Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

vendredi 16 janvier 2015 à 01h59min

140 000 000 de francs CFA, c’est le coût total du don remis au CHU-YO ce jeudi 15 janvier 2015. L’ambassadeur de la république arabe d’Egypte au Burkina, Hisham Nagi, par ce geste, veut exprimer la fraternité et la solidarité de son pays envers le peuple burkinabè.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

« L’éducation et la santé sont les grandes priorités de la plupart des pays du sud », a déclaré l’ambassadeur de l’Egypte au Burkina Faso. C’est sans doute dans le but d’aider notre pays à relever ce défi, que la république d’Egypte apporte son soutien par la remise de matériels au CHU-YO. Composé de quatre générateurs d’hémodialyse, de consommables d’hémodialyse (dialyseur, aiguilles A/V, concentré 50 bidons de sel, de lignes A/V 11130), d’un colonne-complet d’endoscopie urologique, d’un échographe et d’un aspirateur chirurgical, ce matériel vient « soulager les malades qui sont dialysés et aussi renforcer le plateau technique de l’hôpital en matière de prise en charge des malades soumis à des séances de dialyse ».
Le ministre de la santé, Amedé Prospère Guiguimdé a exprimé au donateur toute la gratitude et la reconnaissance du CHU-YO, ses patients et du peuple burkinabè pour cet acte de solidarité. Il n’a pas manqué de souligner l’importance du don qui est d’une bonne qualité et de quantité et rassurer que tous les moyens seront mis en œuvre pour que le matériel soit utilisé à bon escient. Un matériel qui vient aider « à affronter une pathologie très cruciale qu’est l’insuffisance rénale », dixit le Directeur du CHU-YO.

Le matériel de dialyse coûte très cher. Un seul kit de dialyse coûte environ 45 mille de francs CFA et un générateur 20 millions de francs CFA. Le CHU-YO n’avait qu’un seul colonne-complet d’endoscopie. Pour commencer des séances de dialyse au Burkina, il fallait verser la somme de 1 200 000 et chaque séance s’élève à soixante-douze mille francs avec trois séances au moins par semaine. Avec les efforts du gouvernement cette somme est revue à la baisse et actuellement est de 500 000 francs et de 15 000 par séance. Des prix qui restent malgré tout élevés au regard du revenu moyen des Burkinabè.
Ce matériel permettra une meilleure prise en charge des malades et pourquoi pas de revoir à la baisse le prix de soins. Le ministre de la santé a émis le souhait de voir établir entre le CHU-YO et un hôpital universitaire égyptien, des relations de coopération et d’échanges en matière médicale.

Kabore S. Rosine (stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 janvier 2015 à 05:10
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    REVOIR le forfait:500000fen réalité au lieu de 50000f.je parle en connaissance de cause.du courage et meilleure santé au malades !

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 07:26, par TRAORE MOUSSA, IPP LIONS CLUB OUAGADOUGOU SYNERGIE
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Excellente nouvelle pour le peuple burkinabè dont le nombre de malades souffrant de cette pathologie augmente de plus en plus. Merci à l’Egypte qui vient renforcer le geste d’autres partenaires tels que le Maroc, le LIONS Club, etc...
    Nous espérons que d’autres bonnes volontés emboîteront le pas afin que comme dit le Ministre, nous puissions espérer une baisse du coût de la dialyse voire prétendre à la gratuité des soins à court terme.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 09:02, par Pat le Démocrate
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Je demande au gouvernement de songer aux dialysés originaire de l’ouest du Burkina. Si un centre de dialyse était ouvert à Bobo, cela soulagerai non seulement les malades de Bobo, mais aussi ceux de Banfora, Gaoua, Orodara, Houndé et autres localités proches de la ville de Bobo. Beaucoup n’ont pas les moyens de payer le forfait de cinq cent mille (500 000) fr. Et vivre à Ouaga sans famille n’est pas chose aisée. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 09:04, par Pat le Démocrate
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Je demande au gouvernement de songer aux dialysés originaire de l’ouest du Burkina. Si un centre de dialyse était ouvert à Bobo, cela soulagerai non seulement les malades de Bobo, mais aussi ceux de Banfora, Gaoua, Orodara, Houndé et autres localités proches de la ville de Bobo. Beaucoup n’ont pas les moyens de payer le forfait de cinq cent mille (500 000) fr. Et vivre à Ouaga sans famille n’est pas chose aisée. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 12:45, par Jean
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Je confirme la requête de l’intervenant n°3. Il faut urgemment un centre de dialyse à Bobo pour décongestionner la région de l’ouest. Il n’y a pas que les malades à Ouaga seulement. Renseignez-vous auprès des dialysés et ils vous diront combien ils souffrent de l’éloignement de leurs parents et des conditions de vie de la ville de Ouaga.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 12:46, par Jean
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Je confirme la requête de l’intervenant n°3. Il faut urgemment un centre de dialyse à Bobo pour décongestionner la région de l’ouest. Il n’y a pas que les malades à Ouaga seulement. Renseignez-vous auprès des dialysés et ils vous diront combien ils souffrent de l’éloignement de leurs parents et des conditions de vie de la ville de Ouaga.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 12:51, par Jean
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Je confirme la requête de l’intervenant n°3. Il faut urgemment un centre de dialyse à Bobo pour décongestionner la région de l’ouest. Il n’y a pas que les malades à Ouaga seulement. Renseignez-vous auprès des dialysés et ils vous diront combien ils souffrent de l’éloignement de leurs parents et des conditions de vie de la ville de Ouaga.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 12:54, par Jean
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Je confirme la requête de l’intervenant n°3. Il faut urgemment un centre de dialyse à Bobo pour décongestionner la région de l’ouest. Il n’y a pas que les malades à Ouaga seulement. Renseignez-vous auprès des dialysés et ils vous diront combien ils souffrent de l’éloignement de leurs parents et des conditions de vie de la ville de Ouaga.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 14:56, par DONS UTILES
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Les problèmes rénaux constituent des difficultés de santé publique pour beaucoup de Burkinabè. Les coûts des traitements ne sont pas à la portée de la bourse du commun des citoyens. Les efforts consentis dans la baisse sensible des coûts de dialyse ont été rendus possibles par l’action de la direction générale du CHU Yalgado qui a pris des initiatives dans ce sens courant 2010.Un déploiement utile de la subvention de l’Etat à la santé a donc permis d’aboutir à ces résultats par le sens managérial de la direction de l’hôpital. Il convient de saluer également l’ambassadeur d’Egypte qui a su être à l’écoute de la direction de Yalgado pour fournir un équipement aux normes requises de santé pour le service de dialyse. C’est un bel exemple à suivre car l’hôpital ne doit pas servir de dépotoir pour des dons de matériels sanitaires vétustes inappropriés pour les soins des malades.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 16:22, par walai
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Et il parait qu’il n’ y a pas de personnel pour s’occuper des malades en dialyse. J’ai accompagné un malade une fois et on a attendu en vain. Ceux qui devaient le faire, se plaignaient n’être pas normalement payés comme les autres infirmiers : C’était la confusion totale. Je veux juste dire : une chose c’est d’avoir le matériel, une autre est d’avoir le personnel adéquat et responsable pour traiter les malades. Il manque de la discipline ds nos pays, et c’est grave.

    Répondre à ce message

  • Le 16 janvier 2015 à 18:46, par yako
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Felicitations a l,Egypte et mille merci.

    Répondre à ce message

  • Le 17 janvier 2015 à 08:32, par Jeanine Debo
    En réponse à : Dialyse : l’Egypte vole au secours de l’hôpital Yalgado Ouédraogo

    Et Bobo ?
    En Côte d’ivoire et au Senegal chaque ville est équipée de sOn centre de dyalyse !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés