Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

vendredi 27 février 2015 à 23h14min

Professeur titulaire de biochimie à l’université de Ouagadougou, Mamoudou Hama Dicko est un ancien député du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Il serait l’un des rares parlementaires membres de l’ex-parti majoritaire à s’être opposé « en interne » au projet de modification de l’article 37 de la constitution. Ce qui lui valut d’être considéré comme un indiscipliné. Depuis le 20 janvier 2015, il a rendu sa démission du CDP, pour créer, avec d’autres camarades, un nouveau parti politique, la NAFA (Nouvelle alliance du Faso). Au cours de l’entretien qu’il nous a accordé le 24 février, Mamoudou Dicko revient brièvement sur son intention de vote du 30 octobre. Il parle aussi de la probable candidature du général Djibril Bassolé pour l’élection présidentielle d’octobre 2015. Une candidature que son nouveau parti appelle de tous ses vœux.

Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

Lefaso.net : Vous êtes un ancien député du CDP, comment avez-vous vécu les évènements des 30 et 31 octobre 2014 ?

Mamoudou H. Dicko : Je ne voudrais pas revenir sur les évènements parce qu’actuellement nous sommes au stade de la réconciliation et nous pensons aux élections à venir qui me semblent prioritaires.

Lefaso.net : Il se dit que vous aviez décidé de voter contre le projet de loi sur la modification de l’article 37, vous confirmez ?

Mamoudou H. Dicko : Il faut rappeler que du point de vue de la constitution, en son article 85, tout mandat impératif est nul. Le deuxième alinéa dit également que le député qui quitte sa formation politique perd son siège. La non-impérativité du mandat veut dire que le député est libre de voter selon sa conviction, indépendamment de la volonté de son parti, de sa région ou de sa formation politique. Cette disposition de la constitution est très importante. C’est pour cela, que beaucoup ont estimé ou pensé que les députés étaient dépendants d’une volonté unique, alors que la constitution garantit cette liberté. Et même plus, le vote est confidentiel. Pour ce qui concerne la modification de la constitution, le vote est obligatoirement à bulletin secret. C’est pour cela que beaucoup de députés, pour des raisons de sécurité ou pour des raisons du respect de la confidentialité du vote, n’étaient pas obligés de donner leurs intentions de vote pour la révision.
Personnellement, j’ai eu l’opportunité de donner cette intention à un journaliste de l’Observateur qui est venu m’interroger à l’hôtel très tard vers 1 h du matin. Je lui ai dit ce que je pensais et conformément à mes convictions, je voterai contre.

Lefaso.net : Vous vous êtes confié à un journaliste la veille de l’élection, est-ce que votre famille politique avait connaissance de votre intention de vote ?

Mamoudou H. Dicko : J’avais parlé de ça le 08 septembre 2014 au cours d’une rencontre en interne au sein du groupe parlementaire. Je préfère aussi que d’autres fassent ce témoignage sur ce que j’ai dit dans le groupe au lieu que ce soit moi-même qui le répète ici.

En l’occurrence, le président de l’Assemblée nationale, monsieur Soungalo Apollinaire Ouattara pourrait témoigner. Après ma déclaration dans le groupe en interne, j’ai eu un entretien en privé avec lui le 09 septembre. Dans son bureau, je lui ai dit personnellement ce que je pensais de la situation. Je pense que son témoignage en ce qui me concerne sera plus valeureux que moi-même. Mais, aujourd’hui, ce qui me tient surtout à cœur, c’est le pardon. Je n’ai de rancune envers personne et je pardonne à tous ceux qui ont eu des exactions contre moi par rapport à mes intentions de vote.

Lefaso.net : Vous avez démissionné du CDP, quelles sont les raisons qui expliquent votre départ de l’ex-parti majoritaire ?

Mamoudou H. Dicko : Je n’ai pas voulu publier ma lettre de démission du CDP. J’ai écrit une lettre aux premiers responsables du parti dans laquelle, j’ai décliné les raisons pour lesquelles j’ai quitté le parti. Entre autres, je pense que le parti, malgré ce qui s’est passé, certains caciques n’ont pas voulu se retirer et laisser la place à une nouvelle génération. Il y a aussi le fait qu’après la crise on n’a jamais eu une réunion du groupe des anciens députés si ce n’est le vendredi 16 janvier. A l’époque, j’ai dit en interne à la réunion du 16 janvier que j’ai déploré le fait qu’on n’a même pas fait cas des problèmes sociaux des députés. Le directoire qui a été mis en place n’a pas requis l’assentiment et l’aval du bureau politique national.
Mais, je peux rassurer que nous avons de très bons rapports sociaux avec les amis qui sont restés au CDP. Je respecte aussi leur choix. Nous sommes un groupe d’anciens députés de l’ex-majorité et des gens de la société civile qui ne s’intéressaient pas forcément à la politique qui avons décidé de créer un nouveau parti.

Lefaso.net : Que répondez-vous à ceux qui disent que c’est parce que la vache à lait n’est plus là que vous quittez le parti ?

Mamoudou H. Dicko : Contrairement à ce que les gens pensent, il n’y a jamais eu de vache à lait en ce qui me concerne. J’ai personnellement dirigé deux campagnes, celles de 2010 et de 2012 au niveau provincial et je sais qu’il faut se battre pour se faire élire. Ce n’est pas du donner.
Du reste, je viens d’un endroit où c’est un laboratoire de science politique puisque nous étions dans une opposition à Dori, dans la province du Séno. Là-bas, la majorité locale, c’était le PDS/Metba. Donc, on ne peut pas parler d’une vache laitière à l’époque. Nous n’étions pas dans une situation de sinécure sur le plan politique. Il faut respecter ça aussi parce que ça veut dire qu’il y a eu quelques aspects démocratiques même si tout le monde n’est pas satisfait de la démocratie au Burkina. Mais, il y a eu des localités où je peux témoigner qu’il y avait la démocratie telle que la province du Séno et particulièrement dans la ville de Dori où Arba Diallo était député-maire. Lui-même était un ex-collaborateur de Blaise Compaoré puisqu’il a été son ambassadeur à Pékin. Après la mort de Sankara en 1987, Arba Diallo faisait partie des révolutionnaires qui ont accepté d’accompagner le front populaire.

Lefaso.net : Après votre départ du CDP, vous avez créé, avec d’autres camarades, la NAFA (Nouvelle alliance du Faso), que propose ce nouveau venu sur l’échiquier politique nationale burkinabè ?

Mamoudou H. Dicko : Au niveau de la NAFA, nous allons évoluer positivement en tenant compte des expériences du passé, des succès et des échecs pour construire un Burkina avec une nouvelle vision.
Les innovations qu’on peut constater à la NAFA, c’est déjà au niveau de la composition du bureau exécutif, on a environ 38% de jeunes et 30% de femmes. Nous sommes presque tous des trentenaires ou des quadragénaires. La seconde innovation au niveau de la composition, c’est qu’il n’y a pas que des anciens politiciens. Il y a aussi des gens de la société civile qui ont voulu mener des activités politiques.
Au niveau de la ligne idéologique, c’est la social-démocratie, qui est un modèle de démocratie représentative qui se situe, dans ses principes, entre le régime des « républiques socialistes » et celui de la « démocratie libérale ». La démocratie parlementaire et la démocratie sociale sont deux principes de fonctionnement complémentaires de la social-démocratie. Au vu de ce qui s’est passé dans notre pays, l’une de nos actions prioritaires va concerner la justice au Burkina. Il y a aussi le développement endogène avec la valorisation de l’agriculture pour assurer la sécurité alimentaire. Nous allons aussi mettre l’accent sur les TIC et l’innovation scientifique, nous allons œuvrer pour une meilleure répartition des richesses, mettre l’accent sur l’emploi et l’employabilité des jeunes…

Lefaso.net : Allez-vous présenter un candidat aux élections présidentielles de 2015 ?

Mamoudou H. Dicko : Nous avons un candidat et cela n’est qu’un secret de Polichinelle. Notre candidat, nous espérons qu’il va accepter, sera son excellence El Hadj Djibril Yipènè Bassolé. Nous serons très fiers d’évoluer avec lui. Je tiens beaucoup à ce mot « évolution » parce que c’est aller positivement en tenant compte des échecs et des succès du passé pour un meilleur bien-être des Burkinabè. C’est aussi pour la paix, la sécurité, le respect mutuel et la revalorisation de la notion d’Etat, du patriotisme et de la citoyenneté. Il faut rétablir l’autorité de l’Etat, et aller positivement vers une certaine réconciliation. On ne peut pas passer tout son temps à parler du passé sans évoluer. Il faut également laisser la justice faire son travail.

Lefaso.net : Votre candidat est un militaire et depuis 1966, le Burkina est dirigé par des militaires, ne pensez-vous pas qu’il est temps pour un président civil ?

Mamoudou H. Dicko : Les militaires sont des anciens civils et les militaires sont des futurs civils. Ils émanent de la société, ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres membres de la société. On les appelle militaires par rapport aux missions qui leur ont été assignées par l’Etat, c’est tout. C’est comme si tu dis le médecin, le pharmacien, le juriste, l’enseignant, c’est par rapport aux missions qui lui ont été assignées par la société. Ils font partie intégrante de la société. Et le fait qu’un ancien militaire soit élu président, c’est aussi constitutionnel.
La gestion de l’appareil d’Etat n’est pas donnée à n’importe qui. On a besoin d’une certaine expérience, de compétence et surtout de l’autorité. On a aussi besoin d’une confiance à l’échelle internationale. C’est tous ces ensembles qui donnent à l’homme la stature d’homme d’Etat qu’il faut à l’instant T, dans le contexte particulier burkinabè. C’est vrai qu’il était un homme de tenue, mais aussi un juriste, un diplomate avéré. Il a effectué beaucoup de médiations à l’international (OCI, Soudan, Mali, Côte d’Ivoire, Togo, Guinée…). Ce sont des expériences qu’il faut capitaliser. Avec lui, le Burkina pourrait avoir le leadership de la sous-région.
Il est important de tenir compte des enjeux de sécurité, notamment, l’extrémisme religieux, l’insécurité transfrontalière et le grand banditisme. Donc, je pense que El Hadji Djibril Bassolé est un homme qui a une capacité de management politique pour gérer toutes ses questions.

Lefaso.net : Votre parti a-t-il déjà échangé avec les jeunes qui appellent à la candidature de Djibril Bassolé depuis quelques temps ?

Mamoudou H. Dicko : Bien sûr. Nous étions à Dédougou le week-end dernier pour les soutenir. Son excellence El Hadj Djibril Bassolé était aussi à cette rencontre. Je pense que nous sommes dans la même ligne que ces jeunes. Ce matin (24 février) aussi, il y avait des femmes au palais de la culture Jean-Pierre Guingané pour lui demander de répondre favorablement à cet appel.

Lefaso.net : On est maintenant habitué à ces appels de mouvements à la candidature d’une personnalité, n’est-ce pas une instrumentalisation de l’intéressé ?

Mamoudou H. Dicko : Le témoignage que je peux vous faire ici, il n’y a jamais eu de relations privées entre El Hadj Djibril Bassolé et moi. La première fois que je l’ai rencontré dans ma vie, c’est le samedi 17 janvier 2015 vers 12h. J’ai échangé avec lui personnellement pour voir quelles sont ses ambitions dans le futur, quelles sont ses ambitions pour le Burkina. Il m’a convaincu lorsqu’on a échangé. J’ai vu en lui le futur candidat crédible pour la présidentielle de 2015. C’est quelqu’un qui doit accepter d’être candidat.
Je peux témoigner aussi, en toute sincérité, que ce n’est pas lui qui a voulu être candidat. Il y a eu des jeunes, il y a eu des hommes politiques qui ont voulu porter sa candidature. Ce n’est pas quelque chose qu’il a lui-même instrumentalisé. Et je n’étais même pas sûr qu’il allait accepter, n’eut été tout dernièrement, à Dédougou où il a dit qu’il répondra favorablement. Mais, nous sommes très fiers qu’il accepte cette candidature parce que c’est quelqu’un de vraiment présidentiable. Et Inch Allah, nous allons l’accompagner pour qu’il aille à Kossyam.

Lefaso.net : Quel est votre message afin que la transition puisse être conduite à bon terme ?

Mamoudou H. Dicko : Je voudrais exhorter tous les Burkinabè à penser à une réconciliation nationale, à privilégier l’intérêt supérieur de la nation. Que chacun laisse de côté son égo pour penser au futur du Burkina.
La recommandation que je peux faire aux autorités de la transition, c’est d’être vigilantes pour ne pas se laisser embrigader par certains partis politiques ou même des organisations de la société civile qui avaient des agendas cachés. Donc, ils doivent avoir la neutralité politique et donner la chance à tous les Burkinabè d’être élus dans des conditions transparentes et équitables.

Entretien réalisé par Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 février 2015 à 23:24, par Fax En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Pr DICKO, pourquoi vous - même n’êtes pas candidat ? Pr, je suis étonné que vous ayez opté de ne pas voter pour la modification et d’être dans cette démarche qui consiste à appeler quelqu’un qui ne se voyait pas présidentiable il y a quelques mois et qui si on suit votre logique n’a pas manifesté à être candidat à la prochaine élection présidentielle.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2015 à 23:33 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Je suis d’ accord avec vous sur beaucoup de plans et je vous admire meme si c’est vrai que vous avez ose et de maniere sincere exprimer votre intention de vote anti.modification. Mais je m’ insurge en faux contre votre idee fallacieuse selon laquelle un militaire serait comme un medecin. Professeur, ce n’est pas vrai. La, vous commencez a rentrer encore dans votre domaine de predilection, la politique. Il est faux de soutenir une telle these. Les militaires agissent militairement et ils ont la baionnette pour le faire. N’ essayez pas de nous mener en barque avec des sophismes. Vous voulez dire que les petits delinquents qui terrossient tout le monde au RSP sont comme mes petits- freres de bureau ? Je vous parie que s’ ils l’ etaient, aucu d’ entre eux ne pouvait venir devant moi et bomber sa poitrine de tourterelle parce que main nue a main nue, je leur casse la gueule pour la plupart. Renseignez-vous bien. Il etaient combien qui sont alles pour arreter Sessouma Guillaume ? Mais il les a tous honte. Ils ont debarque chez lui alors avec presque tout un cargo pour le maitriser. Et c’est la qu’ ils ont fait fort dans la torture, a tel point que le brave civil n’ a pas pu survivre. Mais ils ont boug- raogo. Il faut prendre le peuple au serieux. Les militaires aiment qu’ on les regarde comme tout le monde quand tout baigne. Mais a la moindre contradiction, vous savez comment ils procedent. C’est a qui degainera le premier. Des laches pour la plupart puisqu’ ils sont sans idee et n’ ont aucun sens de la dialectique.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2015 à 23:40, par le moderateur En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    "La première fois que je l’ai rencontré dans ma vie, c’est le samedi 17 janvier 2015 vers 12h. J’ai échangé avec lui personnellement pour voir quelles sont ses ambitions dans le futur, quelles sont ses ambitions pour le Burkina. Il m’a convaincu lorsqu’on a échangé. J’ai vu en lui le futur candidat crédible pour la présidentielle de 2015. C’est quelqu’un qui doit accepter d’être candidat"
    prends nous un peu au sérieux mr DICKO ! vous rencontrez quelqu’un un seul jour (quelques heures !), qui vous raconte ses ambitions qu’ils nourrissait, et déjà vous vous engagez à lui confier la destinée de toute une nation pour au moins 5 ans ! quelle naïveté ! quel camicaz ! venez me demandez alors, vous serez plus épaté par mes ambitions pour ce pays. si j’imagine c’est un ex honorable député qui votait les lois du pays. vous avez certes le mérite courageux d’avoir eu l’intention de voter contre la modification de l’article 37, mais je suis désolé honorable, vos propos et votre raisonnement ne pèsent pas plus lourd qu’une plume. c’est ainsi qu’on compromet l’avenir de tout un pays par des réflexions au bout du nez.
    en outre, si vraiment c’est seulement ce jour que vous avez connu les ambitions de Djibril qui vous ont tant séduits, cela signifie qu’il les avait bien avant !!! pourquoi n’avait-il par créer un parti pour faire valoir ces ambitions ? accepte mon cher que cet appel à candidature a bel et bien été induit par le premier bénéficiaire qui est Djibril !
    dites nous enfin, vous avez eu le courage et l’honnêteté de vous "opposer" à la forfaiture de Blaise (félicitation), et DJIBRIL, l’a-t-il fait ? non ! vous voyez mr DICKO, c’est des hommes comme vous dont le pays a besoin et non des hommes comme DJIBRIL qui laissent brûler leur pays et tuer leur concitoyens pour ensuite vouloir ... tu vois donc que DJIBRIL=BLAISE !!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2015 à 23:59, par Nabiiga En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Très cher professeur, avec tout le respect dû à votre statut de prof d’université, je tiens à vous rappeler que la chimie que vous enseignez est incomparable à la politique. C’est vrai, oui, à un moment donné dans votre vie, vous avez fait la politique sous les couleurs de CDP mais comme vous-même vous le savez, Blaise et François chantaient, et vous autres députés de CDP vous repreniez respectueusement. N’est-ce pas vrai ? C’est ainsi que je souhaite attirer votre attention à un mot clé dans votre intervention, celui de ’discipline’ Peut-être aveuglé par votre loyauté à votre parti, vous refusez de voir, car souffrant d’aveuglement selectionné, les crimes de toutes sortes de ce ceux qui gérer notre pays. Alors, si Djibril était si discipliné qu’est-ce qui l’a empêché d’abandonner ce maudit bateau qu’était le CDP. C’est la discipline que ça prend, non ? Sinon, je peine à comprendre sur quoi vous vous basez pour arriver à une telle conclusion de Djirbril

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 01:05 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    J’adhère à la NAFA car ce monsieur est convaincu et convincant.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 01:18, par manfo pian En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    professeur dur dur est faire la politique.ouhai dur est de se mentir en croyant convaincre ls autres. je vs préfère au labo. songez y et laissez la politique aux esprits subjectifs.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 03:01, par Le PanAfricaniste En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Pr Mamoudou H. DICKO, la logique est palpable dans le courant de vos analyzes. Je respecte aussi le leadership du candidat que vous decidez de soutenir. Neanmoins, ne pensez vous pas que ce Monsieur a une carrure compararable a celle de Blaise Compaore ? ( Des hommes "silencieux" ). Je souhaiterais pour mon pays et pour les selections a venir, des candidats pro-actifs dans le discours, la gestion interne des priorites, et dans la tete. Ces candidats doivent absolument savoir distinguer les priorites du moment : nous devons revolutionner l’Agriculture, l’Education ( Accelerer la decentralisation des Universites dans les chef lieux de regions, Et rendre ces Universites attratives pour les Enseignants et Etudiants), .., j’en passe.
    Le future President doit etre convaincu d’une chose : foutre le camps après un mandat si le peuple pense etre “dupe”.
    En un mot, je reve d’un future President proactif , non pas un President " comparable a un pique". Peuple du Burkina Faso, soyons conscients dans les urnes !
    Y Baark wusgo !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 03:04, par Sidpawalemdé Sebgo En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Hum...
    Je ne voudrais pas avoir l’air de contredire le Pr qui doit savoir de quoi il parle et qui parle bien, mais je me pose quelques questions et je ne dois pas être le seul :

    1°) "La première fois que je l’ai rencontré dans ma vie, c’est le samedi 17 janvier 2015 vers 12h." ? Faut-il rappeler que D. Bassolet était ministre d’état, ministre des affaires étrangères et membre du CDP ? Comment un député du CDP et membre du BPN depuis des années, peut-il n’avoir jamais eu à faire avec cette autorité ni dans les réunions de leur parti, ni à l’assemblée, ni dans les activités diverses au niveau national et international ?

    2°) "Je peux témoigner aussi, en toute sincérité, que ce n’est pas lui qui a voulu être candidat." Bon... Qui faut-il croire ? Les cadres du CDP qui disent que l’intéressé a voulu leur forcer la main pour qu’ils le retiennent comme candidat (avec le chantage de créer un autre parti en emportant une partie du CDP s’ils résistaient) et qu’ils n’ont pas voulu se laisser faire, ou cette version ?

    Ah les politiques...

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 03:23, par le sahelien En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Tres belle analyse Pr Dicko que le bon Dieu guide la Nafa.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 04:07 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    "La recommandation que je peux faire aux autorités de la transition, c’est d’être vigilantes pour ne pas se laisser embrigader par certains partis politiques ou même des organisations de la société civile qui avaient des agendas cachés". Parce que le CDP n’avait pas d’agenda caché pour tripatouiller la constitution comme du papier toilette !!!!! parce que vous, qui vous voulez vous recycler n’avez pas d’agenda caché avec Bassolé candidat... n’est ce pas une autre manière de protéger les intérêts du clan Compaoré ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 05:46, par picket En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    BRAVO PROFESSEUR. J ai envoyé personnellement 4 jeunes de Tenkodogo a dedougou pr le soutien a djibi. Osons le chgmnt avc DJIBI

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 06:24, par Yobson En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Pr merci pour ces explications, mais vous et M. bassole n’avez pas une grande visibilite sur le plateau politique c’est un handicap, le peuple dans sa volonte generale veut essayer un civil voir aussi de quoi ils sont capables. Cela peut encore jouer sur la chance de votre candidat. En plus le peuple est convaincu que pour deloger un civil a kossyam pour mauvaise gestion est dix fois plus facile qu’un homme de tenu, c’est dans cette dymamique que s’inscrit la vision du peuple avec moins d’assassinant politiques et enlevement prive. Il faut que les politiques et les politiciens sachent que l’etat n’est plus gere par un homme mais plutot le peuple de facon generale. Ne croyez plus que la victoire de votre parti vous donne le privilege de responsabiliser mecaniquement vos hommes dans l’appareil de l’etat. Il faut d’ore et deja cultiver cet esprit dans vos partis pour qu’on gagne tous en temps. Nous avons assez traine le pas du developpement. Vive le burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 06:31, par lefilsdepayan En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Tout homme qui n’a pas le courage de dire haut et fort ses convictions en tout temps et en tout lieu n’est pas un homme responsable quelles que soient ses autres qualités managériales. Monsieur Djibril aurait dû dire la vérité à Blaise ou au CDP, au moment où il le fallait et le peuple l’aurait remercié au centuple. Il est de surcroît un militaire donc plein de courage normalement. C’est très difficile pour quelqu’un de responsable de croire aujourd’hui à Mondieur Djibril. Il aurait pu donner son projet de société à son pari politique d’antan, le CDP, mais il ne l’a pas fait et pour quelles raisons , seul lui seul le sait. C’est dur et difficile de ne croire qu’il n’est pas manipulé par une main invisible et un homme qui n’est pas responsable de ses actes et paroles n’est pas un homme libre et pire il est un plus esclave. Il est un robot politique.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 06:52, par YIRMOAGA En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    C’est bon de vouloir l’accompagner à Kosiam, mais il est lié à l’armée pour le moment et doit observer par principe le silence jusqu’à être libéré de cette organisation, sinon ce sera de l’indiscipline de la part d’un OFF Général ? Quels sont ses rapports avec ses subalternes actuellement, lui qui bat campagne déjà ? Bon vent à vous, mais qu’il soit réglo vis à vis des lois et principes militaires ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 07:20 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    je connais mr dicko depuis le lycée. il ma definitivement decu quand il a profere publiquement des injures contre Arba lors d ’une campagne . il connait papiers mais le reste...

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 07:31, par ZAPATA En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Hey ! Wallaye poullo gorko à féni ! walla gongaa féss ! : signification littérale hé ! au non de Dieu l’homme peuhl là tu n’as pas dit la vérité, ce que tu as dit là n’est pas vrai du tout !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 07:33, par wonou En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    C’est le 17 janvier 2015 vers vers 12h que le professeur Dicko a rencontré le général Bassolet pour la première fois et cette rencontre l’a convaincu que ce dernier est aujourd’hui le chef d’Etat idéal pour notre pays !!! Difficile à croire puisque le professeur est le vice-président de NAFA et que tout le monde sait a été créée pour la candidature de Djibril Bassolet. Quand même, il ne faut pas nous prendre pour des "nez-percés" !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 07:45, par wonou En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    C’est le 17 janvier 2015 vers vers 12h que le professeur Dicko a rencontré le général Bassolet pour la première fois et cette rencontre l’a convaincu que ce dernier est aujourd’hui le chef d’Etat idéal pour notre pays !!! Difficile à croire puisque le professeur est le vice-président de NAFA et que tout le monde sait a été créée pour la candidature de Djibril Bassolet. Quand même, il ne faut pas nous prendre pour des "nez-percés" !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 08:38, par Pathe Dia En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Professeur,

    Vous avez sans doute le mérite d’avoir eu l’intention de voter contre le projet de loi, mais voyez-vous, ce n’était qu’une intention donc non vérifiable. Il aurait fallut que vous ayez le courage de vous en démarquez totalement et publiquement. Les raisons que vous donnez pour soutenir Djibril Bassolet me semblent très légères. Par ailleurs, il faut toujours éviter de vous jeter des fleurs comme vous en avez coutume. Vous connaissez bien comment et dans quelles conditions vous avez été élu à Dori ! c’est trop facile de se cacher dans le parti majoritaire, présidentiel et se faire élire, je ne pense vraiment pas que ce soit un mérite, une grande bataille ! On connait très bien comment étaient élus tous les députés du CDP, il suffit d’être bien positioné sur la liste pour être élu. Ensuite, qu’est ce que le nom de Arba Diallo le défunt maire, fait dans cette réponse à une question qui ne le concerne pas dutout ! Quel intérêt avez vous à parler d’un mort, l’accuser, quequ’un qui ne peut plus se défendre ! Tu parles de sa nomination comme Ambassadeur, sais tu qui l’a nommé, comment ? dans quelles conditions ? Alors saches que la nomination de Arba comme Ambassadeur est l’oeuvre de Thomas Sankara mais Arba n’avait pas rejoint juusqu’à la mort de Tom. Blaise n’a fait que confirmer cette nomination. Saches aussi que Arba était un fonctionaire de l’Etat burkinabe et c’est à ce tire, qu’il est parti comme Ambassadeur en Chine par la volonté du gouvernement. Bien que ce soit un poste hautement politique sa nomination n’a fait l’objet d’aucune négociation politique ! Enfin nous savons aussi que même de son vivant, vous avez toujours manquez du respect à Arba, la poulation de Dori et du Seno le sait parfaitement et t’a à l’oeil ! Tu peux continuer à vouloir salir sa mémoire, mais saches que tu ne le réussiras jamais et pour cette seule raison, tu seras toujours sanctioné par l’électorat de Dori et du Séno !
    Professeur à mon avis vous feriez mieux de retourner à votre laboratoire, vous n’êtes pas fait pour la politique !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 08:48, par Clément En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    "Il a effectué beaucoup de médiations à l’international (OCI, Soudan, Mali, Côte d’Ivoire, Togo, Guinée…). Ce sont des expériences qu’il faut capitaliser"
    Juste rappeler au professeur que le 11 octobre, les burkinabè ne seront pas appelés à élire un médiateur mais un président. Sur ce plan, Bassolé n’est pas bon candidat plus qu’un autre. Il a par ailleurs eu la faiblesse d’accompagner jusqu’à la dernière heure l’action antidémocratique de Compaoré. Nous avons des raisons de douter de son honnêteté.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 08:50, par Yaya Diani En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    C’est pitoyable pour nous burkinabe. Après 49 ans de règne militaire sans partage c’est nous mêmes les civils qui sommes allés à la place de la révolution crier le nom de General lougue.Ensuite nous avons pris le siège de l’etat major pour demander à l’armée de prendre ses responsabilités, donc le pouvoir .Maintenant c’est un autre fils de la veuve qu’on veut nous amener sous prétexte que c’est l’homme de la situation.Je crains fort que Bassolet soit le cheva de la france.Eh Dieu.Donc en Afrique et au Burkina pour être président il faut appartenir forcément à ses reseaux mafieux.Je lisais sur JA que même Diabre a couru aller en france pour se faire adouber par une de ses organisations en vue des présidentielles. .Selon un proverbe koulango, " nous avons quitté le caca pour aller tomber dans le rectum" Nous sommes foutus.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 08:58, par Assane En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Quelle est cette histoire de parti qui se crée pour aller chercher son candidat présidentiable hors de ses rangs ?
    A quel titre le professeur a rencontré Djibril le 17 janvier à 12H pour la première fois ? Pour savoir s’il mérite d’être candidat de la Nafa ou pour que lui le professeur adhère a la Nafa ?
    L’ex député-professeur-frondeur ne méritait il pas d’être l’ex-président du Nafa en lieu et place de son ex collègue député OUEDRAOGO qui a soutenu la révision de l’A37 jusqu’au 30 octobre ?
    Le CDP était dans la sociale démocratie, le MPP aussi, pourquoi la Nafa fait bande à part ?
    Si Djibril dit oui à Nafa, n’étant pas de ce parti, est-ce son programme de candidat qui va s’imposer ou doit-il appliquer le programme et la vision de la Nafa sensée être créée pour la conquête du pouvoir d’Etat ?
    Djibril selon le professeur est le candidat idéal à l’instant T. Qu’adviendra-t-il à T+1 ?

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 09:38, par zemosse En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Je peu témoigner effectivement que le Pr. Dicko m’ a confié qu’il était contre la modifications de l’article 37 bien avant l’insurrection. C’est un jeune enseignant très compétent très respectueux (qualité que peu de jeunes ont de nos jours) avec bien sûr ses defauts.Je déplore qu’il ait décidé de s’embarquer avec un militaire.mais,c’est le passé de notre Pays qui nous a imposé les militaires qui,ayant goûté au pouvoir depuis Sangoulé ,sont devenus des politiciens avec des armes en plus.L’exemple du Sénégal illustre bien cette tare de nos militaires.Il ne viendra jamais à l’idée d’un militaire sénégalais de faire ce que nos militaires font ici.Chaque peuple secrete son armée.Les Burkinabé sont responsables du type de militaire que nous avons présentement et surtout du monstre RSP. Le Pr.Dicko ,ingénument ,continue à perpétuer ce que ses aîné ont fait : s’appuyer sur l’armée pour diriger le Pays.C’est triste mais telle est la réalité. La presente transition peut être l’occasion pour remettre les pendules a l’heure des militaires exclusivement dans les casernes.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 10:08, par lounga lounga le pauvre de gorgagui En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Mon professeur je vous respecte !!!!!!!!!!!!!!!!!! à Kombissiri il semble que vous etiez de ceux la qui on dit non a l’ex majorité pour la modification de l’art 37 pour qu’il se retourne vers l’ADF/RDA pour le dernier complot qui a tourné au vinaigre. Mon professeur tous ceux qui vous connaissent savent que vous etes digne et integre. laisser les gens raconter que telle personne etais du CDP, ADF/RDA, FEDA-BC je pense que 95% de nos politiciens ont soupé avec blaise compaoré. je vais vous voté sinon je voterai un autre ex CDPiste ex ADFiste ou FEDAbiste.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 10:12, par SIDBALA En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Le Burkina a acqui son indépendence en 1960. Le Président Yaméogo a conduit pendant 6 ans. après il n’ya que des militaires qui ont nous conduit au chaos et c’est partout comme ça en afrique soit c’est eux ou bien leurs enfants. il faut que ça change

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 10:27, par BOKOUM ASSANE En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Bonjour Yéro comme nous l’appelons affectueusement, tu es Présidentiable il faut oser la valeur n’atteint point le nombre d’années. tu vois OBAMA pourquoi pas........... ? surtout que ta prise de position face à la monopolisation du pouvoir au moment ou pas n’importe qui de la mouvance osait. C’est aussi de l’héroisme
    Les hommes font l’histoire s’ils sont animés d’un idéal. Tu vois Sankara. ARBA, etc ..............

    Courage pour la nouvelles générations

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 10:49, par eliane En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Je suis parfaitement d’accord avec mr le professeur en ce qui concerne la candidature de Bassolet, c’est pourquoi je suis convaincu apres plusieurs analyses et études de la situation politique nationale actuelle ,toutes mes hypothèses aboutissent a la victoire de Djibi si et seulement s’il a le soutient du cdp car au stade actuelle (en attendant d’éventuelles candidatures) il pourrait faire j’affaire ,c’est pourquoi j’invite les responsables du cdp de voir la realité en face ,de se departir des considérations personnelles et de voir l’avenir du parti en soutenant des le premier tour la seule candidature de bassolet sinon la multiplication des candidatures de l’ex majorité serait l’erreur a ne pas commettre afin d’éviter l’effritement des voix qui les empecherait meme de franchir le premier tour, a bonne entendeur salut

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 11:10, par cosneil En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Si c’est l’homme qu’il faut vous devez lui demander de s’éloigner de sa tenue militaire dans le plus bref délai. Il pourra ensuite tenter sa chance comme les autres civils

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 11:15, par fasocrimes En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    votre parole n’a plus aucun sense, et éviter de donner votre avis sur quoi que ce soit car vous êtes tous hors jeu. dorénavant il faut que vous sachiez une bonne fois pour toutes que nous sommes en classe de secondaire et non plus la maternelle. ayez honte , du moins essayez car je sais que cette partie sensationnelle qui produit la honte n’existe plus chez vous. Simplement taisez vous et vivez dans l’ombre car nous n’avons plus besoin de vous entendre. vous ne faite que nous embrouillez d’avantage, chose dont nous n’avons plus besoin une fois de plus fermez la sil vous plait. nous travaillons maintenant a rendre justice a tout ceux qui le mérite, pardonner, et accédez a l’université de la vie.
    FASOCRIMES

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 11:36, par Nuée En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Voici un Professeur victime de la compaorose. Malgré ses calibres intellectuels, il croit toujours, dur comme fer qu’il ne peut se réaliser dans la vie qu’en rampant derrière des politiciens démagogiques, buveurs du sang et de la sueur du peuple ! C’est pathétique !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 11:59, par Obligagation En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Sankara était un militaire. Ne l’oubliez pas aussi

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 12:00 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Professeur, quittez la politique car ce n’est pas votre domaine.
    Concentrez-vous sur la craie et laissez la politique aux autres car vous n’êtes pas doué pour ça.
    Voyez-vous, quand vous parlez, il faut vous mettre à la place de celui qui vous écoute et ne le prenez jamais pour un imbécile.
    Vous le dites si bien : "Il faut rappeler que du point de vue de la constitution, en son article 85, tout mandat impératif est nul".
    Y’a-t-il plus impératif que d’enfermer des députés pour leur arracher un vote ?
    Si vous étiez à l’hotel alors arrêtez de vous riduculiser car certains de vos collègues ont refusé d’être interné.
    Et puis, si vous êtes sans ambition, restez tranquille. Vous n’avez pas confiance en vous au point d’aller négocier quelqu’un d’autre pour être candidat ? des hommes comme vous nous n’en voulons plus car c’est encore vous qui allez dès demain vous transformer en griot pour chanter les louages d’ Djibril Bassolet comme vous l’avez fait hier pour Blaise Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 12:20, par Encore,encore En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Permettez au peuple de se reposer des militaires par le jeu des alliances. Un président civil est souhaitable pour 2015 dans l’objectif du changement vrai. Nous n’allons refaire avec des gens qui ont passé 27ans de pouvoir avec Blaise COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 13:03, par zemosse En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Le Pr. Dicko, comme je l’ai dit plus haut, est un scientifique intelligent et respectueux des aîné. J’ai dit aussi qu’il a des defauts , entre autres justement,sa propension a se vanter trop souvent.il m’a effectivement dit Qu’il allait voter contre l’article 37 !!!entre dire et faire ,il y a un fossé dont lui seul connait les dimensions. Les enseignants le connaissent comme étant un homme très ambitieux prêt a tout pour réussir jusqu’à vouloir s’acoquiner avec un militaire pour assouvir ses ambitions démesurées. C’est triste a dire,il se comporte comme tous ces intellectuels africains qui au lieu de se battre pour leur Pays,se battent pour leur confort personnel.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 13:24, par Mahamady En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Et toi ? tu n’est pas le fils de ton père ? Pourquoi battre campagne pour ceux qui ont accompagné la forfaiture jusqu’à la chute de leur maître.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 13:41, par sauveur En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Tout mon respect Mr Bassolet Général de brigade les Burkinabè vous honore mais attention je vous conseil de ne plus faire la politique ceux qui vous pousse a le faire c"est pour bouffer votre argent c’est claire et net

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 13:55, par ousseni Ouédraogo En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    A ce rythme, je crois qu’il faudra appeler le Mogho Naaba Baongho à se présenter à la présidentielle. Personne n’est mieux placé que lui, l’héritier d’une longue lignée de nobles pour nous mener vers des prairies verdoyantes.
    Mr Dicko doit savoir que le militaire n’est pas comme tout autre travailleur de la fonction publique sinon, peut -il nous dire pourquoi avec le grade de Gal, Mr Bassolé est assuré de bénéficier de l’intégralité de son salaire tout le restant de sa vie (y compris à sa retraite) ? pourquoi le Pr d’université ne bénéficie t-il pas de ce même privilège ?

    Le Pr Dicko que je connais bien et que je tiens pour l’un des meilleurs de sa génération (à l’école s’entend !) est un piètre politique, je crois qu’il doit tirer les conséquences de ses turpitudes au CDP et se retirer dans son Labo. le peuple lui revaudra cela. À bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 14:11, par WENDMI En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Je prie tous les hommes de tenues qui aiment le Burkina Faso de nous donner la chance de ne plus voir du sang de nos frères couler comme ces trois dernières décennies l’ont fait. La gestion de la cité et le commandement militaire ça fait deux et honte aux intellectuels Pr qui ne savent pas que nous devons mettre fin aux tueries inutiles pour un oui ou pour un non. Nous vous prions de désamorcer la chimère qui nous inquiète au palais ( RSP). Non aux candidature militaires !

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 16:45, par La verite En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Tous ceux qui ont soutenu ouvertement la modification de l article 37 ne peuvent pas etre candidat a la prochaine election presidentielle en ce que je saches ton chef etait present le jour du conseil des ministres extraordinaire et il a consenti la proposition de lois .d ailleur nous on ne Geithner plus de militaire au pouvoir .

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 16:53 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Les jeunes se laissent manipuler simplement parce que Djibril Bassole est assez articule dans ses interventions sur les medias. Mais il n’est pas seul sur ce terrain et le meilleur est une aurtre personne. Monsieur Adama Fofana, Ancien President du CSC (conseil superieur de la communication) l’est encore mieux. Lui au moins est un civil. En plus, a la difference de Bassole, Mr Adama Fofana n’a jamais cautionne la modification de l’article 37. En outre, Fofana etait meme contre l’Amnistie taillee sur mesure pour Blaise Compaore au moment ou personne ne pouvait dire le contraire. Tout le pays regrette cette amnistie aujourd’hui. Non seulement Blaise Compaore a mis le pays a feu et a sang, il n’a meme pas a nous rendre compte a cause de l’amnistie.
    Adama Fofana aurait meme du etre en tete de liste des personnalites pour diriger la Transition.
    En suivant la logique des jeunes Adama Fofana est celui qu’il faut, pas un militaire - Fus-ce t-il Djibril Bassole.

    Relisez les interviews de Adama Fofana. S’il dirigeait la Transition, nous aurions pu eviter pleins de problemes :
    www.lefaso.net/spip.php?article53589
    www.lefaso.net/spip.php?article48766

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 17:09, par cubejumbo En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    En tout cas pour avoir eu l’occasion de suivre des échanges aigres doux entre ce Pr Dicko et un autre Pr (ils sont tous Burkinabe), je suis persuadé que l’ancien et ex député CDP est un Mr ambitieux et irrespectueux. Quand au NAFA tout le monde sait que ce parti ne recueillera pas 2% de l’électorat.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 18:16, par colibri En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Voilà pourquoi j’ai refusé d’enseigner à l’université au Burkina Faso ; premièrement, le niveau du débat en amphi est si peu élevé que les professeurs en viennent à se mettre si bas pour se faire comprendre qu’à la fin, eux-mêmes sont incapables de rester cohérents le temps d’une interview ; deuxièmement, le boulot est si mal payé que certains enseignants sont obligés, même avec le grade le plus élevé de leur monde, de se compromettre à la façon du pr Dicko pour vivre honorablement ; pr Dicko, pitié, nous sommes lus partout dans le monde !
    n’avez vraiment rien à proposer aux burkinabés par vous mêmes au sein de votre parti que les ambitions exposées en un seul round de discussions par un non membre du parti, qui ne peut même pas en être militant de base car la loi le lui interdit en ce moment même ? Les raisons de votre choix porté sur Bassolé n’ont rien d’originales par rapport à ce que le même Djibril et ton ancien parti, et toi même d’ailleurs nous servaient pour demander le maintien de Compaoré au pouvoir. Présente toi Dicko, à la présidentielle d’octobre prochain et va en campagne avec un programme pour la réforme de l’enseignement supérieur au Burkina ; les étudiants connaissent leurs problèmes, et si tu les portes bien, ils ne manqueront pas de te soutenir ; tu rendras plus service au pays et tu auras peut-être plus, qui sait, que ce que Bassolé te propose.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 18:22, par Alexio En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Pourquoi aumoins dix caracteres. Ou est mon droit ala liberte d Expression ? Je ne suis pas d Accord avec le moderator. Je ne vis pas au Faso. Allouer ma contribution critiques sur les affaires du pays, alors je ne vois pas pourquoi cette sensure.

    Je veux ajoutez que vous m enlevez l envie decrire par votre Canal.

    Je voudrait tout simplement dire a ce Professeur qu on a plus besoins des Franc-macons dans la haute sphere de l Etat. L homme a sermenter dans cette societe lugubre ou les conflits d interets sont courants. Les conseils du Grand maitre de la loge qui est prioritaire. Cette secte n espas compatible avec la Democratie. La France et le gouvernement de Mr Hollande sont empester par les freres de la Grande loge d Orient de France.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 18:32, par Les Eculucubrificadabrations de Moi Goama En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Les militaires burkinabe sont comme les crocodiles de Yamoussoukro. Les crocodiles de Yamoussoukro, depuis qu’ ils ont goute a la viande du Vieux Dicko, ils faisaient tout feu de tout bois, ou tout crocs de tout homme. Les milos burkinabe pensent que le pouvoir leur revient aussi de droit et que les civils sont de parfaits Inca...(Pables). Pourtant on a pas dit que president c’est tueur. Or Militaire c’est pour tuer. C’est la seule chose qu’ on leur apprend au final.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 19:48, par sèrègadein En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Bonne chance au générale Bassolé pour 2020

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 20:52 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Du courage proffesseur ce monsieur est un patriote a fait beaucoup pour son pays

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2015 à 23:27 En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    DICKO TU VEUX REVENIR AU CENOU OU QUOI. A CAUSE DE TOI SEUL BCP DE GENS NE VONT PAS VOTER DJIBRIL.
    FAIS TON BILAN AU CENOU

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 00:07, par kamifi En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Voilà encore une deuxième sortie ratée du Pr.
    Il est vraiment valeureux seulement au labo.
    Pourquoi après cette ‘’position’’ (qui reste à prouver) adoptée à l’assemblée nationale te conduit à Bassolet le chantre de la modification de l’article 37 ?
    Bassolet a-t-il marqué son opposition à l’adoption du projet de texte en conseil des ministres ?
    Sa femme qui a pris sa place à l’Assemblée défendait quelle position ?
    N’ont-ils pas tous invité au vote de la modification ?
    Parles peu la prochaine fois car les insuffisances sont à la pelle.
    Pourquoi est-il allé s’expliquer à Abidjan et même avoir adressé un long mail plein d’excuses à Blaise le lendemain de sa fuite ?
    Est-ce par solidarité franc maçonnique ?
    Quelle est la différence de NAFA d’avec le CDP ?
    Quelle est la différence entre Blaise et Bassolet ?
    Le parti que tu défends n’est-il pas une tentacule du vieux CDP ?
    Je crois aussi que tu es allé exagérément loin en tant que fils du sahel en associant maladroitement le nom du défunt Arba dans ton torchon déjà bien crade. Mon prince Yoro, cela pourrait te coûter cher aux prochaines consultations (qui te font courir tant) quand on connait la fierté des tiens face à la vérité et les électeurs honnêtes (et qui comptent) sauront te rendre la monnaie. Inch Allah.
    Encore toi, Yoro ?
    Je pense qu’il ne faut pas nous distraire avec du verbiage sans direction : dis-nous que tu vises ta réélection et vu la saturation au niveau des partis existant au sahel, tu es allé à NAFA pour tenter ta chance sinon que la rencontre tardive et brève avec Bassolet et la rapidité de la création du parti avec le poste que tu occupes nous laissent perplexes. Sois plus honnête la prochaine fois et dis-nous simplement les choses sans trop te justifier car il me semble que le mensonge ne te réussit pas.
    Pourquoi laisses-tu le soin à Soungalo de répondre à ta place ? Qui et quoi protèges-tu ou caches-tu ? Est-ce pour ne pas gêner la future collaboration avec le CDP, que tout le monde voie bien dessinée ?
    C’est tout simplement dégueulasse. Tu crois fuir le caca en te réfugiant dans l’anus !!! Aie ! Aie ! Aie !

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 04:07, par Ka En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Peuple Burkinabé, ne vous laisser plus berner par ces faux intellectuels dits prof. Nous savons ce que ça donné avec Blaise Compaoré et son frère François, qu’on jurait que ce sont les hommes de la situation. Voter Djibril Bassolé par ce qu’un prof caméléon clame sa virginité pourtant c’était un complice d’un criminel, c’est de lui donner un chèque en blanc, car on ne sait pas de quoi il est capable : Surtout que Djibril Bassolé était la nounou de la famille Blaise Compaoré.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 06:17, par le Sage En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Je ne connaissais pas l’homme BASSOLÉ personnellement jusqu’à ce soir là. Nous avons discuté longuement sur la situation nationale et bien d’autres sujets non moins intéressants. J’ai alors compris que cet homme était loyal dans ce sens que il vous dira ce qu’il pense franchement si il n’était pas en accord avec vous. J’ai vu en lui un homme qui avait un profond respect pour le devoir de réserve parce que il n’était non plus disposé à parler de vos divergences à une tierce personne. Vous avez la responsabilité de vos actes et il a la responsabilité des siens.
    Une soirée m’a convaincu. DJibril BASSOLÉ est l’homme de la situation.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 09:15, par Abdoul Aziz En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Je connais bien Pr Dicko, si vous dites qu’il est ambitieux et il dit ce qu’il pense c’est OK mais faire des déclarations fallacieuses contre lui je ne suis pas d’accord. Au Burkina dès que tu t’opposes à une idée de quelqu’un c’est synonyme d’indiscipline, c’est ce qui envoyé la crise !! personne n’osait dire non à Blaise Compaoré ou critiquer sa décision. Est-ce un crime de soutenir un la candidature d’un ancien militaire si la constitution ne l’interdit pas ? est-ce un crime qu’un Professeur d’université fasse de la politique ou soutienne un candidat ? Comment peut-on changer les choses ou les faire évoluer si on s’intéresse à la gestion de la nation !!

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 09:37, par Abdoul Aziz En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Nous, groupes d’étudiants des universités du Burkina, allons nous mobiliser pour le soutien inconditionnel de notre professeur et de la NAFA, les jalous vont maigrir car il ne faut s’offusquer sur des préjugés infondés et des calomnies. Djibrill sera à Kossyam grâce à nous !!

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 09:45, par Abdoul Aziz En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Les burkinabè qui en veulent à Djribrill ou au Petit Dicko sont malhonnêtes. Bassolé est libre d’être candidat et Dicko est libre de le soutenir par le biais de son parti. Dire que Dicko est indiscipliné, c’est de la démagogie. Depuis quand vous avez vu quelqu’un de discipliné à 100% et soumis pouvoir percer au Burkina ? Parfois l’insoumission est une source de succès. C’est l’indiscipline du Général DELATRE en 1945 sur le débarquement de la normandie qui a sauvé la France. C’est la raison pour laquelle le bon sens doit primer sur tout.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 09:50, par Abdoul Aziz En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Peu importe qui va gouverner le Burkina, l’essentiel que le pays avance !

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 10:08, par le citoyen En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Djibril est bon comme candidat mais au regard de sa position recente,il doit s’abstenir pour ces elections et attendre 2020 autrement dit il va se decredibiliser en se portant candidat pour 2015.si Djibril est immediatement elu president apres Blaise ca veut dire que le Burkina n’a pas evolue,ce n’est meme pas croyable.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 18:14, par EllIdriss En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    En tout cas très content et ravi de vous lire vos propos. Dicko a d’énormes qualités académiques indiscutables tant au plan national qu’international. Pr DICKO, tout le monde connait la valeur de l’homme que vous êtes ! Vos pairs universitaires en sont très très conscients .Vous vous etes engagés politiquement depuis quelques années, quoi de plus normal après un parcours academique très honorable. Je comprends que c’est juste etre animé de la seule volonté d’être utile a son pays notamment pour ce qui est de son avenir. Un intellectuel de votre facture ne devrait pas rester en marge des instances de prise de décisions dans son pays. Et c’est juste Pr !!!! Je vous encourage beaucoup pour les idéaux que vous defendez et bon vent politiquement ! Academiquement c’est déjà gagné Pr ! jowtu koredji men fu

    Répondre à ce message

  • Le 1er mars 2015 à 18:54, par thenewcomer En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Pr ,soyez sérieux et ne prenez pas vos concitoyens pour des nez percés. Je crois qu’il est préférable en tant qu’intellectuel de nous aider à avancer. vous dites que votre parti prône la social démocratie. il y’aen déjà sur le terrain, pourquoi ne pas vous joindre à eux afin de réduire le nombre de partis, ?ensuite vous auriez décidé de voter non pour la modification, et c’est pour venir après soutenir un partisan de la modification soutenu par sa femme à travers des meetings ! !quelqu’un que vous rencontrez pour la première fois et qui vous convainc ? haba ! respectez un peu les citoyens ! vous qui étiez du même parti ! convenez Pr que vous# racontez des histoires# ! et puis, en tant que professeur , soyez candidat vous même ! au lieu d’aller vous joindre à #des achetés #à moins que vous ne le soyez vous - même. Un peu de dignité tout de même !

    Répondre à ce message

  • Le 2 mars 2015 à 23:31, par yamassoba En réponse à : Pr Mamoudou H. DICKO, vice-président de la NAFA : « Djibril Bassolé est l’homme qu’il faut à l’instant T pour le Burkina »

    Pr Dicko,meme pipe,meme tabac.On ne veut plus de dinausores à Kossyam.Que ça soit Djibril,Salifi Djèllo,Simon,le Roukin,vraiment la liste est longue,ils n’ont qu’allé se faire voir ailleurs.Ils sont tous des espions de l’enfant terrible de Ziniaré.Ils sont meme pire que le blaiso.Donc Pr,ton titre devrait t’empecher de t’aligner derrière ces tyrans.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés