Destruction de Bâtiment à Tampouy : la Societé Paling-Wendé réclame plus de 33 millions de francs CFA

lundi 16 mars 2015 à 23h14min

Il ne reste plus que des débris épars çà et là sur la parcelle « à problèmes » achetée en 2002 par la Societé Paling-Wendé qui avait investi plus de 31 millions de F CFA dans la construction d’un bâtiment. Son Directeur général, M. Timbila Albert Zoundi qui a vu l’infrastructure démolie en 2013 en présence d’un huissier de justice, exige réparation du préjudice matériel dont il est victime. Munis de documents témoins, il a animé une conférence de presse ce samedi 14 mars 2015 à Ouagadougou dans les locaux de ladite société.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Destruction de Bâtiment à Tampouy : la Societé Paling-Wendé réclame plus de 33 millions de francs CFA

Tout a commencé en Juin 2002 lorsque M. Albert Zoundi achète une parcelle d’une superficie de 990 m2 à la coquette somme de 25 millions de francs CFA, sur la base d’une prétendue ordonnance judiciaire qui lui a coûté exactement 2.300.000 F CFA. A cela s’ajoutent des véhicules stationnés sur la parcelle que le Directeur général de la société Paling-Wendé a dû acheter afin de débuter la construction d’un bâtiment R+2. Coup de théâtre ! Trois mois après le démarrage de son projet, il reçoit une convocation de la justice qui exige l’arrêt des travaux. Ce qui fut fait.

Dès lors, l’homme réclame le remboursement des 27 300 000 F CFA qu’il a injecté dans l’achat de la parcelle. Après avoir été tourné en bourrique, à plusieurs reprises M. Zoundi entre en possession des 25 millions qu’il récupère chez Zampou Boukari le liquidateur de la societé, grâce à une correspondance du Juge commissaire Latin Poda. C’était le 13 février 2003. Mais très vite, le DG de Paling-Wendé se rend compte qu’il y a anguille sous roche concernant les frais d’ordonnance judiciaire, lesquels ne lui ont pas encore été remboursés.

10 ans plus tard, soit exactement le 17 décembre 2013, il verra son projet de construction s’écrouler sous le regard de Me Minoungou, Huissier de justice, ex-Maire de Kalsaka. Bilan, un investissement de plus de 31 millions de F CFA est réduit en débris. Pour la victime, la composition des personnes qui siégeaient à la date de la délibération du jugement du N°903 du 6 novembre 2002 est irrégulière car le Juge commissaire latin Poda, à lors, président du tribunal de grande instance de Koudougou, était absent bien que son nom y figurait. Et pour M. Albert Zoundi, même si le jugement était régulier, il n’autorisait pas la destruction du bâtiment. Il souhaite de ce fait, que le tribunal mette tout en œuvre « pour que chacun entre en possession de ses biens soit en annulant l’ordonnance judiciaire, soit en remboursant les investissements avec dommage et intérêt ».

En attendant de pouvoir rentrer dans ses droits, le DG de Paling-Wendé informe l’opinion nationale et internationale de ne « jamais acheter la parcelle N°02 Lot 02 section NS, sujet à problèmes et demande aux autorités en place de l’aider à résoudre le problème.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés