Expulsés des résidences universitaires : Non à l’aide du gouvernement

lundi 12 août 2013 à 22h11min

C’est sans conteste le dossier de ces vacances 2013 : celui des expulsés des résidences universitaires de Ouagadougou : En tout, elles sont plus de 7000 personnes selon des sources étudiantes, et que la solidarité citoyenne tente de secourir dans l’urgence. Un tour dans quelques points de relogement nous a donné l’occasion de nous rendre compte du difficile quotidien de ces étudiants qui acceptent parfois de parler de la réalité avec colère et émotion.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
                                        Expulsés des résidences universitaires :                                            Non à l’aide du gouvernement

Ce matin, nous décidons donc de retourner dans un premier temps au niveau des structures d’accueil mises en place par le gouvernement dans le cadre de la prise en charge des étudiants expulsés.

Ainsi que nous le faisions savoir dans nos précédentes éditions, seules une dizaine de personnes avaient effectivement répondu à l’appel des autorités. Notamment celles du ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale.

Mais contrairement à notre premier passage au niveau du stade du 04 août et de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJEPS), les agents commis à la tâche n’ont cette fois, pas daigné en dire plus sur les derniers développements liés à cette actualité.

Qu’à cela ne tienne, nous nous rendons donc sur l’un des sites de recasement qui se trouve être le siège d’un parti politique (d’opposition), le Front des forces sociales, FFS. Lequel a ouvert ses portes aux demandeurs.

Situation de crise

Arnaud Somé, le responsable du site « siège du FFS » ne fait pas dans la langue de bois :
Le nombre ne cesse de croitre dit-il. Puis d’ajouter « au début, nous étions une trentaine, mais hier, on était à 82 personnes, tous de la cité chinoise »

Dans ces conditions «  pour dormir on a un sérieux problème. Tout le monde ne passe pas la nuit ici. Certains sont logés dans des familles mais viennent se restaurer à midi et le soir ici, puis repartent dormir chez leurs tuteurs pour revenir le lendemain », poursuit-il.

Pour ce qui est de la restauration, la situation est que jusque-là, les réfugiés doivent leur subsistance à des personnes de bonne volonté qui laissent parler leurs cœurs, ainsi qu’à des structures associatives.

30 à 40 personnes dans un trois pièces

Le local en lui-même comprend trois pièces, un séjour et un auvent, que se partagent 30 à 40 personnes.

Dès les premiers instants, nous fait-on savoir, «  il y avait des filles avec nous, mais elles sont allées en province pour composer les concours de la fonction publique avant de revenir ».

Quid de l’opération d’enrôlement initiée par le ministère de l’action sociale ? « Nous n’avons pas épousé cette idée, affirment les étudiants  ». Ils vont même plus loin : « On s’est dit que la cité est un cadre estudiantin. Mais le stade et l’INJEPS c’est pour les sportifs. Il ne faut pas mélanger les choses ».

S’ils affirment avoir vu les communiqués, les déguerpis se veulent donc fermes : «  C’est une insulte. C’est le même gouvernement qui nous chasse et qui veut nous récupérer. » La main sur le cœur, ils laissent entendre que sur la question, « Il y a même des gens à qui on a proposé de l’argent pour se faire enrôler. On a été là-bas pour constater. Ils ont eu quelques individus, mais ce ne sont pas des résidents déguerpis des cités, mais ce sont des étudiants riverains. Ils leur ont même donné de l’argent pour qu’ils figurent sur la liste afin qu’ils puissent se présenter à la presse pour dire que les étudiants expulsés des cités ont été récupérés et relogés dans d’autres locaux.  »

Qu’en est-il alors de l’accusation portée contre certains groupes qui empêcheraient d’autres étudiants, selon les sources du ministère de l’action sociale, d’aller s’inscrire ? La réponse des étudiants : « On n’empêche pas les gens de s’inscrire, seulement on essaie de leur expliquer afin qu’ils comprennent la portée de la chose. C’est ce qui fait que le nombre croit à notre niveau. Quand on leur explique, ils préfèrent venir dans notre local ici plutôt que d’aller au stade du 4 août ou à l’INJEPS  ».

Solidaires entre eux, ils préfèrent donc se débrouiller comme ils le peuvent. Et pour cause, pour eux, une situation de crise appelle forcément des conditions adaptées. Même si comme on le devine aisément, le moral a pris un coup avec la situation actuelle.

Pour autant le fait d’être logés provisoirement dans le siège d’un parti politique, fut-il de l’opposition, ne les dérange pas. L’important, c’est, comme ils l’ont fait savoir, qu’ils ne parlent pas de politique en ce moment. Le plus urgent est sans doute ailleurs.

Ce n’est pas Ramdé Poulmassida Abdoul Aziz, étudiant au département d’Anglais, délogé de la cité chinoise, qui dira le contraire :

«  Nous avons compris que nous sommes victimes d’un système oppresseur et nous essayons de faire avec. C’est la mentalité actuelle qui prévaut en notre sein  » dit-il.

Très remonté il met en garde « ceux qui sont chargés de juger leurs camarades emprisonnés : si toutefois, il y a des condamnations, qu’ils sachent que ça ne passera pas comme ça. Nous serons dans la rue encore et nous allons témoigner notre mécontentement » prévient-il.

Ouattara Korotimi, elle, est étudiante en 2e année Anglais, expulsée elle aussi de la cité chinoise, a trouvé un autre moyen d’expression : Par solidarité avec ses camarades dit-elle, elle vient les aider à faire la cuisine. Elle « qui a la chance d’avoir quelques parents ici  ».

Juvénal Somé
Diallo Moussa

Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 août 2013 à 10:51, par le frangin
    En réponse à : Expulsés des résidences universitaires : Non à l’aide du gouvernement

    courage les gars la fin n’est plus loin.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2013 à 11:15, par le naigre
    En réponse à : Expulsés des résidences universitaires : Non à l’aide du gouvernement

    nous souhaitons que chacun met d leau dans son vain pour que le burkina soit un pays de paix ou il fera bon vie et lharmonie car la paix est un tresor q bcoup de pays cherche en vain

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2013 à 11:46
    En réponse à : Expulsés des résidences universitaires : Non à l’aide du gouvernement

    Si les étudiants s’en sortent sans l’aide du gouvernement, celui -ci n’aura plus de moyens de pression sur eux. Cela veut dire qu’ils ont du soutien dans la population et la prochaine fois ils seront mieux organisés pour gérer une telle situation. C’est une erreur irréparable du gouvernement actuel que subiront les gouvernements suivants qui voudront utiliser les mêmes moyens de pression.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2013 à 13:39, par fiston
    En réponse à : Expulsés des résidences universitaires : Non à l’aide du gouvernement

    C’est votre problème. vous refusez l’aide alors debrouillez-vous. C’est un choix que vous devez assumer comme des grands. Il est inutile de parle d’oppression gouvernemental. Vous êtes seuls responsables de cette situation. au lieu d’étudier, vous voulez faire de la politique.

    Répondre à ce message

  • Le 13 août 2013 à 13:42, par ya siida
    En réponse à : Expulsés des résidences universitaires : Non à l’aide du gouvernement

    Je tombe des nues quand je lis cette histoire sur les étudiants. C’est à croire que l’étudiant est une personne non grata au Burkina Faso. Et lorsque Blaise soutient allègrement qu’il priorise le développement du "capital humain" je me dis que ce monsieur ne sait plus à quel saint se vouer et a autour de lui des courtisans sordides qui lui mentent à longueur de journée. On ne peut pas vouloir développer le capital humain pour accompagner sa volonté de faire émerger son pays et se comporter comme un brigand à l’égard des étudiants !! Blaise doit avoir honte de son système et de ce que vivent les étudiants qui, en définitive, sont nos enfants, nos frères, nos neveux, nos sœurs, nos nièces, nos amis, nos voisins, et enfin nos compatriotes. Les traiter comme des lascars c’est avouer qu’on est fini et qu’on n’a plus d’avenir à la tête de ce pays qui nous appartient à nous tous sans exclusive. Il n’y a pas de citoyens supérieurs et d’autres inférieurs, le Burkina Faso est la terre de nos ancêtres et le gouverner c’est avoir un mandat pour le faire et non un droit divin incontestable. Autre chose, le CDP doit éviter d’exhiber son histoire de majorité, parce qu’au regard du nombre de Burkinabé qui ont élu Blaise, il faut savoir relativiser.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés