Société : Quand la Côte d’ivoire exporte des prostituées au Burkina

lundi 13 mai 2013 à 12h31min

En Côte d’Ivoire tout comme au Burkina Faso, la prostitution n’a jamais été un sujet nouveau. Les professionnelles du sexe ont de tout temps pratiqué le plus vieux métier du monde sans que cela n’émeuve personne.

Seulement, depuis quelques années la Côte d’Ivoire semble avoir déversé son trop plein de prostituées vers la capitale burkinabé qui en est devenu un réceptacle.

A Tampouy, un quartier de Ouagadougou, des prostituées ivoiriennes ont transformé un immeuble entier en sanctuaire de plaisir où elles se « vendent » pour survivre. Avec une clientèle ayant un goût prononcé pour la « race » ivoirienne, ces prostituées ne chôment pas du tout. « Avec la crise ivoirienne, la Côte d’ivoire est devenue malheureusement exportatrice de prostituées au Burkina », reconnaît, son excellence Abdou Touré, ambassadeur de Côte d’Ivoire au Burkina Faso.

Pour le diplomate, cette réalité n’honore pas la Côte d’Ivoire. « Notre musique et notre gastronomie sont très appréciées au Burkina. J’ai demandé à l’union des ressortissants de Côte d’Ivoire au Burkina Faso d’aider nos sœurs à sortir de ce secteur », a nous a confié l’ambassadeur de Côte d’Ivoire au Burkina Faso.

Jean François Fall
Informateur.info

Messages

  • Tu veux faire la pub pour elles ou quoi ? Sinon tu ne dis rien de particulier

    • Ah, les burkinaBETE !
      toujours entrain de dire que le diable viens d ailleurs.

      Avant, on disait que les prostituees venaient du Ghana et du Nigeria. Maintenant, on indexe la RCI.

      Alors que Dieu seul sait le nombre de filles mossi qui font le pied de grue a Dapoya(Ouaga), devant l ecole nationale de douane et sur Kouame Nkrumah, pour ne citer que ces lieux la.

      Alors arretez !!!!!

    • Franchement tu as raison mon pote, nous les burkinabés on est toujours en train de chercher des boucs émissaires partout, c est tout le temps la faute à l autre jamais nous, incapable de se regarder dans un miroir et reconnaître qu on a nous aussi des défauts... C est comme ça la vie au FASO !

    • Je valide.Le plus grand nombre de filles de joie vient des familles Burkinabè et non ailleurs

    • Je valide.Le plus grand nombre de filles de joie vient des familles Burkinabè et non ailleurs

  • Cet article est plein de trop de préjugés. J’ai été à Sévaré au Mali, c’est rempli de prostituées burkinabè et personne ne les stigmatise. S’il est vrai que nul est prophète dans son pays, il est aussi vraie que nulle n’est prostituée professionnelle (mais clandestine) dans son pays. Arrêtons de stigmatiser les prostituées et les étrangers.

    • Ce n’est pas une stigmatisation. Moi - meme je me sers la bas bien bon. Chuuttt. Faut pas dire a ma petite copine.

    • donc quand tu dis que tu as ete a sevare et tu as vu des filles burkinabe, c’est des prejuges alors. Les faits sont tetus. Nous en tout cas, a Ouaga, dans ce buildin g ci- devant on mougou la elephante meme si la elephante n’est pas la plus tendre des viandos.

    • Slt, ne te fâche pas quand on index la Côte d’Ivoire, ce n’est qu’une triste vérité, le Nigeria est mieux développé que la Côte d’Ivoire, mais il ya des prostitués Nigériane au Burkina, Comme il n’est point exclut qu’il n y ait des prostitués Burkinabé dans d’autre Pays !!!
      Ce qui es mieux c’est voir comment remédier à cette situation, sinon qu’on ne pourra jamais l’interdire .

    • Oui mais on ne doit pas dire la RCI exporte. car le Burkina n’exporte pas chez les voisins mais ya des prostituées burkinabè aussi bien au burkina que chez nos voisins sans. aujourd’hui, parler négativement des prostituées en indexant leur nationalité c’est de la stigmatisation. la stigmatisation n’est rien d’autre que l’indexation négative d’un groupe pour ses manières d’agir, de penser ou d’être. La seule solution durable et efficace à la prostitution c’est la légaliser.

    • Ahh oui. C’est chouette ton idée. Je te soutien !!!

  • Est ce la Côte d’Ivoire qui exporte ?

  • vraima nul comme article !
    c’est ou exactema a tampouy !
    donnez l’adresse complete !
    bon dieu !!!!!

  • voilà comment naissent les stéréotypes ..... je suis Burkinabé, et j’aime la Cote d’Ivoire !

    • Tu n’a rien compris, le problème est vraiment grave ! Et leur tarif est élevé : 10 000.
      ça crée une fuite des capitaux de notre pays vers la CI, sans oublier le Sida qu’elles nous amène !

  • La RCI est tombée dèhè !!! avant c’est Burkinabè qui partait en Cote pour chercher le fric dans les plantations maintenant c’est Ivoirienne qui vient au Faso pour chercher du fric dans les caleçons et les maquis. "Train vient vous vient ; camion vient vous vient mais pourquoi quand bateau vient vous vient pas ?" La RCI est gâtée mais à qui la faute ? Alassane ? Gbagbo ? Bédié ? Houphouet ?Blaise ? Chacun de tout ce beau monde est un peu responsable.

  • Une fois de plus je m’attendais a un article edifiant mais que neni ! Juste quelques bribes d’informations. Dommage ! Cependant, faisons attention aux mots que nous employons : "race" comme vous l’avez, vous meme mis entre griffe peut malgre tout etre pejoratif et insultant. Donc de grace, abordez tout ce qui peut etre ramene, de pres ou de loin a la xenophobie avec PRUDENCE et RETENUE. Vous auriez pu eviter le mot "race".....

  • Bonsoir Mr FALL, j’ai lu votre article avec un certain intérêt. Mais je trouve que le titre et le premier paragraphe ont de forts relents de xénophobie. En effet, affirmer que la CIV "déverse son trop plein de prostituées" vers notre pays prête à confusion et peut semer le doute dans l’esprit de nos compatriotes. A ce que je sache, la CIV comme toutes les nations de ce monde ne fabrique pas de prostituées pour en exporter. Ce sont plutôt les conditions de vie précaire comme dans bon nombre de pays africains qui poussent de malheureuses jeunes filles à s’adonner à cette triste activités les livrant ainsi à la merci de personnes sans scrupules (proxénètes) qui exploitent leur misère en les faisant venir dans notre pays. Il est vrai que certaines d’entres elles viennent d’elle-même espérant trouver plus de chances chez nous. C’est plutôt sur ce point qu’il fallait mettre l’accent.
    Cordialement.

    • vous n’avez pas bien lu l’article le journaliste ne fait que de repeter ce que son excellence a dit. merci

    • Tapez votre texte ici.nous burkinabe on ais kinda quand il sagit bon nom ont par en profondeur on trouve toujour un pretex soit disant que le pere ou la mere est burkinabé .mais pour ces genre non qu’esque prouve que ces filles sont ivoirienne .

  • Mais il fallait nous montrer ce coin depuis looogtemps monsieur le journaliste.
    c’est quel côté de Tampouy encore là ?

  • Il n’ y a rien de mal en cela ; y a plus de 03 millions de Burkinabé en Côte d’Ivoire, ce n’est pas à cause de 40 prostituées logées dans un immeuble, que l’on doit s’émouvoir les gars. elles n’ont fait que respecter la loi du marché, celle de l’ offre mais de la demande qui est burkinabè

  • Où est le problème si la C.I déverse son trop plein de prostituées au Faso ? C’est ça l’intégration aussi, surtout que les burkinabé ont un goût prononcé de la chaire ivoirienne. Je crois que le Burkina Faso aussi déverse son trop plein de travailleurs de palntations de café, cacao en C.I. Ecoutez les gars ! Tant que ces prostituées respectent les lois du Faso comme le font les travailleurs burkinabé là-bas en C.I, pas de problème. Vive l’intégration Ivoiro-Burkinabé !

  • Ce n’est pas la Côte d’Ivoire qui exporte, elles se sont transférées elles mêmes, ou si vous voulez , elles se sont expatriées elles mêmes.
    de toutes les façons, un vrai Etalon a toujours été en chaleur.

  • mes frères de lefaso.net, occupons nous de nos sœurs qui sont devenus des championnes en la matière ???

  • c est un bel exple de cooperation sud-sud,tout le monde gagne et l argent ne va pas dans les paradis fiscaux

  • Laissez les gens tranquilles. Y a des prostituées Burkinabé en Cote D’Ivoire. Allez à Koumassi, vous en saurez plus.

    • En veriute, aujodi la meme qui est burkinabe et qui est ivoirien. Houphouet est burkinabe. son pater est un samo bien connu et son frere meme etait officier dans l’armee avec nom different. Bedie, sa maman vient du Ghana meme si son papa on ose pas dire deh. Bgabo, son papa est malien, Blaise compaore son papa est nigerien, Alassane, on sait meme pas si il est burkinabe ou ivoirien. Peut- etre meme que son papa est aussi malien.Alpha conde son papa est burkinabe emigre y a longtemps en Guinee.Eyadema est dagari du Burkina. Eyadema= Yeyadema. Pardon, faut venir me racheter. Sa mere a ete achetee et amenee a Kara comme esclave.Ibrahima Barrre mai nassara est gourmatche de Kantchiari. Je m’ arrete la. Parce que vous me payer pas- la. Joseph Kabila est Tanzanien et n’ est pas le fils de son pere. hihihihi

    • Héeeee, mon frère donc il n’existe pas un président autochtone d’un Pays ?

    • c’est une façon de dire que nous sommes tous un africain

    • Tres serieusement, rares sont les presidents qui peuvent oser dire qu’ ils sont vraiment de leur pays.

  • Les Ivoiriennes sont chez elles à Ouagadougou et au Burkina en général.

  • C’est ignoble comme titre !

  • Voici un exemple desolant qui n’honore pas un pays aussi respectable que la CI. Tout est question de pauvreté, il faut le reconnaitre, avec cette crise qui a mis les populations très bas. Courage a l’ambassadeur qui s’attaquera a ce problème.

  • Mais comme on trouve les hommes burkinabés sont des gaous donc le marché est florissant. Les ghanéennes ont laissé la place au Ivoiriennes, Nigériane et burkinabé. Car nous on copie tout de la CI et on copie tantôt très mal.

  • ce problème mérite plus que ces quelques lignes. mettez y du sien la prochaine fois.

  • Chers Freres et søeurs la Prostitution n est rien d autres que les residus d une mal gouvernance ou nos chefs font fi d en parler a haute voix. Exception Tom Sank qui avait laver le cerveau de notre societe exploiteuse de la femme pour une monnaie de dependance de sa vie sur ce mediocre comportemnet toute la societe est responsable. Ignoble qu un Diplomate de ce gabarit parle en faux-fuyant , en parlant de la musique et la gastronomie ivoirienne comme balance a ce probleme qui devenu un fleau sosial. Apres tout ce que lAfrique a subi sous l esclavage,ce triste chapitre que l humanite n a jamais connu,je crois que on doit feliciter l Auteur pour sa responsablite journalistique. Au lieu de nous amener sur une fausse piste d argumentations.

  • j’ai l’impression que le journaliste veut informer qu’il ya des prostituées ivoiriennes à consommer au Burkina FASO ; sinon article sans intérêt. Ce qui m’a frapper dans l’article c’est qu’il affirme que la clientèle à un gout pronnoncé pour la race ivoirienne. Quelle affirmation gratuite à moins qu’il dorme làbas tous les jours.

  • Jean François Fall
    Informateur.in toi, tu as fait ta formation de journalisme où ? ça fai pitié. Stigmatisé des gens alors que tout le monde sait que de la manière burkinabé es fan de style, musique et cuisine ivoirienne, c’est comme ça il sont fan de femme ivoirienne.

  • Article nul.

    Quand la CIV nous exporte tout ce qu’on consomme (nescafé, cola, savon, huile etc. ...), tu ne dit rien. C’est seulement une dizaine de filles qui ont compris l’intégration et ont choisi le burkina pour exercer leur charme qui te fait mal ?
    Même si elles t’ont refoulé parceque tu es pauvre, il ne faut stigmatiser les ressortissants d’un pays.
    Va vers le siège de la BIB et tu comprendras que la prostitution est plus burkinabè.
    Tu as des foutaise quoi ?
    Moi je suis à tampoui je ne savais pas que ce coin existe ? Alors épargne nous de la xénophobie. On aime les ivoiriens femmes ho, hommes ho enfants ho car ce sont nos plus proches frères dans la sous région

    • Peit saloyt, arrete ton petit nationalisme a la gaou. il y a des centaines de prostituees ivoiriennes et nous on les mougou bien la- bas. Tu as compris. Je peux meme te donner le prix. 1000f la passe. Moins cher.

  • No sens ! Maintenant même nos soeurs burkinabès sont dans la danse également. Elles changent de secteur et se surnomment, se faire prendre pour des étrangères (Ivoiriennes, Togolaises, Nigeriennes).
    Mais on se sait içi à Ouaga

  • N’oublier pas vos prudence

  • Géographiquement/socialement tu es aussi limité ,sinon tu n’allais pas te fatiguer pour en faire un article ; Car les communes d’Abidjan sont aussi bourrées de porostituées Burkinabè. Laisse nos soeurs tranquille, ce n’est plus un sujet d’actualité.

    • C’est bien ! ca contribue un peu a equilibrer la balance commerciale ! lol !!!!!!!!

    • Burkina -CI, même chose. Que vous le vouliez ou pas. C’est même une question de temps. Des ivoiriens pourront aller jusqu’à Dori s’installer librement et vice et versa. Vous perdez le temps avec vos micro-nations

    • en tout cas on a meme SIDA, meme verite. Si ta crise est ma crise, c’est ton sida est mon sida. lol.

    • Bien dit cher journalists, le premier des Burkinabe lui meme a un non gout de la chaire Ivoirienne. Tu fears mieux de changer de sujet.

  • Exportation de prostituees ? Faut dire exportation de sida, ouais. La Coted’ Ivoire est le pays phare en matiere economique. En matiere de Sida ausi.
    Alors, vous burkinabe qui aimez le plaisir des prostituees, allez bien a l’ abattoir. N’ oubliez pas que les bieh ont pousse des crocs qui mordent et nuisent au dela de Yalgado.

  • Ce journaliste est un ennemi de la paix. La chose peut se dire autrement mais tu le eis comme ça sans trop réfléchir. Ces filles sont pas arrivé ici toutes seules et généralement ce sont les gérants ou propriétaire des débit de boissons qui les font venir. Honnêtement j’ai honte.

  • LAISSE CA LES VRAI BURKINABÉ LA ON LES RENCONTRE A LYBIA HOTEL POUR UNE BELLE SOIREE A 500 000FCFA SEULEMENT AVEC CHAMPAGNE

  • Cherche autre chose à faire mon ami, ça nous avance pas ce coup de pub.

  • Wahou est ce que il y’a de très bon morceau bien ronde là bas j’ai en vie de gouté a ça . Journaliste farfelu

  • Monsieur FALL, votre article est inutile ! il ya bien d’autres événements sociaux à évoquer que de chercher à stigmatiser nos soeurs ivoiriennes.

  • Prostituées de nationalité ivoirienne au BF, koi de plus normal. on est dans le cadre d’un marché commun : plus de barrière, libre échange.

  • l’article n’a fait que montrer une partie des faits.il faudrait aller plus loin en faisant un tour dans les provinces.c’est encore plus grave.faites un tour à WAGESS à Kaya.vous serez encore mieux servi.

  • Faut trouver une situation honorable pour nos sœurs ivoiriennes. Elles sont les plaies de cette crise .Voyez où peuvent nous conduire la pauvreté et la recherche du gain facile. Actuellement bcp de filles burkinabè ont fait de cette activité un gane pain. Que tous ceux qui se font du fric du plaisir avec ses filles sachent qu’ils côtoient surement le diable. Nous espérons une bonne croissance économique en côte d’ivoire au Faso et partout en afrique pour minimiser le phénomène.

    • Les ivoiriens et les burkinabés sont des frères. Ce qui touche les ivoiriens touche les burkinabés. L’idée du message que vous voulez faire passer est mal conçue. Mr FALL, votre journal n’est pas constructif. Faites attention, les gens ont mis beaucoup d’efforts pour cultiver la confiance entre les deux peuples. Vous avez déjà oublié ??? On vous demande de renforcer les liens entre les ivoiriens et les burkinabés par votre journal et non les détruire. Je te conseille de reformuler autrement ton idée tout en t’excusant.

    • MR le journaliste merci l’info mais a mon sens cette information fait l’objet d’une pub qui malheureusement tentera d’autres personnes a ALLER visiter ces vielles réservoirs remplis de virusi.il y des prostituées burkinabè en cote d’ivoire et vis versa.a kuamé kruman ce sont nos soeur burkinabè qui ont le monopôle ,le grand matata que dite vous de nos soeurs bukinabè ? je pense qu’il ne faut pas spécifier les choses de cette façon.on rencontre des prostituées africaines partout .MR le journaliste vous aurier dûe presenter un article sur la vie chère( augmentation du prix du ,l’essence, les denrées alimentaires ....)

    • j’en connais une qui vient de diekoé

  • domage un titre attractif pour un contenu aussi pauvre mais riche en info pub ; de passage à waga j’y ferai un tour avec plaisir, jespère qu’elle ne sont pas cher mr l’informateur

  • Ce métier est aussi vieux que le monde, il prend de l’ampleur avec l’évolution des mœurs.Nous ne pensons pas que la crise est pour beaucoup dans cette histoire, mais nous pensons que la profession est entrain de s’internationaliser. On migre dans un pays voisin à l’abri des regards ,on se fait du fric facile et on revient au pays. Le drame est que quand on y prend goût , on ne peut plus facilement l’abandonner et on finit toujours par être emportée par une maladie ou par la pègre.

  • Je pense que tout cella ce sont des préjugés. Savez vous que la majorité de ces filles à une origine Burkinabé ? Ce sont nos sœurs.Il est bien vrai que ce n’est pas un métier honorable, mais nul n’y va par plaisir, beaucoup y sont poussées par la misère mais dès quelles atteignent le point du non retour, elles sont condamnées a y rester.

  • C’est le maquis "Turbo diesel" !Et quand on sait que la jeunesse burkinabè est très friande des maquis, boites de nuit et autres gagotes, on se rend compte compte que ce le BF s’enfonce.On ne peut pas développer un pays avec de la musique sous prétexte de la culture.Quelle merde !

    • s’il ya des filles protutuées c’est que les hommes aussi le sont
      n’oubliez pas aussi que nos soeurs font le meme travail a abidjan au mali et dans les sites d’orpallage au niger donc arretez d’en parler car nos soeurs aussi ne sont pas propres pls que les autres, attention a nos dires

  • je crois que nous n’avons pas besoin de ces genres d’articles si vous n’avez pas mieux à nous proposer alors chuuuuuuuuu...............

  • C’est malsain d’emprunter les propos d’un diplomate pour en faire le titre d’un article dont l’auteur ne saurait être ce diplomate. Soyez plus inspiré la prochaine fois ! on vous suit de près monsieur le journaliste.

  • héé zoumana ; reflechie bien avant de parler ! es tu exportateur- importateur des prostituées pour reagir ainsi ?
    j’ai toujours dit : tant que les responsables religieuses ne se reveillent pas de leur coma, nous sommes morts car nous seront dans le gouffre dans les jours à venir ! on vous parle de liberté liberté et vous etes fier d’etre libres ! est ce que c’est ça la liberté ? liberté de prostituer, liberter d’exprimer ainsi malhonnetement comme certains internautes, liberté... laissons tout ça et instaurons la charia voir. une semaine sera long pour ces malfrats, criminelles, prostituées et aides prostituées, importateurs et exportateurs des prostituées de quitter le pays. ne me dites pas que la charia est islamique. non on trouve la charia dans tous les anciens livres saints non falsifiés , mais dans lesnouvelles invention du 19è et 20 è siècles.
    soyons intelligents. que les jeunes honnetes de tampouy les chassent de leurs quartiers sinon ils seront tous porteurs de VIH : Sida.

    • voila de quoi agrémenter nos séjours à Ouaga au lieu de chercher une maîtresse qui te demande de l’argent même si tu l’a pas synchroniser

  • Chassée l’habitude, elle revient au galop. Cela est triste, mais il s’agit là d’un mal nécessaire. D’une part, c’est un facteur économique car source de revenus du bâilleur et des locataires. D’autre part, c’est un facteur stabilisateur des couples car jouant le rôle de fusible à l’égard des femmes (mariées). Autrement, ce phénomène freine l’adultère et préserve l’autre partie de l’humanité contre l’enfer. En un mot, les prostituées se donnent en sacrifice.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés