Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le monde a l’habitude de faire de la place à l’homme dont les paroles et les actions montrent qu’il sait où il va.» Napoleon Hill

Actu vert ! Les pneus d’occasion, nocifs pour la santé de l’homme

Accueil > Actualités > Environnement • • lundi 11 février 2013 à 23h13min
Actu vert ! Les pneus d’occasion, nocifs pour la santé de l’homme

Ces dernières années, Ouagadougou, la capitale du Burkina, est devenue un dépotoir de pneus d’occasion appelés couramment, les pneus "France au revoir". Ce type de pneus qui aujourd’hui, connaît un succès auprès des usagers, sont généralement importés d’Europe, sans qu’on ne vérifie leur état. Ce sont généralement des pneus déjà utilisés et destinés à la décharge qui sont acheminés ici. Ils sont peut-être une aubaine pour les automobilistes en raison de leur faible coût, mais ils représentent l’une des premières causes d’accidents de la circulation. Le coût reste l’argument de poids qui amène la majorité de personnes vers ces pneus.

Car, comme le déclare un chauffeur de taxi, on peut s’offrir un pneu d’occasion à 10 000 F.
« Mais, on peut en l’espace d’un mois, changer un pneu d’occasion 2 fois », ajoute-t-il. Les prix dépendent du type de véhicule dans lequel il sera chaussé. Toutefois, la moyenne des prix se situe entre 10 000 F et 15 000F. Tandis que pour un pneu neuf, il faut débourser au moins 40 000 F. Soit une différence de plus de 25 000 F. Les pneus sont un accessoire primordial du véhicule et doivent de ce fait mériter une attention particulière. C’est pourquoi, il est recommandé aux automobilistes de changer de pneus tous les six mois. Les conséquences de ces pneus « France au revoir » ne se font pas attendre. « J’ai eu une crevaison ».

L’expression est peut-être banale, mais elle revient assez régulièrement comme plainte chez les conducteurs de véhicules lorsqu’il y a un accident. Dans la plupart des cas, c’est l’éclatement d’un pneu dont les conséquences sont parfois désastreuses. Sur la chaussée, les pneus de mauvaise qualité représentent également un risque puisqu’ils diminuent la couche de goudron lorsque le conducteur freine. Le pneu usagé n’est malheureusement pas biodégradable et est source de pollution en raison des composantes chimiques qu’il contient. Pollution des sols ou bien pollution atmosphérique, notamment lorsqu’il est brulé. Le plus connu du public est la pollution atmosphérique due aux gaz d’échappements, qui cause des maladies respiratoires et contribue au réchauffement de la planète.

L’exposition aux oxydes d’azote semble aussi problématique, mais pourrait peut-être en fait révéler une fragilisation précoce des poumons par les particules ultrafines. Cette pollution a des effets différés, à moyen et long terme. Du reste,plusieurs autres critères doivent être pris en considération lorsqu’on veut s’acheter des pneus et les pneus neufs sont certes, onéreux, mais notre vie n’a pas de prix.

Fleur BIRBA

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée mondiale de l’eau 2019 : Contribution des comités de l’AITB, spécialises dans le domaine de l’eau
Grande muraille verte : Chercheurs et gestionnaires du Sénégal et du Burkina Faso en réflexion à Ouagadougou
Gestion intégrée de l’eau : Le « Musée de l’eau » s’ouvre aux étudiants
Environnement, eau et assainissement : Le Cadre sectoriel de dialogue passe à la loupe les activités de 2018
Société Nestlé : Une journée zéro plastique à Ouagadougou
Hygiène et assainissement : Kombissiri, un exemple dans la gestion des déchets solides
Grande muraille verte : Des journalistes outillés sur la gestion durable des terres
Programme d’investissement forestier : Impliquer les acteurs pour la réussite de la REDD+
Migrations et environnement : L’OIM lance un nouveau programme dans deux communes du Burkina
Préservation de l’environnement : Des parlementaires à l’école de la REDD+
Gestion des ressources en eau : Faso Koom II pour renforcer les capacités opérationnelles de l’Agence de l’eau du Nakanbé
Gestion des ressources naturelles : La sécurisation des corridors biologiques au cœur d’un atelier national
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés