Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

jeudi 8 août 2013 à 22h12min

Le Chef de l’Etat burkinabè l’a dit et répété, le Sénat sera mis en place, en dépit des marches et autres formes de protestations. Dans cette optique, quelle pourrait être la configuration d’un éventuel (nouveau) gouvernement que certains observateurs et analystes prévoient après les vacances gouvernementales ?

  Gouvernement de l’après-Sénat :                        Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

Y aura-t-il un remaniement gouvernemental au Burkina après les vacances gouvernementales ? Pour bien de gens, la réponse serait ‘’oui’’. Et cela, au regard des positions affichées ces dernière semaines par certains leaders de la majorité, à propos de leur volonté de faire sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels.

Lors de son entretien télévisé à l’occasion de la célébration de la fête de l’indépendance le 5 août à la télévision nationale, le Chef de l’Etat lui-même s’est inscrit dans cette logique en se présentant comme un citoyen ayant les mêmes droits que les autres.

Une position qui renforce très explicitement celle prise quelques semaines plus tôt par François Compaoré, Conseiller et frère du Président. Il déclarait notamment qu’un article (fut-il le 37ième) de la constitution ne pouvait restreindre le choix des Burkinabè.

Reste à se mettre sur pied l’équipe qui va tenter un probable passage en force.

Le groupe des ‘’5 B’’

Bongnéssan, Bassolé, Bembamba, Bougouma et Blaise lui-même. Le premier est revenu au premier plan et pilote depuis peu les fameuses réformes politiques et institutionnelles qui font tant de gorges chaudes dans le pays.

Surnommé par une partie de l’opinion « le ministre de l’article 37 », il continue d’affirmer qu’il n’en est rien à propos de sa mission, alors même que le pouvoir lui, a déjà levé un coin de voile sur ses intentions.

Quant au second, il tient la Diplomatie de mains fermes. Architecte des missions de médiation aux côtés du Chef de l’Etat, son action contribue à policer l’image d’un Président faiseur de paix.

Après la crise de 2011, c’est lui, Djibrill, qui, rappelé en urgence de sa mission onusienne au Darfour, s’est attelé à reprendre langue avec la communauté internationale. Calme et posé, c’est un gendarme qui dit-on, jouit d’une bonne image de respectabilité auprès des siens.

Le troisième ‘’B’’, c’est le grand argentier. Bembamba (Lucien Marie Noël), est sans aucun doute l’un des ministres qui ont acquis avec le temps une influence notable au sein du gouvernement. Beau-frère du Chef de l’Etat, il tient solidement les cordons de la bourse. Apprécié autant que craint pour ses arbitrages parfois sévères, l’on devine aisément que les bons résultats de l’économie nationale présentés par les institutions internationales plaident forcément en sa faveur.

A l’Administration et à la sécurité, Bougouma (Jérôme), récolte quant à lui, les fruits de son retour en grâce auprès de l’establishment. Et l’on devine aisément que lorsque le Chef du gouvernement affirme que les autorités ont les moyens de maintenir l’ordre en cas de trouble, il fait référence à lui et à son action.

Enfin et comme l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, surtout par ces temps de crise, il y a très peu de chances que le ministère de la Défense et des anciens combattants change actuellement de titulaire… Lequel n’est personne d’autre que le Président du Faso en personne.

Les titulaires et le banc de touche

D’autres ministres qui n’ont quasiment pas de soucis à se faire non plus, ce sont les proches de François Compaoré.

Ils conserveront sans aucun doute leur mainmise sur les secteurs stratégiques. Comme par exemple, le commerce, l’industrie, les mines et l’énergie.

La mouvance présidentielle devrait également jouer les compléments d’effectifs, question de légitimité oblige. A l’exception toutefois de l’ADF-RDA qui, normalement, ne devrait pas trouver sa place dans un gouvernement pro-modification !

L’éléphant qui surfe en ce moment sur une vague contestataire, s’est résolument positionné pour un agenda propre à lui en 2015. Dans ces conditions, il risque de ne pas être pris en compte dans le système de jeu du coach Compaoré !

Juvénal Somé

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 août 2013 à 20:32, par l enfant terrible de koudougou ordy En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    je vous donne sans me trompe premier ministre jerome bougouma president du senat hermane yameogo ministre de la securite francois compaore

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 21:04 En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Monsieur le ministre des reformes politique que tu as compté parmi les 5 B n’a plus sa place dans le gouvernement car il a fini d’accomplir sa mission. S’il reste au gouvernement au lieu de mettre en place des réformes il déstabilisera la mise en place des reformes.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 21:06 En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Bon, on arrive au bout du processus avec ce sénat et l’article 37. Que se passera t’il après sur le plan de la paix sociale ? Personne ne peut le prédire avec tous les risques de descente aux enfers d’ici 2015 vers le chaos. La marche des balais, c’est pour quand ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 21:08, par Sidnabiiga En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Belle analyse mais toutes les rentrées seront chaudes et l’on constate que c’est le chant du cygne pour ce régime qui est arrivé en fin de course ! Il est totalement sclerosé, est a cours d’idées, multiplie les bourdes et est incapable de regenerescence ! Adieu médiocres artistres ! On ne vous regrettera pas du tout ! Dieu sauve le burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 21:52, par Tapsoba®(de H) En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Et quelle était la question posée à laquelle Blaise répondit par :"je suis citoyen ayant les mêmes droits que les autres" ? Ne croyez pas qu il a menti ,effectivement nul ne dit le contraire sauf le droit de tripatouiller la constitution du Burkina Faso,pas plus que n importe quel citoyen de ce pays . Car je continue de penser,peu importe que je sois naïf, que Blaise ne touchera à rien.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 23:34, par Le voyant En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Slt come le president l a deja dit le semat sera mis en place.mais il ne faudrait pas qu il soit pour ce va ce passé après.

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2013 à 23:48, par kabjojo En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Avis de vente de nationalité burkinabé. Raison : Trop c’est trop je n’en peux plus.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 00:16, par sequoia En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Depuis leur lièvre unijambiste levé , après la pseudo réforme politique avec la bénédiction de leur CCRP, nous comprenons aisément que le président du Faso semble être brumeux sur cette sa situation de 2015. On ne comprend plus rien. Partira-t-il ? ne partira-t-il pas ? C’est le quiproquo total. Vouloir empocher des du charbon ardent, on fini infailliblement à se suicider en plein jour. Le SÉNAT à l’heure actuelle est purement inutile et néfaste pour le BURKINA. Pourquoi s’entêter ? On ne peut pas tromper tout un peuple après des décennies de règne sans partage. Qu’est-ce qu’il y a ?

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 04:03, par Le rappel En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Mr le président faites nous honneur de vous retirer. Plus d un demi siècle pour un citoyen normal aux commandes de sa nation, c en est trop. Nous voulons essayer quelqu un autre juste pour 5 ou 10 ans. Vous n êtes pas éternel encore moins meilleur éternellement . Les infrastructures mal construites e sont vite dégradées tandis que les villas cossues de vos ministres égoïstes changent de look au fil du temps. Franchement le pays a reculé et je pense qu au palais le chargé de communication ne vous fait pas voir les vraies images du Burkina. Pour une fois admettez la réalité vu les statistiques de IDH , même les pays en guère devance le Burkina. La peur est grande, excepté ous et votre clan, le peuple a peur, l horizon est sombre.

    Répondre à ce message

  • Le 8 août 2013 à 07:58, par Levissionnaire En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    A KabjojoTu n’en as pas besoin. Il faut partir à bengué et tu verras ce que nationalité veut dire. Faut pas de moquer des burrkinabè.
    A monsieur le journaliste , vous avez une analyse très simple et simpliste.Qui vous parle de remaniement ? Laissez le gouvernement travailler. En temps opportun vous serez informé.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2013 à 08:34, par LB En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Belle analyse Juvénal ! En effet, le gouvernement actuel n’a plus sa raison d’être. Annoncé comme un gouvernement de combat, il s’est révélé être tout sauf ce pour quoi il a été commis. Ceci dit, s’agissant des pronostic, il serait hasardeux de dire quoi que ce soit mais néanmoins, bien essayé !!!
    A mon humble avis, la composition du prochain gouvernement devra répondre à ces impératifs :
    - une équipe de ministres à personnalité forte ;
    - les ministres doivent avoir une certaine grâce auprès de la population (pas mouillé dans les affaires, pas trop politique (les politiques doivent allés au sénat) ;
    - une certaine maîtrise de leur secteur (compétences personnelles et capacité managériale : à ce titre Bougouma, Bembamba et Bassolé sont bon où ils sont. En dehors de ces trois, je pense d’ailleurs que tous les autres doivent dégagés) ;
    - urgence recommandé sur le front social avec un désamorçage des crises avant même la mise en place du sénat. Ce qui donne le scenario suivant : vacances gouvernementales pour les opérations souterraines d’accalmie du front social, remaniement à la rentrée avec 1 mois pour désamorcer les bombes et mise en place du sénat.
    - la révision de l’article 37 ne doit pas figuré dans l’agenda du gouvernement

    Répondre à ce message

  • Le 9 août 2013 à 17:38, par ZORO En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    L’oiseau vole dans le ciel,mais n’oublie pas qu’un jour ses os tomberont par terre.
    Ils auront beaucoup de mal à mettre en place le nouveau gouvernement

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2013 à 18:39, par La voix de la sagesse. En réponse à : Gouvernement de l’après-Sénat : Revue d’effectif avant les grandes manœuvres

    Voilà ce que je propose pour la nomination du nouveau gouvernement.

    Premier ministre : Monsieur Jérôme Bougouma
    Ministre d’Etat, ministre chargé des Finances : M. Marie-Noël Bembemba
    Ministre d’Etat, ministre chargé de la coopération Régionale et des affaires étrangères : M. Djibrill Ipène Bassolé
    Ministre de l’information et de la culture : M Luc Adolphe TIAO.
    Ministre d’Etat, ministre de la défense : Le Général Gilbert Diendéré
    Ministre d’Etat, ministre des Transports, des Infrastructures routières et ferroviaires : Monsieur Gilbert Noël Ouédraogo
    Ministre de l’alphabétisation de masse et de la formation professionnelle : M. Zacharia Tiemtoré
    Ministre en charge des burkinabè de l’étranger : à désigner parmi les membres de la diaspora.
    Ministères à changer : agriculture ( à jumeler avec le ministère de l’eau, virer Jérémy et conserver la dame qui est compétente), action sociale, virer Alain Zoubga et nommer un homme ou une femme de cœur.
    Le reste sans changement sauf certains secrétaires d’Etat qui doivent être des hommes et des femmes compétents dans leurs domaines.
    Renoncer au Sénat par la voie de M. Jérôme Bougouma. Monsieur Bougouma ou M. Bassolé se présente en 2015 pour le compte du cdp à la présidentielle. Après 5 ans, le Président Blaise Compaore revient au pouvoir. Et la démocratie burkinabé aura gagné, l’opposition attendant encore ....son heure de gloire en 2025. Seule la voix de la sagesse peut prospérer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés