Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

mercredi 11 mars 2015 à 23h24min

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Camarades étudiantes et étudiants,
Depuis l’application des Programmes d’Ajustement Structurels (PAS) dans les années 1990, la situation des étudiants des universités publiques n’a cessé de se dégrader d’année en année au point de devenir aujourd’hui catastrophique :
-  Manque criard d’infrastructures,
-  Manque d’enseignants,
-  Contingentement des allocations (Bourses, Aide)
-  Contingentement des repas,
-  Aide à 175 000F CFA/an alors que la vie est de plus en plus chère…

Tout est à la charge des étudiants dont la grande masse est sans revenu (frais de déplacement, frais de restauration, frais de photocopie des cours, frais d’inscription…).

L’application du système Licence-Master-Doctorat (LMD) depuis 2009 a accéléré la dégradation des conditions d’études des étudiants. Avec le système LMD, c’est un retard criard qu’on observe avec plusieurs calendriers universitaires par an, des années académiques cycliques sans tête ni queue.

Camarades étudiantes et étudiants

Face à cette situation, l’ANEB organisation authentique de défense des intérêts matériels et moraux des étudiants a mené plusieurs luttes pour l’amélioration des conditions de vie et d’études des étudiants. En janvier 2015, en Assemblée Générale Extraordinaire (AGE), elle a adopté une plate-forme revendicative (PFR) qui a été déposée auprès des autorités universitaires. Ces autorités se sont empressées de rencontrer l’ANEB sans pour autant faire des propositions concrètes pour la satisfaction de la PFR. Une fois encore en AGE, les étudiants après analyse des réponses des autorités universitaires, ont décidé d’un mot d’ordre de grève de 48 heures les 25 et 26 février 2015 et le comité exécutif a eu un quitus pour entreprendre toute action dans le sens de la satisfaction de la PFR. Les 48 heures ont été un succès et depuis les autorités universitaires sont restées sourdes et muettes face à la mobilisation des étudiants. Cette situation de mépris vis-à-vis de nos revendications justes et légitimes exige de nous plus de détermination et de persévérance dans la lutte pour la satisfaction de la PFR. C’est pourquoi l’ANEB appelle l’ensemble des étudiants de l’Université de Ouagadougou et de Ouaga2 à observer un mot d’ordre de grève de 48 heures les 12 et 13 mars 2015 avec un sit-in à la présidence de l’UO le 12 mars de 7h à 11h pour exiger la satisfaction de la PFR.

Non aux conditions de vies exécrables !
Non au bâclage de notre formation !
Mobilisation et action pour la satisfaction de notre PFR !
Le comité exécutif

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 mars 2015 à 23:42, par ancien distributeur de tract ugeb
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Nos étudiants auraient ils perdu leur capacité d’analyse et surtout leur bon sens ???? Ou et comment voulez vous que la transition trouve l’argent pour vous satisfaire ??? Vous ferez mieux de rester dans les amphis , terminer vos deug, licence et aller sur le marché de l’emploi ! les vrais sont à venir- après octobre 2015 ! Mettez ce temps à profit pour bosser !!!
    QU’IL EST LOIN, LE TEMPS DE GLOIRE DE L’UGEB/ANEB, le temps ou cette structure était le modèle et la référence pour tous les étudiants d’Afrique francophone !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 09:24, par fredo
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Cher "ancien distributeur de tract UGEB", vous manquez vraiment de bon sens dans votre réaction aux revendications légitimes des étudiants. Si aujourd’hui le Burkina vit une transition et les burkinabé se satisfont du départ du régime Compaoré c’est en partie grâce aux étudiants. Et cela a été une lutte de longue date. Et il est bon que vous sachiez raison garder dans vos récriminations. Faites un tour à l’Université vous comprendrez mieux les conditions difficiles des étudiants. Quand vous leur demandez d’aller sur le marché de l’emploi après leur DEUG ou leur Licence, vraiment ! Si vous saviez seulement que moins de 10 000 postes sont disponibles par an pour environs 600 000 candidats en augmentation d’ailleurs d’année en année vous ne poseriez pas une telle réflexion. Du reste je vous comprend car votre réflexion répond à une certaine logique longtemps défendue par breton wood mais qui a échoué. La jeunesse actuelle revendique légitimement son droit à la formation de haut niveau aussi et dans des conditions acceptables. A votre temps vous avez peut être eu de la chance qu’au sortir de l’université les postes vous attendaient. Et je suis presque certains que si vous étiez aujourd’hui de cette génération, les chances que vous ne réussissiez pas à un seul concours de la fonction publique sont très élevées au regard de la faiblesse de votre capacité d’analyse. Mais ce n’est pas un problème puisque vous n’étiez qu’un distributeur de tract et la réflexion n’était pas votre truc. Si seulement vous aviez milité vous auriez réagit autrement. Les étudiants ont presque vidé les amphis pour les centres de préparation aux concours. C’est dommage ! Que voulez vous qu’il fassent encore ! Je vous suivrais si vous proposiez une reforme de notre système éducatif en rapport avec le marché de l’emploi.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 09:45, par Emmanuel
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Monsieur votre analyse me parait entièrement décalée. La transition est une continuité de l’administration. Je ne pense pas que c’est un problème de moyens financiers, mais plutôt un problème de volonté politique. Je ne suis pas militant de l’ANEB et je n’ai jamais été militant de l’ANEB. Mais je pense que la lutte en vaut la peine. Aujourd’hui avec le système LMD, beaucoup d’étudiants qui n’ont pas les moyens pour faire le Master, seront obligés de se limiter à la licence. Or l’Etat est entrain de prendre des mesures pour commencer à recruter des fonctionnaires avec le niveau Master 2. Ce qui veut dire que ce sont des chômeurs potentiels qui sont entrain d’être formés. Et les étudiants ont droit de protester. Si vous ne pouvez pas les soutenir ou les encourager, ne cherchez pas à leur créer des ennuis. C’est la preuve que c’est vous les fantoches que Blaise utilisait pour démobiliser les étudiants. Votre commentaire révèle votre égocentrisme. Parce que vous n’êtes plus étudiant, vous ne pensez même plus aux autres. C’est honteux !

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 09:53, par zemosse
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Les étudiants burkinabé ont totalement raison .le problèmes des université est sérieusement grave.les autorités de la transition gagnerait en crédit inestimable ,s’ils se penchait sérieusement sur cet épineux problème qui gangrène l’espoir de notre jeunesse.il se passe des choses très graves dans nos universités. Les bâtiments construits et ceux en voie de construction sont déjà dégradé sérieusement .les installations dans les amphi sont déjà dégradés. C’est pitoyable que les autorités actuelles ne prennent pas le soin de contrôler se qui se passe dans nos universités qui se meurent . Cette déchéance de nos université, les autorités de l’époque Blaise et ceux actuels le paieront très cher.Dieu veille sur cette jeunesse délaissée. L’actuel ministre de l’enseignement supérieur brille par son incompétence, son incapacité a se pencher résolument sur cette situation lamentable de nos universités .c’est tout simplement dramatique.Se réfugier chaque fois sur la courte durée de la transition pour fuir la réalité des universités est lache et indigne vis avis de notre jeunesse .

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 09:59, par terra
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    en réalité tout le mouvement syndical aujourdhui et meme estudiantin est devenu totalement irresponsable sinon comment voulez vous danser sur un toit completement branlant, ce le cas de le dire aujourdhui où l’ existence même de l’ Etat tient à un cheveux.Le péril qui ménace le pays ce le chaos général qui plane sur nos têtes comme une sorte d’épées d’amocles.En réalité l’ aneb et leur maitre à pensée qui ignore le mot autocritique veulent noyer leur honte dans le chaos généralisé du pays.Ce sont toujours les memes qui en véritable chef d’ orchestre dicte leur volontée à des étudianst qu’ils ont domptés de maniere hallucinatoire tel le font aujour dhui boco haram.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 10:49, par amicus
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Arretez de critiquer sans savoir ce qui se passe... je suis certains que vous qui aviez commenté, êtes dans une situation stable en ce moment...
    ’’Ayez vos diplomes’’ comme si c’etait en un clin d’oeil que ça se gagnait, sous un système où il faut 5 ans pour avoir une licence...
    La transition doit l’inscrire dans son programme pour que le gouvernement qui vient travaille la dessus et non satisfaire cela maintenant... c’est juste ce que l’on demande...
    Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 13:30, par Naboho Lassina
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Le problème des étudiants , nos enfants , nos frères et soeours est dramatique. Nous savons tous que l éducation a été le dernier souci de l ancien régime , il faut donc trouver des solutions acceptables à cette situation lapidaire. merci

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 13:39
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    J’invite les étudiants des universités publiques de ne pas aller en grève mais de manifester leur mécontentement sans arrêter le déroulement des cours. Le système LMD implique en effet de semestrialisation de l’année académique. Trop de grèves pourraient occasionner un chevauchement des semestres, donc un mauvais déroulement des cours. A ce jour, il est évident qu’il faut plus de salles de cours et plus d’enseignants. Cependant, le nombre de classes et d’enseignants ne peut augmenter en un coup de baguette magique en un ou deux mois.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 16:57, par terminator
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    LES ETUDIANTS DOIVENT SE CALMER CE N EST PAS LE MOMENT.ON A TOUS ETE ETUDIANT ON COMPREND VOS PROBLEMES MAIS MOLO MOLO ON EST EN TRANSITION.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mars 2015 à 20:00
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    Chers étudiants, vous avez raison mais commencer à demander le rapatriement des cantines d’argent emportées par le régime COMPAORE et sans poursuite. Vous avez raison parce que nos autorités jouent le jeu de BLAISE. Qui voudrait contrédire, nous dise si beaucoup d’argent n’ont pas été emportés et convoyer par les actuels responsables du RSP. Mais pourquoi nos autorités n’ont rien fait dans ce sens jusqu’à présent. On est déçu de ZIDA et de KAFANDO. ILS ne peuvent pas nous dire que les BLAISO n’ont rien emporté. C’est pas le peuple attendait d’eux. Votre raison de les sécouer c’est dans ce sens et même le peuple vous soutiendra. Que ZIDA et KAFADO NE NOUS DISENT PLUS QUE Y A PAS ARGENT.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2015 à 09:56
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    ’’L’application du système Licence-Master-Doctorat (LMD) depuis 2009 a accéléré la dégradation des conditions d’études des étudiants. Avec le système LMD, c’est un retard criard qu’on observe avec plusieurs calendriers universitaires par an, des années académiques cycliques sans tête ni queue’’.

    - Complètement FAUX !!! Vous êtes obligés de rester dans le système LMD car il est adopté dans tout le monde entier. Pourquoi dans les autres pays africains il marche et au Burkina Faso, ce n’est pas le cas. C’est qu’il y a aguille sous roche et je vais vous le dire ici :

    Le système LMD oblige les enseignants à être très proches des étudianst et à être très rigoureux dans leur encadrement puisque le système LMD est basé sur la recherche personnelle des étudiants. Or vous n’avez pas de bonne connexion internet, vos bibliothèques sont pleins de vieux livres non actuels, vous n’avez pas d’ordinateurs. Le LMD obligera l’Université à vous enseigner tous en informatique. Donc eu égard à l’effort et au changement que le LMD exige de vos enseignants, ceux-ci sont devenus un frein à la propension du système LMD car leurs petits deals mafieux dans le privé et autres vont considérablement diminuer. Ils seront obligés de s’occuper de vous !!! Voilà la vérité !!

    - A bas les Professeurs et enseignants pourris qui ne viennent pas dispenser leurs cours !
    - A bas les Professeurs et enseignants absentéistes !!
    - A bas les travailleurs, Professurs et enseignants inconscients qui s’absentent aux cours, qui reportent les devoirs et qui gardent les notes des étudiants !!!!
    - A bas l’encadrement pourri de l’Université de Ouagadougou !!!!!
    - A bas les voleurs de bourses d’études extérieures !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2015 à 09:59, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    ’’L’application du système Licence-Master-Doctorat (LMD) depuis 2009 a accéléré la dégradation des conditions d’études des étudiants. Avec le système LMD, c’est un retard criard qu’on observe avec plusieurs calendriers universitaires par an, des années académiques cycliques sans tête ni queue’’.

    - Complètement FAUX !!! Vous êtes obligés de rester dans le système LMD car il est adopté dans tout le monde entier. Pourquoi dans les autres pays africains il marche et au Burkina Faso, ce n’est pas le cas. C’est qu’il y a aguille sous roche et je vais vous le dire ici :

    - Le système LMD oblige les enseignants à être très proches des étudianst et à être très rigoureux dans leur encadrement puisque le système LMD est basé sur la recherche personnelle des étudiants. Or vous n’avez pas de bonne connexion internet, vos bibliothèques sont pleines de vieux livres non actuels, vous n’avez pas d’ordinateurs. Le LMD obligera l’Université à vous enseigner tous en informatique. Donc eu égard à l’effort et au changement que le LMD exige de vos enseignants, ceux-ci sont devenus un frein à la propension du système LMD car leurs petits deals mafieux dans le privé et autres vont considérablement diminuer. Ils seront obligés de s’occuper un peu plus de vous !!! Voilà la vérité !!

    - A bas les Professeurs et enseignants pourris qui ne viennent pas dispenser leurs cours !
    - A bas les Professeurs et enseignants absentéistes !!
    - A bas les travailleurs, Professurs et enseignants inconscients qui s’absentent aux cours, qui reportent les devoirs et qui gardent les notes des étudiants !!!!
    - A bas l’encadrement pourri de l’Université de Ouagadougou !!!!!
    - A bas les voleurs de bourses d’études extérieures !!!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 mars 2015 à 11:38, par le visionnaire
    En réponse à : Universités publiques : l’ANEB appelle à un sit-in les 12 et 13 mars pour exiger de meilleures conditions d’études

    SVP chers amis étudiants de l’ANEB, j’ai honte en lisant votre PFR. Peut-on construire un amphi en tour de bras pendant cette transition ? sur ce point par exemple même si les autorités vous promettent quelque chose, cette promesse sera vite dépassée d’ici la fin de la transition au regard de l’accroissement du nombre d’étudiant par an. Pour le LMD, je sais pas si vous savez réellement ce que vous voulez ? Le Burkina Faso n’est pas ilot jouissant d’une indépendance et d’une autonomie académique. Même si c’était le cas, où irez-vous avec des diplômes qui n’ont de place sur le marché local et international. Donc revenez sur terre : Impossible d’annuler le LMB. N’en déplaise aux rêveurs.
    Pour le chômage qui pointerait à l’horizon, jusqu’à preuve du contraire je suis convaincu que quand on obtient honnêtement son parchemin on s’insère facile dans la vie socio-économique. Mais quand on triche avec soi-même et avec la vie, on est toujours rattrapé par l’histoire et elle impitoyable en ce moment. Puis on crie chômage et manque d’emploi. Chers jeunes mettez-vous au travail. Au Burkina Faso, il y a de la place pour tout le monde, soyez optimistes.
    Pour les autres points

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés