Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

jeudi 2 avril 2015 à 23h51min

L’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 a endeuillé plusieurs familles. Trente-quatre (34) dont vingt-cinq (25), à Ouagadougou, ont pu être recensées par les autorités de la Transition à travers le ministère de l’Action sociale et de la solidarité nationale. Jeudi 2 avril 2015, Nicole Angéline Zan/Yélémou, la première responsable dudit ministère est allée présenter les condoléances du gouvernement aux parents des victimes de l’insurrection. Une enveloppe de 200 000FCFA a été remise dans chaque famille avec la promesse d’une prise en charge – notamment des orphelins et des veuves - et l’ouverture des dossiers afin que justice soit faite.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

Sept familles parmi les vingt-cinq ont reçu la visite de la première responsable du département en charge de l’Action sociale et de la solidarité nationale ce jeudi 2 avril. Elle et ses proches collaborateurs sont allés témoigner la compassion du gouvernement de la Transition aux parents des victimes de l’insurrection populaire pour qui, ils n’ont pas tari de mots apaisant les cœurs. En effet, c’est la famille d’Aouedri Ouédidoua, 45 ans qui a reçu en premier la délégation du ministère de l’Action sociale. Représentée par Pouahoulabou P. K. Victor, par ailleurs président de l’association des parents des victimes de l’insurrection populaire, il a apprécié la démarche des autorités. Le martyr, à l’entendre, était marié. Il avait 2 enfants et attendait un troisième qui est né juste après son décès. On l’a baptisée Jessica. En présence de la mère du défunt, P. K Victor a remercié la ministre pour cette initiative qui adoucit les cœurs. Mais dit-il « nous attendons toujours à ce que justice soit rendue ». En tant que responsable de l’association des parents des victimes des évènements des 30 et 31 octobre, il a confié que les familles vivent dans la misère. « Elles rencontrent d’énormes difficultés. Elles n’ont pas à manger et lorsqu’une maladie survient, les prises en charge ne sont pas une mince affaire », dit-il. Le message semble bien clair et la ministre dit l’avoir compris. En attendant, elle a, au nom du gouvernement, présenté les condoléances à la famille. « Au nom du gouvernement, acceptez nos condoléances », a-t-elle adressé aux parents, avant d’inviter la veuve à être très forte pour ses enfants et que le Seigneur lui donne les ressources nécessaires pour s’occuper d’eux. Elle l’a également invitée à venir toujours à l’Action sociale au besoin. L’Etat saura faire ce qu’il peut.

La veuve de Gaston Karambiri, toujours sous le choc

La veuve de Gaston Karambiri (39 ans) est actuellement à Bobo-Dioulasso dans la famille de son défunt époux. Seule sa mère était à la maison au passage de la ministre. Le petit frère (Marc Karambiri) du défunt la rejoindra plus tard pour accueillir les visiteurs du jour dans un grand salon où les photos du couple et de leur garçon ne passent pas inaperçues, accrochées un peu partout sur les murs. L’épreuve est dure, souligne le petit frère. « Nous ne pouvons pas combler le vide que Gaston a laissé derrière lui », dit-il, la voix basse. Fier de ce grand-frère fonctionnaire international qui servait en République démocratique du Congo (RDC), Marc confie qu’il était venu pour les congés. Il est malheureusement décédé le 31 octobre alors qu’il se préparait pour regagner son poste. Appréciant la démarche du gouvernement pour connaitre et encourager la famille, Marc espère, lui aussi, que justice sera rendue à toutes ces personnes qui sont tombées pendant l’insurrection. Dans la famille d’Abdoul Moubarak Belem (19 ans), la délégation a été reçue par les parents de la victime, dont le papa et la maman. « Notre fils est mort devant la RTB le 2 novembre par balle », rappelle le père qui estime c’est une volonté de Dieu. Il a remercié tout de même la démarche des autorités qui réconforte à plus d’un titre.

Issa Sama est mort calciné

Agé de 15 ans, Issa Sama était garagiste. Ses parents confient l’avoir cherché en vain le 30 octobre. « Nous avons fait le tour des commissariats, des gendarmeries…et c’est quelqu’un qui nous a dit d’aller voir à l’hôpital. Lorsque nous y sommes allés, nous avons malheureusement découvert le corps calciné de notre fils », raconte son oncle. Issa Sama est mort dans le quartier Rimkiéta lors de l’incendie du domicile d’un élu. A entendre son oncle, la mort fait partie de nos vies ; mais il y a de ces façons de mourir qui font très mal. Il a, tout de même, remercié le gouvernement pour cette reconnaissance et ce soutien moral qui est fort encourageant. « Au-delà de la douleur, il faut savoir se pardonner », soutient Nicole Angéline Zan/Yélémou.
Tibo Amidou Kabré, 47 ans, était mécanicien. Il laisse dernière lui trois enfants âgés entre 2 et 6 ans. La veuve, Zara Congo/Kabré, a remercié la délégation pour cette visite, fort soulageant. Ménagère, elle dit s’inquiéter pour la prise en charge de ses enfants, encore très mineurs. Dans le quartier Wentenga où se trouve la famille du défunt Inoussa Béré -22 ans-, la ministre a adressé le même message de solidarité. Tout comme dans celle de Wendpanga Tondé, sis dans le quartier Karpala. L’oncle d’Inoussa du nom d’Antoine Zougmoré apprécie, certes, l’initiative du gouvernement mais il attend à ce que justice soit rendue. « La priorité de la Transition est d’organiser les élections. Depuis le report de la journée d’hommage, rien évolue encore », fait-il remarquer. Au ministre de lui rassurer qu’il s’agit véritablement d’une préoccupation pour le gouvernement.

De la nécessité d’accompagner ces veuves et ces orphelins

Nicole Angéline Zan/Yélémou, ministre de l’Action sociale et de la solidarité nationale n’a pu dissimiler ses sentiments de tristesse en voyant ces veuves et ces orphelins. « C’est l’une des tournées où j’ai rencontré beaucoup d’enfants. J’ai tenu Jessica dans mes bras. J’ai vu Kévin. Il y a encore les trois enfants d’Amidou. Les veuves ne travaillent pas. J’avoue que je suis très touchée », a laissé entendre la ministre. Et pour elle, il faut absolument faire quelque chose pour ces femmes afin que les enfants ne deviennent pas des cas sociaux. Dans ce sens, elle dit lancer un appel à l’ensemble de tous les Burkinabè, aux autorités de la Transition, de l’après Transition, pour un accompagnement des parents des victimes de l’insurrection. « Il faudra que ces familles sentent qu’on les porte dans les cœurs et que leur parent ont donné leur vie pour une cause nationale », soutient-elle. L’un des objectifs de cette visite s’inscrit dans cette dynamique de connaitre les familles et de recenser leurs besoins, avant d’engager le processus de prise en charge holistique et pérenne. « Nous allons établir les dossiers après ces visites en ayant une situation des enfants en âge de scolarisation. Dans cette démarche, nous voulons que chaque département ministériel, les personnes de bonne volonté puissent venir en aide à ces parents. L’idéal est de trouver un travail pour les veuves, par exemple », explique la ministre Zan.

En attendant, chaque famille – une quinzaine - aura reçu symboliquement une enveloppe de 200 000 FCFA. A Bobo-Dioulasso et à Tangagaré, en sus de l’enveloppe une prise en charge –don de vivre - est déjà effective. En gros, le soutien aux parents des victimes de l’insurrection s’élève approximativement à près de 38 millions de FCFA. Par ailleurs, pour les décès qui ont eu lieu à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, le ministère se propose d’identifier ces personnes afin que l’Etat puisse prendre en charge, au moins les orphelins.
- Chiffres indicatifs
34 familles recensées dont 23 à Ouagadougou, 2 à Bobo-Dioulasso, 3 à Tangagari, et 5 à Léo, etc.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 avril 2015 à 01:39, par Nabiiga
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    C’est justement à cause de cette douleur, cette peine causée inutilement par les membres du RSP lors de l’insurrection que nous, Burkinabè éprit de justice pendant 27 ans de terreur indescriptible ; que nous, Burkinabè, timorés et baffoués par Blaise et François, ne devons pas, sous aucun pretexte, accepter de nous composer avec aucun membre du RSP. Rien ne m’agace plus que le choix de Zida comme premier ministre. Nous avons été tiré dessus par ses collègues de RSP qui ont reçu l’ordre de tirer. Il se peut fort bien que Zida lui-même ait donné cette ordre-là car il était le deuxième en commade de ce régiment. Qui le sait ? Qui sait le dessous de ce qui se passait pendant les heures chaudes de l’insurrection. Comme si on n’ était pas sufisamment hébété de cette hypocrisie, sidéré et outré par cette moquerie, les voilà, après avoir mis en lieu sûr, non sans l’avoir accompagné partout aux frais des contribuables, contribuables sur qui il tiraient au nom de leur mentor ; non, ils reviennent tout innocent comme l’agneu et comme si n’y était, trouvent le culot de quarreller publiquement pour que nous le sachions, pour se donner le droit de servir un président issu des manifestantions, et sur lesquels manifestants ils tiraient comme des lapins. Où, dans ce monde avez-vous vu de telle foutaise. Pour le RSP, ceux qui ont perdu leurs vies, ils l’ont cherché ; ils s’encontrfichent ! Cette transition sera la mère de toutes les moqueries, tant et aussi longtemps que Zida n’est pas débarqué de la primature et que m Kafando chasse tous ceux qui se sont bousculés pour être l’oreille attentif de Blaise auprès de lui au siege même de notre pouvoir. Rien que le gouvernement ne fasse sans que Blaise soit au courant un mois avant que lamda burkinabè le sache car il a planté ses domestiques au seige de notre gouvernement. Cette justice dont on parle aujourd’hui, ne devrait-on pas avoir déjà mis aux arrêts ceux mêmes qui tirait sur le peuple. Vous me donnerez raison un jour la transition. C ’est une véritable blague. Ngaw !

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 06:36, par YIRMOAGA
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    C’est bon, mais fallait y penser bien avant ? Mais aussi, y a les blessés et les contributions des fonds destinés à leur prise en aide ? Les restes de ces fonds serviront à quoi, pendant qu’il y a des malades non guéris ? Mr le DG hôpital Yalgado court un danger si ces fonds sont orientés ailleurs deh ? Si les fonds étaient utilisés jusqu’à épuisement avec un bilan clair, les donateurs allaient se soucier des cas d’urgence ? Le DG est interpelé avant que les OSC ne lancent un mot d’ordre en faveur des blessés ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 08:00, par le voyant
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    A quand la justice pour nos martyrs ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 08:03, par Transition
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Madame le ministre beaucoup reste a faire quand vous parlez de justice ajouter la vraie justice car le CDP seul n’est pas responsable de ce qui est arrivée en octobre passé. tous les acteurs ex majorité, ex CFOP, OSC chacun doit repondre qui a fait quoi et a dit quoi. justice à nos martyres

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 08:57, par moussa
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Il faut savoir situer les responsabilités. Comment quelqu’un peut-il se lever pour aller brûler la maison d’autrui ? Il y meurt et on veut condamner le propriétaire de la maison incendiée. Voulez vous une piste ? Poursuivez en justice les personnes qui ont commandité , financer et encourager tout ce désordre. Allez voir celui qui a pousser vos enfants à la désobéissance civile contre un gouvernement en exercice et légitime. Allez voir celui qui téléguidait vos enfants pour qu’ils aillent à Kosyam tout en sachant préalablement qu’ils allaient se faire tirer dessus. Et posez vous une question : Pourquoi aucun des incitateurs à la violence et au désordre n’est mort ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 09:15, par le justicier
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Tjrs il faut que ça chauffe pr les voir courir !!il a fallu que l’association des victimes hausse le ton pr k la ministre accoure

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 09:19, par mike
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    La cosca ne regrette pas .d.avoir demander justice pour les blesses et martyrs lors de sa conference de presse le19mars.big up pr le pm et mme zan.etre pr la transition .c.est dire la verite quand c.est necessaire.merci

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 09:28, par doudouno le cobra
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Évitons la démagogie il y’aura quel justice pour ceux qui sont morts en pillant les biens publics.Faisons d’abord le tri des morts.
    C’est tous tous ceux qui sont morts pendant les événements qui sont des martyrs

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 09:51, par LE JUSTE
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Je crois qu’on ne le dira jamais assez, soyons sérieux dans ce que nous faisons. N’utilisons ces PRÉTENDUS victimes là pour se faire des sous. 34 victimes, j’espère que vous aurez la clairvoyance de revenir nous dire que vous avez pris en compte les délinquants qui voulaient profiter de la situation pour piller. Moi j’ai une connaissance qui a sa maison qui est partie en fumée du fait des "enfants, et pour rappel,plus de la majorité de ceux qui sont sortis n’étaient pas encore nés quand SANKARA a pris le pouvoir" donc cela veut dire qu’ils ne l’ont même pas connus, alors ma connaissance est une victime ? Si oui qu’est ce qui est prévu ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 11:28
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Une belle initiative.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 13:56, par abdoul
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    J avais propose en son temps que lamenagema budgetaire prevoit 100 a 150 millions par an par an pour les ayants droits a raison de 200mille par mois et le reste pour les handicappes et les blesses a vie. Mais je ne crois pas avoir ete ecoute. A ce que je sache une inscription budgetaire ds ce sens na pas ete faite. Tres sincerement je suis decu du gouvernement qi feint de savoir q cest des gens qi sont morts et blesses a vie et qil faut deja commencer par reparer ce tord. Jai fait cette proposition depuis novembre jai rappele les gens en decembre puis en janvier et apres je me suis tu.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 15:30, par MIA
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    c’est bien mais la vérité que les gens réclame,je ne sais pas comment ça va ce passer car les manifestants ont tué plus que les balles perdues des RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 15:51, par fasobiga
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    intervenant N°1 ce n’est pas le RSP qui a mis le feu dans les maisons.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 16:02, par Dons à ne pas confondre avec indemnisations des bléssés
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Les dons aux blessés de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ont été faits à plusieurs services de santé (Hôpital Yalgado,Hôpital Souro Sanou de Bobo,Hôpital pédiatrique Charles de Gaulle,Hôpital Blaise Compaoré,des CMA …).Les dons étaient en espèces, en produits et matériels médicaux. Après la prise en charge gratuite des blessés sur ces dons, le reliquat en nature comme en espèces sont de droit le patrimoine de dons et legs de ces services publics de santé pour servir aux soins d’autres malades. Avec la polémique sur l’usage de ces fonds, il convient que chaque structure de santé puisse faire un bilan. Hormis l’hôpital Yalgado qui, dans un esprit de transparence et de compte rendu de l’usage du dénier public comme il se doit, a fait le point des dons qu’il a reçus en nature et espèces, aucune autre structure hospitalière ne sait soucier de rendre compte au grand public. Les responsables du CHU Yalgado avaient même décidé de prendre en charge gratuitement les blessés dès le 30 octobre à partir des produits et examens disponibles au sein de l’hôpital .Ils avaient convenu d’un accord de remboursement avec les services de radiologie externes pour les examens radiologiques des blessés enregistrés au CH U Yalgado. C’est par la suite que Yalgado sur la base des dons a fait les remboursements des ordonnances des blessés qu’ils ont supportées pour des produits achetés ailleurs. Le système de prise en charge gratuite a été plus tard ordonné et généralisé dans l’ensemble des formations sanitaires publiques par le lieutenant-colonel Yacouba Isaac ZIDA lors de sa visite le 4 novembre 2014 à l’hôpital Yalgado en sa qualité du tout premier Chef d’Etat de la transition. Il reste maintenant au gouvernement de trouver des mesures générales de dédommagement des victimes de l’insurrection populaire pour les blessés, défunts et les biens saccagés.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 16:44, par valentin
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    les responsables c est ceux qui ont dit de faire un assaut sur l assemblée ,ceux qui ont dit sa passe ou sa casse(on doit le jugé pour cette phrase incitation a la haine tout comme assimi et ceux dont Assimi koanda a fait l érreure de repondre en public) ou allons a kossyam sachant qu’il fallait a tout pris protégé le président avec tout les moyens disponibles ,dans tout les pays c est ainsi. mes frères de PO remercions la france pour avoir exfiltré blaise compaoré a yamoussokro si non il allait forcement passé sur votre corps et ses gardes sont dans leurs droits .

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 19:26, par medecin
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Internaute numéro Yrmoaga si le DG de YALGADO n’avait pris l’initiative de faire soigner gratuitement les blessés de l’insurrection des les premiers moments des échauffourées les 30 et 31 octobre 2014 beaucoup ne blessés ne seraient peut-être pas de ce monde ou traîneraient des handicaps encore plus sérieux Sachez que les dons n’ont commencé à arriver au CHUYO qu’une semaine après les évènements .Appréciez vous même si tant est que vous êtes de bonne foi ..Dans la vie il faut savoir être reconnaissant même si l’argent obscurcit souvent notre capacité de raisonnement . Je trouve les blessés très ingrats vis à vis non pas du DG seul mais de tout le corps médical ,paramédical ,les étudiants stagiaires tous ces autres agents de santé venus des 4 coins de Ouagadougou .Quand on a vécu toute la mobilisation des gens autour de ces blessés à YALGADO ,pour moi médecin qui a fait parti des soignants ce n’est pas encourageant pour l’avenir en cas de situation similaire Quand a la gestion des fonds ,faut-il vous rappeler que la direction du CHU YO n’a pas attendu une quelconque injonction pour faire le bilan publiquement le 24 novembre 2014 .

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril 2015 à 14:50, par Porte-voix d’agents de santé indignés
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Vraiment, l’attitude de certains blessés dits de l’insurrection populaire est indigne de burkinabè intègres et patriotes. Leurs agissements intempestifs et manque de respect pour le personnel médical et les autorités de la transition donnent l’impression que la santé n’est pas leur objectif final mais plutôt l’argent, notamment le partage du reliquat des aides financières reçues par les hôpitaux pour leurs soins gratuits. Leur attitude pourrait même décourager à l’avenir des donateurs à vouloir faire œuvre de charité à des structures sanitaires en cas de drame si les gens ne pensent qu’à la redistribution des sommes comme de petits pains. Ce n’est pas la première fois que des dons en nature et en espèces sont faits à des hôpitaux pour la prise en charge de malades et sinistrés et d’habitude, personne ne demande le partage des médicaments et sommes reçus. Certains blessés de l’insurrection veulent s’arroger des supers droits. Quand ils arrivent dans des centres de santé, ils se déclarent de façon hautaine comme des blessés de l’insurrection et veulent qu’on arrête de soigner les autres malades pour s’occuper d’eux sans respect du corps médical et de l’ordre organisationnel de soins des malades. Dans le terme hôpital découle l’hospitalité. Si les blessés de l’insurrection, après guérison faisaient le constat que beaucoup de malades souffrent par manque de moyens et préconisaient que le reliquat des dons qui ont été faits pour leur prise en charge gratuite soit utilisé pour le service social des hôpitaux pour soigner des malades démunis, ils auraient fait un acte de grandeur d’âme. La plupart de ceux qui s’agitent dans des médias et auprès d’associations de la société civile sont des tricheurs qui ne sont pas réellement des blessés par balles ou autres traumatismes de l’insurrection. S’ils persistent dans la polémique inutile et de surenchère, il conviendra de faire une expertise des ordonnances et des dossiers médicaux des blessés à travers les registres de la croix rouge, des sapeurs pompiers afin que l’on sanctionne tous ceux qui ont usé de falsifications et autres usages de faux pour figurer sur la liste des blessés dans l’optique de bénéficier de prises en charge et remboursements. En notre qualité d’agents de santé qui avons bravé des risques de balles perdues les 30 et 31 octobre 2014 pour venir secourir les blessés dans des hôpitaux, nous sommes très indignés par l’ingratitude de certains blessés qui ne raisonnent plus en termes de santé mais d’argent. Nous nous demandons si l’avenir nous devons prendre tant de risques pour sauver des ingrats et tricheurs.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril 2015 à 16:05, par Ka
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    Nicole, nous savons ce que veut dire une parole donnée comme celle de Blaise Compaoré a notre conseil des sages en 1999 : Vous ne pouviez rien faire avec une justice corrompue tant que Diendéré Gilbert est l’ombre du RSP. Attendez que l’alternance politique se fasse a 100% avec la jeunesse affamé de la vraie justice, vous verrez Diendéré, TIAO, et tous les responsables du CDP et de l’ADF/RDA a la MACO. Vous n’avez aucun pouvoir de mettre Diendéré ni TIAO a la Prison, comme ma FIFINE ne peut mettre le criminel économique GUIRO le roi de pissy propriétaire d’une alimentation WATENOMA faite avec le denier public en prison. Alors ne flattez pas les familles des pauvres victimes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril 2015 à 04:30, par Aubin
    En réponse à : Insurrection populaire : Nicole Angéline Zan promet la justice aux familles des victimes

    C’est vraiment triste de savoir que des Burkinabé sont morts en brulant la maison d’autres Burkinabé. Peut-être que si les élus avaient brulé eux même leur propre maison, il y aurait pas eu tous ces morts……. Peut-être aussi que si dans l’entrepôt du riz, on n’avait pas stocké le riz en hauteur, il n’y aurait pas eu de morts.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés