Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

lundi 13 mai 2013 à 23h38min

Rassemblés devant l’immeuble de l’Education à Ouagadougou dans la matinée de ce jour 13 mai 2013 avec l’exigence de rencontrer le ministre des Enseignements secondaire et supérieur, des élèves grévistes ont fait face aux menaces de dispersion par la Police. Si les élèves ont pu être déguerpis de leur point initial de convergence, la suite du feuilleton, marqué par des jets de pierre contre gaz lacrymogènes suivis d’arrestations, se déroulera dans l’enceinte du Lycée Philippe Zinda Kaboré.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

Il était à peine 12h, lorsque nous arrivons sur les lieux. La voie passant devant les Lycées Zinda et Nelson, est impraticable. Devant le Lycée Nelson, des élèves et passagers empêchés de circuler suivent le film gratuit mais risquant, qui se produit en face du Lycée Zinda. Là en effet, la voie est non seulement joncée de pierres de diverses natures et dimensions, mais aussi barricadée de tables-bancs hors d’usage. On ne voit aucun élève, mais des policiers cagoulés en position défensive en face de l’établissement, de l’autre côté du goudron, driblant des pierres qui leur sont jetées.

Mais les policiers ne quittent pas les lieux. Mieux, ce sont des cargos de CRS (Compagnie républicaines de sécurité) qui font la patrouille en lançant des gaz lacrymogènes dans la cour du Lycée Zinda qui a servi de camp de repli tactique des élèves.

A chaque passage du cargo , des élèves s’agrippaient aux murs de l’établissement pour lapider les policiers postés sur place. Aussi, n’hésitaient-ils pas à sortir sur le goudron pour replacer leurs barricades.

Cette scène, à la limité ludique, s’est produite jusqu’à 14h où nous quittions les lieux. Et c’est à ce moment que la patrouille a extirpé de la cour abritant la Brigade anti-fraude, deux élèves d’âge apparent de 12 ou 13 ans, et les a embarqués sans toutefois la moindre violence.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:44, par Larissa
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    "Et c’est à ce moment que la patrouille a extirpé de la cour abritant la Brigade anti-fraude, deux élèves d’âge apparent de 12 ou 13 ans, et les a embarqués sans toutefois la moindre violence."

    Dans une atmosphère de violence, on a quand même pu embarquer des élèves de 12 ou 13 ans avec douceur et peut-être même avec leur consentement, dans la joie et la rigolade.
    Vous vous foutez de qui ? ou de quoi avez-vous peur ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:44, par indigné
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    cette ènième grève pourquoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:48, par Simpliste
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Ils ont augmenté le gaz. Ils parlent d’augmenter d’autres denrés de premières necessité. Ils n’ont pas règler ce que eux même avaient promis au enseignants. Ils ont déjà oublié 2011. Mais 2013 sera inoubliable. Ils n’auront même pas le temps d’installer leur senat

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:51, par Parent d’élèves
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Eh attention, forces de l’ordre ! Si jamais un élève meurt par balle dans ces manifestations, alors ce sera le chaos total au Faso. Depuis plusieurs jours les élèves sont entrain d’interpeler l’Etat et les autorités de regler le problème des enseignants afin qu’ils ne soient pas dans une année blanche. Car la grève des enseignants pénalisent les élèves. L’Etat et les autorités ne font rien. Aujourd’hui, voilà les resultats de leur inertie. Je repète que si un élève perd la vie par la faute des agents des forces de l’ordre, on fera tout pour le reconnaitre et son enfant paiera de sa vie. On ne va plus laisser nos enfants dans vos mains pour assassiner. Les enfants ont commencé par vous avertir de regler le problème des professeurs depuis longtemps. Décidement que veut le pouvoir moribond de Blaise Compaoré ? Attention !!!

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2013 à 17:22
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      Parent deleve tu est si loin de la logique que je me dit que soit tu est fou soit tu a envi de tuer ton enfant ou un eleve et ensuite accuser les CRS d’etre la cause mais tu sera demasquer attend seulement tu verra

      Répondre à ce message

      • Le 14 mai 2013 à 11:39, par Prince
        En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

        Pas de menaces à quiconque. C’est son point de vue en tant que citoyen burkinabé. C’est vous autres qui envenimez les choses. Tu peux ne pas être d’accord avec son analyse mais de quel droit tu l’intimide. Du calme, jouons la balle à terre....

        Répondre à ce message

        • Le 15 mai 2013 à 07:59
          En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

          D’où est ce que les élèves tiennent le droit de sortir casser et brûler les biens qui appartiennent au peuple burkinabé ?

          Vous pensez quoi les agents de la CRS ne sont pas eux aussi des parents d’élèves ?

          Dans l’esprit des gens, il faut qu’un élève meurt pour que les choses puissent changer. Mais, c’est terrible.

          Il est important de souligner que ce que les élèves font présentement sur les voies ne ressemble pas du tout à un jeu d’enfant.

          Répondre à ce message

      • Le 14 mai 2013 à 22:56, par Tchapalo
        En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

        Et si tu le démasques tu vas faire quoi ? Je vous respecte. Chacun est libre d’exprimer ses opinions et pas de menaces surtout. Ok ? Vous êtes sortis avec des armes et le gouvernement a tremblé. Vous avez eu votre part du gâteau. Laissez les autres revendiquer et ne touchez pas à un seul cheveu d’élève ni même les violenter. Ne provoquer pas de grâce d’autres crises que vous ne pourrez pas gérer. Même si on vous donne des instructions fermes, il faut agir avec finesse ou au mieux vous écarter d’un jeu qui ne vous concerne pas. Armes c’est armes. Conventionnelles ou non, prenez vos distances pour ne pas que les autres vous foutent dans la merde.

        Répondre à ce message

    • Le 14 mai 2013 à 18:00, par Aliendé
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      mon frère on pourra pas laisser des délinquants faire du banditisme sous prétexte qu’ils sont dans un État de droit. autant la loi vous permet de manifester autant il ne faut pas attenter à l’intégrité physique des autres. Ce que l’on voit à la télé n’a rien d’Hommes sérieux, les élèves exagèrent, prochainement qu’ils soient matés à la hauteur de leurs actes. de toute façon que la survie du régime dépende de ces manifestations ou pas il va falloir mettre terme à cette récréation au prétexte que le régime va tomber. qu’il tombe ! d’ailleurs ce régime ne sera pas éternel alors que ces manifestations de hors normes ne font que prendre de l’ampleur. Moi je suis las du CDP mais je ne suis pas d’accord avec ces bêtises que l’on a vu à la télé. Il faut mettre un terme à la recréation

      Répondre à ce message

    • Le 14 mai 2013 à 19:09, par dallis
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      papa ou grand frere il arreter de pousser les jeunes dans le trou ou tu n’es meme pas sortir il faut vivre une journee de guerre et tu vera k 3ans de misere est mieux

      Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:52, par Cheicklamenace
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Il es tant que sa s arrête arrêtons d instrumentaliser les jeunes élevés , la violence, les actes d incivismes sont l argument de ceux qui n ont pas d argument . Apprenons à contester de manière plus pacifiste et intelligente

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:53, par moumi
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    on ne resoud pas les problèmes de cette façon ;

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:53
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Le régime de Blaise a foutu la merde dans ce pays.

    Répondre à ce message

    • Le 14 mai 2013 à 12:33, par pitié
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      le BF ne va plus jamais connaitre un regime de ce genre !! jamais jamais . jamais pas comme le jamais du premier ministre. le regime de Maurice de Lamizana etaient des regimes engagés mais analphabetes ; mais ce regime ci , des bandits, des hyienes, des serpents, des dinosors, des je ne sais quoi ; à chaque fois qu’ils reflechissent , c’est comment pier, voler faire du mal à quelqu’un, durer dans son poste. le peuple n’a pas peur de ce qui va arriver. c’est eux qui ne sont pas conscient que le pays ne va pas

      Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:57, par Boudou
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Journaliste faites attention a vos reportages. Avez vous dit au paravent que les élèves ont lapidé les policiers devant le MENA ? Ils ne faut pas empirer la situation avec des écrits pareilles.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:58, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    - Bande de voyous ! ! Vous allez brûler les tables-bancs ! ! Et les autres élèves qui arrivent apr`s vous ? Ils vont s’assoir sur quoi, eux ? Sur des nattes ! Espèces de conglomérat de vagabonds ! ! !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:58, par LA CHOSE
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    QUE VEULENT LES ÉLÈVES CETTE FOIS CI ?
    POURQUOI VEULENT ILS VOIR LE MINISTRE EN PERSONNE ?
    POURQUOI CE DÉSORDRE ORGANISE ?
    QUI TIRE LES FICELLES ?
    POURQUOI MAINTENANT (BIENTÔT LES EXAMENS DE FIN D’ ANNÉE )

    TOUTES LES VOIES DE RECOURS PACIFIQUES ONT ELLES ÉTÉ VIDÉES ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 16:58, par lemoaga !!
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    ou allons nous ???????

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:00, par le zaparo de guerre
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    il fo que cesse cette chasse à l’homme et intifada au faso. Visiblement le chaos de l’apocalypse plane sur nos têtes. ouvrez l’oeuil et le bon

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:01, par Qui vivra verra
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Monsieur les Gouvernants, vous aviez commencer donc il faut terminer. Vous avez en face de vous un nouveau bras de fer (Gouvernement # les 2émé militaires du pays). Il n’ya pas de super syndicat dans ce pays, syndicat = syndicat. Mieux vaux de régler de façon générale et le plus vite possible les problèmes des travailleurs. Ce pays est parti pour des grèves cycliques et dans l’avénir généraliser. Rappelez vous de comment le Comité Militaire de Redressement pour le Progrès National (CMRPN) du Grand Colonel Saye ZERBO a souffert jusqu’à sa chutte. Soyez perspicace. Juste un conseil

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:03, par Baba
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Courage aux eleves c’est la seule facon de se faire entendre au Faso quel soit ont ils ? N’insulte pas les enfants ils veulent qu’on les ecoute

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:07, par Prudence
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    C’est dégueulasse ce qui arrive encore. Si chaque fois il faut que les élèves s’affrontent aux policiers, je me dis que la formation se fait ailleurs et pas dans les classes. On aurait du faire l’économie de ce qui arrive en communiquant. La dernière sortie des élèves présageait ce mouvement d’humeurs, mais le gouvernement est resté muet sans communiquer. Il fallait qu’il prenne les devant en communiquant. Mais il ne faut qu’on pense que la crise est passée, elle est latente et peut encore s’enflammer.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:11
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Regardez vous même sur cette photo publiée les élèves courent tout en riant, vous pensez qu’ils sont conscients, pourquoi ne pas grever pacifiquement. la grève de faim est un bon moyen. nous l’avons vu avec le GSP de la MACO et d’autres. De cette façon nous seront toujours en retard. Peut être qui sait qu’ils augmenteront a nouveau le prix de la scolarité. Bon Dieu aide le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:13, par Rétinas
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Bruler des tables bancs n’est pas la solution.
    La solution c’est la négociation

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:17, par anta
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Il y eut deux élèves blessés et évacués à Yalgdo ;l’un au bras ;l’autre au ventre.Il semble que les CRS tirent des balles en caoutchouc. Pourquoi faire des foutaises aux enseignants en refusant de les recevoir au ministère mais au rond-point ds Nations Unies, sous le soleil ?Pourquoi prendre des engagements quand on sait qu’on ne va pas les respecter ? Le gouvernement est seul responsable de ce qui arrive.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:26
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Ca fait mal au coeur de voir les eleves quón utilisent pour satisfaire des interets des politiciens et syndicalistes au detriment de leur avenir. Les memes politiciens ont envoyé leurs enfants ailleurs dans des endroits bien tranquille pour etudier.
    Il est temps que chacun examine sa conscience

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:37, par bobn’dombin
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Peuple du burina faso, moblisons-nous pour que notre pays fasse une véritable rupture avec son passé afin de guérir de sa maladie la plus grave : l’ignorance de ce qui doit faire son progrès. on n’envoie nos élèves à l’école pur quoi ? kil fasse l’apprntissage de la délinquence ? cest triste, notre système éducatif n’a jamais défini clairement d’une part l’homme qu’il souhaite ou c’est coment ? des élèves qui se transformeent en justicier. leur inquiétude est fondé mais ca doit pas se faire ainsi !
    Peuple s tu a donné le POUVOIR, tu as encore le POUVOIR de retirer le POUVOIR pour le remettre à ceux qui pouront mieux gerer ta progéniture !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:39, par MOI
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Trop de sentiment dans ce pays la. Trop c’est trop que chaque parent prennent la responsabilité de son rejeton. C’est quoi ce pays là où chacun ce croit tout permis en vertu de je ne sais quelle liberté. Y’en a marre chère petit frère.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:47, par VV
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je condamne énergiquement la violence des élèves et des forces de l’ordre. Mais ou sont les élus du Faso !? Sont-ils légitimes nos nouveaux députés et conseillers pour ne pas pouvoir dialoguer et raisonner nos frères et enfants ! Voilà ou mène la démocratie bannanière. Il n’y a plus de médiateur au Faso et c’est très grave.

    Je déplore les propos qui ménacent les enfants des forces de l’ordre. En quoi sont-ils coupables ! Soyons sérieux et surtout pas lâches.

    Dieu sauve le Faso !

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2013 à 20:24, par ZZ
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      Tout à fait d’accord avec toi VV !!! Où se cachent tout nos représentants ? ils ne sont visibles que pendant les élections, ensuite ils se mettent à leur aise dans les hôtels et restos pour dépenser "leur butain" comme des commerçants !!!! Pffff c’est à vomir tous ces représentants malhonnêtes ! qu’attendent-ils pour réagir ? que tout soit mis en cendre et des citoyens envoyés à l’hôpital par le concours des forces du désordre avant de réagir ??? 2008 à bobo, 2011 sur une bonne partie du pays, 2013 c’est tout le pays qui va prendre feu si vous n’y prenez pas garde

      Répondre à ce message

      • Le 14 mai 2013 à 07:55, par DRANGWELL
        En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

        Arrêtez la s’ils vous plait. Stop . Je me demande si certains internautes ont un cerveau ou sils réfléchissent avec de la merde dans le crane . On vous dit que les enseignants ont signé un protocole en 2011 qui n’a pas encore été appliqué a nos jours on vous dit que les enseignants ont prévu une grève pour cela et avant cette grève des élèves se déplace au ministère et demande a voir le ministre a la seconde et comme le ministre avait un agendas a remplir on leur dit d’attendre et comme ce n’était pas ce qui les motivait en réalité ils ont décidé de lapidé et le ministère et la sécurité qui est constitué d’homme et de femme comme nous internautes parent d’élèves aussi. Dites moi que viens faire les elues ici ? VV, ZZ en toute âmes et conscience que voulez vous qu’un élu dise ici comment et a quelle moment devait il entré en action ? c’est trop facile de dire du n’importe quoi mais c’est plutôt lâche et animal voir sauvage de ne pas réfléchir avant d’écrire

        Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:58
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Sachons raison gardé. Il est souvent facile de soulèver la foule mais il n’est pas souvent aisé de la controler. Je comprend le ressentiment des uns et des autres mais la violence n’est pas toujours la meilleure option pour resoudre les problèmes. Je suis d’avis que nos dirigeants devront faire preuve aussi de bonne fois en honorant leurs promesses. La vie est déjà dure au pays des hommes intègres et tout augmente sans que nos dirigeants ne pensent à reduire leur train de vie t. Ils veulent se doter de véhicules à coup de dizaines de millions. L’or coule à flot mais personne ne voit les retombés auf le gouvernement. Ayez pitié car pousser à l’etreme les choses, tout risque de s’écrouler

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 17:59, par La paix est mieux
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    C’est vraiment dommage qu’aujourd’hui on continue de brûler nos propres biens ( en pensant qu’on fait du mal à l’Etat) pour montrer notre mécontentement. Qui va encore payer ces tables bancs. C’est nous. Et puis chers parents évitons d’encourager nos enfants lors qu’ils empruntent des voies sans issues. Un enfant qui est capable de brûler un table aujourd’hui ou de jeter une pierre sur un policier, est appelé à être un délinquant demain. Vivement que l’Etat réinstaure son autorité vraie parce qu’aujourd’hui, des policiers ont commis des erreurs et on pense que la police ne doit plus faire son travail. Entre nous dites-moi franchement, si ce pays-là n’est pas gouverné, est-ce qu’on ne va pas se manger ? Hey la paix est mieux dê !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 18:10, par ANNAN
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    venez nous sauvez ho ! la violence a commencé ho ! Mon pays va mal
    SYNSHA= grève
    F SYNTER + SNESS= grève
    Elèves du Grand Zinda= manifestation
    CRS= Arrestation
    Patati patata !!!!! où allons-nous ? Bon Dieu ! viens à notre secous

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 18:15, par korokoroyé
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    j’ai eu a lire un autre journal sur le même article qui parle de plusieurs blessés côté élèves. les policiers en plus d’avoir utilisé des gaz ont fait usage de balles blanches. on dit même que y’ a 3 cas graves dont une des victimes serait dans le coma.si cela s’avérait vrai, je pries pour que l’élève se rétablisse.mais si jamais il venait à perdre la vie, je pense que cette fois ci, le pays vas pas échapper au chaos total. affaire à suivre

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 18:16, par LK
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    encore une fois le silence des autorités qui frise un certain mépris vis-à-vis des questions très cardinales comme celle de l’éducation risque de plonger le pays dans un désordre total. maintenant espérons qu’ils prendront des mesures idoines afin que le pire n’arrive pas.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 18:37, par Pawalmdé
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Etait-il vraiment nécessaire de les dispercer ? Cette marche n’aurait peut-être pas dégéneré si on leur avait permis d’arriver à leur destination. Chers élèves, il faut apprendre de la situation de vos ainés à l’UO. Et moi qui félicitais les élèves la semaine passée pour avoir tenu une marche pacifique. Un pas en avant.... deux en arrière.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 18:54, par kiparinse
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Par foronto : moi,je pense qe les eleves n ont pas invite les c.r.s. a leur marche.ce sont les c.r.s. qui se sont invites a la march pour disperser les eleves et voila le resultat.force de l ordre ...force de desordre wai...

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 19:09, par Le réaliste
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Bonsoir à tous. Comme tout bon Burkinabé, je suis une victime du système. Cependant, j’invite les uns et les autres à la sagesse mature pour chercher la solution autrement que d’utiliser nos enfants mineurs qui seront encore des victimes innocentes. De cette manière, ces enfants qui constituent l’espoir du pays seront plustot des irresponsables. Je pense que nous pouvons trouver la solution autrement que par cette voie. Aussi, j’invite également les corps socio-professionnels à ne pas prendre le pays en otage à travers leur metier car cela constitue aussi une lâcheté de refuser d’accomplir un devoir de sa profession. En effet, combien de personnes sont mortes dans nos services de santé, combiens de nos enfants sont devenus paresseux à l’école à cause de l’inconduite d’enseignants, etc... Je n’ai pas la prétention de donner une leçon de moral à quelqu’un et encore moins de manquer du respect à qui que ce soit. Mon intention est de mettre nos progénitures encore mineurs en sécurité de sorte à ce qu’ils soient de vaillants citoyens à leur maturité lorsque que nous aurons réussi à faire tourner la sombre page de notre cher pays. Tout le monde est unanime que ça ne va pas, mais nous serons vraiment lâches si ce sont ces enfants de 12 ou 13 ans qui vont être notre solution. S’il y a bien quelqu’un qui doit tomber dans cette lutte, c’est mieux un majeur qu’un mineur. Bonne soirée à tous et que Dieu continue à aider le Burkina car je reste convaincu que si 40% de Burkinabé pouvaient vivre réellement la situation de guerre dans certains pays d’Afrique, on allait encore mieux régler nos comptes au faso que de faire bruler nos acquis par nos enfants en bas âge dépourvus de discernement.. Bye

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2013 à 21:29, par ISPO
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      Je crois qu’avant de parler il faut utiliser votre cerveau. Ce que vous semblez ne pas en posséder. Aucun professeur n’ a envoyé un élève sur la voie publique. Mais ce que vous ne comprenez pas est que le secteur de l’enseignement ne s’apparente pas aux autres métiers. Qu’est ce qui se passe ? Les enseignants vont en grève pour revendiquer l’amélioration de leurs conditions de vie. Mais il se trouve que quelque part si cette grève dure, elle peut hypothéquer les résultats de fin d’année des élèves. Par conséquent les élèves sont en droit d’aller voir leur Ministre pour revendiquer aussi leur cours. Dans cette situation où se trouve la responsabilité des enseignants ici mon pauvre " Le réaliste" sans cervelle. Tu me fais pitié avec ce raisonnement analphabète et ridicule. Même si l’enseignant fait partir des parents pauvres de la fonction publique c’est pas une raison de parler mal d’eux à ce point car tu ne doit pas oublier que c’est grâce aux mêmes enseignants que tu insultes qui t’ont permis d’être ce que tu es. Tu es vraiment pathétique mon pauvre "Réaliste". Mais sache que les enseignants ne reculeront pas sans obtenir gain de cause. Puisqu’on sait que le gouvernement a beaucoup d’argent.

      Répondre à ce message

      • Le 13 mai 2013 à 23:08
        En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

        Oui, le gouvernement a tellement d’ argent qu’ il veut installer une caisse vide de resonnance comme le Senile senat en pleine senescence, apres qu’ on dissout la deuxieme chambre parce qu’ improductive. Que va faire le senile senat senescent que l’ AN ne pouvait faire ? La pauvrete en afrique n’ est pas une malediction. Elle est une organisation. On voit bien comment nos dirigeants organisent cette puavrete. Six milliards pour mettre en palce des amis politiques qui vont casser le sucre sur le dos maigre du peuple. Ces manifestations violentes ca et ca signalent la colere, le mal de vivre des laisses pour compte. Si bien que pour un oui ou pour un non, on veut en decoudre avec la puissance publique qui n’ est plus legitime meme si elle est tres forte de sa legalite.

        Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 19:13, par yabsi
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    on sort tous le 21 une fois pour tous. Nan LARA AN SARA

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 19:42, par ASKO
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Le Burkina Faso fait pitié deh !tanto c’est la population qui lapides des sapeurs pompiers qui viennent a son secours !chers enseignants(es) c’est lache de votre part d’utiliser des innocents pour vous faire entendre !!ya de simples moyes de vous faire entendre plusque ça !n’oubliez pas que la force reste a la loie !!

    Vive le Burkina Faso !!!!
    La patrie ou la Mort nous vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 19:47, par citoyen
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    il ont besoin de correction !!ces enfants qui ne savent pas ce qu’ils cherchent.vos parents souffrent pour vous inscrir a l’ecole et a votre tour vous ne faites que les decevoir.courage a ces braves gas.je parle des policiers !!!

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 20:12, par AD
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Voyez vous ,Ceux qui cris au dialogue etaient oú quand les syndicats des enseignants lancaient leur pre Avis de greve ? Tout s’arrache par la force dans ce pays. Ce sont des anciens revolutionaires qui nous Gouvernent .ils en savent mieux que nous.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 20:45, par GOTAN
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    QUE LA PAIX SOIT AVEC VOUS TOUS.LES ELEVES NE SONT POUR RIEN DANS CETTE AFFAIRE. LEUR COMPORTEMENT EST LA RESULTANTE D’UNE FUITE EN AVANT DE LA RESPONSABILITE DE L ETAT.SUBITEMENT ON DECIDE QU ’IL AIT DES EPREUVES UNIQUES AU BEPC SANS IMPLIQUER LES AUTRES ACTEURS DANS CE PROJET. ON SE DEMANDE SOUVENT SI ON A AFFAIRE A DES INTELLECTUELS OU A DES TUEURS D’INTELLIGENSIA.EN TOUT CAS LE VIN EST DEJA TIRE A VOUS (ETAT) DE B.......

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 20:47, par REFERENDUM2014
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Moi je pense que le probleme est ailleurs.Il faut que les uns et les autres respectent leurs engagements :
    - nombre de mandats presidentiels à respecter
    - paroles devants les syndicats à respecter
    - depenses unitiles à eviter
    - faux fuyants à éviter
    - etc
    Luc , le peuple veut la bonne gouvernance.C’est vous qui avez le pouvoir, donnez l’exemple, vous allez voir que ca va aller :
    - plus de crimes économiques
    - plus d’injustice
    - etc
    Luc, tu sais la police tue un enfant, c’a risque d’etre plus grave.
    Aussi, la peur c’est la contagion dans tous le pays.
    Pardon Luc, appelle les syndicats et discutez sinon dans l’Histoire, ton nom sera gaté

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 21:23, par Ousmane Diabate
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    ou va notre chere patrie le BURKINA FASO . Action reaction face a l’incapacite du pouvoir a respecter ses engagements, les eleves ne voulant pas payer les lourds tributs reagissent violemment avec juste raison. mais pourquoi eux les accuser comme des incivistes car il ont brule des tables par rapport a des responsables(gouvernement) qui ne peuvent ne serait-ce q’une seule fois respecter leur engagemnts. c’est vrai le dialogue est valeur sure mais n’est-ce pas par dialogue les accords sont signe mais ou en est-on avec ces engagements . est-ce que ces gens soit disant responsables pronent reelement le dialogue. mon oeil oui !!! ces soit disant responsable prEfere investir 6.000.000.000 pour des gens qui vont seulement lever la main(SENAT) que de resoudre le probleme de ces braves enseignants. ils sont entierement reponsables de ce qui se passe. svt les amis avant d’accuser X ou Y analysons serieusement la situation faites preuve de maturite intelectuelle avant d’accuser les enfants ils nefont que defendre leur avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 21:25, par KAFANDO Abdoulaye
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    On est ou la ? Quand les travailleurs peinent pour nourrir des escrocs, c’est que l’impunité fait le lit des désordres et les grands désordres créent le chaos. Ce qui arrivent au Faso est la simple résultante du ras-le-bol que le gouvernement a instauré depuis des années dans le cœur des braves et vaillants enseignants. Le sacrifice n’est point le crucifix !!!! Il est temps que tout le peuple Burkinabé comprenne et soutienne la cause combien noble des éducateurs. Ils connaissent mieux la valeur de l’enfant mais que serait une queue sans la tête ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 21:34, par Lesage
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Qui sème le vent recolte la tempête ! ses ado n’on mêm pas l’âge de ce regim(25ans). arrêtez donc de vous en prendre aux enfants que vous avez vous-mêm fabriqués.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 21:39, par Le faso
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je parie à 70% que nos enseignants sont pour quelque chose dans cette affaire.Mais, chers élèves ne nous laissons pas utiliser pour resoudre leur problème.Laisser les enseignants,nos parents et le gouvernement ils vont s’entendre.Si un élève meurt dans cette affaire,c’est une perte pour sa famille.Nous avons brullé les commissariats en 2011.Quelles étaient les retombées ?Je sais que les flics ont eu un long congé payé en son temps.Reflechissons mille fois chers camarades.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai 2013 à 22:40, par Conseil
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      Chers élèves continuez à tout brûler vos parents vous inscrirons l"année prochaine avec un banc + frais de scolarité.
      Gouvernement somnambule réveillez-vous car vous serez surpris d’être étonné un jour.

      Répondre à ce message

    • Le 14 mai 2013 à 04:35, par Bouglass
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      Le faso (quel pseudo !), si les enseignants sont intigateurs de cette manifestation, je les en félicite. On ne mobilise les gens que sur la base de leurs intérêts !! Si l’Etat peut détourner ces enfants, s’il peut les débaucher pour qu’ils se retournent contre leurs enseignants, qu’il le fasse !!Cela ne peut se faire qu’en répondant aux attentes exprimées par ces enfants !!Et si cela est, c’est la fin des mouvements d’humeur dans l’éducation:satisfaire les souhaits des élèves, c’est par ricochet répondre aux attentes des enseignants !

      J’ose espéré que vous aurez la faculté de comprendre ce raisonnement, vous qui êtes constipé par une logique des forts voulant tromper les autres à travers des leçons de morales qu’ils sont les premiers à fouler du pied !!!

      Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 22:24, par chineur
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Ceux qui traitent ses élèves d’ inconscients se trompent lourdement. Dès 2011 ils avaient déjà une manière atypique de se regrouper(SMS, email) qui devait interpeler les autorités. Longtemps instrumentalisés ils voyaient aux prof leurs pires ennemis et si aujourd’hui les mentalités ont évolué tout est à l’honneur des enseignants qui ont fait certainement un travail à la base. Du reste ils sont ouvert sur le monde et ils savent donc que les prof sont des alliés puisque embarqués tous dans le même bateau.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2013 à 22:42, par chineur
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    M.BOUGOUMA de MATS c’est comme ça on entend réinstaurer l’autorité de l’ état ? Une police responsable allait tout simplement encadrer la manifestation des élèves. En pareille circonstance les manifestants ne sont pas tous des élèves et des débordements et infiltrations sont à redouter.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 00:19, par Eric de kouria
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Dans la patrie des hommes intègres ou du moins de qui en reste, -car voici depuis longtemps que la morale agonise, et que tout le monde se tait- les frustrations sont telles que la seule solution reste et demeure un sursaut national. Peuple du Burkina Faso, comme un seul homme, disons non à la « monarchisation » du pouvoir entrepris par ce régime. Boutons hors du pays, les parasites et les pro-impérialistes qui nous exploitent depuis un quart de siècle. Pendant que de milliers d´étudiants sont privés de bourse, on crée à coup de milliards une deuxième chambre, où l´on compte caser ceux qui sont responsables de nos malheurs. Pendant que de milliers d´élèves manquent de fournitures, les hommes du pouvoir envoient leurs rejetons faire des études dans des universités à l´étranger, lesquelles études sont payées par le contribuable Burkinabè quand ce n´est pas l´aide du pays qui est détournée. En avant pour une véritable alternance. En avant pour le changement. En avant pour la liberté. Malheur aux voleurs et à ceux qui bâillonnent et exploitent le peuple. La patrie ou la mort, nous vaincrons.
    Eric de Kouria

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 01:58, par fasofaso
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    D’un part je comprends le probleme des eleves,l’état j.etais l’argent dans des domaines qui est peut important comme le sénat ,n’oublions pas si les pays asiatiques sont developes aujourd’hui leur dirigeant sont mis l.accent sur l.education qui est la fondation du developement d’un pays,c’est aussi par l’éducation qu’ont peut implanter la democration dans un pays.
    D’autre part la violence n’estpas non plus une solution,jaurai souhaiter que nos petits frères et soeurs s’ils ont choisi de faire une manifestion que cela soit pacifique et je pense que cette mentalite marquera nos dirigeant mieux que la violence, car vous etes les future dirigeant de ce pays.
    lutter pour votre droit mais de facon pacifique.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 05:17, par Burkina Pataribtalé
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    prénez le temps de vous éducez en avant les autres du importe quoi oui enseigants zéro éleves zs et quand did t’on aux dirizérons, a qui la faute ; tu suis pas le systeme alors c’est le systeme qui te ferra.
    LA RAISON DU PLUS FORT EST TOUJOUR LA MEILLEURE, mais n’a jamain construit restera la heine. VIVE ceux qui ont u le courage pour leur peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 07:59
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    La seule habitude qu’on doit laisser prendre à l’enfant est de n’en contracter aucune. Au reste, si l’éducation de la jeunesse est négligée, ne nous en ­prenons qu’à nous-mêmes, et au peu de considération que nous témoignons à ceux qui s’en chargent. Le gouvernement parlementaire n’est pas tant le gouvernement de la tribune ; et même, il n’est pas tant le gouvernement des commissions ; il est le gouvernement des couloirs."Le moment le plus dangereux, pour un mauvais gouvernement, est d’ordinaire celui où il commence à se réformer."Si vous trouvez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance."

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 08:10
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Et le sénat, et les voitures que l’on voulait encore commander pour les membres du gouvernement..... !!!!! Des milliards dilapidés pour rien. Il est temps que l’on prêche dans les églises et les mosquées la fin de cette époque et que tous les croyants qui veulent la justice se mettent debout pour dire non ! On verra de quel côté se trouvent ceux qui mangent avec les voleurs pendant que le peuple se meurt !!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 08:58, par tampo
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    nous avons de ses élèves qui save que leur année est déjà terminé qui dérange les autres de préparer sereinement leur examen. que l’Etat prennent ses responsabilité, tout meubles détruits par ses malfrat doit être payé par les soi disant responsable. merde merde ; on en marre de ses malfrat

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 10:30, par Elda
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je ne suis pas du tout pour les luttes violentes mais je ne suis pas non plus d’accord qu’on traite nos enfants et jeunes frères de tout ces maux. Ce sont des enfants et comme tout enfant, ils ont besoin de conseils et d’accompagnement. Tous autant que nous sommes sont comptables de leur comportement. Aidons les à orienter autrement leur lutte car ça ne sert à rien d’exposer leur vie.

    Quand à l’Etat, qu’il assume ses engagements. Combien d’accords n’ont-ils pas été signés ? combien en sont mis réellement en œuvre aujourd’hui ? Il faut que les choses changent radicalement pour la culture de la paix.

    Répondre à ce message

    • Le 14 mai 2013 à 11:38, par Sidbala
      En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

      Suis pour les revendications mais elles doivent se dérouler de façon pacifique. la solution n’est donc pas de detruire le peu que nous disposons.combien de gens ont été victime de cambriolage, d’attaque à main armées, en un mot de l’insécurité suite à l’incendie des commissariats en 2011.c’est le même peuple. comment un enfant sous prétexte de ne pas être d’accord avec son père aille incendie le grenier. c’est lui qui souffrira le plus.donc réfléchissons lors de nos revendications.

      Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 10:55, par messager
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Tout le monde est responsable de la montée de l’incivisme au burkina surtout à ouaga en commençant par nos dirigeants. Si les plus hautes autorités sont incapables de respecter les lois qui règlementent la vie en communauté, comment voulez vous que le citoyen lambda respecte les symboles de la république. Par exemple, la loi fondamentale est l’objet de tripatouillage à tout moment pour être taillée à la mesure de ceux qui le font dans le mépris total de la volonté du peuple. Dans ces conditions, quand il n’y a plus de rêve et d’espoir chez des citoyens, c’est bonjour la violence de la frustration. Donc la balle est dans le camp des gouvernants, montrez aux burkinabè que vous savez respecter le jeu de la république et le peuple va recommencer à espérer à nouveau et la confiance va revenir.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 11:01, par ouedraogo aly badra
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Il y’ a un proverbe bien connu de chez nous qui dit que celui qui s’abaisse pour regarder le caleçon de son ami expose son cul au dehors.Juste pour souhaiter des réactions conscientes et consciencieuses sur ce sujet parce que a y voir de près ce n’est ni une simple affaire d’autorité de l’État qui est bafouée mais c’est plutôt une remise en cause des fondements de notre société.Et lorsque la situation atteint un tel paroxysme que tu sois de la gauche ou de la droite elle est préoccupante a telle enseigne que nos analyses doivent être pondérées et responsables.Les élèves ont des problèmes c’est connu de même que tous les autres pans de la société mais ces affrontements ridicules ne sont pas des méthodes efficaces pour exprimer son raz le bol ou pour affirmer son désaccord avec un gouvernement.Le pays n’appartient pas au gouvernement mais a tous les burkinabé.Si nous encourageons ces pratiques aujourd’hui ne soyons pas étonnés que pour l’avenir l’anarchie devienne la règle dans notre pays et l’ordre l’exception.Face a cela je me pose 3 questions.Primo des élèves peuvent ils exiger illico presto a voir leur ministre en foulant allégrement les règles édictées a cet effet.secundo le secrétaire général d’un ministère en tant que 2e personnalité du ministère n’est il pas habilite a parler au nom du ministère.tertio est ce le ministre en tant qu’individu serviteur de l’État qui règle les problèmes ou le ministère en tant institution.Éduquons nos enfants sur des valeurs et non sur des humeurs.Que Dieu nous épargne des affres de l’implosion sociale et qu’il éclaire davantage nos dirigeants afin que dans une infinie sagesse ils nous gouverne dans l’équité et la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 11:19, par Le Gentil Garçon (GG)
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je vous ai tous lu attentivement. Mais pour beaucoup les élèves sont instrumentalisés. Non, ils sont conscients qu’une grève des enseignants va toujours à leur désavantage. Cette solidarité est le signe que nos enfants dont des êtres sensibles à la souffrance de leurs parents, de leurs enseignants. Rien ne s’obtient par la négociation dans ce pays. Ceux qui l’ont essayé ont vite déchanté. Merci aux élèves pour tout ce qu’ils ont faits de 2011 à a aujourd’hui .

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 11:30, par LAMADI
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Pourquoi le ministère ne peut-il pas consulter tous ceux qui sont concernés par l’éducation avant de prendre des décisions ? C’est vraiment honteux que le ministre se mettre chaque fois devant la télé pour revenir sur des décisions prises.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 11:49, par Sidbala
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    je ne suis pas contre les revendications mais il faut qu’elles se déroulent de façon pacifique.combien de gens ont été victime d’attaque à main armée , de cambriolage, de meurtre en un mot de l’insécurité suite à l’incendie des commissariats en 2011:c’est nous. comment un enfant sous prétexte qu’il n’est pas d’accord avec son père aille incendier le grenier.celui qui souffrira plus de cette situation c’est lui.donc sachons raison garder lors de nos revendications.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 12:16
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je lis la réaction de certains internautes et j’ai des larmes aux yeux. On sent que ce sont de jeunes élèves qui n’ont rien compris de la vie. Rien que la manière décrire les mots me font froid au dos. Je crois que ce sont ces gamins sans éducation et qui refusent de se battre qui créent cette pagaille au niveau des scolaires. Moi je suis parent d’élèves mais à chaque fois que ces voyous sortent mes enfants sont à la maison entrain de travailler . Chaque parent devrait revoir sa copie. Quand on met un enfant au monde on doit être fier de lui et non l’éduquer à être fier de nous. Quel monde

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 13:50, par autrui
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je vais transférer l’article à des membres de comités de jumelage qui, en France, financent l’achat de tables-bancs au BFavec l’argent de généreux donateurs qui veulent développer la scolarisation d’un des pays les plus pauvres du monde. Ils vont apprécier !!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 15:10, par burkiiibila
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    J’ai besoin d’aide : comment allez en prison sans poser actes obscures ?
    par ce k la prison vaut mieux que la vie dur au faso.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 17:39
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Je n’ai rien contre les élèves et le syndicat mais parmi les deux, il y a un qui nuit aux intérêts de l’autre. L’accord dont il est question est signé en 2010 et c’est juste deux mois avant les examens de fin d’année que certains se sont rendus compte que deux ans se sont écoulées et qu’il faut prendre les examens en sandwich mais pas en otage. Les élèves, eux se sont faits hara kiri. Si le problème des enseignants est résolu vous allez vous retrouvez face au cendre de vos bancs pour terminer les cours et affronter l’examen. Les gouvernants sont à blâmer et avec la délinquance. Comme beaucoup de personnes affirment que le gouvernement ne comprend que le langage de la violence qu’ils sortent eux exercer cette violence mais pas l’exercer par procuration. Que les seraient allés pour rencontre leur Ministre et reçoivent un niet et s’en suit des échauffourées, personne n’aurai crié haro sur le baudet. Cas même

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2013 à 19:27, par Burkina Pataribtalé
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Chez Parents pensez vous qu’on a des conseillés qui lisent, analyses nos chansons et étudisent la chose du FASO le présent et le future ?
    Non pour le moment je parle pas de leurs salaires parce que la s’est mes parents paysants qu’ont va pillé, j’ai besoin de ceux qui mains dans la mains ; care le grand frère ce cherche, soyont un FASO KOOMBA burkimbï.
    On a tous des idés a construire nos FASO, mettont le positif et ne cherchez ses propre intéret pour le moment.
    Si tout le monde est content on pourra voire comment chercher les intéret et faire profitez les autre.
    Salu***

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai 2013 à 01:22, par Feu qui Brûlr
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Les enseignants ne demandent que le minimum pour continuer à bien faire leur boulot. Au Faso on n’écoute les que si on brandit des armes lourdes. Les autres travailleurs, asseyez-vous et croyez que votre avenir est entre les mains de ce pouvoir. Vous blaguez. On dépense même des centaines de millions pour la journée du Paysan. On traumatise des journalistes et on attente à leur vie. On veut créer un Sénat. On veut résoudre les problèmes des autres pays pour paraître esprit bon enfant, supers médiateurs et bons diplomates. On vend de l’or aux impérialistes dont les sous sont gardés dans des comptes noirs pour assurer ses bons vieux jours. On met en marche le capitalisme de hyper gamme, créant chez le peuple une dégradation du pouvoir d’achat. On nous achète comme de la viande avarié issue d’abattoirs illégaux. On nous instrumentalise. On crée des écoles de pauvres et celles des riches où sont scolarisés ceux qui gouverneront demain. On entasse nos enfants comme des rats dans des fours crématoires avec des effectifs vertigineux et on les appelle écoles ! Tristesse ! On vole des milliards et après on se pointe aux élections sous le regard impuissant du peuple. On garde des millions à domicile dont le fils en prend une grosse partie. On fait comprendre que c’est l’argent de funérailles. Horreur ! On tire sur des élèves à balles réelles et puis y a rien en face, c’est maïs. On attend des procès qui ne verront jamais le jour. On ne condamne pas n’importe qui au Faso. Sauf ceux qui ont faim et qui revendiquent ou ceux qui parlent trop. On les ’’fait’’. Ils ont ’’fait’’ certains et puis y a rien ! Peut-être si je parle trop aussi sur lefasonet ça sera bizarre un jour et puis dans l’ombre on n’entendra plus parler de moi. On dira qu’on m’a retiré de la circulation. On nomme certains qui ont reconnu avoir volé des millions pendant qu’ils étaient ministres ou occupaient un poste de responsabilité. Pour pousser la bedaine jusqu’à la démesure, il faut appartenir à un camp, ce cercle clanique fait de truands, ce cercle si vicieux où le vol est devenu légal et a pour compagnon cette même morale qu’on nous demande d’inculquer comme valeur aux élèves en classe. On sacrifie toute une génération qui devient de plus en plus consciente. Elle s’informatise, s’instruit, et fait une sorte de dépassement de soi s’insurgeant contre toute forme de prédisposition esclavagiste dont la pierre angulaire est la domination morale, politique, économique et cherchant inlassablement à faire une cure de cette morale en faillite avec clé de voûte le formatage de la déshumanisation. On insulte l’intelligence de ceux qui forment. On considère les étudiants, les élèves comme une vermine, comme ‘’des vandales, des bandits, des …’’ On voit leurs enseignants comme de la moisissure. On fabrique des cercueils pour notre destin collectif aussi bien qu’individuel étouffé le jour même de sa gestation par des discours du type ’’préserver la paix social’’ ou ’’privilégier le dialogue’’. On signe des protocoles qu’on foule du pied. Les autres n’ont que des devoirs. Le droit est fait pour Eux. On emprisonne pour une marmite volée assortie d’une lourde amende. On crache sur les salaires de certains honnêtes les travailleurs et quand ils manifestent leur irritation, on trouve qu’ils en font de trop. On trouve moyen de les taire peu importe les moyens (armes, intimidations, violence physique et verbale,...). Preuve qu’on envoie des corps habillés mieux payés que des enseignants pour leur jeter des gaz. Comme si le Faso était un empire ou un royaume. Mais on est où là ? Ceux-là ce sont les plus consciencieux, bâtisseurs du développement durable dont on chante au quotidien le refrain et vante les mérite sans en saisir le contenu sémantique ou sémiologique. On connait les vrais bâtisseurs du Faso. Le peuple a mal, le peuple pleure. Ses pleurs sont larmes en sang qui inondent les rues argentées de Ouaga 2000. Sa peine est pire cauchemar de nuit sous dans la chambre du futur Sénat. Ses cris souffrances d’un immolé sous feu de bombonne de gaz à 5000F. Nos pleurs sont rugissements sur les toits de vos sacrés ministères. Nos soifs sont écho muets d’orphelins au bord de ses supplices. Nous sommes travailleurs déçus.Nous sommes femmes sans espoir qui souffrons pour l’enfant aimé qui lui est arraché prématurément. Je suis retraité qui crie misère devant une minable pension. Je suis ouvrier exploité des champs de canne de Banfora. Je suis aigri planteur sous le soleil qui calcine. Je suis malade du Yalgado qui attend une sentence. Je suis prisonnier qui croule dans une prison clamant son innocence sous le silence. Je suis une âme perdue au milieu du sahel. Je suis du Faso. Je suis citoyen honnête. Je suis intègre. Je suis travailleur. Travailleur burkinabè. Je suis citoyen. Citoyen burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai 2013 à 01:26, par Feu qui Brûle
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Les enseignants ne demandent que le minimum pour continuer à bien faire leur boulot. Au Faso on n’écoute les que si on brandit des armes lourdes. Les autres travailleurs, asseyez-vous et croyez que votre avenir est entre les mains de ce pouvoir. Vous blaguez. On dépense même des centaines de millions pour la journée du Paysan. On traumatise des journalistes et on attente à leur vie. On veut créer un Sénat. On veut résoudre les problèmes des autres pays pour paraître esprit bon enfant, supers médiateurs et bons diplomates. On vend de l’or aux impérialistes dont les sous sont gardés dans des comptes noirs pour assurer ses bons vieux jours. On met en marche le capitalisme de hyper gamme, créant chez le peuple une dégradation du pouvoir d’achat. On nous achète comme de la viande avarié issue d’abattoirs illégaux. On nous instrumentalise. On crée des écoles de pauvres et celles des riches où sont scolarisés ceux qui gouverneront demain. On entasse nos enfants comme des rats dans des fours crématoires avec des effectifs vertigineux et on les appelle écoles ! Tristesse ! On vole des milliards et après on se pointe aux élections sous le regard impuissant du peuple. On garde des millions à domicile dont le fils en prend une grosse partie. On fait comprendre que c’est l’argent de funérailles. Horreur ! On tire sur des élèves à balles réelles et puis y a rien en face, c’est maïs. On attend des procès qui ne verront jamais le jour. On ne condamne pas n’importe qui au Faso. Sauf ceux qui ont faim et qui revendiquent ou ceux qui parlent trop. On les ’’fait’’. Ils ont ’’fait’’ certains et puis y a rien ! Peut-être si je parle trop aussi sur lefasonet ça sera bizarre un jour et puis dans l’ombre on n’entendra plus parler de moi. On dira qu’on m’a retiré de la circulation. On nomme certains qui ont reconnu avoir volé des millions pendant qu’ils étaient ministres ou occupaient un poste de responsabilité. Pour pousser la bedaine jusqu’à la démesure, il faut appartenir à un camp, ce cercle clanique fait de truands, ce cercle si vicieux où le vol est devenu légal et a pour compagnon cette même morale qu’on nous demande d’inculquer comme valeur aux élèves en classe. On sacrifie toute une génération qui devient de plus en plus consciente. Elle s’informatise, s’instruit, et fait une sorte de dépassement de soi s’insurgeant contre toute forme de prédisposition esclavagiste dont la pierre angulaire est la domination morale, politique, économique et cherchant inlassablement à faire une cure de cette morale en faillite avec clé de voûte le formatage de la déshumanisation. On insulte l’intelligence de ceux qui forment. On considère les étudiants, les élèves comme une vermine, comme ‘’des vandales, des bandits, des …’’ On voit leurs enseignants comme de la moisissure. On fabrique des cercueils pour notre destin collectif aussi bien qu’individuel étouffé le jour même de sa gestation par des discours du type ’’préserver la paix social’’ ou ’’privilégier le dialogue’’. On signe des protocoles qu’on foule du pied. Les autres n’ont que des devoirs. Le droit est fait pour Eux. On emprisonne pour une marmite volée assortie d’une lourde amende. On crache sur les salaires de certains honnêtes les travailleurs et quand ils manifestent leur irritation, on trouve qu’ils en font de trop. On trouve moyen de les taire peu importe les moyens (armes, intimidations, violence physique et verbale,...). Preuve qu’on envoie des corps habillés mieux payés que des enseignants pour leur jeter des gaz. Comme si le Faso était un empire ou un royaume. Mais on est où là ? Ceux-là ce sont les plus consciencieux, bâtisseurs du développement durable dont on chante au quotidien le refrain et vante les mérite sans en saisir le contenu sémantique ou sémiologique. On connait les vrais bâtisseurs du Faso. Le peuple a mal, le peuple pleure. Ses pleurs sont larmes en sang qui inondent les rues argentées de Ouaga 2000. Sa peine est pire cauchemar de nuit sous dans la chambre du futur Sénat. Ses cris souffrances d’un immolé sous feu de bombonne de gaz à 5000F. Nos pleurs sont rugissements sur les toits de vos sacrés ministères. Nos soifs sont écho muets d’orphelins au bord de ses supplices. Nous sommes travailleurs déçus.Nous sommes femmes sans espoir qui souffrons pour l’enfant aimé qui lui est arraché prématurément. Je suis retraité qui crie misère devant une minable pension. Je suis ouvrier exploité des champs de canne de Banfora. Je suis aigri planteur sous le soleil qui calcine. Je suis malade du Yalgado qui attend une sentence. Je suis prisonnier qui croule dans une prison clamant son innocence sous le silence. Je suis une âme perdue au milieu du sahel. Je suis vent qui souffle sans vent. Je suis mort qui tue en silence. Je suis perturbateur de sommeil. Je suis envoûteur dit l’esprit du grand cauchemar qui avale votre âme dans la nuit. Je suis pouvoir par le pouvoir parole par le verbe. Je suis ce que tu ne crois pas que je suis. Je prend ma source dans le néant et répand ma colère sur les ennemis jurés. Je suis et je ne suis pas.

    Répondre à ce message

  • Le 15 mai 2013 à 10:01, par L’éclaireur
    En réponse à : Grève des élèves : Des tables-bancs partent en fumée devant le lycée Zinda Kaboré

    Est-ce que ces policiers se rappellent qu’eux aussi c’est en luttant que leur condition de vie s’est vite et bien améliorée ? Vu que le policier(national) le moins gradé touche plus qu’un docteur : médecin ou enseignant débutant à l’université ?

    Frères policiers, assurez la sécurité sans exagération.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés