Programme national Plates-formes multifonctionnelles : Le temps de la réflexion en vue

jeudi 2 avril 2015 à 23h51min

Koudougou abrite depuis le mercredi 1er avril 2015 une rencontre de 72 heures des parties prenantes du Programme national Plates-formes Multifonctionnelles pour la Lutte contre la Pauvreté. Objectif : Jeter les bases de la réflexion en vue de la mise en œuvre d’une troisième phase qui devrait permettre de renforcer les nombreux acquis de la deuxième phase qui prendra fin au 31 décembre 2015.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Programme national Plates-formes multifonctionnelles : Le temps de la réflexion en vue

C’est parti depuis ce mercredi 1er avril 2015 à Koudougou pour l’atelier d’échanges et de réflexions des parties prenantes du Programme national Plates-formes Multifonctionnelles pour la Lutte contre la Pauvreté pour l’élaboration du projet de document de la troisième phase dudit programme. C’est sous la présidence de Soabou Diallo, directeur général des études et statistiques sectorielles du ministère de l’Economie et des finances et en présence de Kaongo Wilfried Seraphin Kientega, coordonnateur du Programme national Plates-formes Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté, que les travaux ont débuté. « Au cours de cet atelier, nous avons la lourde et exaltante tâche de mener des réflexions approfondies pour jeter les bases nécessaires à la production d’un projet de document pour une troisième phase du programme », a indiqué Soabou Diallo dans son mot d’ouverture aux participants, rappelant que le gouvernement à travers le ministère de l’Economie et des Finances avait marqué son accord de principe pour que cette troisième phase voie le jour. Car, « lorsqu’elles sont bien gérées, les plates-formes multifonctionnelles sont incontestablement des outils efficaces de lutte contre la pauvreté ».

Résultats satisfaisants

A écouter le coordonnateur national Kaongo Wilfried Seraphin Kientega, les résultats de la deuxième phase du programme sont on ne peut plus satisfaisants en dépit des difficultés rencontrées (de financement et autres). Ainsi de 2010 à 2015, l’on note, entre autres, les résultats suivants :
- la couverture intégrale de toutes les 13 régions du pays ;
- l’implantation de 1 035 plates-formes au 31 décembre 2014 ;
- la création d’emplois permanents pour 8 868 femmes gestionnaires de PTFM ;
- la mobilisation d’un volume de crédits de 1 746 462 855 F CFA au profit de 31 222 bénéficiaires pour le développement d’activités génératrices de revenus ;
- l’implantation de 125 plates-formes multifonctionnelles avec des réseaux d’électricité et d’eau ;
- le renforcement des capacités de 18 513 bénéficiaires en gestion de crédits, en techniques spécifiques ;
- La formation en gestion opérationnelle de 7 299 personnes.

Près de 80% de taux de réalisation pour la 2e phase du programme

Au vu de ces résultats, Alain Zoubga, vice-président de l’agence locale de réalisation des PTFM du Centre-Ouest, a salué dans mon mot de bienvenue l’idée d’une troisième phase qui devrait permettre, espère-t-il, de renforcer les acquis. Alimata Guiro du service suivi-évaluation applaudit elle aussi l’initiative d’une 3e du programme car elle souhaite voir plus de femmes entrepreneures émerger grâce à des plates-formes plus performantes. En effet, l’accent au cours de cette phase du programme devra être mis, selon le coordonnateur national, sur la rentabilité des plates-formes, sur leur transformation en mini-industries agro-alimentaires ; sur l’utilisation des énergies renouvelables et la préservation de l’environnement. Le technicien du programme national PTFM, Yacouba Tapsoba, lui, insiste sur la qualité des équipements à acquérir et sur la réhabilitation des plates-formes non fonctionnelles. Bref, il s’agit là, selon le DG des études et statistiques sectorielles du MEF, « des défis à relever » aussi bien pour la troisième phase que la deuxième phase qui est actuellement à un taux de réalisation de 79,61% soit une réalisation de 1 035 plates-formes à travers l’ensemble du territoire national sur une prévision de 1300 plates-formes multifonctionnelles. Et comme il reste encore quelques mois avant la fin du programme, le coordonnateur ne désespère pas, avec l’appui des différents acteurs du programme, d’améliorer encore d’ici-là ces résultats déjà appréciables. Le cas échéant, les plates-formes multifonctionnelles non réalisées dans le cadre de la deuxième phase, seront en principe reversées dans la troisième phase dont il est question au cours de cet atelier de Koudougou.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés