaine et qu’il faisait partie de ces personnes qui ont rédigé cet article, auriez vous tenu les mêmes propos ? Diriez vous qu’il pleurniche parce qu’il demande que la bourse, qui est le moyen lui permettant à peine ou même pas de se loger et de se nourrir de façon descente, lui soit versée a temps et ce quand il veut bien s’en contenter pour vous éviter de vous sacrifier davantage ? Lui diriez vous de supporter sa faim et de se contenter de dormir dehors tout en suivant ses cours car "Formation dure, égale vie professionnelle facile" ? Nous ne sommes pas vos enfants, je comprends alors que vous ne soyez pas sensible à notre démarche, mais vous pourriez néanmoins la comprendre parce que vous êtes parent et par humanité.
    Pour tous ceux qui parlent de privilèges vous faites référence à des idées préconçues que les gens ont au sujet des boursiers à l’étranger en général. "Vous êtes les privilégiers du BF " foutaises ! Permettez moi de vous dire que vous ne savez pas de quoi vous parlez.
    L’intervenant 7 qui dit : "Resté la bas a pleurnicher seulement ici nous on se ba. Sans bourse et sans tuteur à Ouagadougou mais on aura les meilleurs diplômes à luniversité de Ouagadougou. Vos bourses de 11 de moyennes la . On es au courant. S va encore plus vous chauffer quand il s’agira de trouver du boulot au Burkina. Vos donneur de bourses ont quitté le pays par notre puissante inssurection". Je vous informe que l’obtention d’une bourse pour l’étranger ne donne pas droit à un tuteur ! Nous sommes donc sans tuteur, dans un pays où le coût de la vie n’est nullement comparable à celui de Ouagadougou, quelque soit la ville et avec une bourse sur laquelle on peut difficilement compter. Ce n’est pas parce votre plaie semble plus grande que celle de votre voisin que vous pouvez lui reprocher de s’en plaindre. La sienne peut être plus douloureuse que la votre. Le plus important c’est que vous soyez tous les deux soulagés. De grace évitons de nous juger mutuellement !! En ce qui concerne notre insertion professionnelle une fois de retour au Burkina on aura l’occasion de voir comment ca va se passer ! Par la grâce de Dieu tout ira pour le mieux.
    À l’intervenant 5 je tiens à dire que intellectuel est un adjectif qui qualifie ce qui appartient à l’intelligence et l’intelligence est la faculté de connaître et de comprendre.
    Pour ceux qui pensent que cette lettre a été rédigée sans de mûres réflexions, il est facile de de se croire plus malin. C’est après constat que nous ne pouvons pas mieux faire en terme d’effort pour tenir et que les alternatives pour améliorer notre situation financière par nous même sont moindres, que nous avons décidé de lancer cet appel malgré la difficulté de la situation qui prévaut au pays. Alors plutôt que de voir en notre démarche un caprice, voyez la détresse de toute une communauté d’étudiants qui appelle au secours.
    MERCI

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2015 à 15:00, par SANFO Diane
    En réponse à : Education : L’appel au secours des étudiants burkinabè au Maroc au Gouvernement de la Transition

    Bonsoir à tous !
    À l’ lntervenant 1 qui dit : "vous êtes des comiques", désolée de vous décevoir mais nous ne le sommes pas ! Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué lefaso.net n’est pas un théâtre.
    À l’intervenant 3 je dirai tout simplement, cessons de nous voiler la face. Il est très facile de montrer du doigts, de critiquer ! Auriez vous hésité ne serait ce qu’un instant si vous aviez l’occasion d’obtenir une de ces bourses "d’enfants de gourous" pour votre enfant ? Et si votre fils avait obtenu la bourse marocaine et qu’il faisait partie de ces personnes qui ont rédigé cet article, auriez vous tenu les mêmes propos ? Diriez vous qu’il pleurniche parce qu’il demande que la bourse, qui est le moyen lui permettant à peine ou même pas de se loger et de se nourrir de façon descente, lui soit versée a temps et ce quand il veut bien s’en contenter pour vous éviter de vous sacrifier davantage ? Lui diriez vous de supporter sa faim et de se contenter de dormir dehors tout en suivant ses cours car "Formation dure, égale vie professionnelle facile" ? Nous ne sommes pas vos enfants, je comprends alors que vous ne soyez pas sensible à notre démarche, mais vous pourriez néanmoins la comprendre parce que vous êtes parent et par humanité.
    Pour tous ceux qui parlent de privilèges vous faites référence à des idées préconçues que les gens ont au sujet des boursiers à l’étranger en général. "Vous êtes les privilégiers du BF " foutaises ! Permettez moi de vous dire que vous ne savez pas de quoi vous parlez.
    L’intervenant 7 qui dit : "Resté la bas a pleurnicher seulement ici nous on se ba. Sans bourse et sans tuteur à Ouagadougou mais on aura les meilleurs diplômes à luniversité de Ouagadougou. Vos bourses de 11 de moyennes la . On es au courant. S va encore plus vous chauffer quand il s’agira de trouver du boulot au Burkina. Vos donneur de bourses ont quitté le pays par notre puissante inssurection". Je vous informe que l’obtention d’une bourse pour l’étranger ne donne pas droit à un tuteur ! Nous sommes donc sans tuteur, dans un pays où le coût de la vie n’est nullement comparable à celui de Ouagadougou, quelque soit la ville, et avec une bourse sur laquelle on peut difficilement compter. Ce n’est pas parce votre plaie semble plus grande que celle de votre voisin que vous pouvez lui reprocher de s’en plaindre. La sienne peut être plus douloureuse que la votre. Le plus important c’est que vous soyez tous les deux soulagés. De grace évitons de nous juger mutuellement !! En ce qui concerne notre insertion professionnelle une fois de retour au Burkina on aura l’occasion de voir comment ca va se passer ! Par la grâce de Dieu tout ira pour le mieux.
    À l’intervenant 5 je tiens à dire que intellectuel est un adjectif qui qualifie ce qui appartient à l’intelligence et l’intelligence est la faculté de connaître et de comprendre.
    Pour ceux qui pensent que cette lettre a été rédigée sans de mûres réflexions, il est facile de de se croire plus malin. C’est après constat que nous ne pouvons pas mieux faire en terme d’effort pour tenir et que les alternatives pour améliorer notre situation financière par nous même sont moindres, que nous avons décidé de lancer cet appel malgré la difficulté de la situation qui prévaut au pays. Alors plutôt que de voir en notre démarche un caprice, voyez la détresse de toute une communauté d’étudiants qui appelle au secours.
    MERCI

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés