Contentieux électoral à Dandé : L’UNIRP/PS sûr de remporter la mairie, le CDP bat en retrait

mardi 7 janvier 2014 à 22h48min

Le 30 décembre 2013, a eu lieu le procès sur le contentieux électoral qui opposait le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) à l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS) dans la commune de Dandé. Le verdict a été rendu en faveur du parti de l’œuf et les élections du maire sont prévues pour le 23 février 2014.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Contentieux électoral à Dandé : L’UNIRP/PS sûr de remporter la mairie, le CDP bat en retrait

« Le Tribunal statuant publiquement et contradictoirement et en premier ressort, déclare le désistement parfait de Daouda Sanou, donne acte à Sawadogo Inoussa de son désistement d’instance, met les dépens à sa charge ». C’est ainsi le verdict rendu suite du contentieux électoral entre le parti de la majorité et celui de l’œuf. Satisfait du délibéré qui a été dit en faveur de son parti, Samadou Coulibaly, explique comment ils en sont arrivés là. A l’entendre, le conseil communal de Dandé a été dissout et les élections municipales devraient donc être reprises. « Avant la reprise, 10 conseillers CDP ont préféré adhérer à l’UNIR/PS. Quand ils sont venus dans notre parti, nous avons composé la liste avec leur nom », a-t-il expliqué avant de poursuivre que le 15 décembre était la date butoir pour le dépôt des dossiers. « En nous rendant à Dandé pour le dépôt des listes, nous avons été empêchés par une barrière humaine menée par le plaignant Inoussa Sawadogo qui s’opposait au dépôt. Nous avons fait recours à un huissier et à la gendarmerie qui sont venus constater les faits. Nous avons pu déposer les dossiers. Le 23 décembre dernier, on nous a signifié qu’il y avait une plainte contre la candidature de trois de nos militants dont Barro Sinaly, Ouédraogo Souleymane et Sawadogo Mamadou. D’où l’audience au tribunal administratif pour trancher », a confié Samadou Coulibaly. En clair, c’est le CDP qui a déposé la plainte sous prétexte que les trois candidats sont toujours ses militants, alors qu’ils ont envoyé une lettre de démission en date du 7 décembre 2013 avec accusé de réception. Cela veut dire qu’ils ne sont plus militants du CDP. A l’audience démarrée aux environs de 10 heures, aucun des plaignants n’a comparu à l’audience. Seul leur avocat est venu notifier leur désistement. Ce que déplore Mr Coulibaly qui estime que plutôt que : « de nous empêcher par une barrière humaine le 15 octobre de déposer nos dossiers, le CDP devait penser à cette voie judiciaire. Il devait attendre que nous déposions nos dossiers avant de faire ce recours. Cela nous aurait évité ces tractations du 15 décembre à Dandé et qui aurait pu déboucher sur des actes violents si nous n’avions pas réussi à contenir nos militants ».
Bassératou KINDO

Encadré

Ce qu’en pense le maire sortant, Synali Barro

« Je suis le maire sortant de la commune de Dandé élu en 2006. Après les élections de 2012 où j’ai encore été élu conseiller municipal, je cherchais donc à rebeloter à la mairie. Malheureusement, il y a un certain Sanou Daouda qui se trouve être le petit-frère du Secrétaire général de la section provinciale du Houet du CDP, Salia Sanou, le maire de Bobo-Dioulasso qui voulait lui aussi la mairie. Il s’est alors présenté lors des élections du 2 décembre 2012 alors que peu de conseillers voulaient de lui. Le conseil municipal de Dandé compte au total 20 conseillers. Le CDP en avait 11 conseillers et ces 11 conseillers et un du RDB ont décidé de m’élire comme maire. Ce que le petit-frère du Secrétaire général n’a pas admiré. Il va alors tenter de corrompe des conseillers pour la reprise des élections. Nous avons décidé de ne pas prendre part aux élections. D’où la dissolution du conseil. Il est vrai que je fus militant CDP. J’ai quitté le parti suite à la malhonnêteté de certains militants qui voulaient plutôt placer avec force leur frère à la tête de la mairie. Alors qu’ils savent très bien que les populations ne veulent pas de lui. D’ailleurs, chacun est libre de ces idéaux politiques. C’est pourquoi j’ai décidé d’adhérer à l’UNIR/PS. J’ai déposé ma lettre de démission le 7 décembre 2013 avec deux autres militants du CDP pour l’UNIR/PS. Malheureusement, les militants du CDP estiment qu’un parti d’opposition ne doit pas prendre part aux élections pour la mairie. Le 15 décembre, ils ont mobilisé des gens à la CECI pour empêcher le dépôt de nos dossiers. Je me demande si nous sommes dans une démocratie. Je doute également de la bonne foi de la CECI que je trouve complice. J’ai les preuves de promesses faites aux conseillers. Tout compte fait, j’ai foi que je serai reconduit à la mairie ; ce n’est pas pour rien qu’on a tenté de nous empêcher de déposer nos dossiers ».

Propos recueillis par B K

L’Express du Faso

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés