Insécurité à Ouaga : Un militaire poignardé à mort

vendredi 11 avril 2014 à 02h41min

La question de l’insécurité devient de plus en plus préoccupante. Le nombre de victimes d’agressions mortelles ne cesse de croître dans la capitale burkinabè. Les habitants du quartier Kilwin se sont réveillés ce matin avec un mort de plus. Militaire de son Etat, René a été mortellement agressé dans la nuit du 09 au 10 avril 2014. Il a croisé la route de ses bourreaux dans son kiosque sis à Kilwin, en face du Centre de tri des déchets ménagers de l’ex-secteur 21. Selon les témoignages recueillis sur place, il serait parti s’assurer de l’état de sécurité de son commerce (qui n’était pas à son premier cambriolage) aux environs de 1h du matin. Et, c’est là qu’il les aurait trouvés en train de cambrioler le kiosque.

Insécurité à Ouaga : Un militaire poignardé à mort

Dans la ‘’bagarre’’ qui s’en est suivi, il aurait reçu plusieurs coups de poignard à la poitrine. Les assassins seraient partis le laisser gisant dans son sang. C’est plus tard que la famille a appris la triste nouvelle. Sur les lieux du crime, nous avons pu voir des traces de sang autour de 8h, le corps ayant été déjà enlevé. La victime était un homme de tenue exerçant au sein de l’armée nationale. Il a fait partie du bataillon Laafi 4 (mission de maintien de la paix au Darfour) dont la démobilisation a été faite en 2013.

Parti à la fleur de l’âge (il était trentenaire), il laisse derrière lui une veuve et trois enfants. Il était le neveu, par ailleurs fils adoptif du maire de l’arrondissement n°3 de Ouagadougou.

Un premier suspect aurait été arrêté dans la matinée du 10 avril. Et, les enquêtes se poursuivent pour appréhender les coupables. Vivement que ces criminels soient appréhendés et punis à la hauteur de leur crime.

Moussa Diallo

Lefaso.net

Messages

  • Paix à son âme. Pour sécuriser Ouagadougou, il faut augmenter le nombre des policiers municipaux et les faire sillonner à vélos, scooters, ou même à chevaux 24h/24 les points rouges de la capitale, sinon Kosyam même risque d’être cambriolé.

  • Salut mousse Diallo parait-il aussi qu’un CrS du nom de bationo Gaël a été buté avec 5balles au pont l’université de wagadougou a coté de chez François comparé est-il possible de vous renseigner sur les faits. Quand je dit vous je parle du fasonet merci.

    • crime en centre de Ouagadougou (Affaire Gael BATIONO)
      Bonjour les amis, la nuit du 4 au 5 avril a connu les premiers travaux sur les textes fondamentaux du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Des militants sont venus d’un peu partout ; et ce fut l’occasion des retrouvailles. Ainsi nous avons reçu les amis venus de l’intérieur du pays et nous sommes resté dehors toute la nuit à discuter du discuter de tout et de rien. A 2h du matin, alors que nous nous quittions, sur le chemin de mon domicile (du quartier Goughin au Secteru 30 karpala), en passant par l’avenue Charles de Gaulle, je fus spectateur d’une horrible scène digne des hollywoodiennes. Je fus d’abord alerté dès le feu tricolore du rond-point Conseil, ministère des affaires étrangères par des coup de fusil bien que j’avais monté mes vitres. Ne sachant pas d’où provenait ces coups de fusil, je fis semblant d’observer le feu tricolore, histoire de prendre les dispositions qui s’imposeraient. Loin devant moi, je vis des soldats venus du côté de la cours de François et d’autre sortir du côté de la radio national converger vers le centre de la voie et et se disperser aussitôt. Je pris mon courage à bras le corps et me décidai à avancer à brûle-pourpoint. Pour ceux qui connaissent bien la voie, il y a un feu tricolore qui permet la bifurcation vers l’Ecole nationale de l’administration et de la magistrature (ENAM). Après ce feu en allant toujours dans mon sens (de la radio vers l’hôpital pédiatrique) il y a un pont dont le canal traverse l’Université de Ouaga. Dès que j’ai dépassé ce pont, je vis une moto (JC) stationnée à sur la chaussée des 4 roux à droite et à 10 mètres à gauche un monsieur se tordant de douleur, baignent dans un sang abondant et appelant au secours. Je fis un dépassement au même moment qu’un motocycliste et nous stationnâmes à 60 m environ pour porter secours au mourant. Après les salamalek d’usage nous nous décidâmes d’aller vers lui tout en appelant les services compétents en la matière (sapeur pompier et police). Quand nous fûmes à 2 m de lui, un monsieur surgît des rôniers de la chaussée centrale de la voie et qui sépare les deux sens de celle-ci. Il donnait l’air d’un malade mental, il portait un pistolet tout en nous menaçant, il proférait des injures à l’endroit du mourant dans une de nos langues nationales (Magind bila, mam la’f rat’n ku ?) ce qui signifie en français : c’est moi tu veux tuer ? Nous prîmes nos jambes au cou vers nos engins sans pourtant renoncer à assister le mourant. Le "fou" ramassa quelque chose par terre, regagna les rônier d’où il fit sortir un sac et où il mit ce qu’il a ramassé sur la sur la route, prit le sac et descendit dans sous les caïlcédras entre le canal et le mur de "Espace OR". Quand nous nous approchâmes enfin du malade et nous lui demandâmes qu’est-ce qui lui est arrivé, encore conscient, il répondît : "on a tiré sur moi". Nous eûmes de la peine à avoir les sapeur pompier. Nous les eûmes que plus d’un quart d’heure après alors que nous nous étions 5 autour de la scène. La Brigade anti-criminelles (BAC) dans sa patrouille de routine arriva, constata, nous interrogea et ne nous dît rien, comme si elle attendait des instructions. Un de nous eut le courage d’avancer vers le fou toujours assis sous les arbres et s’entretint avec lui. Le fou paradoxalement narra (en moré) une scène aux allures vraisemblables : "des rôniers, je suis descendu dans le canal pour puiser de l’eau. Quand j’ai prit l’eau et je traversais la voie pour regagner les rôniers, il est arrivé, a garé sa moto et a commencé à me menacer avec son fusil, il a même tiré un coup en l’air. C’est alors que nous avons engagé une lutte et je suis arrivé à retirer son fusil que voici et à mon tour j’ai tiré sur lui. N’est-il pas encore mort ? Il l’aurait appris à ses dépens" les sapeurs pompiers arrivèrent environ trois quart d’heure après, constatèrent impuissant, la mort du monsieur. Selon la procédure et de leur dire, ils contacteront la police qui viendra poursuivre la procédure car eux n’ont pas le droit d’embarquer un cadavre. C’est alors que les éléments de la BAC décidèrent d’aller à l’assaut du "fou" qui détenait le pistolet dans le caniveau. Ils nous sommèrent en ces mots : "libérez les lieux les gars" tout chargeant leurs armes. Naturellement, je ne saurais vous donner une suite de l’affaire. Mais là n’est pas le problème. Comment peut-on comprendre, pour ceux qui connaissent Ouaga que des crimes de genre s’opèrent sous le nez des militaires. C’est un endroit où il y a permanence des militaires et où pourtant le crime n’est pas rare. Cette fois-ci, j’ai été témoin, je les ai vu venir voir et repartir sans mot dire, ni acte posé. Que se passe-t-il ? Seront-nous dans une jungle ?

  • Mes condoleances.Comment un militaire proprietaires d,un kiosque n,est il pas interdit aux fonctionaires ou aux corpus habilles l,exercice d,un second metier ?

    • Toi quand même on parle de décès et tu nous emmerde avec histoire de deuxième activité . Tu penses qu’avec les salaires qu’on a , on peut survivre ....

    • Combien crois tu que ces militaires gagnent à la fin du mois. Si tu veux réagir il faut le faire de façon juste et éviter les propos dilatoires. Un gars avec trois gosses et une femme à charge qui ne perçoit même pas 200 000 par mois n’a pas aussi le droit de se débrouiller ? Aussi il n’est pas dit que c’est lui qui vendait dans le kiosque. Soyons réalistes on est tous dans le même pays de galère avec des salaires minables. Courage à sa famille.

    • Et c’est peut être le lieu d’en parler

    • tu doi etre vraiment malade, on parle de décès et toi tu vien pour parler des chose qui n’ont plus lieu d’etre. comme tu es si nanti et tu refuse aux gens d’avoir une autre activité,jespere que tu aura l’aimabilité de prendre soin de sa famille. vrament trop idiot de ta part
      combien de gens vole dans se pays permetter cas meme aux autre de gagné honnetement leur vie autant que cela n’entrave pas a leur travail principal.

    • Que son âme repose en paix. Tu dis n’importe quoi mon frère. Premièrement, avant d’être molitaire il savait très bien qu’un fonctionnaire de surcroit un militaire n’a pas le droit d’exercer une activité commerciale parallèle. Deuxièmement vous disiez qu’il rentrait d’une mission au DAFOUR, combien de braves enseignants, Hommes de santé pour ne citer que ceux-là ont des missions aussi juteuses ? Ils vivent de leur minable salaire. Vous êtes sûr que si c’était un fonctionnaire lamda qui n’était le neveu du maire il oserait exercer une telle activité sans la moindre discrètion ? Troisièment, si vous allez faire une analyse ne laisser pas transparaitre votre état d’âme vos sentiments qui rendent votre analyse subjective. Acceptons que son activité est illégale même si amère. Dès qu’il y a mort d’homme on ne raisonne plus arrêtons ça.
      Que malfrats soient traqués et punis à la hauteur de leur forfait. Mes condoléances les plus attristées à la famille éplorée.

    • Paix à l’âme du défunt. C’est dommage qu’il n’ait pas été armé. Il n’est probablement pas un élément du RSP !
      Affaire de se débrouiller pour les agents publics est un réel problème ici au Faso. C’est l’Etat qui paie mal les gens et paradoxalement leur interdit de se débrouiller en menant des activités parallèles alors que ce n’est pas interdit dans le privé qui paie mieux. Je souhaiterai qu’on m’explique un peu qu’est ce qui sous tend une telle disposition ?

    • le code du travail actuel du BF permet d’exercer plusieurs métiers. je pense que le militaire est libre de faire autres choses en dehors de ces heures normales de travail.

      C’est déplorable que nous sommes dans une insécurité totale. l’autorité de l’état a foutu le camp et tout es permis. vraiment dommage. Paix à son âme.

    • paix à l’âme du defunt.mon frère crois que ministres et autres autorités ne font rien d’autres

    • n’oublie pas que l’infortuné a fait partie du bataillon laafi,ce machin qui procure beaucoup d’argent pour pas grand chose. pour cela on voit des militaires qui sont devenus des business men.

    • en effet cest une vision coloniale du fonctionnaire ! si tu gagnes ton argent faut pas investir.

    • - Mon ami, fout nous la paix ! Combien de DG ou autres ministres, familles présidentielles ont-ils des villas qu’ils louent en vendant le sommeil aux autres ? As-tu suivi en son temps la dénonciation faite de l’achat des villas de la CNSS par des Ministres alors qu’ils étaient en fonction, ce qui est pourtant interdit ????? Comme lui il est peu gradé, tu parles de celà ! Va chercher parmi les grands officiers si certains ne sont pas des vendeurs de voitures France-aurevoir !!!!! Faut pas nous pomper l’air !

      Par Kôrô Yamyélé

    • Faites attention à vos propos, certainement il a confié son kiosque à quelqu’un qui assure les activités de vente et ça j’appelle ça créer de l’emploi, laissez son âme se reposer en paix

    • tu es trop en retard vis a vis des textes. il te faudra une mise a jour

    • Mon frere vs ingrat ni humanisme tu pense ke ls salaire o bf pe ns aider ?Si tu na rien a dire ferme la.mm ls ho cadre le fon merde a toi

    • tu es sans cœur toi plutôt que de compatir à la douleur de ses ayants-droit tu divague. Quand on va te poignarder personne ne va pleurer

    • Arrêtes de jaser (anonyme d’1h 54) car cela n’arrive pas qu’aux autres. Es tu complice des ces criminels ? courage à toi...Paix à l’âme du défunt.

    • ouf !!! tu peux aussi te faire enrôler...

  • Vivement que les criminels SONT ...Parfois je n’ ai meme pas envie de lire des journalistes si nuls que ca. Vous aussi !!!

    • La faute mise à part tous les récits de ce genre sont conclu de la même façon

    • Il peut arriver aussi aux journalistes de faire des fautes, donc balle à terre. Je pense que comme le regretté n’était pas à son premier cambriolage, il aurait dû faire le déplacement avec d’autres personnes et, armé, surtout à une telle heure de la journée ; quand on sait que les malfrats ne sont pas des enfants de choeur, on devrait s’entourer d’un minimum de sécurité. Vous comprendrez pourquoi tard dans la nuit si quelqu’un crie au voleur, personne ne pointe le nez dehors, au risque de se retrouver face à face avec le cambrioleur qui n’hésitera pas à vous demander si c’est vous qu’il a volé.

    • paix a son ame. que la terre lui soit légère ;

    • Laissez son corps reposer en paix et épargnez nous de vos condoléances d’hypocrisie. Si ce militaire avait réussi à se défendre même en cas de légitime défense, c’est vous autres qui seriez aller incendier son domicile et son kiosque. Pendant que certains pleurent sa mort d’autres ici s’interrogent sur la légitimité de l’ouverture de son kiosque.

    • Ne soyons pas aussi exigeants et aussi cons que ça ; êtes vous français vous ? je vous exhorte à apprendre vos langues locales au lieu de vous plaindre des fautes FRANÇAISES des autres

    • Il faut instaurer la peine de mort contre les criminels et tous les voleurs.

    • paix a son ame et mes condoleances a la famille du defunt

    • paix a son ame moi j ai eté victime il y a trois semaines de cambriolage dans ce même quartié kilwin les voleurs sont venus couper les lames de ma porte et entrer prendre tout ce qui est important dans la maison le matin quand je me suis reveillé tout etait parti mais j etais saint et sauf ce jour la j ai dis dieu merci car le lendemain je suis allé acheter du materiel venu mettre dans ma maison c est parce que j etais vivant.les voleurs pardonné ne tuer pas les proprietaires car tout le monde perd dans cette histoire.il faut une operation commando dans ce quartier tampoui kilwin gendarmerie police pour disuader les ses delinquants.

    • paix a son ame et mes condoleances a la famille du defunt

    • Plus peureux et méchant que toi yen a pas. Si ton voisin crie au voleur, va l’aider. Sinon un jour ce sera ton tour. Et tu saura si c’est toi qu’on a cambriolé ou pas. Bande de complices

    • où est la faute, cher grammairien ? le subjonctif est bien le temps qu’il faut après vivement que... Alors, relis bien tes cours ou renseigne-toi avant de critiquer des choses dont tu n’as pas les qualités. Ce que le journaliste a écrit est correct ; et puis, pour l’instant, pensons d’abord à ce pauvre qui a perdu en voulant préserver celle de sa famille

    • Puisse son âme reposer en paix .soyons tolerant et compréhensible. Il aurait fallu que ce soit l,homme en tenu qui ait commis l,acte.On aurait tout lu.C,est le lieu d,interpeller les uns et les autres à plus de tolerance si un jour l,effet contraire se produisait dans des conditions accidentelles .

    • Puisse son âme reposer en paix .soyons tolerant et compréhensible. Il aurait fallu que ce soit l,homme en tenu qui ait commis l,acte.On aurait tout lu.C,est le lieu d,interpeller les uns et les autres à plus de tolerance si un jour l,effet contraire se produisait dans des conditions accidentelles .

    • Paix à son âme ! Mon cher ami parle de la police municipale ? Hein,eux ils sont formé juste pour raquêtter la population au niveau des panneau de signalisation surtout dans le centre-ouest à KOUDOUGOU.J’en ai vu personnellement quant je quittais le NAYALA pour OUAGA VIA KOUDOUGOU. Un des policiers a tapé un passant sur sa moto. Ce dernier a même été envoyé par les sapeurs pompiers à l’hôpital.SALUT aux Sapeurs pompiers !

    • Paix a son âme !Retrouver les malfrats n’est pas question.Quel serait leur sort ?Si c’est de les libérer après les avoir appréhender,il faudrait mieux arrêter l’enquête.Moi j’aurais préféré,pour ma part qu’on laisse ces individus aux mains de la population et qu’ils soient simplement et purement lynchés comme il se doit !!!

    • Tout à fait juste. Il fallait un minimum de pprécaution à prendre mais quand on est à la fin de ses jours on ne peut que causer pareille imprudnce après avoir courru des risques plus elevé que ça. Paix à son âme. Nous sommes tous des victimes en sursis.

    • paix à l’âme du défunt on est tous exposé dans ce waga sans sécutrité ? que Le Tout Puissant nous vienne en aide

    • vraiment.paix a l ame du defunt.et malchance au cambrioleurs qui paieront leur forfait sur terre avant de crever.

  • paix à son âme cè vraiment triste bocou de courage à la famille éploré.

  • Paix a l’ame de ce jeune militaire,que ces bandits soient arretés et punis severement.

  • Toutes ces morts suspectes ne présagent rien de bon dans le ciel clair obscure du Faso. C’est le retour progressif des nuits aux longs couteaux. Des militaires bien entrainés qu’on butent et qu’on égorge comme des poulets ? Qu’en sera t-il du citoyen lamda ? Un malin esprit essai de semer la psychose pour installer le désordre et en tirer profit.

    Que Dieu sauve le Burkina

  • Il faut que nos forces de défense et de sécurité soient remobilisées, mieux formées et mieux orientées pour lutter contre ces bandits, ces assassins, ces criminels. Je lance un appel au PF, ministre de la défense pour que l’on revoir la formation de nos hommes qui doivent assurer notre sécurité. C’est inadmissible qu’il n’ait pas pu descendre ne serait-ce qu’un bandit avant de se faire tuer !!!!! Donc, il n’était pas armé. Et s’il n’est pas armé, c’est qu’on a peur de leur armement. Et si on a peur que les hommes de sécurité soient armés, c’est que nous avons un problème de gouvernance, de gestion des hommes.
    Paix à l’âme du jeune homme et courage à la famille.
    Je suis vraiment écœuré et je ne sais quoi dire à nos autorités. Si un homme de tenue, sensé protégé le civil n’est pas en sécurité, dans la capitale, que sera donc le civil ? Oubien nous devons former des groupes ’’anti-balakas’’ aussi ?

  • l’insécurité ne peut finir o BF.S i c’est un délinquant qui tue un corps habillé c’est légal.Dans ce pay tout le mond sait coment luter contr ce phénomène.Pourqoi il n’ya soulèvemen parce qu les burkinabè vive l’insecurité ?E pire lorsqu’un corps habillé tue 1 dlinquant reconnu meme san intention,toute lè rue sont bordées.Ojordui cè 1 militaire demain cè l tour d qlq1 dotre.Q l’insécurité s’agrandisse e q chaq burkinabè soit victime.

  • Toutes mes condoléances

  • paix à l’âme de notre frère. j’ai toujours décrié la mode de gestion de la délinquance dans notre pays. attaquons le problème à la source c’est à dire qu’il faut plus de structures spécialisées dans la prise en charge de la délinquance juvénile, plus moyens pour les acteurs de cette prise en charge et revoir l’éducation des enfants dans les familles. nos familles ne sont plus des familles à même de promouvoir une bonne éducation pour nos enfants.

  • paix à son ame que la terre libre du BF te soit légère. militaire protège vs que le tout puissant vous protège.ou est le procureur du FASO qui a toujours la bouche pour parler quand il s’agit d’un militaire qui faute.ensemble sauvons le BF nous voulons la paix et la sécurité chez nous.quant au procureur il doit réagir oubien il réagit pour ceux que les mamans ont versé le sang pour l’accouchement,pour les militaires j’ai l’impression que leurs mamans ont versé de la sueur froide.

  • Paix à son âme. Le corps habillé semble t il est de moins en moins protéger par le wak et par la divinité puissante des ancêtres. Si non comment comprendre qu’un simple poignard emporte la vie d’un vaillant militaire ? Quand vous percevez vos traites en fin du mois, pensez y au retour à la source. Quelqu’un disait, certes il y a l’assurance des institutions d’assurances, mais la vraie assurance C’est le village. Comprenez moi, je suis profondément ancestraliste et j’en suis fier et comblé.

  • C’est son jour qui était arrivé. Que DIEU facilite l’arrestation de ses criminels.

  • Il faut contractualiser avec les sociétés qui gèrent les vigiles. L’état peut demande à chacune de ces sociétés qui le désire ( bien sûr contre paiement d’honoraires conséquentes) de poster jour et nuit des éléments et de veiller à la sécuriser d’un tronçon ou de quelques six mètres donnés. La police et la gendarmerie n’interviendront qu’en renfort et dans le suivi du boulot de ces société. Si l’état procède ainsi, ces sociétés recruteront en un temps record des dizaines milliers de jeunes chômeurs. Cela me parait plus efficace que ces histoires de VADS qu’on rencontre dans les carrefours.

  • Cher anonyme de 11h54, le kiosque de sa femme lui appartient ou pas ? est-il interdit aux parents d’un militaire d’exercer un autre métier ? on parle ici d’insécurité et de mort d’homme et toi sans cœur tu divagues.
    Repose en paix vaillant soldat intègre. Que la terre du Faso te soit légère.

  • Que son âme repose en paix.je voudrais demander aux différents internautes de faire beaucoup attention à leurs réactions.C’est parce que c’est un militaire ou bien ? SVP permettez le de se repose en paix

  • Paix à l’âme du disparu. Je voudrais tout simplement profiter de cas malheureux pour interpeller la population par rapport à certains agissements . Quelle sera la réaction de la population si ce militaire partait arme au point et dans sa défense il abattait ces délinquants ?

  • plus de vigilence a la population. paix a son ame !

  • que la terre te soit legère et que le bon dieu te place a sa droite paix a ton âme. hey zoe y wende interneta ramba d fâa yaa vitba

  • A quelle moment il faut tuer quelqu’un sans être jugé ?Moi je veux payer une arme de sécurité.les lois du BF sont telement bizarres a tel point que mm si tu es armé tu as peur de tirer sur un criminel

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés