Conseil des Femmes du Burkina : Pour l’épanouissement des femmes et le développement du Burkina

vendredi 6 juin 2014 à 23h32min

Le 27 mai 2014 a été mis en place le bureau du Conseil des Femmes du Burkina Faso (CFB). Cette structure vient renforcer celles déjà existantes qui œuvrent pour un mieux-être de la femme et de la fille. Le jeudi 6 juin a eu lieu la rencontre de présentation du CFB.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conseil des Femmes du Burkina : Pour l’épanouissement des femmes et le  développement du Burkina

Le 2 juin 2014, lors de la « signature de la convention pour la mise en œuvre du programme de lutte contre les violences à l’égard des femmes et des filles », Madame la Ministre de la Promotion de la Femme et du Genre soulignait le constat de persistance des violences faites aux femmes. La venue de cette autre structure pour la promotion de la femme ne peut donc être que salutaire. D’autant que c’est pour conduire les actions collectives pour une avancée de la cause des femmes que la mise en place de ce cadre a été proposée. Elle s’est faite avec l’appui du NDI (National Democratic Institute).

Ce jeudi donc, des femmes de toutes les couches sociales, orientations politiques et confessions religieuses se sont retrouvées autour de la Présidente du CFB, Madame Martine Yabré et de la vice-présidente, l’honorable député Madame Benjamine Doamba, avec le même appel « femmes du Burkina Faso, engageons-nous pour une contribution efficace au développement ». Car le CFB se fonde sur une vision du développement qui est celle d’un « Etat ou hommes et femmes sont mu(e)s par l’ambition de rendre meilleures les conditions de vie des populations dans tous les domaines », assure la présidente). Ainsi, il se veut un cadre pluridisciplinaire, fédérateur d’expériences, d’énergies et d’initiatives.

Cependant, pour une participation conséquente et bénéfique des femmes, elles doivent jouir d’une indépendance, d’une condition optimale ou encore d’ « une égalité dans la prise de décision qui serait fédératrice » (Madame Aminata Faye Kassé, Représentante Résidente du NDI) dans un processus de développement. Pour cela, le CFD se donne pour mission de veiller, d’alerter, d’agir en vue de lever les différents obstacles au plein épanouissement des femmes et des filles dans l’optique de promouvoir le statut et la participation citoyenne des femmes et des filles. Ce combat reste celui des femmes certes, mais ne doit se faire sans l’accompagnement des femmes, précise la présidente.

Le CFD se structure autour de cinq organes que sont l’assemblée générale, le bureau exécutif, les commissions ad’hoc, le comité scientifique et les antennes régionales.

Pour le développement du Burkina Faso, il convient d’œuvrer selon les responsables du CFD, à lever toutes les problématiques qui entravent l’épanouissement des femmes et des filles. Un appel a ainsi été lancé à toutes les femmes pour une action commune. Peut être membre du CFD, toute femme sans aucune distinction.

Martiale ZONGO (stagiaire)

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés