Ministère de l’Economie et des finances : les agents maintiennent la pression

jeudi 6 février 2014 à 23h45min

Les agents du Ministère de l’Economie et des Finances (MEF) sont toujours en colère contre leur ministre, Lucien Bembamba. Et pour cause, ce dernier tarde à mettre en œuvre le protocole d’accord signé en 2011. Ce jeudi 6 février 2014, ils ont encore organisé un sit-in dans les locaux du Ministère.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Ministère de l’Economie et des finances : les agents maintiennent la pression

Les agents du MEF ont toujours gros sur le cœur. Ils l’expriment régulièrement depuis quelques semaines à travers des sit-in. Comme pour sacrifier à une tradition, ils étaient encore mobilisés dans les locaux de leur ministère. A l’aide de sifflets et d’autres appareils sonores, ils ont fait pendant 4 heures (7h-11h) un bruit assourdissant pour manifester leur colère. « Nous exigeons l’application pure et simple du protocole d’accord de 2011 », a indiqué le secrétaire général adjoint du Syndicat National des Agents des Finances (SYNAFI), Ludovic Parfait Bazié.

Un protocole chèrement obtenu

La manifestation est la 3e du genre en 3 semaines. Face à cette insistance, le Ministre a ouvert des négociations avec les grévistes. « Le secrétaire général, membre de la coordination des 5 syndicats du Ministère, est actuellement en entretien avec le Ministre. J’ignore l’ordre du jour de leur rencontre », a ajouté M. Bazié qui souhaite du reste que le protocole d’accord y soit inscrit.

En effet, pour dénoncer une inégalité criarde dans les indemnités servies aux agents du Ministère de l’Economie et des Finances, une grève avait été organisée. « Nous avons été matraqués, maltraités par des policiers ici. Nous avions même déserté nos bureaux pour nous retrouver à la Bourse du travail. Nous y sommes restés pendant 11 jours avant que les négociations n’aboutissent sur le protocole. Il est donc important de l’appliquer », s’est offusqué Ludovic Parfait Bazié.

L’accord faisait obligation au gouvernement de servir à tous ceux qui n’en avaient pas encore droit une indemnité de responsabilité financière et une prime de rendement. Trois longues années se sont écoulées sans que le gouvernement ne remplisse sa part d’engagement. « C’est nous qui traitons pour les autres fonctionnaires. Nous savons ce qui se passe. Mais pourquoi on ne nous donne pas notre part ? », s’est interrogé le secrétaire général adjoint du SYNAFI.

Après ces sit-in, les manifestants prévoient de passer à d’autres méthodes de lutte si leur cause n’est pas entendue.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés