Réparation des séquelles de l’excision : Des femmes de la région du Nord bientôt soulagées

vendredi 2 janvier 2015 à 22h08min

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme de prise en charge de la chirurgie réparatrice et intime au profit des femmes, l’ONG Bibir, qui intervient dans la région du Nord, a organisé une séance de dépistage le mardi 23 décembre 2014 au Centre Hospitalier Régional de Ouahigouya.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Réparation des séquelles de l’excision : Des femmes de la région du Nord bientôt soulagées

C’est avec la collaboration de la direction régionale de l’action sociale et de la solidarité nationale du Nord et du service de gynécologie du Centre Hospitalier Régional de Ouahigouya que la séance de dépistage de femmes et de jeunes filles souffrant de séquelles de l’excision a été initiée. Les statistiques de l’action sociale laissent percevoir que la région du Nord est une zone à forte pratique d’excision avec des conséquences sur la santé et l’épanouissement des victimes. En effet, elles sont encore nombreuses dans nos villes et campagnes soutiennent les spécialistes de la santé, qui souffrent intérieurement des séquelles de l’excision et à des degrés divers. Malheureusement indiquent les responsables de l’action sociale, par manque d’informations sur les possibilités de réparations et faute de moyens, des femmes vivront avec ce mal jusqu’à la fin de leurs jours. Le programme de prise en charge de la chirurgie réparatrice et intime au profit des femmes dans son objectif vise à permettre aux femmes victimes de l’excision de bénéficier d’une intervention chirurgicale de réparation afin que ces dernières puissent jouir pleinement de leur féminité.

Réparer les séquelles de l’excision pour une meilleure vie sexuelle et reproductive

Pour cette première consultation organisée à leur endroit, elles sont sept (07) patientes venues des provinces du Passoré, du Lorum et du Yatenga à être dépistées, et cinq (05) ont été retenues pour subir une réparation dans les jours à venir par les soins de Docteur Ouédraogo Issa du service de gynécologie du CHR de Ouahigouya. Ce dernier à la suite des consultations des patientes à indiqué que ces dernières souffraient entre autres de fistule recto-vaginale probablement causée par l’excision ou les accouchements, d’accolement de lèvres, de fistules obstétricales. C’est avec joie que Minata Ouédraogo habitante de Kibou dans la province du Passoré, Nafissatou Nacanabo et les autres femmes ont accueillies la décision du médecin de procéder à la réparation les séquelles qu’elles trainent depuis qu’elles ont été excisées. Le directeur de Bibir Abdou Wahabo Ouédraogo s’est dit rassuré et satisfait par le début de cette opération au profit des femmes de la région du Nord. « La réparation des séquelles profitera à plusieurs femmes ce qui va leur permettre de constater la disparation des douleurs qu’elles éprouvaient, en plus elles retrouveront une vie sexuelle normale et éviteront les accouchements difficiles voir la mort du nouveau-né et parfois la leur », a soutenu M. Ouédraogo après la séance de consultation.

Yann NIKIEMA
Lefaso

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés