Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Une des sources les plus fréquentes d’erreur est de prétendre expliquer аvес lа rаisοn dеs асtеs diсtés раr dеs influеnсеs аffесtivеs οu mystiquеs.» Gustave Le Bon

Gestion de forêts communales : Qu’en est-il dans un contexte de délégations spéciales ?

Accueil > Actualités > Environnement • • mardi 3 février 2015 à 22h30min
Gestion de forêts communales : Qu’en est-il  dans un contexte de délégations spéciales ?

A l’initiative de l’association Média’Vert en partenariat avec la Direction des forêts et l’ONG Tree Aid, des journalistes ont effectué, les 30 et 31 janvier 2015, une mission dans les communes de Diapangou et de Fada N’Gourma (région de l’Est), pour appréhender au mieux, la gestion des ressources forestières locales dans un contexte de délégations spéciales.

En rappel, par un décret daté du 17 novembre 2014, Yacouba Isaac Zida, alors Chef de l’Etat burkinabè d’après insurrection, prononçait à la fois la dissolution des conseils municipaux et régionaux, et l’installation de délégations spéciales dans toutes les communes et régions de notre pays. C’est ainsi que la délégation spéciale de la commune rurale de Diapangou a été installée le 29 décembre 2014, et celle de la commune urbaine de Fada N’Gourma, le 30 décembre 2014. Ce sont ces délégations spéciales qui font office d’exécutifs locaux ; et ce, jusqu’à l’entrée en fonction de nouveaux conseillers à élire dans le cadre des prochaines élections municipales annoncées pour se tenir le 31 janvier 2016. C’est donc à elles que revient la charge de gérer les questions environnementales de concert avec les communautés à la base. Dans ce sens, et s’inspirant de l’organisation des conseils municipaux, ces délégations spéciales ont mis en place une commission en charge de l’Environnement et du développement local.

Il en est du moins, ainsi au sein de la délégation spéciale de la commune de Diapangou. Une commune qui bénéficie depuis 2007, tout comme la comme de Fada N’Gourma, d’un projet de gouvernance locale des ressources financières porté par l’ONG Tree Aid. Un projet qui, depuis 2011, est financé par la Coopération suédoise (ASDI) et intervient dans les communes - en plus des deux précitées - de Seguenega, Gomponssom, Latodin, Basalagho, Noberé, et Pô. Grâce à ce projet, ces communes - du moins Fada et Diapangou - ont été dotées en conseillers techniques communaux, en ressources financières et matérielles. En sus, à Diapangou par exemple, les populations des douze villages riverains aux deux forêts – la forêt communale de « Wakou » d’une superficie de 185 ha et la zone sylvopastorale de 635 ha – concernées par ledit projet, ont été organisées en comités villageois de gestion, puis en comité intervillageois de gestion, ainsi qu’en seize groupes d’entreprises forestières villageoises. Les communautés ainsi organisées et dotées en matériels, assurent – avec l’appui de deux conseillers techniques communaux - la gestion quotidienne desdites forêts.

Les délégations spéciales assurent la coordination administrative et financière…

C’est sur cette même organisation des populations que s’appuie - à travers un schéma copié avec le conseil municipal dissout- la délégation spéciale de Diapangou. En effet, la délégation spéciale a mis en place une commission ad hoc chargée de l’Environnement et du développement local. Une commission présidée par le Chef du service départemental de l’Environnement, Yadenou Nabié, et chargée du suivi de la mise en œuvre du projet de gouvernance locale de gestion des ressources forestières. Les membres de cette commission et les conseillers techniques communaux forment l’équipe de coordination technique dudit projet. Et sa coordination administrative et financière, est assurée conjointement par le président de la délégation spéciale qui est le préfet du département de Diapangou, le secrétaire général de la mairie, le responsable des affaires financières de la mairie, tous membres de la délégation spéciale.
Une délégation spéciale qui, à en croire François K. Lompo (un de deux conseillers techniques communaux), a été située et sur les enjeux du projet en question et sur les défis qui les attendent en matière de gestion forestière. Déjà, confie François Lompo, l’ONG Tree Aid a appuyé la délégation spéciale avec quelques ressources pour pouvoir démarrer la mise en œuvre d’un plan d’actions 2014-2015 prévoyant entre autres, le bornage de la forêt, la fixation de plaques et de murets signalétiques, la dotation en matériels de transformation des produits forestiers et en matériels d’exploitation de miel. La délégation spéciale s’investira aussi, à en croire le président de la commission en charge de l’environnement, dans la sensibilisation et le renforcement des capacités par rapport à certaines « activités techniques » que les communautés « ne maîtrisent pas encore ».

Des tournées de recensement de préoccupations des populations

Les membres de cette commission, à en croire son président Yadenou Nabié, sont en train de faire le tour des villages environnants pour recenser les préoccupations des différents acteurs. Et M. Nabié de préciser, « A la fin de ces tournées, nous allons soumettre un rapport au président de la délégation spéciale ». Déjà, les populations du village de Wakou demandent le changement de la dénomination ‘’Forêt communale de Wakou’’ en ‘’Forêt sacrée de Wakou’’. Il s’agit en effet, d’une forêt qui abrite un lieu sacré ; et c’est, semble-t-il, là-bas que sont ensevelis les patriarches du village. Et Salif Yada, le maire déchu de Diapangou de rappeler que dans les négociations qui ont abouti à la communalisation de la forêt, « tout le monde avait accepté que ce soit forêt communale de Diapangou ». Et d’ajouter, « Mais si cela pose problème, et que les populations veulent qu’elle soit rebaptisée ‘’forêt sacrée de wakou’’, et si cela peut contribuer à la pérennisation de la forêt, ça ne pose aucun problème ». A l’en croire, le conseil municipal avait « envisagé des aménagements qui ne puissent pas nuire aux pratiques coutumières dans la forêt ». La demande étant soulevée avec insistance, M. Nabié dit y voire une préoccupation ; préoccupation prise au sérieux et qui sera examinée.

Pour consolider les acquis après la fin – en juin prochain - du projet de l’ONG Tree Aid qui a recruté les deux conseillers techniques, les comités villageois de gestion des deux forêts de la commune de Diapangou ont commencé à recevoir chaque mois, des formations spécifiques. C’est du moins, ce qu’a confié François Lompo qui a précisé en sus, que la collaboration des communautés locales avec les services forestiers a été renforcée. Et d’ajouter, « On a signé une feuille de route avec les services forestiers qui vont se substituer à nous en assurant notamment des formations ».

Délégations spéciales et populations, unies pour les forêts

Dans la commune de Fada N’Gourma également, les populations des villages riverains à la forêt communale de Bougui vaste de 270 ha, gèrent activement en comités et avec l’accompagnement de la délégation spéciale, ladite forêt. Actuellement, des activités de sécurisation de la forêt, notamment le bornage, sont en cours. Le moins que l’on puisse dire, c’est les délégations spéciales dans ces deux communes visitées s’activent pour accompagner la dynamique des communautés à préserver ‘’leurs forêts’’ dont elles semblent mieux appréhender l’importance.

En tout cas, pour le président de l’association Média’Vert, Georges Sawadogo, « la présence des membres des délégations spéciales des deux localités aux côtés de l’équipe de mission témoigne de leur volonté d’accompagner les populations pour la réussite des projets de développement qui interviennent au niveau de ces forêts ».
Signalons que Média’Vert est une association de journalistes qui s’intéressent aux questions environnementales. Elle a vu le jour en décembre 2012 et s’appuie sur ses partenaires, notamment le réseau MARP, le ministère de l’Environnement et du développement durable, l’ONG Tree Aid, l’ONG Naturama, pour effectuer des visites de presse. Avec cette sortie dans la région de l’Est, les Hommes de média ont pu, à tout le moins, appréhender comment les populations et les délégations spéciales s’organisent pour la gestion des forêts communales, et comment ces populations tirent profit desdites forêts.

Fulbert Paré
Lefaos.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Affaire forêt de Kua : Un groupe de jeunes s’oppose à une activité pour la sauvegarde de la forêt
Forêt classée de Kua : Une délégation gouvernementale échange avec les acteurs de Bobo
“Un hôpital dans une forêt classée dans un pays désertique, est une modernisation régressive” selon Touorizou Hervé Somé
Forêt de Kua : Le MPP réprouve la conduite des agents des eaux et forêts
Affaire forêt de Kua : « Le gouvernement doit concilier plusieurs impératifs », selon Siaka Coulibaly
Affaire forêt de Kua : Une citoyenne s’adresse aux puissants du jour
Eau et assainissement : Un projet d’approvisionnement durable lancé à Pabré
Déclassement de la forêt de Kua : Les forestiers menacent de passer à la « vitesse supérieure »
Forêt de Kua : Le Balai citoyen prêt à descendre sur le terrain
Forêt de Kua : Une marche contre le déclassement prévue pour le 1er juin 2019
Forêt de Kua : le député Moussa Zerbo annonce la création d’un mouvement
Forêt de Kua : Des forestiers en colère déterrent les bornes délimitant l’espace réservé à la construction de l’hôpital
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés