Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

Accueil > Actualités > Politique • • mercredi 18 juin 2014 à 05h55min
Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

Un contentieux électoral mal géré peut ouvrir la voie à une crise et les exemples sont légions en Afrique. C’est fort de ce constat, et en prélude à la présidentielle de 2015, que le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) prépare la classe politique nationale à la gestion du contentieux électoral afin d’éviter toute situation de conflit post-électoral. L’institution a, à cet effet, initié une formation des partis politiques sur la résolution des litiges électoraux. Prévue en deux sessions, la première a été ouverte ce mardi, 17 juin, et ce jusqu’au 20 juin, et regroupe, au siège de l’institution sis à Ouaga 2000, 26 participants de 13 partis politiques de la majorité et de l’opposition.

« Les élections constituent l’une des manifestations les plus visibles et disputées de la vie démocratique de nos pays. En raison des enjeux de la compétition électorale, les candidats et les partis politiques n’hésitent pas à formuler des griefs, à tort ou à raison, contre leurs adversaires politiques mais aussi parfois contre les autres acteurs du processus électoral, en particulier la commission électorale chargée d’organiser les élections », a planté le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), Me Barthélémy Kéré qui a présidé l’ouverture de la formation.

A l’en croire, cette formation va permettre aux bénéficiaires de renforcer leur contribution à la consolidation du processus démocratique et à l’amélioration de la gouvernance électorale au Burkina. « Quel que soit le bien-fondé des griefs, les litiges électoraux doivent être résolus de manière pacifique en s’adressant aux mécanismes appropriés consacrés par la constitution et le code électoral », a-t-il soutenu.

Pour le premier responsable en charge des élections, et félicitant la « clairvoyance » du CGD, ce renforcement de capacité est « très important » pour un climat de paix et pour la consolidation du processus démocratique au Burkina. Les partis politiques et la CENI étant, poursuit-il, des composantes majeures du jeu démocratique et jouant un rôle important dans la légitimation et la transparence du processus électoral.

Aux grands enjeux, de grandes initiatives

Les difficultés, notamment techniques et organisationnelles, des partis politiques dans leur mission de contrôle des opérations électorales sont, selon Me Kéré, constatées de manière récurrente aussi bien par la CENI que par les observateurs électoraux. « Le CGD a notamment observé lors des élections couplées de 2012, la non-maîtrise des opérations électorales par les représentants des partis politiques ; leur présence limitée dans les bureaux de vote ; le relâchement du contrôle et de la surveillance des opérations dès la clôture du scrutin », a-t-il étayé.

Il a, en outre, révélé que les partis politiques ont montré de graves méconnaissances des mécanismes de résolutions des conflits électoraux, se traduisant par la non-maîtrise des dispositions du code électoral et des autres instruments juridiques permettant aux citoyens et aux partis politiques de saisir la justice pour les manquements constatés dans l’organisation et le déroulement du scrutin. Ce qui a pour conséquence, l’absence d’expertise juridique pour saisir la justice et organiser la défense devant elle et notamment pour appréhender, évaluer et présenter les preuves des allégations de fraudes. Une « insuffisance » qui peut également ouvrir la voie à des dysfonctionnements susceptibles d’entacher la crédibilité du processus électoral et, même, mettre en péril la paix sociale.

C’est certainement au regard de cet enjeu que le président de la CENI a engagé les participants, en déclarant qu’ils sont, désormais, les acteurs clés pour renforcer de façon générale la transparence du processus électoral. Le président, Me Barthélémy Kéré, a encouragé le CGD (partenaire de la CENI pour le renforcement de la gouvernance électorale), à continuer à s’investir à travers la formation, la sensibilisation et l’assistance technique pour, ensemble, relever les défis électoraux existant au Burkina.

Placée sous le thème « Formation modulaire BRIDGE (building ressources in democracy, gouvernance and elections) sur la résolution des litiges électoraux », la formation se tient en deux sessions : la présente qui prend fin le 20 juin prochain et la seconde session prévue pour se dérouler du 1er au 4 juillet 2014.

Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

Encadré :

Abdoul Karim Sango, un des facilitateurs

Nous sommes à l’entame d’un processus électoral, qui a déjà commencé au niveau de la CENI avec l’enrôlement biométrique. En Afrique, l’expérience a montré que les litiges électoraux, lorsqu’ils sont mal résolus, ont des conséquences assez graves pour la paix sociale. Et le CGD voudrait renforcer les capacités des partis politiques, qui sont les premiers concernés en matière électorale, sur les mécanismes prévus dans le droit burkinabè afin que, éventuellement, tout litige qui surviendrait en matière électorale puisse être réglé selon les canaux officiels, prévus soit par la loi soient par d’autres textes.

Les modules qui seront développés sont, essentiellement, basés sur les techniques de résolutions de conflits notamment, la voie judiciaire, la voie administrative (parce que la CENI elle-même, peut résoudre un certain nombre de conflits), certaines techniques telle que l’écoute. Souvent, il y a des conflits parce qu’on ne prend pas le temps de s’écouter suffisamment. Nous disons aux partis politiques qu’il est important de s’écouter. Même ceux que vous considérez comme vos adversaires pensent parfois la même chose que vous. Donc, prenez le temps au moins de les écouter. Ce sont autant d’éléments sur lesquels va porter la formation.

Propos recueillis par
Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 juin 2014 à 18:27, par L’Intègre En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Formidable travail de la part du CGD ! Car, comme on le dit : Mieux vaut prévenir que guérir

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 18:36 En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Très bonne initiative !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 18:42, par electron 1er En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Voila ce pour lequel notre lutte doit être axée,si non que l’on soit pour ou contre le référendum est un faux débat. Nous devons travailler de telle sorte a éviter les fraudes,je crois que si cela est fait chacun travaillera de tel sorte a obtenir des voix au lieu de passer tout son temps a blâmer l’autre par ci et par là lorsqu’on perd les élections.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 18:53, par gros bras mince En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Ce qui se passe actuellement est vraiment dû en parti des mauvais fonctionnements des urnes au pays des hommes intègres,si on arrive a organiser des élections en toute transparence il y’a pas de raison que l’on soit là encore en train de discuter de référendum ou en core d’éventuel modification de l’article 37 car tout ça n’est rien si au soir des élections les gens vous n’avez assez de voix pour vous imposer.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 18:54, par Djamel En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Peuple du Burkina, on veut te préparer à accepter l’inacceptable :
    Le référendum , puis la modification de l’article et le règne à vie de BC.
    Lève toi et dit NON !!! NON c’est NON !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 19:05, par commando invisible En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Nous souhaitons vraiment que cela aboutisse qu’enfin aux yeux de tous on se rend compte que les élections sont tout a fait juste et les résultats légaux,ça nous aura évité les bruits qui cours par ci et par là a chaque qu’il y’a des élections au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 19:20, par L’amazone En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Enfin des actions responsables des partis politiques au Burkina. C’est la voie à suivre, aucun pays ne saurait se développer si ces responsables politiques ne connaissent pas la porté de leurs actes, leurs déclarations et s’ils ne sont pas responsables.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 19:23, par edouard konombo En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    je dirai que cela est une bonne initiative surtout que nous sommes en phase de guerre froide.j’irai a dire que cette conférence est la bienvenue pour notre opposition qui est si radicale présentement,qui dis non a tout !vive la paix au Burkina faso

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 19:43, par affaire a suivre En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    C’est nettement claire que l’opposition a bien une grande part de responsabilité dans le déroulement des élections,il faut donc s’appliquer pour qu’elle puisse tenir la place qu’il lui faut en pareil situation,c’est pourquoi qu’il est aussi impératif de bien faire comprendre a cette opposition comment s’y prendre au moment venu.C’est d’autant plus important car ce sont les seuls a se plaindre en cas de défaite et cela peut avoir des désagréments.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 19:48, par Ouédraogo Issa En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Vivement que 2015 arrive et que cette formation sert à quelque chose. Tous les burkinabé doivent comprendre qu’on a tous intérêt à ce qu’une crise n’éclate dans ce pays sinon on va tous payer le prix.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 19:50, par KIDIGA En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Je pense que c’est aussi agréable que vous faîte une sensibilisation sur la question du referendum,car c’est la base d’un éventuel conflit.il faut que les Burkinabé comprennent qu’ils ont le libre choix de dire non ou oui a Blaise par le simple acte de partir au referendum !ainsi on pourra garantir notre très grandes valeurs qui est la PAIX !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 20:44, par georgette tabsoba En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    VIVE la paix qui est indispensable pour le développement d’un pays.il faut comprendre également que la question du referendum ne doit pas être tributaire a cette entité de la paix.il faut consulter le peuple et cela est impératif !tous ensemble pour la paix,tous ensemble pour le referendum !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 21:16, par Un Citoyen Libre En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Je tire mon chapeau vraiment à Loada et à toute son équipe pour ce genre d’initiatives ! Comme l’a si bien relevé le journaliste "Aux grands enjeux, de grandes initiatives". Il ne faut pas se lasser de former car seul la formation peut nous épargner de la situation dont nous craignons tous. Le fait de réunir des partis politiques de bords différents est déjà une bonne chose de par ce contact. J’encourage les autres OSC à maximiser dans de telles initiatives car c’est tout le monde qui y gagne.

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 21:33, par ENERIQUE En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Je pense que vous devez vous rappeler de la célèbre assertion de Mr Rousseau qui stipule que combattre l’inégalité qui existe entre les hommes serait aller contre la nature. Donc il est tout a fait normale que les Hommes se dépasse et que certain dossier soit traiter en priorité et d’autre non !Juste une simple façon de vous dire que le referendum se tiendra !

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2014 à 21:47, par le woudy En réponse à : Politique : les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    En tout cas c’est une belle initiative de la part en tout cas de Me Kere il faut surtout que les gens aient confiance au verdict que leur livre les urnes ;je crois bien que si on arrive a organiser des élection en toute transparence et que les gens prennent acte de ça,cela va un temps soi peu calmer les ardeurs et chacun travaillera de telle sorte a rassembler le plus de partisans,n’est ce pas beau tout ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin 2014 à 08:25, par Candidature de Blaise Compaoré, danger électoral de 2015 En réponse à : Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Une excellente initiative ! Il faut mettre l’accent sur l’éligibilité des candidats (la candidature du président sortant Blaise Compaoré pour 2015, elle ne doit pas être acceptée quelque soit les manoeuvres entreprises, sinon cela va constituer une source de tensions électorales). Il y a le respect des textes sur les campagnes électorales (la couverture médiatique, l’utilisation des moyens de l’Etat, le plafonnement des moyens financiers, etc.) Enfin la présence effective des observateurs des partis politiques et sociétés civiles dans chaque bureau de vote jusqu’au dépouillement, à la centralisation, etc. Pour ces élections de 2015, le veritable problème sera la candidature du président Compaoré. Si cela est maitrisé, on aura l’élection la plus démocratique que le Burkina Faso n’ait jamais connue avec un taux de participation qui avoisinera les 80%. Maintenant si le CDP s’entête à vouloir faire ce coup de force aux autres, alors là attention aux dégats électoraux de 2015. L’équation est très simple à résoudre pour le bonheur de tous afin que notre cher Faso entre dans le cercle très fermé des pays veritablement démocratique comme le Ghana.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin 2014 à 08:46, par BriceO En réponse à : Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    Le jeu est biaisé à la base. Le recours ultime en cas de litige électoral est le conseil constitutionnel et au Burkina 7 des 10 juges de cette cour sont nommées par le Président du Faso, comment cette cour peut se vanter d’être impartiale dans un litige qui implique le parti au pouvoir ? Commençons par poser des bases solides et tous le monde sera confiant en cas de litige.

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin 2014 à 08:55, par jojo En réponse à : Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    belle initiative !

    Répondre à ce message

  • Le 18 juin 2014 à 10:23, par Romano En réponse à : Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    C’est bien de renforcer les acteurs des consultations électorales pour que tous litige y afférent soit réglé à travers des canaux républicains. Cependant, il faut que les animateurs de ces canaux, particulièrement le système judiciaire rassurent les protagonistes en ayant un comportement proactif et impartial. Il y a des antécédents qui ne rassurent pas. Lorsqu’on prends des individus avec des urnes et qu’après ces mêmes individus vaquent librement à leurs occupations, il faut reconnaitre qu’il y a un problème et que les prochaines fois les autres pourraient être tentés de résoudre le problème à leur manière. Lorsque que le président de la CENI reconnait que des individus identifiables et appartenant à un parti (bien identifié) se sont rendus coupable de vandalisme du matériel électoral (cas de Banfora en 2012)et classe l’affaire sans suite, reconnaissons qu’il y a un problème et cela ne rassure pas. Lorsque la justice se contente de faire le minimum en incarcérant des seconds couteaux (des pauvres types)dans des affaires très graves (cas des achats de cartes d’électeurs dans l’arrondissement 4 de ouaga) pouvant sérieusement entacher la crédibilité d’une élection, sans chercher les commanditaires du crime, il y aura toujours problème. Alors, réfléchissons y !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 juin 2014 à 01:27, par Jeunedame seret En réponse à : Les partis politiques formés à la résolution des litiges électoraux

    L’initiative est charmante ; mais mal placée. En tout cas, c’est pas le bon moment. Et cela fait croire qu’elle est beaucoup plus une malice politique pour dépêcher des excuses aux voleurs de la loi. Mr Loada, pour plus de crédibilité et de réussite à cette formation, il faudrait d’abord persuader l’électorat de la non-candidature de Blaise ; et ensuite réviser quelques dossiers de fraude électorale avec des sanctions pour calmer les esprits. Sinon, cette formation serait un parfum à l’anus.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Députée Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano : « Les gens pensent que la politique, ce sont des intrigues »
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés