Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

lundi 16 mars 2015 à 19h02min

Avant de rentrer dans le vif du sujet, permettez-moi de vous interpeller sur le sort de mes jeunes frères du « Balai citoyen » et de « Y’en a marre », pris dans les toiles de la dictature de la RDC. Ces jeunes militants des causes justes, infatigables combattants de la liberté, méritent toute l’attention de la République, dont vous êtes aujourd’hui le premier responsable : agissez à temps, parce que l’histoire récente de ce pays nous enseigne que les pratiques des forces de l’ordre sont d’un autre temps, comme celui de Blaise. Rien ne doit arriver à nos frères combattants de la liberté.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

M. Le Président de la transition,
L’objet de mon propos n’est pas nouveau. Il s’agit de trouver les réponses adéquates à la question essentielle suivante : Comment réussir la Transition dans l’esprit de l’insurrection d’Octobre 2014 ?

L’objet de mon propos, vous l’avez déjà entendu certainement, venant des partis politiques, des organisations de la Société Civile, des chefs coutumiers, des leaders religieux, des syndicats, des journalistes, et peut-être même des militaires.

Mais cette fois-ci c’est le simple citoyen qui vous interpelle.

Dès lors, vous comprendrez que je n’utilise pas le langage ambivalent du politicien, soucieux de son électorat, je n’en ai pas.
Vous comprendrez aussi que je n’utilise pas le langage de sagesse des chefs coutumiers, soucieux de la référence qu’ils sont auprès de leurs sujets, bien qu’étant moi-même fils de chef, je n’en ai pas encore la charge.
Vous comprendrez donc que je n’utilise pas le langage confessionnel des leaders religieux, ils assument le très lourd et noble Ministère de Dieu, auquel je ne saurai prétendre. Dieu m’en voudrait si je jouais à cette imposture-là.
Vous comprendrez par ailleurs que je n’utilise pas le langage du syndicaliste, soucieux des intérêts de sa corporation, je n’ai pas de corporation à défendre.
Vous comprendrez aussi naturellement et très simplement que je n’utilise pas le langage du militaire, convaincu que la seule force se trouve au bout du canon, je reste convaincu de la force des arguments et du débat intellectuel.
Je n’utiliserai pas non plus le langage subtil des « experts en communication », empreint de circonvolutions que seuls les initiés peuvent décoder. Je ne saurai en avoir la prétention, moi le citoyen lambda.
Mon langage s’apparente à celui de la société civile, dont je me sens le plus proche, mais vous comprendrez là aussi, que je n’utilise pas non plus son langage de contre-pouvoir, même si je demeure que, « De l’esprit des lois », « Il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir ».

Comprenez-donc, M. Le Président, que je vous parle le langage ordinaire du citoyen indigné, en français facile.

M. Le président de la Transition,
Je le sais, nul n’a le monopole du patriotisme, et surtout pas moi, dont la vie a été celle d’un damné de la dictature du Front Populaire, de l’ODP/MT, de Blaise et des hommes forts d’alors.

Mais je ne suis pas non plus un imposteur, puisque je ressens encore cette douleur vive propre à ceux qui ont perdu des camarades, dans la caserne-torture du « Conseil de l’Entente », dont je me demande aujourd’hui, ce qu’elle devient dans la gestion de notre patrimoine commun.

Oui, M. Le Président, je ne suis pas un imposteur, car moi aussi j’ai payé ma part de martyr. Mais je suis loin, très loin de ceux qui sont morts, fauchés par les balles, morts sous les affres de la torture de certains, qui continuent de croire que la République est leur propriété, même après le 31 octobre 2014.

Oui, M. Le Président, je ne suis pas un imposteur, car j’ai vécu et je vis encore cette souffrance du damné du Front Populaire, de l’ODP/MT, de Blaise et de ses tous puissants conseillers d’alors.

Mais M. Le Président,
Un Homme n’a pas le droit de pleurnicher sur son sort. Le combat est préférable. C’est pourquoi, je me bats depuis des décennies, pour influencer le cours de l’Histoire. C’est ainsi qu’avec tant d’autres millions de Burkinabè, les mains nues, mais très déterminés, nous avons réussi à faire fuir Blaise, celui-là qui se prenait pour un homme fort, pendant que vous étiez dans votre ferme.

M. Le Président,
Après ces préalables, allons dans le vif du sujet. Mais pour commencer, je voudrais préciser que je m’adresse ici au Président de la Transition et non à votre personne : Je suis Burkinabè, comme vous, M. Le Président. Ainsi, il se trouve que vous et moi avons en commun ce pays, le Burkina Faso : son passé, son présent et son devenir. Je dis bien son devenir et non son futur.

Je suis un simple citoyen qui n’appartient à aucune chapelle politique, mais qui s’inquiète de la tournure que prend la Transition, et dont vous êtes le premier responsable, institutionnellement parlant, en tous cas.

Aussi, permettez-moi, M. Le Président de la Transition, de vous interpeller si tant est que la situation est inquiétante, très inquiétante même, au point de me faire peur.

Oui, M. le Président, les tournures que vous êtes en train de donner à notre transition me font réellement peur.
Et ma peur s’abreuve à la source de vos propos, depuis que vous occupez la plus haute fonction d’Etat dans notre pays.
Ma peur s’alimente de vos hésitations à agir véritablement dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014.
Ma peur est nourrie par votre indécision, face à des dossiers urgents comme celui des crimes politiques, économiques et de sang, celui du RSP, des réformes de l’Etat du Burkina Faso Nouveau.
C’est vrai, vous aviez averti que la Justice n’est pas votre priorité. En son temps, J’avais naïvement pensé qu’il s’agissait d’une simple blague, de mauvais goût. Et pourtant, avec le temps, je me suis rendu compte qu’il fallait considérer vos propos au premier degré.
Ma peur s’abreuve à l’aune de vos décisions inopportunes, maladroites et non averties.
Ma peur s’accroit avec l’activisme indécent et intolérable des bourreaux de notre peuple. Mais un activisme compréhensible, puisqu’ils savent et sont convaincus d’avance que vous n’entreprendrez rien contre eux, vous qui vous êtes empressés de lever la suspension de leurs partis politiques.

Oui, M. le Président,
J’ai peur parce que Notre Transition, voulue inclusive, par la seule volonté des insurgés d’Octobre, dont vous n’avez jamais été, a été et demeure mal comprise par ceux-là même dont le projet visait à confisquer le Pouvoir, de façon exclusive.

M. Le Président,
Il y a de cela cinq (5) mois, vous ne saviez pas, et moi non plus, que vous alliez être à la tête d’une Transition dans notre pays. A la chute de Blaise, les noms d’éminentes personnalités, connues et respectées dans notre pays, ont été cités, mais pas le vôtre, jusqu’à ce que Zida voit en vous la possibilité de ce qu’il faut bien admettre comme un deal politico-confessionnel à la tête de notre pays : « nous sommes de la même chapelle, je te nomme et tu me nommes ». Peut-être que je me trompe, mais Dieu Seul Jugera, Lui L’Omniscient.

Ceux qui vous ont choisi ont certainement misé sur votre âge, votre carrière de diplomate (donc votre carnet d’adresse, oubliant qu’il n’y a pas meilleur carnet d’adresse que le peuple souverain du Faso).
Ceux qui vous ont choisi n’ont certainement pas compris que les insurgés d’Octobre, majoritairement jeunes, avaient et ont toujours besoin de s’identifier à des hommes engagés comme eux, pour un Burkina Faso Nouveau.

Je profite de cette occasion pour dire à tous ceux qui proclament déjà leur victoire, d’être humbles et modestes, car les jeunes du Burkina, les insurgés d’Octobre, veulent désormais des repères positifs à la tête du Burkina Faso Nouveau, instruits qu’ils sont, du passé, des propos, des faits et gestes des prétendants à la Fonction mais aussi de leurs collaborateurs, qui pourraient devenir, sinon redevenir des tout-puissants dans ce Burkina Faso Nouveau. Comme du temps où ils étaient les hommes forts du CDP, où des villages se sont vu refuser des forages, simplement parce qu’ils n’avaient pas voté CDP. Comme si, dans l’ordre constitutionnel établi, être du CDP était au-dessus de la citoyenneté Burkinabè. Nous y reviendrons, au moment propice de la campagne électorale, parce que nous ne voulons plus que de telles discriminations se répètent au Burkina Faso d’après octobre 2014.

M. Le Président de la Transition,
Trop de petites gens ont construit des fortunes colossales, dans ce pays pauvre, en vivant de rentes indues de la République. Ils sont opérateurs économiques, fonctionnaires civiles et militaires, ou tout simplement de simples citoyens ayant usé de leur statut de proches du cercle fermé du pouvoir, pour faire honteusement du trafic d’influence et main basse sur les richesses nationales.

M. Le Président de la Transition,
J’espérais et j’espère toujours que la Transition, Notre Transition posera les balises de la redistribution équitable des richesses nationales, basée uniquement sur le mérite.
Je ne désespère que cela soit encore possible, mais avec une véritable volonté politique. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous interpeller.

M. Le Président de la Transition,
Je vous accuse de faire planer de sérieuses menaces sur Notre Transition. Dès lors, permettez alors que le simple citoyen que je suis, vous pose quelques questions.

1. En acceptant d’être candidat à cette Très Haute Fonction, ne saviez-vous pas que le Job allait être des plus difficiles, sinon très dur, au regard de la merde (excusez du terme) que Blaise à semée dans ce pays, avec l’appui de ses camarades, durant 27 ans ?

2. Pourquoi, depuis votre désignation, n’avez-vous pas instruit à votre gouvernement de présenter une feuille de route claire et lisible, pour des actions conformes à la volonté du Peuple souverain qui a dit non à la confiscation du pouvoir par Blaise ?

3. M. Le Président,
Ce refus, apparemment délibéré de votre part, de soumettre une feuille de route dès le départ, est-il fait à dessein ? Ce qui expliquerait toutes ces libertés et écarts constatés dans la gestion de la Transition.
Dans la proposition de Charte, que j’ai transmise en son temps à certains acteurs majeurs de la chute de Blaise, je proposais qu’un cadre d’intervention soit clairement défini, pour justement éviter ces libertés et écarts que nous vivons aujourd’hui et qui menacent sérieusement la Transition.

4. M. Le Président,
Depuis que vous êtes à la tête de cette Transition, trop de décisions et de propos venant de vous ont été très vite contredits, sinon simplement démentis. Et à chaque fois, à la moindre petite analyse, la triste évidence est que vos contradicteurs ont toujours eu raison.
Point besoin de revenir sur les exemples, car il y en a, et de trop, en seulement trois (3) petits mois.

Alors, M. Le Président de la Transition, pourquoi tant de légèreté au plus haut sommet de l’Etat, alors que vous nous aviez affirmé que « Plus rien ne sera comme avant » ?

5. Cette situation n’est-elle pas liée à l’inexistence d’une feuille de route claire, validée par le CNT ?

6. Ces démentis à longueur de journées, de vos propos et de ceux de vos ministres, ne sont-ils pas de nature à décrédibiliser, donc à fragiliser la plus Haute Institution du Burkina Faso, celle que vous avez l’Honneur de représenter aujourd’hui ?

M. Le Président,
La force et le poids des mots ont leurs limites et ce n’est pas dans le Burkina d’après Octobre 2014 que l’on peut encore berner ce peuple-là. Lui qui a décidé de prendre désormais son destin en main, après tant d’années de félonie, de louvoiement, d’escroquerie politique, d’indignité et de déshonneur de Blaise et de ses hommes de main, durant 27 ans.

Changez de mode de communication, M. le Président, afin de préserver l’Intégrité de l’Institution et le Respect qu’elle doit inspirer.

Vos faits et gestes laissent croire que votre seul souci est de satisfaire une certaine « communauté internationale ». Mais, en ancien diplomate que vous êtes, vous savez bien plus que moi, le citoyen lambda, qu’il n’existe pas de « communauté internationale ». Il n’y a que des regroupements géostratégiques à composantes variables et vous savez de quoi je parle. Cette même « communauté internationale », avec ses « hauts représentants », venus au secours de la victoire de l’insurrection d’Octobre 2014, se serait aussi précipitée à Kosyam pour féliciter Blaise, s’il avait réussi sa forfaiture. Comprenez donc que cette même « communauté internationale » ne pourra que s’incliner devant la volonté des peuples souverains, décidés à prendre leur destin en main, comme nous l’avons fait au Burkina Faso. C’est vrai que la résistance du peuple burkinabè, à une époque glorieuse de son histoire, semble ne pas être votre tasse de café. Mais cela fait partie intégrante de l’Histoire de notre vaillant Peuple. Vous avez le devoir d’en tenir compte pour la réussite de la Transition.

Ainsi donc, M. Le Président, des balises qui serviront de repère à la construction du Burkina Faso Nouveau, vous n’en avez cure et ce, malgré les nombreuses interpellations.

7. M. Le Président,
Aviez-vous vraiment besoin d’attendre que les partis politiques et la Société Civile vous interpellent sur les agissements de Blaise, l’arrogance et l’activisme provocateur du CDP et de ses satellites, l’indiscipline caractérisée de ces militaires en activité qui foulent aux pieds les lois de la République ?
C’est vrai, Djibrill Bassolé a annoncé qu’il est désormais libre de toute obligation vis-à-vis de l’armée. Publiez le décret et nous l’analyserons, conformément aux dispositions des lois de la République, qui ne sera plus jamais une république bananière, comme du temps de Blaise.

8. M. Le Président,
A partir du moment où les activistes du CDP vont voir Blaise et revenir librement au Faso pour s’en vanter, sans être inquiétés, qui peut encore m’empêcher de croire que cela n’est pas organisé depuis le cœur du pouvoir de la Transition ?

9. Sinon, au moment de la levée de la suspension du CDP et de ses satellites, vous aviez prévenu, que si…
Avez-vous donc déjà oublié vos « mises en garde », ou était-ce juste pour amuser la gallérie, sachant par avance que vous ne feriez rien, s’ils contrevenaient à vos « mises en garde » ?

10. M. Le Président,
Que cachent donc ce mépris et ce silence à l’égard de femmes et d’hommes par qui vous devez d’être là où vous êtes, puisque vous étiez tranquillement dans votre ferme, loin de la lutte ?

11. C’est vrai, vous n’avez jamais été un acteur du départ de Blaise, tout comme le Premier Ministre, au contraire. Tous les deux, vous avez fait vos carrières avec et sous le funeste règne de Blaise. Mais est-ce une raison, pour que le sacrifice de nos martyrs soit passé par pertes et profits ?

12. Sinon, comment comprendre cette particularité de l’insurrection d’octobre 2014, où personne, je dis bien personne, de l’ancien régime, n’a été arrêté. Bien au contraire, ils ont eu et ont encore droit à tous les égards. A telle enseigne qu’ils se permettent de narguer encore la jeunesse martyre du Burkina. Blaise a même été accompagné dans sa fuite par des soldats de notre armée, qui sont revenus tranquillement à leurs postes. Certains ont même été promus.

13. M. Le Président,
Pourquoi le temps de la Justice s’est-il donc, curieusement et subitement arrêté, pendant la Transition, alors qu’il devrait en être autrement ? Notre Transition est vraiment une particularité.

14. M. Le Président,
Pourquoi, depuis votre désignation, n’avez-vous pas instruit à tous les membres de votre gouvernement de faire la déclaration de leurs biens. S’ils l’ont fait, pourquoi cela n’est-il pas toujours publié au journal officiel du Faso ? Qu’est-ce qui bloque, où est-ce la peur de l’indignation que pourrait soulever les colossales fortunes injustement et malhonnêtement amassées par certains ministres, fonctionnaires civiles ou militaires, d’un des Etats les plus pauvres au monde, et où des enfants suivent encore les cours sous des paillotes ?
S’agit-il ici aussi, de laisser le temps passer, jusqu’à la fin de la Transition, et le tour est joué ?

De mon éducation reçue d’un père soldat (au sens de l’honneur et de la dignité), je retiens que dans la vie, il y a deux (2) catégories d’Hommes :
-  les grands Hommes (avec grand H), ceux qui s’oublient, au profit de l’intérêt général. Sont de ceux-là MANDELA, MARTIN L. KING, SANKARA, GANHDI, KWAME N’KRUHMA, et bien d’autres. Ils sont rares, mais demeurent définitivement dans le cœur des Peuples du Monde ;
-  les petites gens, qui courent derrière les villas, les vergers, les comptes bourrés à faire craquer une banque. Ils sont les plus nombreux, malheureusement, mais finissent toujours dans le déshonneur et l’oubli des Peuples.

Je prie afin que Dieu, Le Véridique, Le Juste, L’Omniscient, ramène sur le chemin de l’Honneur et de la Dignité, toutes ces petites personnes qui n’ont son Nom que dans la bouche et l’argent dans leur cœur. Peut-on avoir le mot peuple dans la bouche, quand on brasse une fortune colossale, en simple fonctionnaire, civile ou militaire, ou même opérateur économique, dans un pays aussi pauvre. La seule façon d’être honnête envers les autres, c’est de l’être envers soi-même.

15. M. Le Président,
Pourquoi, depuis votre désignation, n’avez-vous pas pris des mesures fortes, pour empêcher la fuite des capitaux et ressources des dignitaires du régime de Blaise ?
Je n’ose même plus parler de régime déchu, parce que, à l’allure où vont les choses, tout laisse croire que ce régime n’est pas déchu. C’est juste la personne de Blaise qui a démissionné de la Présidence du Faso. Et les propos tenus à longueur de journées, par certains barons du CDP et de ses satellites le prouvent.

16. Il me revient des informations inquiétantes, sur l’organisation des élections couplées (présidentielles et législatives), qui pourraient être contestées, et de façon légitime, par les artisans de la chute de Blaise, puisque vous ne faites rien pour que la compétition soit juste et équilibrée. En effet, qu’avez-vous entrepris pour cadrer ces campagnes prématurées et déguisées, de certains anciens collaborateurs et animateurs clé de la galaxie Compaoré ?
Ce n’est pas seulement le statut de Blaise qu’il faut clarifier. Il y a tous ces officiers d’active, qui font ouvertement de la politique en tenant des meetings, en se déclarant candidats à la prochaine présidentielle. Que faites-vous, M. Le Président.

17. Que valent alors les lois de la République ? A qui s’appliquent-elles ?

18. M. Le Président,
Quelle est la place du Général Gilbert Diendjéré dans le protocole de la République ? Est-il le seul Général de notre armée. Ou pensez-vous qu’il soit plus valeureux que les autres généraux de notre armée ?
Son « importance » dans le dispositif protocolaire de la république bananière de Compaoré était seulement due à son accointance avec le régime. Maintenant que « plus rien ne sera comme avant », pourquoi tant d’égards à son égard ? Ou est-ce une manière communicative de dire aux insurgés que rien n’a changé ?

Blaise n’est pas un « enfant de cœur » et nous sommes malheureusement trop nombreux au Burkina à le savoir, pour avoir subi les foudres de sa dictature et de ses compagnons de 27 ans. Pas vous, assurément, qui avez fait une douillette carrière, loin des tortures, des assassinats, des licenciements, des emprisonnements.

19. M. Le Président,
Pensez-vous sincèrement que Blaise, un homme à la rancune tenace, va tranquillement s’asseoir à Abidjan, avec toutes les ressources détournées au Peuple, et regarder la Transition se dérouler, sans chercher à prendre sa revanche sur le Peuple ?

20. Que faites-vous pour combattre la réorganisation pré et pro-élections du clan Compaoré à Abidjan ?

21. Vous évoquez très souvent des difficultés pour prendre certaines décisions. Mais, M. le Président, on est justement Responsable pour prendre des décisions dans des situations difficiles, sinon, on ne l’est pas.

22. Je ne rentrerai pas dans ces indécents et macabres décomptes de militants-morts ou de morts-militants. Pour moi, tous ceux qui sont tombés sous les balles assassines de Blaise et de ses hommes de main, sont des Burkinabè.
Pensez-vous que ceux-là qui ont perdu des êtres chers, des proches, des frères, des camarades, des amis, leurs collègues,
Pensez-vous que ceux-là qui sont à jamais handicapés,
Pensez-vous que ceux-là qui se sont battus pendant que vous étiez dans votre ferme,
Pensez-vous sincèrement que tous ceux-là vont longtemps accepter d’être les dindons de la farce, une farce d’ailleurs mal écrite ?

23. M. Le Président,
Pensez-vous que l’inoubliable spatule de la Femme Burkinabè dans les rues de Ouagadougou, c’était juste pour s’amuser ?

24. Le Burkina court vers le danger, et il se trouve que vous en êtes le Président. Que faites-vous, M. le Président ?
Proposez-nous rapidement un « contrat politique » qui s’inscrive dans l’esprit et la lettre de l’insurrection et de la Charte. Sinon, nous n’arriverons pas tranquillement aux 11 octobre, comme vous le pensez.
Trop de nuages s’amoncellent dans le ciel du Burkina, un ciel pourtant dégagé par les insurgés d’Octobre 2014.

24. M. Le Président,
Voulez-vous un exemple ?
En voici un : A peine créée, voici que la Commission de Réconciliation Nationale et des Réformes enregistre déjà la démission d’un de ses membres éminents.
Pourquoi alors créer des commissions, en les vidant de leurs raisons d’être ?
La démission de M. Siaka COULIBALY vous interpelle.
Je vais m’arrêter là, car les questions sont trop nombreuses, et toutes aussi importantes les unes que les autres, et je ne pourrai pas les épuiser dans cette première interpellation.
Mais avant et …

25. … Pour terminer, je voudrais savoir, M. le Président, ne saviez-vous pas qu’il ne s’agissait pas d’occuper seulement le fauteuil, mais de faire le job, de remplir la fonction ? Et cette fonction-là n’est pas une sinécure, mais un sacerdoce.

Votre leitmotiv semble être pourtant d’attendre tranquillement d’organiser les élections. Mais, M. le Président de la Transition, Blaise aussi a organisé plusieurs élections, mais pour quels résultats. Ce qui m’intéresse (car je parle en mon seul nom, mais il se peut que des millions d’autres Burkinabè se reconnaissent en mes propos), ce n’est pas tant l’organisation des élections, mais les balises que cette Transition doit poser pour un meilleur devenir du Burkina Faso.

Ce que nous voulons, c’est de transformer la gouvernance de la démocratie électorale de Blaise en une gouvernance de démocratie de service pour un Burkina Faso nouveau : posez donc les balises, et les bonnes, pour le devenir du Burkina Faso.

C’est pour cela que vous avez été désigné, PRESIDENT DE LA TRANSITION.

M. le Président, aux heures chaudes pré-insurrection, j’ai personnellement adressé une correspondance à tous les « honorables » députés, individuellement, à travers l’adresse mail de chacun d’entre eux, leur demandant de rentrer positivement dans l’Histoire du Burkina, en refusant d’être parqués dans un hôtel, comme du bétail qu’on envoie à l’abattoir. Je leur demandais simplement de refuser de participer à la forfaiture de Blaise. Je n’ai pas été suivi, car beaucoup d’entre eux croyaient encore en l’étoile de leur petit dieu Blaise.

Le jour de l’insurrection, je leur ai adressé une dernière correspondance, appelant à leur responsabilité de décideurs du jour. Je n’ai pas aussi été suivi. Les plus dignes d’entre eux vivent encore cette humiliation.

M. LE PRESIDENT, LA SITUATION EST GRAVE, TRES GRAVE MEME.

Il vous faut agir, et vite. Et pour cela je vous propose mes conseils ci-après :

1. Dites vivement à Alassane OUATTARA de rappeler Blaise à ses obligations de réserve, qu’il y ait été reçu en ivoirien par alliance ou en réfugié Burkinabè. Sinon rappelez notre Ambassadeur. Il comprendra que c’est plus que sérieux.
2. Instruisez au Gouvernement de nous proposer « un contrat politique », à travers une feuille de route claire, dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014.
3. Accélérez le temps de la Justice, en instruisez aux magistrats commis à la tâche, de rouvrir les dossiers pendants, d’ouvrir les enquêtes comme cela se doit dans tout état de droit dès qu’un citoyen n’est pas mort de « mort naturelle ».
4. Lancez un mandat d’arrêt international contre Blaise et tous les membres de la Galaxie Compaoré. Les magistrats du Burkina post-insurrection savent bien qu’il y a suffisamment d’arguments pour le faire.
5. Interdisez de sortie du territoire (par mesure conservatoire), tous les responsables (anciens comme nouveaux) du CDP et de ses satellites. Vous avez suffisamment d’arguments pour mettre à exécutions vos « mises en garde », quand vous leviez la suspension de leur parti et de ses satellites.
6. Suivez les mouvements des comptes des barons de l’ancien régime.
7. Dites aux activistes du CDP et de ses satellites d’arrêter de provoquer le peuple meurtri, car les douleurs des morts et des blessures sont encore vives, de par leurs fautes.
8. Rappelez à l’ordre, tous ces militaires indisciplinés qui continuent de bafouer les lois de la République, comme ils l’ont toujours fait, sous le régime de Blaise.
9. Instruisez la publication des biens des membres du Gouvernement dans le Journal Officiel du Faso
10. Honorez la mémoire de nos martyrs par des actes et non des mots et des promesses jamais tenues.
11. Prenez votre « communauté internationale » à témoin, en écrivant à la CEDEAO, à l’Union Africaine, au Nations Unies, ce machin du Général De GAULE.
12. Interpellez les sages du Faso que sont les chefs coutumiers, les leaders religieux, sur leur rôle de modérateurs de la société, afin qu’ils préviennent l’orage qui s’annonce.
13. Tenez un Conseil extraordinaire des ministres, pour montrer la gravité de la situation afin de prendre les mesures qui vaillent.
14. Parlez le langage de la vérité au Peuple, puisque vous êtes déchargés des calculs mesquins, indécents et pesants d’une élection, puisque vous ne pouvez pas vous présenter à la prochaine présidentielle.
15. Parlez à la nation, à travers un discours avec des engagements forts et des propos vrais et justes.

M. LE PRESIDENT DE LA TRANSITION, REVENEZ ET AGISSEZ DANS L’ESPRIT DE L’INSURRECTION D’OCTOBRE 2014.

IL N’EST PAS ENCORE TARD.

Travaillez à avoir le Peuple avec vous. Et Ensemble, nous réussirons, car, l’insurrection d’octobre l’a bien montré : RIEN NE PEUT S’OPPOSER A LA VOLONTE POPULAIRE, MÊME PAS LES HOMMES FORTS.

TRES SINCEREMENT, M. LE PRESIDENT DE LA TRANSITION.

Aly Teyéni MANA

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 mars 2015 à 19:21, par veritas
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    bonsoir

    Personnellement et aux autres internautes qui lirons ce message
    le paragraphe ou il dis que blaise a semer de la merde je suis fort etonne que lire ceci
    cependant j ai plus des 27 ans de blaise qui a couverne ce pays et je tiens a dire que je suis pas une merde . quand ce mr emprunte les routes de ouaga , ou qu il est l ectricitite ou l eau et des infrastructures sanitaires et qu il parle de merde : j invite tout le monde a lui dire merde
    ooooppps desole pour le language

    cdt

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 19:43, par CibalXXX
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Belle analyse, souvent dure mais bon ce n’est pas ça le plus important au stade où nous sommes.
    Je suis d’avis avec vous que le président pense éluder tous les problèmes jusqu’à l’élection mais je crois qu’il se trompe car cette manière de faire va conduire au désastre.
    Je ne doute pas de la bonne foi du président, je crois seulement qu’il manque de courage (ironie du sort, le président des Burkinabè semble manquer de Burkindi, èh Wend Na songdo).
    Mr le président soyez humble et puisez dans cet article ce qu’il y a de bien et Dieu seul sait qu’il y en a. . Rappelez-vous Sankara qui est et demeure dans nos cœurs pour avoir eu le courage de dire ce qu’il pense et de s’aligner avec le peuple, le vrai. Ne faites pas de l’équilibrisme ça ne va pas marcher et vous êtes trop âgé pour cela.

    Pour paraphraser un grand penseur je dirais que : Ignorer ce n’est point grave, mais refuser les alertes et les signes annonciateurs du temps persister dans l’ignorance comme Blaise est suicidaire. Sachez Mr le président que si vous n’y prenez garde, vous risquez de laisser à la postérité une image bien pire que celle que Blaise a laissé. Donc agissez et agissez, vous qu’a même notre président.

    Bonne chance, puisse le seigneur dans sa grande miséricorde vous éclairer.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 19:49
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Je demande au porte parole du gouvernement de faire lire ce qui y dit à Michel KAFANDO car à mon humble avis c’est ce qui est vraie et que des gens refusent de voir la verité.La vérité que BLAISE et ses gars ont refusé de voir et ont passé le temps a croire que ce sont les opposants de l’epoque qui nous instrumentalisaient contre son pouvoir.Il faut que les gars sachent que nous la jeunesse d’aujourd’hui sommes plus que jamais pret à dire la vérité au prix de notre vie.et si rien ne change,je dit encore que nous n(allons pas attendre à ce que les propos de BADO se realise mais nous allons une fois de plus nettoyer.
    Et je puisse rassurer les uns et les autres que ce nettoyages ne donnera plus l’ocasion à un quelconque bouffons de pavaner et se foutre de la republique.
    Webmaster PLEASE LETS GO

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:33, par ACHILLE DE TAPSOBA
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Merci pour cette belle inspiration Mr Aly MANA et soyez fiers d’être un valeureux fils du pays. C’est très parfait. Je n’ose pas ajouter ce délicieux article quelque chose car Mr Aly tout est très bien dit .
    L’insurrection populaire n’est que l’expression de la somme arithmétique des injustices perpétrées pendant 27 ans de règne chaotique de Blaise et ses apôtres du pouvoir à vie en d’autres termes la fin fatidique de la mal gouvernance des Frères Compaoré .

    Nous avons exposé nos poitrines aux balles assassines le 30 et 31 Octobre 2014 pour faire fin au royaume Compaoré où étaient exclusivement invités à son festin les griots-chanteurs des louanges de la famille Compaoré . Ce régime avait pour principal outil de travail le mensonge et l’ élimination physique de tout ceux qui s’opposaient à leur pouvoir à vie.

    Heureusement le BRAVE PEUPLE BURKINABÉ A PU REMPORTER LA PLUS BELLE VICTOIRE DE SON HISTOIRE SUR L’AXE DU MAL(les révisionnistes potentiels) attirant du même coup l’admiration du monde entier. Que Le SEIGNEUR soit loué car IL EST JUSTE ET BON.

    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A TRAVAILLER DANS LE SENS DE LA VÉRITÉ
    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A TRAVAILLER POUR LA MÉMOIRE DES MARTYRS
    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A TRAVAILLER POUR LE BRAVE PEUPLE.
    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A ARRÊTER LES PERTURBATEURS DE TRANSITION ET LES ÉCHÉANCES ÉLECTORALES A VENIR

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:36, par bic
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    toutes mes félicitations mon frère ! Rien à dire ! Cette transition fait tout comme avant ! Avec 30 morts pour que eux ils viennent au pouvoir, aucune arrestation !Même pas ceux qui ont tiré à balles réelles sur les jeunes !!!! m^me pas un mandat d’arrêt( ne serait-ce que pour la forme) international contre la dynastie Compaoré aux mains tachées de sang (physique, économique) FOUTAISE !!! Rien ! Ces gens là servent le CDP ! Ce(Kafando & Zida) sont des pions de Blaise ! C’est un club d’usurpateurs imposteurs !!!!!!
    S’ils sont garçons qu’ils arrêtent l’autre général on va voir !!!! Zida vous attendez quoi pour changer Hôpital Blaise Compaoré en hôpital Hama Arba DIALLO ?Avez-vous oublié celle promesse que avez faites début novembre 2014 ? Cette révolution là n’est pas finie ! le meilleur est à venir

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:36, par Bb
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Tres belle analyse ! Merci Mr Mana pour ce role de veuille ! Je suis entierement d accord avec vous car vous avez souleve des points tres importants ! J espere que le President en tiendra compte et prendra des mesures en consequence pour conduire la transition avec succes !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:38, par Tché de paris
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Mes félicitations monsieur MANA tout est dit j’espère que vos conseils seront entendus et appliqués par monsieur le président Michel KAFANDO qui est un homme très expérimenté et intelligent car rien ne sera comme avant selon lui même il faut des conseils à certains éléments du CDP tel que les Salia et consorts car ils risquent de regretter fort s’ils ne font pas attention à leurs paroles qui mettent en colère la population qui souffre encore de leurs morts lors de l’insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:38, par Bernard Luther King
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Merci d’office pour votre prosodie chirurgicale. "Comment reussir la Transition dans l’esprit de l’insurrection des 30 et 31 Oct 2014 ?" La plus belle question de tout le temps de la Transition Burkinabè. La reponse à cette question s’affiche comme un levier de redressement, le levier même du redressement de notre Transition. Je suis sur le point de perdre ESPOIR et de m’en tenir à ma solution radicale : Changer de paradigme, Quitter le paradigme de la querelle eternelle entre la Marmite et la bouilloire, les gouvernants et les gouvernés, celle-là toujours accusant celle-ci d’être NOIRE. Ne faut-il pas militer pour un autre paradigme en vue du vrai changement ? Se combattre soi-même avant d’en exiger des autres ? C’est ma proposition en face de ce MIRACLE de RETOUR du CDP. Sans quoi nous semblons condamnés.
    Pour une fois au moins, il nous faut rendre hommage à l’ HYPOCRISIE si tant est Gilbert Noel Ouedraogo s’y adonne. Voilà une hypocrisie qui a du merite, ne serait-ce que le respect du silence en la memoire de nos martyrs.
    Merci et Re-merci Aly Teyeni Mana !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 20:58
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Bien dit mon frere, la transition voit les nuages sur lr Faso et font comme si de rien n’etait. Mr le President, agissez a temps sinon...

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:07, par ACHILLE DE TAPSOBA
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Merci pour cette belle inspiration Mr Aly MANA et soyez fiers d’être un valeureux fils du pays. C’est très parfait. Je n’ose pas ajouter ce délicieux article quelque chose car Mr Aly tout est très bien dit .
    L’insurrection populaire n’est que l’expression de la somme arithmétique des injustices perpétrées pendant 27 ans de règne chaotique de Blaise et ses apôtres du pouvoir à vie en d’autres termes la fin fatidique de la mal gouvernance des Frères Compaoré .

    Nous avons exposé nos poitrines aux balles assassines le 30 et 31 Octobre 2014 pour mettre fin au royaume Compaoré où étaient exclusivement invités à son festin les griots-chanteurs des louanges de la famille Compaoré . Ce régime avait pour principal outil de travail le mensonge et l’ élimination physique de tout ceux qui s’opposaient à leur pouvoir à vie.

    Heureusement le BRAVE PEUPLE BURKINABÉ A PU REMPORTER LA PLUS BELLE VICTOIRE DE SON HISTOIRE SUR L’AXE DU MAL(les révisionnistes potentiels) attirant du même coup l’admiration du monde entier. Que Le SEIGNEUR soit loué car IL EST JUSTE ET BON.

    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A TRAVAILLER DANS LE SENS DE LA VÉRITÉ
    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A TRAVAILLER POUR LA MÉMOIRE DES MARTYRS
    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A TRAVAILLER POUR LE BRAVE PEUPLE.
    - NOUS INVITONS LA TRANSITION A ARRÊTER LES PERTURBATEURS DE TRANSITION ET LES ÉCHÉANCES ÉLECTORALES A VENIR

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:11
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Je me reconnais en vos propos frère MANA.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:21, par Amadoum
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Pour une des rares fois, j’utiliserai l’expression burkinabe, "c’est du clair". Mais la partie qui m’a plu le plus, c’est le point 14 ou M. Mana parle des 2 categories d’hommes, surtout le groupe des petites gens. Elles font legende a Ouagadougou ; se pavanent et polluent la ville, aussi litteralement qu’au sens figure.

    Un article a copier et partager avec les amis.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:24, par škrábání
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    que bon Dieu transmet cette verité au president de la transition qui a presque oublier sa mission .

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:30, par zemosse
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Très belle analyse.je suis convaincu que ces deux larrons a la tête du Burkina sont des torpilles qui se jouent du peuple burkinabé .j’invite les burkinabé a se préparer a déjouer leur manoeuvre.Suivez les prochains états généraux de la justice et vous serez fixé une bonne fois pour toute. Ils seront démasqué a temps car le Peuple est toujours victorieux.il y’a des signes évident qui atteste que ces deux larrons sont des Machiavel démoniaque.Dieu sera toujours aux côté du Peuple Burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:51, par irene
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    ATM merci beaucoup pour cet écrit. Vous avez dit exactement ce que tous les hommes intègres pensent aujourd’hui de la transition, ce machin. La transition nous mènera a la catastrophe. Des irresponsables et des incapables... De jours en jours vous devenez notre honte, vous estompez la flamme qui brillait de ses mille feux le 31 octobre14.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:51, par kobnaaba
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    j’espère sincèrement que le Prési. lise cette interpellation et qu’il en tienne compte !

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 21:54, par bkuis
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    ce fu un ouf de soulagement quant j’ai lu cet article.vraiment je suis satisfait a 1000 sourcent rien quant vous lisant.
    belle analyse
    vous maitrisez parfaitement la situation nationale
    l’heure est grave très grave
    ce président n’a rien compris dans l’esprit de l’insurrection
    Blaise et ses vautours le narguent
    ils se foutent de son titre de président
    mr le président ouvrez l’œil et le bon
    vous êtes entrain de négocier le temps et on a tous compris ça,

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 22:21, par B
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Tchrrrrrrrrrrrrr ! Du n importe quoi CDP par ci CDP par là. Comme le president ne fait rien, va prendre sa place et tranche la tête du CDP.

    Répondre à ce message

  • Le 16 mars 2015 à 22:45, par LeBeauBlaise
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Merci mon frère. Vous avez tout dit et avec la manière. J’ai les larmes aux yeux pour m’être rendu compte que j’ai risqué ma vie les 28, 30 et 31 octobre pour rien, par le fait de quelqu’un qui était pénard dans sa ferme. KAFANDO était mon candidat mais dommage il a finit de me décevoir.
    SI je dois ajouter un 26ème point, je dois dire : Mr le Président : si vous ne pouvez pas assurer la transition selon l’esprit de l’insurrection, alors démissionnez !!!
    Seigneur Dieu Tout Puissant, aide le peuple du Burkina Faso, ne l’abandonne pas une seule seconde.
    AMEN

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 01:15, par Sidpasata Veritas
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Cette lettre et la situation actuelle me rappellent la période pré-insurrection où on lançait des avertissements de toutes sortes à Blaise et à ses amis au pouvoir et que ceux-ci ignoraient tout et faisaient comme si de rien n’était.
    Si le président actuel n’écoute pas bien le peuple des insurgés, la Transition pourrait être stoppée par une nouvelle insurrection qui s donnerait pour but d’achever la révolution, directement par l’action populaire. A bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 03:16, par Adama Kabore dit Verute Tchapi
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Merci mon frere. le faon , quand il est entoure par une meute de chiens et par des chasseurs, lance toujours un cri strident. Ce n’ est pas parce qu’ il a peur de la mort. C’est juste pour dire aurevoir au dieu de la brousse. Cet ecrit d’ anthologie est a prendre au serieux par tous ceux qui aiment vraiment ce pays. Notre Transition n’ est pas a la hauteur de la transition. Celui qui ne voit pas cela refuse de voir. Tout court.

    Merci encore une fois de plus.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 06:47
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Quand Michel a été choisi president de la transition, j’ai boycoté la télé, la radio, et les journaux pendant une semaine, juste pour ne pas en entendre parler ou en lire ; car "ayant travaillé avec lui", le connaissant un peu donc, je savais qu’il n’était pas l’homme de la situation ; hélas ! Je suis entrain d’avoir raison...

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 07:53, par kankélétigui
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Merci mon cher, y arien à ajouter, merci pour ces vérités dans un langage poétique qui n’a rien à voir avec les langages de tous ces politiciens, chefs réligieux et autres !! c’est vrai les 30 et 31 octobre, nous avons donné nos poitrines et voilà que ceux qui étaient tapis à quelle part dans leur ferme ont rafflé la mise !!!
    mais mr le président si vous ne pouvez pas démissionner car le peuple ne vous pardonnera pas d’avoir été complice de la confiscation de son pouvoir !! quant au permier ministre depuis le jour qu’il a fuit aller se refugier chez le mogho naba, ila perdu toute crédibilité, il n’a plus de couilles pour diriger notre transition !!! encore merci Aly

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 08:03, par Thién
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Bien vu et bien dit !
    Je crois que ces "plaisantins" n’ont rien compris et risquent d’avoir un réveil douloureux !
    Je crois que tous ceux qui sont sortis durant ce soulèvement n’accepteront jamais que cette insurrection soit sabordée de cette manière !
    Ce serait faire une injure grave à notre intelligence collective !
    Alors, que Zida et son "homme de main" de président, se reveillent sinon il n’est pas trop tard pour les remplacer afin de terminer le boulot !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 08:35, par Un soldat patriote
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Ne vous inquiétez pas j’avais dis le 20 octobre que c’est le destin de Blaise qui l’amène à être têtu jusqu’à ce point mais comme il n’a pas été châtier et que ceux qui sont responsable de notre malheur reviennent nous dire qu’ils ont toujours le pouvoir(à en croire Salia SANOU) depuis hier soir nous nous réorganisons et croyez moi je le souhaite pas mais il y aura forcement une guerre civile au Faso.Voici des gens(KAFANDO&ZIDA) qui n’ont rien fait avant et pendant la crise pour nous empêcher cette situation, au lieu de nous être redevables ils encouragent même des criminels à nous narguer. Les choses vont aller plus vite que ce que certains imaginent d’ici là et on verra si certaines bouches ne vont pas être tu à jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 10:35, par Leforgeron
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Le président devrait s’inspirer de cet écrit pour se mettre en phase avec le peuple. La transition est l’expression de la volonté du peuple . Celui qui accepte de la conduire doit agir en tenant compte des aspirations de ce peuple. A régime rectificateur, insurrection populaire et justice populaire. Il faut donner quelque chose au peuple M. le président. Souvenez-vous, pour à peine 400 millions de fonds spéciaux a lui alloué sur 4 ans, le Vieux LAMIZANA, Général en son temps et président de la république a comparu devant les TPR. Aujourd’hui, un Lieutenant de notre "armée d’élite" (différent d’un lieutenant de l’armée régulière, il faut le dire) vaut au bas mot "un guiro". Où est la justice, M. le président !!!!!!!!!??? Le peuple veut sa justice et vous devez la lui rendre. Il vous suffit pour cela comprendre que vous êtes issus du peuple, à moins que vous ne nous démontrez le contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 11:39
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    VIVEMENT QUE MR LE PRESIDENT KAFANDO LISE CE TEXTE ET LE PRENNE EN CONSIDERATION. CELA REMETTRAI LA TRANSITION SUR LA BONNE VOIX. MERCI MR MANA.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 11:50, par fasobiga
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    A cette allure donc on va chasser tous le monde du Burkina ? qui n’est pas Burkinabè alors si nos frères ont fauté on les amènent a la raison et notre vie Africaine continue. ou bien ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 11:52, par Un patriote africain
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Voici ce que cela signifie d’être un HOMME, un vrai, et un Homme Africain, car ainsi parlait autrefois nos anciens.
    Vous avez en tous les points de vue traduit mes nobles inquiétudes vis-à-vis de cette concussion d’un président de la transition et de son gouvernement qui nous démontrent tout crânement qu’ils roulent PIAN pour blaise parce que tout ce qui se fait et s’entreprend ne va qu’à l’encontre de l’insurrection populaire ; ils ont volé l’insurrection populaire pour surtout NOUS NARGUER. MAIS COMME VOUS L’AVEZ SI ÉLOQUEMMENT RÉVÉLÉ, IL FAUT QUE CELA S’ARRÊTE.
    Je puisse vous témoigner toute ma gratitude pour cet écrit d’une rare ET PROFONDE SINCÉRITÉ de votre vision et engagement pour les peuples AFRICAINS qui ont trop souffert.
    Il faut que cela CESSE. Je vous rassure que les peuples africains sont éveillés, ils ont si souffert qu’ils sont en veille permanente sur tout ce qui se passe en Afrique, sur la gestion que les VALETS de l’impérialisme »sa communauté internationale » comme vous l’avez si bien dépeint, fait. Elle accourt pour prêter main forte à qui est présent pour servir leurs intérêts sur le dos des PEUPLES. michel kafando et isac yacouba zida m’ont convaincu qu’ils sont des pires ennemis du peuple burkinabé, en se sens qu’ils sont aux ordres de blaise et de l’impérialisme rampant à nos pied.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 11:59, par AYO
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Pas la peine de faire confiance au Président Kafando. Il n’a pas le courage de diriger le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 12:00, par wayirmin
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    camarade veritas
    interprétation est libre à tous
    cependant je ne suis pas d’accord avec vous car dire que "blaise n’a semé que la merde pendant 27 ans" veut simplement dire que sa gestion de la chose publique de ce pays a été de la vraie merde. Alors ne ramener pas cela à vous.
    Je peux me tromper et je m’en excuse.
    travaillons à ce que notre chère patrie soit une havre de paix.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 12:19, par P-Davis
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Vraiment, une très belle analyse... à lire, relire et faire lire !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 13:17, par biriki
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    J’ai toujours admiré le courage et la vérité. Quand l’intelligence s’y ajoute, je dis bravo. Donc bravo Mana.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 13:43
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Sublime ! "Que ceux qui ont des oreilles pour entendre, entendent".

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 15:01, par Burkindnoma Sawadogo
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Si le CDP revient au pouvoir ne cherchez pas loin,tout est mis en œuvre pour son retour et ce grace à la Transition.Beaucoup de fonctionnaires sont sortis les 30/31 Octobre parce qu’ils etaient victimes de l’injustice(injustice liée a la loi 13) et de la gestion arrogante et discriminatoire des Chefs de service.Le secteur privé a participé parce qu’il y a injustice dans la chose commerciale et autres.Les populations ouvrières également parce qu’il y avait injustice et ils souffraient de manque de protection quant à leur santé,securité,education.Tous ces maux réunis ont donné naissance a l’Insurrection.Dites-moi alors ce qui a eté resolu dans la Transition.Ce qui fait dire que "nous n’avons pas pétrole mais nous avons BLAISE" va se justifier et que si le CDP réorganise ses troupes je vous assure qu’il va surprendre.Mais si la TRANSITION s’était attaqué aux problèmes réels les gens vont dire que le Pays pouvait faire mieux et qu’il n’ y avait pas de volonté. Et l’alternance souhaitée serait possible.Mais sincèrement cette situation déçoit.Je vous invite à reflechir les propos de SALIA c’est plein de sens meme s’il est malcauseur

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 15:18, par gondwanais lamda
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    En lisant cet article, j’avais les larmes aux yeux, tellement il est poignant. Des gens ont mis en danger la cohésion sociale sans être inquiétés. Le minimum c’est de les interpeller et que la justice statue pour voir qui doit être sanctionné ou pas. Mais non, c’est des conseils de ministres inutiles qui nous sont servis chaque fois sans aucune décision allant dans le sens de l’esprit de l’insurrection d’Octobre. C’est pitoyable. A cette allure une autre insurrection est à craindre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 15:25, par sandokan
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    La trajectoire actuelle de notre transition semble avoir été pensée, décidée et dessinée, par une poignée d’individu, le jour même de l’insurrection populaire pendant que le peuple était partagée entre larmes, face à l’agonie de nos martyrs, et victoire avec la chute du régime de Blaise. Pour mieux comprendre cela, revoyez certaines têtes de la CRNR, décryptez leur parcours d’avant insurrection, notamment les rapports qu’ils entretenaient avec Blaise COMPAORE. Enfin, remémorez-vous la manière dont le Président a été désigné. Laissez le Président tranquille, il est l’otage d’un système qui est plus fort que lui et que le peuple a laissé s’installer par manque de vigilence. "Le crime" du Président actuel est qu’on lui a imposé de décréter très tôt l’inclusion dans le dessein de ce que nous vivons en ce moment.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 15:49, par Burkindnoma Sawadogo
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Est-ce en négociant avec la Communauté Internationale on ne peut pas ramener les Elections en fin Avril 2015 ?Je veux que la TRANSITION parte et laisser l’archevêque et son equipe continuer les Reformes.Dans tous les pays où l’injustice,le mensonge,l’amour et le manque de compassion font bonhomme de chemin ces pays souffrent.Le recours que moi je voie c’est de confier notre pays à un collège de Religieux et de Coutumiers toute tendance confondue.Catholiques,Musulmans,Protestants,Animistes s’il vous plait initier un projet dans ce sens c’est très important.De cœur je vous le demande.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 15:53, par KAMBIRE
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    wunderbar ! comme disent les Allemand, c’est comme si tu as regardé dans mon cœur pour parler au Président KAF. Quand je le regarde conduire la transition, j’ai l’impression qu’il travaille à ramener à zéro tout le sacrifice consentit par la jeunesse intègre pour faire fuir Blaise afin de mettre le Faso sur les rails de la démocratie, de la justice, de la vérité et du développement .Notre lutte sera vaine si on fait entièrement confiance à Michel KAFANDO et à Yacouba I. ZIDA ce sont des amis déguisés de Blaise COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 16:20, par Naboho Lassina
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Je crois que, tout ce qu on attend , du P.F. est dit , très bien dit et bravo ! Le peuple avisera . merci

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 16:46, par Le Yeh
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Très bonne analyse Mr Mana et je demande à Mr le Président de s’en inspirer du contenu de l’appel, sinon...

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2015 à 18:15, par Elu
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Mr Mana chapeau.
    Moi je veux m’adresser à mon Président j’allais dire à Notre Président
    Mr le Président vous devez à votre âge faire don de votre vie pour le bien des générations à venir. Mais je constate que vous avez peur des menaces de Blaise de son Gl qui vit à Kosyam comme si c’était construit pour lui.
    Je suis triste de savoir que toutes ses bonnes réflexions sont balayées par des rêveurs dont le PF lui même. Je ne dis pas que Mana a le monopôle de la vérité ou que Notre Président ne sais pas ce qui est résumé ici. Je souhaite tout simplement que MR KAFANDO et Mr ZIDA ne regardent pas aux avantages et bafouer leur peuple.
    Vous ne devez pas non plus croire que la machine de Blaise et de son Gl est plus puissante que Dieu et le peuple non !!!!!
    Vous avez des avantages aujourd’hui ? OK Blaise en avais plus hier. a bon entendeur ?
    Je saisi cette opportunité pour encore m’adresser à Tonton Blaise de l’autre côté. il faut savoir UN JOUR s’arrêter quand Dieu te donne tant d’occasions car un jour ce ne serra plus possible.
    J’invite Blaise que je sais lis à dire aux faux politiciens d’avancer sans lui car il reconnais ses erreurs. il faut parler Blaise sinon ngow !!! Dis à tes danseurs d’arrêter car le bal est terminé.
    sinon tu serras dans de sales draps plus tôt que tu ne le crois.
    Je souhaite m’adresser à ZIDA. Cher PM tu as été aimé par le peuple mais pourquoi tu as été aussi vite vomi par ce même peuple ??
    Dieu qui t’a donner ce poste est ce que tu le consulte ???
    Aux membres du gouvernement je demande de savoir contredire et même qu’il faut contredire pour bien construire. Vous êtes de sages et grandes personnes alors sachez réagir et même démissionner s’il le faut.
    Un élu

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2015 à 15:09, par pardon
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Le problème du BURKINA c’est que les gens ne sont pas sincères.Pour mériter la Grace de DIEU et avoir un pays béni il faut les gens aient de la Compassion.Quand quelqu’un trouve son plaisir dans voir son semblable souffrir cette personne rencontrera un jour la souffrance et meme une seconde de souffrance depasse 50 ans de vie pleine de souffrance.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 00:38
    En réponse à : Transition : M. le Président, revenez et agissez dans l’esprit de l’insurrection d’octobre 2014

    Pour ma part, je ne suis qu’un petit type et je n’ai pas fait l’université de Princeton ( seulement l’université de Ouaga) mais j’ai le minimum pour comprendre les choses et on savait depuis le début que Zida et Kafando ne sont pas du tout sérieux, c’est un complot contre le Burkina avec la complicité et la naïveté des partis politiques et de certaines OSC. Effectivement, le pays est en danger et si vraiment ceux qui ont encore un minimum de burkindi ne se réveillent pas, le pays sombrera dans la guerre civile pour le bonheur de Blaise et des Kafando.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés