Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

Accueil > Actualités > Politique • • jeudi 13 février 2014 à 02h35min
Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

Les leaders d’organisations de jeunes ont organisé une journée de réflexion sur le rôle et la place de la jeunesse dans l’alternance en 2015. Face à la situation nationale qui prévaut et fort du constat que la jeunesse est le plus souvent en marge dans les sphères de prise de décisions, ces leaders ont formé une coalition pour, disent-ils, avoir leur mot à dire et jouer leur partition dans le processus démocratique du pays. Nous vous proposons ci-dessous le compte rendu et les conclusions auxquelles elles sont parvenues.

« La jeunesse constitue la frange la plus importante de la population du Burkina Faso. Sur le plan politique, certains analystes font d’elle la majorité de l’électorat avec environ 60% des potentiels votants. Force est cependant de constater que les jeunes sont les moins représentés dans les sphères de décision et dans le processus de gouvernance global de notre pays. L’illustration la plus parfaite est l’absence particulièrement criarde des jeunes dans les sphères de décisions politiques : aucun jeune à l’Assemblée nationale, moins de 10 jeunes maires sur plus de 350 communes, aucun jeune Directeur général d’entreprises publiques, aucun jeune ambassadeur et aucun jeune au gouvernement. Il n’est pourtant dit nulle part que les jeunes sont incompétents ou incapables d’assumer ces fonctions ! L’histoire récente de notre pays est d’ailleurs une illustration parfaite. La génération actuelle au pouvoir a occupé les premiers rôles avant ses 30 ans. Ils les ont assumés avec des fortunes diverses, mais ont contribué un tant soit peu à l’évolution de notre pays.

Après près de 30 années de gestion, la jeunesse cherche encore ses marques ou ses acquis. Elle se sent bafouée, marginalisée, mise en retrait de la prise de décision. Elle se sent quelques fois en marge de la société et cela est fortement dommageable pour le développement harmonieux de notre pays. Les politiques actuelles ont échoué en matière de prise en compte des aspirations de la jeunesse et surtout d’implication des jeunes pour une relève efficace.

Il est loisible de constater toute la soif de changement et de participation des jeunes. L’opposition politique et les chantres de l’alternance surfent d’ailleurs avec succès sur cette vague fougueuse et déterminée. La question de l’alternance est d’abord une soif des générations de participer à la construction nationale. La jeunesse ne saurait être en marge d’un tel mouvement. La démocratie en générale et l’alternance en particulier, est un combat de la jeunesse.

Pour que la situation de la jeunesse change afin que ses intérêts soient valablement pris en compte, il convient pour la jeunesse d’assumer son erreur. Elle ne s’est pas assez impliqué elle-même. Pour juguler ce problème il est adéquat de faire une introspection et repartir sur de nouvelles bases. C’est dans cette optique que la réflexion pour des stratégies appropriées est fondamentale. La base de cette réflexion peut être le questionnement suivant : quelle doit être le rôle et la place de la jeunesse dans l’alternance en 2015 ? ». Cette question peut être disséquée en deux aspects : Quelle contribution de la jeunesse dans l’alternance au Burkina Faso ? Quelle place de la jeunesse dans le Burkina post 2015 ?

En menant cette réflexion, la dizaine d’associations est parvenue à des conclusions dont l’exploitation peut contribuer à changer sensiblement la condition des jeunes ».

RESOLUTION

- Considérant le caractère démocratique de l’Etat du Burkina Faso ;
- Considérant que la Constitution est le texte suprême qui régit le fonctionnement de notre République ;
- Considérant que la Constitution en son article 37 stipule que « Le Président du Faso est élu pour cinq ans au suffrage universel direct, égal et secret. Il est rééligible une fois. », consacrant ainsi le principe de l’alternance ;
- Considérant que les dispositions internationales priment sur celles nationales et que la Charte africaine de la Démocratie, des élections et la gouvernance stipule en son article 23, alinéa 5 que : « Les Etats parties conviennent que l’utilisation, entre autres, des moyens ci-après pour accéder ou se maintenir au pouvoir constitue un changement anticonstitutionnel de gouvernement et est passible de sanctions appropriées de la part de l’Union …Tout amendement ou toute révision des Constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique » ;
- Considérant l’engagement d’une franche importante de la population contre la modification de l’article 37 et la mise en place du Sénat ;
- Constatant les velléités du pouvoir en place de modifier l’article 37 de la Constitution et la mise en place du Sénat ;
- Affirmant l’attachement des jeunes aux principes démocratiques et à l’alternance ;

Les leaders d’organisations de jeunes et de jeunesse participants à la journée de réflexion sur le rôle et la place de la jeunesse dans l’alternance 2015, prennent la résolution,

-  D’INITIER ET PARTICIPER ACTIVEMENT A TOUTES LES ACTIONS DONT LE BUT EST DE FAIRE ECHEC A LA MODIFICATION DE L’ARTICLE 37 ET LA MISE EN PLACE DU SENAT.

RECOMMANDATION

- Considérant que plus de 70% de la population du Burkina Faso à moins de 35 ans ;
- Considérant la situation critique des jeunes du Burkina Faso, caractérisée par le chômage, le système éducatif en inadéquation avec le marché de l’emploi ;
- Considérant l’absence d’une réelle politique de promotion de la jeunesse, la démarche discriminatoire dans l’appui des initiatives des jeunes et le manque de perspectives claires pour les jeunes ;
- Considérant le potentiel énorme de la jeunesse burkinabé en termes de capacité à contribuer efficacement au développement ;
- Constatant le manque de volonté politique réelle de permettre aux jeunes de participer au développement au mieux de leurs capacités ;
- Considérant la détermination des jeunes à prendre désormais leur destin en main et apporter leur part contributive au développement du pays ;

Nous, leaders d’organisations de jeunes et de jeunesse, participants à la journée de réflexion sur le rôle et la place de la jeunesse dans l’alternance 2015,
RECOMMANDONS,

-  L’INTEGRATION DE LA JEUNESSE COMME UNE NOTION TRANSVERSALE DANS LA DEFINITION DES POLITIQUES PUBLIQUES A PARTIR DE 2015 ET LA MISE EN ŒUVRE D’INTIATIVES CONCRETES A LEUR ENDROIT.

APPEL DE OUAGADOUGOU

- Considérant l’échec flagrant des politiques mises en place en faveur des jeunes depuis le pouvoir de la quatrième République ;
- Considérant la paupérisation accrue des jeunes ;
- Considérant que près de 60% du corps électoral est composé de jeunes ;
- Déplorant la désaffection des jeunes vis-à-vis de la politique ;
- Considérant que la classe politique actuelle malgré son vieillissement fait très peu d’ouverture pour les jeunes ;
- Constatant la très faible présence des jeunes dans les sphères de prise de décision aussi bien au sein des partis politiques que de l’Etat ;
- Rappelant l’engouement des jeunes à participer activement au développement de leur pays ;
- Affirmant qu’aucun développement qui se veut durable ne peut faire abstraction d’une part aussi importante de la population ;
- Rappelant que la jeunesse a le droit et les capacités de participer activement à la vie nationale dans tous les domaines ;
- Considérant que la jeunesse a sa place dans la vie politique et peut efficacement contribuer à la prise de décision et la mise en œuvre des politiques ;
- Considérant que l’unité de la jeunesse autour d’un projet commun peut constituer une force politique majeure ;
Nous, leaders d’organisations de jeunes et de jeunesse, participants à la journée de réflexion sur le rôle et la place de la jeunesse dans l’alternance 2015,
APPELONS,

-  LES JEUNES DE TOUT BORD A FRANCHIR LE PAS DE L’ENGAGEMENT POLITIQUE EN SE CONSTITUANT EN FORCES POLITIQUES AUTONOMES.

Les participants.

LISTE DES ASSOCIATIONS PARTICIPANTES

1. Jeunesse Au Travail (JAT)
2. Association des Jeunes pour le Développement Durable au Burkina Faso (AJDD/BF)
3. Réseau des Jeunes pour l’Eau, l’assainissement et le Développement Durable (AJDD/BF)
4. Jeunesse Vision
5. Association des Jeunes pour la Sauvegarde et le Patrimoine Ecologique (AJSPE)
6. Jeunes Francophones en Action (JFAction)
7. Mouvement Burkinabé pour le Développement et le Civisme (MBDC)
8. ACD : Action pour le Civisme et la Démocratie.
9. CDD : Convention pour la Défense de la Démocratie
10. Centre de Réflexion des Jeunes pour l’Education (CRJE).

Rassemblés par Amélie GUE (stagiaire)

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 février 2014 à 16:29, par Non au Sénat En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Tout mouvement ou front pour contrer le non respect de la constitution est la bienvenue. Nous avons besoin que les jeunes s’impliquent dans le processus du développement du pays puisqu’ils constituent la frange la plus importante de la population. Soutien à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 16:49, par l hom En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    voila o moins des gens sérieux courageux e responsables devant l histoire.vivement k votre appel soit attendu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 16:52, par RV En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Bienvenue à l’alternance générationnelle !

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 17:01, par Sonia Carré En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Ah , le Faso,

    Partout des vautours autours de la dépôuille du vrai peuple.

    Mais enfin, que ce qui doit arriver arriva afin qu’en finisse

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 17:48, par FANI En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    La jeunesse est comme une terre en formation. Au lieu de chercher à assumer très vite des responsabilités engageant l’avenir de la Nation,elle doit plutôt chercher à se former conséquemment afin qu’en temps opportun, elle soit capable de jouer activement son rôle. Il n’est pas prudent de se croire capable en se fondant sur le fait que les dirigeants actuels furent jeunes lorsqu’ils accédaient au pouvoir. Au fait, ne pensez vous pas que le manque de tolérance constatée sur le champ politique depuis environ 40 ans pourrait provenir de leur jeunesse caractérisée par un bouillonnement extraordinaire d’énergie qu’ils n’ont pas su canaliser. Le pouvoir sur les autres est avant tout un pouvoir sur soi. Prenez donc le temps de vous former de sorte à d’abord avoir du pouvoir sur vous-mêmes avant d’aller sur la scène publique. Ne vous précipitez pas surtout car vous y serez et vous l’aurez, ce pouvoir que vous cherchez tant. Mais qu’en ferez-vous pour l’émancipation du Burkina Faso ? C’est la principale question à laquelle les jeunes doivent trouver des réponses. La période de la jeunesse est une période de formation et il ne faut pas sauter cette étape au risque de détruire le cadeau que vous voulez offrir à la mère patrie. Prenez le temps d’aller à l’école de la vie pendant que vous êtes jeunes car vos responsabilités futures sont immenses et énormes.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 18:11, par Voltaïque En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Chers amis du CAJD il faut vous informer avant de faire des déclarations fausses.
    Primo il y a des jeunes à l’assemblée nationale et des jeunes sont promus directeurs généraux ou de services
    Secundo il y a bel et bien des initiatives prises par le gouvernement en faveur de la promotion des jeunes
    Arrêtez de mentir, dites la vérité un jour et reconnaitre que le gouvernement fait quelque chose pour les jeunes ne va jamais tuer

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 18:12, par DRACO En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Dix associations qui se résument en leur premier responsable ne sauraient représenter la jeunesse burkinabè dans sa majorité. Votre réflexion creuse n’a aucune substance en réalité et fait étalage de la pathologie intellectuelle de ce groupuscule d’associations qui s’est trompé de terrain.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 18:13, par Matador En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Les problèmes évoqués sont entrain d’être résolus ou sont résolus par les initiatives et engagement pris par le gouvernement pour la promotion de la jeunesse. Que voulez encore ? Que proposez-vous ? Rien absolument rien…Vous revendiquez ce qui vous a déjà donné comme tribune d’expression (Conseil national de la jeunesse, parlement des jeunes, etc.) Il faut se départir de la facilité car la vie est un combat. Les temps ont évolués.
    Eduquez-vous, instruisez-vous et formez-vous et luttez pour obtenir ce que vous souhaitez

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 19:13, par Gongoni En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Attention à la manipulation et à la tromperie des jeunes . Nul part au monde on n’accède à un poste de responsabilité sur le seul critère d’être un jeune en âge on ne construit pas un pays avec ce genre de raisonnement et ceux qui veulent opposer les jeunes à leurs propres géniteurs filent du très mauvais coton Comment un jeune qui commence à peine à travailler peut déjà penser à être ministre , DG ,député ,maire etc.Même dans nos coutumes au village un jeune ne saurait se lever comme ça et réclamer la place de ses aînés Vraiment cette opposition jeunes -vieux est tout simplement stupide car c’est les aînés et parents qui construisent d’abord l’avenir de leurs enfants pour qu’ils soient des hommes de demain et non le contraire

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 21:00, par zingaro En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    vous êtes vaincus ya longtemps !!!! nous nous valons le millier ! vous vous êtes 10 ! yako !!!

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 21:52, par NGuess En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    pour vous en temps que jeune ,que vois-tu comme solution pour sortir de cette crise ? jeunes nous avons besoin de paix sociale pour poursuivre nos études dans la quiétude .il ne faut pas être catégorique et campé sur ses idées .si nous allons au référendum ,alors le peuple dira son mot et tout le monde trouvera enfin sa quiétude afin de vaquer librement à ses occupation .

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 21:56, par rodrigue somé En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    en tant que jeunes ,nous ne devons pas suivre aveuglement ces vieux qui ont pillé et démissionné pour enfin venir essayé de nous dupé .nous devons dit non à l’embrasement de notre cher patrie .nous jeune ,c’est notre avenir qui est mis en cause

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 22:36, par mani En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Kanazoe zeph t’a donné combien ?tu finis pas d’étonner quand il s’agit de ta panse ! Ah mon boujour à ta queue issouf zoungrana zoumse. Vous êtes vraiment pathétiques et je vous pleure. Si l’opinion savait réellement qui vous êtes en réalité ? Mais bref peut être que tu as fais ton mea culpa comme rock sinon tu as trop fait sale sur le campus

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 23:31, par Vigilance En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Belle initiative. Il ne faudrait pas surtout se laisser influencer par ces vieux con en particulier le CDP qui pense pouvoir tout acheter dans notre pays. vigilance donc car rayonnement de ce rassemblement en dépendra.

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2014 à 23:32, par Vigilance En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Belle initiative. Il ne faudrait pas surtout se laisser influencer par ces vieux con en particulier le CDP qui pense pouvoir tout acheter dans notre pays. vigilance donc car rayonnement de ce rassemblement en dépendra.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2014 à 00:21, par Un ancien jeune En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Questions : A quel âge vous considérez qu’un homme ou une femme est jeune ? Pourquoi voulez-vous coute que coute assumer des responsabilités politiques (on peut bien être très actif dans son parti, lui apporter beaucoup de son énergie, sans assumer des responsabilités importantes) ? Etre jeune, n’est pas une fin en soi. En fait, je vous comprends parfaitement : vous cherchez à aller vite dans l’ascension sociale, et vous pensez que c’est par la politique que vous allez y parvenir. Sinon, comment comprendre votre obsession , il n’y a pas que la politique dans la vie. Pourquoi vous n’invitez pas les jeunes à créer par exemple leurs propres entreprises (agricoles, industrielles, artisanales, etc.) ? Parce que là, c’est plus difficile et il faudra des années de dur labeur pour se faire une place au soleil, peut-être pas du tout. Vous cherchez une échelle courte n’est-ce pas ? C’est bien et même souhaitable que les jeunes s’intéressent à la vie politique de leur pays, c’est bien l’ambition dans la vie, mais il faut rester toujours humble et patient. Il y a une école par laquelle doit passer tout homme ou toute femme qui veut assumer des responsabilités importantes dans la société, c’est l’école de la vie. Ne cherchez pas à danser plus vite que le rythme de la musique. Cela est très désagréable pour les spectateurs parce que ça fait désordre. Un ancien jeune.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2014 à 10:53, par TIENFOLA En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    je suis pour que les jeunes participent au développement de notre pays, mais cette jeunesse me fait peur de part son comportement. je suis moi aussi jeune mais j’avoue que nous sommes des attentistes, des paresseux, des opportunistes. nous n’avons pas les valeurs morales qu’avaient nos parents. il faut se dire la vérité, le vrai combat de la jeunesse burkinabè doit commencer par une prise de conscience quand à la probité, l’honnêteté, l’intégrité et la combativité. ainsi nous pourrons dire que nous avons notre mot à dire dans la gestion des affaires publiques. ne sautons pas les étapes. si nous continuer à être sans repère dans nos agir et nos habitudes j’ai peur pour notre lendemain.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2014 à 11:29, par Le bon citoyen En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Voilà là où la politique d FEDAP/BC nous mène.
    On a voulu montrer aux jeunes qu’il faut faire la politique et monter rapidement les échelons.
    ça fait peur quand des jeunes pensent qu’ils sont aptes à diriger. Diriger n’est pas seulement question de diplômes mais il y a l’expériences qu’aucune personne ne nait avec et le sang froid qu’on acquiert avec l’âge.
    Alors, ce que les jeunes doivent réclamer c’est qu’on leur donne les postes d’en bas et ils doivent monter suivant leur mérites. En politique c’est pareil, à part les régimes d’exception et la politique bananière du genre CDP, aucun jeune en vrai démocratie ne peut du jour au lendemain occuper un poste de direction. Car il faut militer d’abord, se faire une place au soleil avant de gravir les échelons.
    C’est cette erreur que CDP a voulu faire et qui lui coûte sa dislocation.
    Alors mes chers jeunes, inscrivez vous dans les partis politiques, prenez une part active dans les activités et vous allez occuper la chaine au moment venu.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2014 à 13:48 En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Reconnaissons que le gouvernement burkinabé fait beaucoup d’effort pour la jeunesse.MEME si le lapin est ton ennemi il faut s’avoir qu’il sait courire.

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2014 à 15:38, par Alerte Maximale En réponse à : Situation nationale : Naissance d’une Coalition des associations de jeunesse pour la démocratie

    Attention, attention ! Ce groupe de jeunes est une bande de fantoches pures et dures, des gens de la courte échelle qui ont pactisé de longues années avec le système en place et qui ont été les Hommes de main du régime sur le campus de zogona. Tous des fossoyeurs de la République. Le Président de Jeunesse au Travail (JAT) Adama KANAZOE ne jurait que par le système et était logé dans les bonnes grâces. Toutes les associations ci-dessous citées sont des choses réglées sous sa coupe et la plupart des responsables de ces pseudo-associations sont des petits qu’il a coopté du haut de sa gloire d’enfant du système sur le campus. Peuple du Faso soyez et soyons donc vigilants en ces moments troubles où tous les loups des eaux glauques tenteront de tromper le peuple pour perpétuer les méthodes qui ont conduit le peuple à sa dégénérescence. Encore vigilance.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
Gestion 2017 du gouvernement : Une « dégradation des indicateurs » dans la gestion financière et comptable
Bonne gouvernance : La présidence du Faso et le Premier ministère donnent l’exemple !
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Des missions d’explication dans 38 pays
Marche du 29 novembre 2018 : Paul Kaba Thiéba charge les organisateurs
CHRONIQUE DU GOUVERNEMENT : Pour un secteur plus compétitif et plus professionnel
Vie politique nationale : L’Alternance patriotique panafricaine (APP/Burkindi) a effectué sa première rentrée politique
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés