Opérations de charme du CHU-Yalgado Ouédraogo envers l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et le CHU de Charleroi

Communiqué • samedi 31 mai 2014 à 10h08min

Une mission conduite par le directeur général du CHU-YO, Robert Sangaré , en France et en Belgique, a permis mener des actions relations publiques et de plaidoyer envers des établissements de santé. L’objectif visé est de favoriser l’instauration de relations partenariales, axées sur la mise en œuvre du projet de développement stratégique 2013 -2017 du CHU-YO. Les volets renforcement des compétences des ressources humaines, et partage d’expériences et de bonnes pratiques, ont été au cœur des différentes rencontres.

Opérations de charme du CHU-Yalgado Ouédraogo envers l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris et le CHU de Charleroi

Le 20 mai 2014 à partir de 17heures a eu lieu la première rencontre entre le directeur général du CHU-YO et celui de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, Martin Hirsch, qui gère 40 hôpitaux de la région parisienne. Il faut dire que les deux personnages se connaissent de longue date, étant tous deux actifs dans le monde associatif ; surtout que Martin Hirsch fut ministre du gouvernement Fillon et président d’EMMAUS International, est connu au Burkina pour les actions humanitaires. « C’est avec plaisir que j’ai appris votre nomination à la tête de AP-HP. Et c’est l’occasion de vous adresser mes vives félicitations et mes chaleureux encouragements », a souligné le premier responsable du CHU-YO. Au cours de l’audience, le directeur général du CHU-YO a plaidé deux axes d’appui pour une éventuelle coopération devant son ami français.

La formation : après avoir expliqué les grandes lignes et les ambitions du projet d’établissement du CHU-YO, le directeur général a souligné qu’au Burkina Faso l’on achemine vers une nouvelle gestion des hôpitaux par pôles. Notamment les 03 pôles du CHU en vue dans la ville de Ouagadougou. Il convient donc qu’il y ait des échanges d’expériences afin de permettre surtout à des cadres burkinabè de maîtriser ce mode de gestion auquel est rompu l’établissement de Martin Hirsch. L’idéal est d’en arriver à l’instauration d’un partenariat avec l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, pour que les amitiés et les occasions de formation, qu’il pourra y avoir, se déroulent dans un cadre formalisé et institutionnel.

Les évacuations sanitaires : sur ce point, le directeur général a fait cas des difficultés et souffrances subies par des patients burkinabé dans la région parisienne. En cause, les comportements non exemplaires des intermédiaires privés. Il arrive que ces derniers disparaissent sans trace, ou deviennent injoignables au moment le patient est prêt pour être évacué sur Paris. Le CHU-YO par qui passe un nombre important de dossiers d’évacuations, souhaite la suppression de ces intermédiaires, pour avoir comme interlocuteur direct l’AP-HP. Sur les deux propositions, Martin Hirsch s’est montré réceptif et intéressé, qu’il a promis d’étudier avec une grande attention.

Le lundi 26 mai 2014. A Charleroi (Belgique). Et à partir de 12H. Le directeur général du CHU-Yalgado Ouédraogo, a eu entretien avec le son homologue du CHU de Charleroi, le Dr Phillipe LEJEUNE qui avait à ses côtés son directeur médical, ainsi que le grand néphrologue le Pr Tielemans Christian. Robert Sangaré a remercié les premiers responsables du CHU de Charleroi pour l’accueil chaleureux, et a plaidé pour un renforcement des compétences des ressources humaines de son établissement. Cela peut passer par la formation des personnels qui partiront séjourner à Charleroi pour des stages. Ou à l’inverse, ce sont des experts belges qui pourraient effectuer le déplacement du Burkina pour y former sur place certains spécialistes burkinabé.

Hôpital de renom en neurochirurgie, en chirurgie cardiaque et en oncologie, le CHU de Charleroi, est une grande structure de santé, éclatée sur 05 sites, mais cohérente. C’est dire qu’ils sont rompus à la gestion des hôpitaux multi-sites. Les procédures et pratiques du Charleroi en matière de gestion multi-sites des hôpitaux, au plan administratif et institutionnel, peuvent servir les acteurs du CHU-YO qui s’apprêtent à vivre une nouvelle et semblable expérience d’administration des hôpitaux.

Dans le domaine médical, le Pr Tielemans n’est pas mécontent à l’idée de partager un jour son savoir-faire avec des médecins du CHU-YO, ou de faire profiter à des patients burkinabè les bénéfices des transplantations rénales. Si les propositions-sollicitations du CHU-YO doivent se concrétiser, il est souhaitable, a indiqué Robert Sangaré, que cela se fasse dans un cadre des relations de coopération-jumelage entre les deux établissements. Satisfaction de la délégation burkinabè, car le directeur général du CHU de Charleroi s’est montré véritablement intéressé par les propositions du CHU-YO, et a marqué son accord pour étudier dans l’ ensemble ces questions. D’ores et déjà, ils ont promis de faire don d’équipements biomédicaux au CHU-YO.

Que ce soit avec le directeur général de l’Assistance Publique –Hôpitaux de Paris, ou avec l’équipe du CHU-Charleroi, les échanges ont été fructueux et augurent des relations de partenariat dynamiques..

Le service de communication du CHU-YO depuis Paris & Bruxelles

Messages

  • Il serait plus judicieux si nous developpions nos hôpitaux et mettions l´accent pour avoir des cadres sur place plutôt que de vouloir continuer à évacuer nos patients. Que ce soit en passant par des intermediaires ou non.

  • Enfin c’est arrivé après plus de 5 ans. Seydou BOUDA avait piétiné ce projet.

    C’est un minimum : Nous vivons chaque jours avec des cravates, des vestes et nous sommes incapables de copier juste les actes de France de 1848.

    Quelle honte !

    • voilk8à un dg de Yalgado qui se bat pour l’hôpital. les financements il faut les chercher partout.

    • Je note seulement que c’est après la mobilisation de la population à Bobo pour la réhabilitation du CHU qu’on ressort les projets, les appels d’offres concernant des hôpitaux etc. des tiroirs comme par enchantement. C’est le balai citoyen, éveilleur des consciences qui dicte maintenant la politique aux dirigeants ? Si c’est le cas, chapeau à eux ! Le pouvoir s’est brusquement réveillé mais je pense que c’est trop tard. Nous comprenons que tout ce qu’ils font maintenant c’est dans un effort désespéré de conserver leurs privilèges. On a tout compris. Vous étiez où depuis 27 ans. Si vous aviez travaillé avec le même acharnement que ces trois ou quatre derniers mois, on n’en serait pas là aujourd’hui. Vous faites tout pour rester mais allez ouste ! du balai !

  • Très bonne initiative, car le intermédiaires font perdre du temps et beaucoup d’argents aux patients.au moins quelqu’un a eu le courage maintenant d’aborder le probleme ! merci le Dg de yalgado.

  • Proposez-leur aussi une coopération en matière de modification des constitutions, ou bien ils veulent pas ? Si eux ils mettaient aussi leur argent et leur énergie dans la modification des constitution, ils n’auraient pas autant d’hôpitaux dignes. Nous, un seul hôpital, Yalgado, et il n’est même pas présentable. Merde !

  • Toutes ces missions c’est bien mais il faut du concret sur le terrain.
    Et c’est quoi ce français plein de fautes de ce service de communication du CHUYO ? plus de sérieux voyons...

    • Tout à fait d’accord avec toi, Mr du service de la communication relisez au moins vos écrits avant de publier c’est plein de fautes. Courage à l’équipe dirigeante ça sera pas facile mais vraiment les intermédiaires on en a plus besoin. Je crois faire partie des gens qui reconnaissent vos efforts même si aucune œuvre humaine n’est parfaite.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés