« Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

lundi 5 mai 2014 à 01h07min

Le communiqué ci-après du réseau international « Justice pour Sankara, Justice pour l’Afrique » est relative à la décision du Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou qui s’est déclaré incompétent dans le procès sur l’identification de la Tombe du président Thomas Sankara.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

Le 30 avril 2014, Le tribunal de Grande instance de Ouagadougou s’est déclaré incompétent pour ordonner une expertise ADN afin d’identifier des corps enterrés à Dagnoen.

Nous avons accueilli, cette décision, avec tristesse, déception et colère et c’est désormais la révolte et la rage qui nous envahissent. Cette décision fait pourtant suite à une requête déposée par les avocats de la famille datant du 2 février 2011. Il a donc fallu 3 ans pour que des juges se déclarent incompétents ! Et la première requête en justice de la famille date quant à elle de 1997 !

La réalité du Burkina Faso, c’est que Blaise Compaoré est le seul véritable juge concernant l’affaire Sankara. Il panique à chaque fois qu’il en est question, redoutant d’être lui-même poursuivi, comme il panique a l’idée d’être poursuivi pour son rôle dans les guerres, du Libéria, de Sierra Léone et de Côte d’Ivoire. C’est la raison pour laquelle, toutes les procédures lancées au Burkina sur l’assassinat de Thomas Sankara sont bloquées.

Mais la famille Sankara est en droit de pouvoir se recueillir sur une tombe authentifiée comme celle du défunt président Thomas Sankara. La famille Sankara, les familles des collaborateurs de Thomas Sankara assassinés avec lui, les peuples africains, et tous les héritiers politiques de Thomas Sankara demandent aujourd’hui la vérité et la justice.

Le peuple burkinabè a cette fois décidé de se lever pour mettre fin au régime décadent de Blaise Compaoré. Cette dernière décision de justice, après la condamnation du Burkina par la Cour africaine des droits de l’homme pour les nombreuses carences dans l’enquête sur l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, ne fait que ternir un peu plus l’image de son régime, alors que la population burkinabé, y compris des personnalités jusqu’ici très proche du président réclame son départ. Forts des 13600 signatures déjà obtenues (voir http://www.thomassankara.net/spip.php?article866), du soutien des dizaines d’associations et de partis politiques de par le monde, nous continuons plus que jamais à exiger que justice soit rendue et qu’une commission d’enquête internationale indépendante soit rapidement mise en place, faute de pouvoir compter sur la justice du Burkina. De nombreux témoignages font en outre état de l’implication de la France, de la CIA, de quelques pays voisins dans le complot international qu’est cet assassinat. C’est pourquoi, nous demandons par ailleurs : aux membres du Congrès américain d’exiger que soient ouvertes, dans leur pays, les archives de l’époque et qu’une investigation soit menée sur une éventuelle implication de la CIA. Aux parlementaires français d’accepter la demande d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara, déjà déposée deux fois à l’Assemblée nationale de la République française, le 20 juin 2011 et le 5 octobre 2012 et d’exiger l’ouverture des archives permettant d’avancer dans la recherche de la vérité

Nous ne voulons plus attendre plus longtemps !

Nous appelons donc de nouveau les citoyen-ne-s, les partis politiques et les organisations de la société civile à amplifier la campagne par de nouvelles initiatives publiques.

Pour qu’enfin la vérité éclate sur l’assassinat de Thomas Sankara, nous appelons de nouveau :
les journalistes à se lancer dans des investigations ;
les historiens à engager de nouvelles recherches ;
les documentaristes à produire de nouveaux films ;
l’opinion publique à faire monter la pression d’un cran.

L’heure de la vérité et de la justice approche. Hâtons là tous ensemble !
Le réseau international « Justice pour Sankara, Justice pour l’Afrique »

Le 1er mai 2014, à Ouagadougou, Bobo Dioulasso, Abidjan, Paris, New York, Londres, Washington, Madrid, Bruxelles, Turin, Ajaccio

Contact : contactjusticepoursankara@gmail.com

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 mai 2014 à 14:25, par d8d8
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    thom doit reposer en paix ,et nous on doit avancer ,ce ne serait pas la fin du monde ni la dynastie SANKARA

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 14:30, par El Hadj YANOGO
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    La seule chose dont nous pouvons être sûre, c’est que la verité éclatera au grand jour. Nous saurons qui a tiré la balle assassine, qui a été le commanditaire et si il répose effectivement dans la prétendue tombe ! Soyons juste un peu patient. Ce sera l’une des premières priorités après l’élection présidentille de 2015 au Burkina Faso inch’Allah !

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 14:38
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    que voulez vous faire avec le corps disons ses os laissons le passé au passé et avançons !!!vive Sankara

    Répondre à ce message

    • Le 3 mai 2014 à 15:40, par Mnifou
      En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

      Mon cher "3mai 14h:38", si on avais laisse le passe au passe, tu ne sauras meme pas d’ou tu viens et meme qui tu es. Mon cher, ne pense pas que ca n’arrive qu’aux autres. Une mere et ses enfants qui cherchent a connaitre la vraie tombe de leur pere, epoux depuis plus de 20 ans et tu oses dire "laissez le passe au passe". Vraiement c’est pathetique ce que certains peuvent dire !

      Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 14:41, par Alexio
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Un jour pour le voleuret un jour pour le proprietaire. Quelque soit la duree de ce poces. Blaise Compaore sera juger soit vivant ou par posthume. Car le mensonge a beau durer,la verite le rattrappera un beau jour. C est claire que l ingerence de la France avec Houphouet Boigny comme homme orchestre a diriger et financer cet abominable besogne.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 14:50, par salif dialo
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    lui est un brave ,il ne serait pas fier de vous car lui il aurait dit ça suffit qu on en passe et voir le bien être du peuple et le burkina qu il aimait tant ,alors rendez vous homme

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 14:55, par ka
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    La France, la CIA, Blaise Compaoré, avons-nous encore une doute de l’assassin de Thomas Sankara ? Revenir en arrière c’est salir de plus le nom de celui qui a eu le courage de traiter Pieter Botha d’Afrique du Sud de ‘’’Tueur’’’’ oubliant qu’à sa droite il y avait un judas qui allait le canarder sans pitié et assumer ses actes sans remord. Même avec 50 millions d’ONG, 100 millions de juges qui viendront dans notre pays, ne sauront jamais aucune vérité sur la vraie tombe du vaillant Thomas Sankara tué lâchement. Je lisais un message d’un internaute qui comparait le 15 Octobre 1987 à un tremblement de terre. C’est vrais ce jour à 16h20 ou le quartier était complètement bouclé par l’armé, ressemblait beaucoup plus qu’un tremblement de terre, et les choses se sont faites à la hâte, et si on pense que notre Thom a reçu douze balles dans son corps dont deux en pleine tête, imaginez son état ! Je suis d’accord avec les suppositions de notre internaute, que le corps de Thomas se trouve parmi un charnier dans une autre tombe, et que la tombe présenté au public n’est qu’une tombe imaginaire. L’homme complexe et caméléon assume par prétention, mais un homme peureux. Si vraiment il assume ses actes comme beaucoup d’encre à couler a son sujet, qu’il assume jusqu’au bout en permettant la justice d’éclaircir ses actes, des actes qu’il prenne comme des trophées, a ne citer entre autres que Thomas Sankara et Norbert Zongo. Philippe, Auguste, et Miriam Sankara se foutent de nos querelles politicienne, tous dont ils demandent c’est de savoir exactement où se trouve le corps de leur père et époux, qu’il soit parmi un charnier ou au fond d’un océan, ils veulent seulement la vérité comme les autres familles des martyrs de ce monde qui savent où sont enterrés les corps du parent martyrisé ‘’’Che Guevara, Lumumba, Martin Luther K.’’’’ exct.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2014 à 19:02, par Noyesman
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Lorsque Blaise éliminait Thomas Sankara et 12 de ses proches (décidément ce chiffre 13) le 15 octobre 1987, il ne s’imaginait pas devoir rendre compte un jour. 27 ans après, l’ombre de celui qui fut plus qu’un ami le poursuit. Ni le supposé complot de 20h, ni la fameuse mallette de 80 millions découverte sous le lit du défunt, ni l’éphémère étiquette de traitre à la Révolution n’ont eu raison de l’image de Sankara qui ne cesse de se bonifier à l’épreuve du temps. Quelle énigme est liée à la tombe du héros de la Révolution ? Nous le saurons après novembre 2015. En attendant, le peuple a levé un coin du voile de ce qui a constitué la plus grosse duperie historique et politique. Sankara a été éliminé pour 2 raisons majeures. La 1ère est liée au fait que ses idées dérangeaient dans un contexte international de monde bipolaire. La 2ème est intime au désir d’une minorité de s’accaparer toutes nos ressources économiques.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 00:41, par minimzanga
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Et si l’association justice pour sankara fait des collectes de fonds pour payer des experts étrangers pour ces examens. Si nous finançons nous même cette opération, nous n’aurons plus besoin de nos juges pourris et lâches. Je me demande si ces juges ont prêté serment.

    Répondre à ce message

    • Le 4 mai 2014 à 13:51, par GrandeVérité
      En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

      Mais oui ! Ils ont prêté serment de ne point trahir leur mentor Blaise Compaoré. Tu crois que quoi ? Qui est fou ? Tu inculpes le patron et tu n’auras même pas le temps de plaider que tu traces. Plus sournois que Blaise tu meurs ! C’est pourquoi nos juges se méfient. Vous allez voir qu’après ce régime il y aura un grand déballage. Même les Assimi vont vous dire qu’ils étaient contraints.

      Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 12:07, par zp
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    La vraie tombe du capitaine ne resolvera jamais les problèmes qui nous font fassent.Mais il reste a savoir réellement si nous n’avons pas peur de dire ce que nous connaissons ouvertement

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 15:45, par paz
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Ce 15 octobre 1987 à 16h20 il y a eu un vrais tremblement de terre sur le perron d’un pavillon du conseil de l’Entente, ou le président Thomas Sankara a reçu douze balles dans le corps dont deux en pleine tête. Il se peut que sa tombe présenté au public soit une tombe fantôme, et que dans une autre tombe des victimes du 15 Octobre 1987 il y est un charnier comme celui des victimes du soldat Sanogo de Mali. Les juges incapables doivent retourner dans leur village.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 15:59, par Justice pour tout Burkinabé
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Les mort sont des biens ou des valeurs qui ont des propriétaires. Chaque mort à droit à un propriétaire en général c’est sa famille qui décide du rituel d’enterrement et celui des funérailles. Si d’aventure Blaise venait à être rappelé à Dieu, c’est Chantal son épouse qui héritiera du corps et décidera de comment et ou l’inhumer. Quand le mort n’a pas de famille c’est la communauté qui en hérite. Sankara à sa mort avait une famille qui avait des droits sur son corps. Ce droit doit être respecté. L’exhumation de la prétendu tombe de Thomas est une nécessité pour le Burkina et un devoir pour l’état pour le droit de mémoire. Est ce que c’est effectivement le corps de Thomas qui est dans la tombe ? Mariame, Phillipe et Auguste dont les droits ont été violés doivent être rétablis. C’est une question de justice. Ce sera avec Blaise s’il est courageux ou sans Blaise mais c’est inéluctable.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 16:18, par Nabiga
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Je ne vois où se trouve le problème. Il y a une forte chance que Sankara ne soit pas dans la tombe qui porte son nom au cimetière étant surtout donné la confusion que le burkina a vécu suite à sa mort. Tout ce dont la famille cherche est de s’assurer que le reste de Sankara est bien celui dans la tombe qui porte son nom. Si à l’ouverture ça s’avère qu’on effet c’est bien le reste de Sankara qui est là, l’affaire est close. Point ! Au cas contraire, la rectification, tout comme la rectification qui a subi son exécution, sera faite. Un coup de peinture fera l’affaire et tout le monde sear satisfait. Ses assasins se rassuront qu’ils ont fait un bon travail en ayant bien identifié la tombe lors des crises ; la famille de Sankara de son côté, désormais pourra se recuillir aussi souvent qu’elle le souhaite devant une tombe qui contient leur fils. Pourquoi alors cette ingérence de la part des autorités pour que cette petite opération se fasse. Comme si cela n’était pas suffisant, la justice se décalare imcompétente pour se situer dans une affaire civile aussi simple. Cette incompétence me fait poser la question, dans quelle situation est ce que la justice burinabè sera capable de se situer dans des litiges des civiles. Autant, ma foi, tout fermer pour qu’il n’y ait plus des instances judiciares au pays. Voilà.

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2014 à 18:00, par M’biibéé Fimba
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Est-ce qu’un jour on pourrait se recueillir sur la tombe sans se poser intérieurement la question à savoir si le regretté est vraiment là ? Je commence à me le demander très sincèrement. Sinon pourquoi une telle peur bleue. Si la justice du Burkina se déclare incompétente à résoudre les problèmes du Burkina aussi simple en mon sens, c’est vraiment triste. Simple si nous avons la même compréhension du mot simple. Vous savez, comme un boomerang, l’histoire vous revient toujours, lorsque vous la lancez. Tirez leçon et agissez bien aujourd’hui pour demain.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 05:57, par tahi
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Si ses supposés juges complices du président Blaise Compaoré sont incapables d’ouvrir une simple tombe pour un examen ADN, alors qu’ils remettent le dossier a un chef du village, il jugera cette affaire en une minute. Ces juges incapables doivent se retrouver dans les mains des djihadistes pour des amputations. Que Dieu vienne en aide notre pauvre pays gouverner par des incompétents.

    Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 11:10, par Anita Manour
      En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

      remarquez bien. pour un président ou un leader africain qui pense au bien-être de sa population, à son éveille de conscience, il est immédiatement réduit au silence à jamais. ex : Lumumba, thom Sank. Et cette liquidation ne se fait guère sans la traitrise des colons. Si nous n’osons pas les dévoiler à qui veut l’entendre, sachez qu’il continueront ces basses besognes tant que leurs intérêts seront en jeu : l’ Afrique est un trésor où les grandes puissances se la disputent c’est-à-dire exploiter ses richesses et réduire les populations en consommateurs etc.

      Répondre à ce message

    • Le 5 mai 2014 à 12:17
      En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

      La France veut empêcher que le monde ne dise qu’elle est hautement responsable du génocide rwandais. de même , elle est capable de menacer qui ose avouer a haute voie qu’elle est impliquée jusqu’aux dents de la mort de Tom Sank, un des espoirs de l’Afrique. Quand arrêterez-vous de piétiner les petites nations ?

      Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2014 à 14:33, par oh
        En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

        qui vrivra vera.

        Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2014 à 15:26, par ka
        En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

        A l’heure actuelle la France est hors-jeux sur les décisions internes des affaires des pays de l’Ouest Africain. La France du président Hollande se cherche auprès du peuple Africain pour se racheter de son passé. Les dictatures face au pays Africains restent une affaire des dictateurs comme le président Blaise Compaoré. Il est le seul maitre de l’affaire Thomas Sankara. Il peut permettre pour un examen d’ADN ou ne pas le permettre comme c’est le cas de la France dont le président Hollande ne veut pas prendre ses responsabilités de reconnaitre l’application de son pays au génocide Ruandaise ou Arménienne, pourtant le président Hollande est le seul maitre à bords comme le président Blaise Compaoré qui joue le faux dur à cuire avec son peuple déjà meurtri par la corruption à ciel ouvert et autres.

        Répondre à ce message

      • Le 5 mai 2014 à 18:27, par ka
        En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

        A l’heure actuelle la France est hors-jeux sur les décisions internes des affaires des pays de l’Ouest Africain. La France du président Hollande se cherche auprès du peuple Africain pour se racheter de son passé. Les dictatures face au pays Africains restent une affaire des dictateurs comme le président Blaise Compaoré. Il est le seul maitre de l’affaire Thomas Sankara. Il peut permettre pour un examen d’ADN ou ne pas le permettre comme c’est le cas de la France dont le président Hollande ne veut pas prendre ses responsabilités de reconnaitre l’application de son pays au génocide Ruandaise ou Arménienne, pourtant le président Hollande est le seul maitre à bords comme le président Blaise Compaoré qui joue le faux dur à cuire avec son peuple déjà meurtri par la corruption à ciel ouvert et autres.

        Répondre à ce message

      • Le 6 mai 2014 à 07:43, par ka
        En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

        A l’heure actuelle la France est hors-jeux sur les décisions internes des affaires des pays de l’Ouest Africain. La France du président Hollande se cherche auprès du peuple Africain pour se racheter de son passé et surtout freiner la puissance chinoise en Afrique. Les dictatures face au pays Africains restent une affaire des dictateurs. le président Blaise Compaoré est le seul maître de l’affaire Thomas Sankara. Il peut permettre pour un examen d’ADN ou ne pas le permettre comme c’est le cas de la France dont le président Hollande peut prendre ses responsabilités de réconnaitre l’implication de son pays au génocide Ruandaise ou Arménienne, le président Hollande est le seul maître à bords comme le président Blaise Compaoré qui joue le dur à cuire avec son peuple déjà meurtri par la corruption à ciel ouvert et autres.

        Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 11:22, par Compaoré H.
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Mr. le président Blaise Compaoré souvenez du drame de Sapouy avec Norbert Zongo, vous aviez eu du feu derrière les fesses, et le conseil des sages vous a sauver avec la modification de l’article 37 dont vous avez juré de respecter la constitution en quittant le pouvoir après deux mandats présidentiels consécutifs. Souvenez-vous des évènements mouvementés de 2011 dont le peuple et vos propres militaires ont voulu vous lynchés, souvenez-vous----, souvenez-vous-----,souvenez-vous ! Le peuple Burkinabé est tolèrent avec vous, mais pas vous. Cette fois-ci vous dérayez en obligeant des pauvres juges à trahir son peuple. Je vous pose cette simple question si vous aviez le courage de lire quelques messages des internautes, ou si votre directeur de cabinet lise ce message, ‘’’’’Si Djemila votre fille serait à la place des orphelins Philippe et Auguste, que pensera-t-elle de vous en tant qu’un pauvre enfant ?’’’’’’ Mr. le président le peuple vous a pardonner pour tous vos crimes, mais ne vous pardonnera plus dans l’avenir pour la souffrance que vous faites a des orphelins et pauvres innocents qui sont Philippe et Auguste de ne pas savoir la vérité ou est réellement enterrer le corps de leur père. Je suis de votre côté pour votre peur, qui vous qualifie de froussard, mais vous aviez pris à deux mains le courage d’assumer ce qui est arrivé à votre frère d’arme le soldat Thomas Isidore Sankara, essayez avec dignité et avec les ancêtres de Zignaré d’où vous êtes, ou votre placenta devait y être si vous êtes un vrai mossi, et d’avoir pitié pour les enfants de votre frère d’arme, afin qu’ils sachent avec certitude ou se recueillir pour pleurer leur père. Croyez –moi, vous n’allez pas mourir au pouvoir, car je suis un vrais mossi, et je sais que votre père, votre mère, la mère de Thomas, le père de Thomas, d’où qu’ils sont, ne vous permettront pas.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 12:38, par Dmeise
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Et toutess ces familles endeuillées par Sankara ?????????????????????????
    Les avez vous oubliés ?

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2014 à 12:54, par almamy
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    La fuite en avant n’est pas la meilleure voie pour notre justice face à un pouvoir qui tue.On refuse à la famille Sankara un droit élémentaire qui est le droit à faire le deuil d’une personne disparue . Le juge a eu peur face la situation certainement qui prévaut . Mais il a posé un acte dont les conséquences ne le rateront pas. Tôt ou tard tous ceux qui se reconnaissent en Thomas sankara solderont leurs comptes avec les criminels. La mort bouffe le corps mais ne peut rien contre le nom et l’âme du disparu . Pourquoi refuser à ce digne fils du Burkina ce qui lui est universellement reconnu comme droit ?

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2014 à 09:06, par An Tôrôla
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    La réaction de la justice burkinabè suscite plus que de l’indignation. Comment peut elle se déclarer incompétente dans la démarche visant à identifier la tombe de Thomas SANKARA ? De quoi a t-elle peur ? De qui a t-elle peur ? Pourquoi a t-elle peur ? Nous voulons savoir tout simplement si c’est Thomas Sankara qui est enterré dans cette tombe ; si tel n’est pas le cas, qu’on nous dise où il est enterré, ou ce qu’on a fait de son corps : réclamations légitimes qui ne sauraient souffrir d’aucun marchandage.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2014 à 09:32, par prince
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Tout le peuple burkinabe est mature maintenant depuis la Révolution du 4 Août . Nous savons pourquoi le Blaiso ne veut pas partir . Mais il est grand temps pour lui d ’ éclairer l’opinion publique sur les circonstances de la mort de Thomas et celui de Norbert . En tout cas ça ne sera pas facile pour lui et ses adeptes qui cachent la vérité . Le peuple n’est plus tolèrent il y a 20 ans . Pas de référendum ; pas de révision de l’art 37 . J’ai écoute RFI dimanche nuit ou Le secrétaire d Etat Américain en visite dans les grands lacs a mis en garde Joseph KABILA de respecter la constitution ; même mise en garde avait été dit à TANJA .

    Répondre à ce message

  • Le 14 février 2015 à 14:26, par Sene
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Il faut que l Afrique prenne son destin en main . Actuellement tout le monde sait la ou le bas blesse . Alors que justice soit faite . Mais n oubliez pas que c est une affaire concernant les Africains et qu’il n y ait aucune main des occidentaux la dessus . Il est temps que les Africains qui se comportent même comme des écoliers Français au service de leurs maitres soit écarté de tout ce qui est tache de responsabilité ici en Afrique .

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2015 à 00:10
    En réponse à : « Affaire Thomas Sankara, nouveau déni de justice, la mobilisation continue »

    Jugement, justice et prison pour tous criminels !

    Il est normal de rechercher des assassins lorsqu’un crime est connu...

    Mais, l’on parle très peu, voir meme jamais assez de ce que feu Thomas Sankara lui mème a commis comme exactions et crimes. Le monsieur est il arrivé lui meme au pouvoir grace a la bienfaisance d’une baguette magique ou encore par la voie democratique ? On l’oubli bien souvent.
    N’oublions pas non plus, de soulever que derrière ce grand monsieur se cachait également un criminel qui a lui meme torturé et détruit le quotidien de nombreuses familles voltaiques.
    En bref, celui qui a tué par l’épée, a lui meme péri par l’épée.
    Néanmoins, rien ne justifie la mort, quelque soit ce qu’il a pu commettre ; Et pour cela, justice doit lui etre rendu bien évidement !

    Mais, à trop vouloir en faire un martyr, on se demande bien en toute objectivité, si parfois, il ne serait pas aussi courageux d’aborder le sujet de ce qu’il a lui meme aussi été dans l’ombre.
    Et il serait aussi interessant d’en poser la question à un de ses ’’présumés" assassin (car toujours pas de verdict clair d’inculpation concernant monsieur Diendéré et cohorte et compagnons criminels, à savoir Blaise Compaoré et autres), non pas pour salir le nom de Sankara, mais pour nous éclaircir également sur ce qui a été caché de 1983 à 1987, concernant certains crimes, disparitions etc.
    Profitant de la présence menottée de ce témoin encore vivant (Gnrl. Diendéré), nous souhaiterions que l’inculpé nous donne également lumière de ce qu’a également été, et jusqu’à présent tapi dans l’ombre, la face cachée du régime du révolutionnaire Sankara. Car qui parle de révolutionnaire, parle également de crimes...
    Mais bon, ironisant, il serait maladroit de demander à un bourreau de faire le procès de sa victime !...

    Si aujourd’hui une nouvelle révolution est en marche, qu’elle ne se fasse pas non plus à l’aveuglette ou l’on veuille nous faire croire que tout a été beau du temps de Sankara.

    Pendant 27 ans, tout le monde a chanté et loué et aboyé le nom du Blaiso, dans la peur, et miaulé celui du révolutionnaire Sankara à petite voix basse.
    Si nous avons avec complaisance manquer de courage pendant ces 27 années du régime de l’ogre Compaoré, pour aborder certaines questions, n’en perdons pas moins aujourd’hui toute réalité.
    Kadhafi a été un phénomène de mode, Blaise Compaoré, et j’en passe, on été les Dieux vivants de ceux qui les vénéraient... Mais pas pour certains, ou plutot, pas pour tous.

    Et c’est pour ces derniers, que nous serons rassuré de savoir qu’il existe quelque part des journalistes qui ne suivent pas toujours que les tendances, mais qui également, soulevent des polémiques et travaillent à contre-courant, mettant en exergue certaines réalités cachées.

    Comprenez bien à travers cette participation, un esprit critique, Bien à vous. MAK

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés