Office national des télécommunications : Les agents réclament le règlement des primes d’ancienneté et d’avancement

mardi 22 janvier 2013 à 23h03min

Le Syndicat national destélécommunications (SYNATEL) a organisé le mardi 22 janvier 2013 à Ouagadougou, un sit-in au sein de l’Office national des télécommunications(ONATEL) pour réclamer l’application des textes relatifs aux primes d’ancienneté et d’avancement.

Office national des télécommunications : Les agents réclament le règlement des primes d’ancienneté et d’avancement

Avec à sa tête le secrétaire général du Syndicat national des télécommunications (SYNATEL), Souleymane So, les travailleurs de l’Office national des télécommunications(ONATEL) ont déserté bureaux, secrétariat, centre d’appel et d’écoute… pour crier leur ras-le-bol le mardi 22 janvier 2013 au siège de ladite entreprise. « Face au mépris de la direction générale de l’ONATEL envers les travailleurs », a avancé M. So, les agents de la nationale des télécommunications ont décidé de manifester leur mécontentement pour la satisfaction de leur « réclamation ».

Il s’agit de l’application de la loi portant sur le règlement de la prime d’ancienneté et de l’avancement ordinaire consacré par des textes législatifs et réglementaires au Burkina Faso. « Ces avantages sont consacrés par la convention collective interprofessionnelle de 1974, le code du travail et le décret présidentiel du 31 décembre 2010. Et toutes les sociétés au Burkina qui ont la prime d’ancienneté ont aussi l’avancement ordinaire. Et dire que ces primes ne sont pas cumulables, c’est un argument qui ne tient pas du tout » s’est indigné M. 

Souleymane So. Le syndicat a été reçu par le ministre en charge de l’économie numérique, Jean Koulidiaty (NDLR : dans la soirée du 22 janvier 2013). M. So a confié par la suite qu’une médiation sous l’égide de l’Autorité de régulation des communications électroniques (ARCEP) a été engagée entre les deux « protagonistes » pour une résolution rapide de la crise. Par ailleurs, M. So s’est dit satisfait de la mobilisation de tous les agents de l’ONATEL pour la défense de leurs intérêts moraux et matériels. A la direction générale de l’ONATEL, le secrétaire général du SYNATEL a demandé d’appliquer les textes en vigueur, pour le bien de tous les travailleurs.

Abdel Aziz NABALOUM (emirathe@yahoo.fr)

Sidwaya

Messages

  • BRAVO A SIDWAYA POUR SA PROMPTITUDE DANS LA COUVERTURE DE CET ÉVÈNEMENT. LA LOI EST CLAIRE ET ON NE PEUT PAS LA VIOLER ; VOULOIR FAIRE DES AFFAIRES AU BURKINA C’EST RESPECTER LES LOIS DU BURKINA. UNE INFORMATION ÉTONNANTE POUR L’OPINION : EN MÊME TEMPS QUE MORCHID (DG ONATEL) REFUSE D’APPLIQUER LES TEXTES SUR LA PRIME D’ANCIENNETE TOUS LES MAROCAINS DE L’ONATEL TOUCHENT LA PRIME D’ANCIENNETE ET DANS TOUTES LES FILIALES DE MAROC TELECOM LA PRIME D’ANCIENNETE EST PAYEE SAUF A L’ONATEL.

  • Du respect pour notre pays ! Appliquez les lois !

  • ET DIRE QU’AU NIVEAU DE LA SONAPOST ON SOUTIEN LE CONTRAIRE, ON ATTEND LE 7 FEVRIER

  • Le cahier de charge des operateurs dit à son article 2.3 que le titulaire de la licence doit respecter les lois et reglements en vigeur au Burkina- Faso. Si l’ONATEL ne veut pas respecter la loi, que l’ARCEP l’inflige une penalité ou retire la license à Maroc Telecom. C’est tout.

  • Chaque pays a les dirigeants qu’elle mérite !!!!! Vous croyez que qu’une société burkinabée peut aller s’installer au maroc et faire "sa loi" comme c’est le cas ici ? sous prétexte qu’elle donne à manger à des ressortissants du pays sachant qu’elle fait des bénéfices colossaux et rapatrient tous les sous dans le pays d’origine et trouvent encore des prétexte à payer les miettes à ceux qui participent à sa croissance !!! humm Yako c’est Dieu qui est fort !!!

  • C’est bien beau tout ce tapage médiatique. Pendant ce temps les droits des employé sont bafoués, il parait que les travailleurs de l’ONATEL-SA sont en Sitting depuis hier pour réclamer le paiement d’une décret pris par les autorités de notre pays.

  • et la Direction Générale du Travail fait quoi dans tout ça ?

  • Je pense que l’Etat Burkinabè doit prendre ses responsabilités ,il ne peut pas mettre tout ce temps à construire quelque chose que des soit disant acquéreurs avec en occurrence 51% vont détruire en 6 années de mauvaise gestion . Agir vite sinon nos ancêtres ne vont jamais nous pardonner ça

  • "Et toutes les sociétés au Burkina qui ont la prime d’ancienneté ont aussi l’avancement ordinaire. Et dire que ces primes ne sont pas cumulables, c’est un argument qui ne tient pas du tout "

    M.SO, comparaison n’est pas raison, il vaut mieux s’appuyer sur les statuts du personnel de l’ONATEL . que disent vos textes à ce sujet .
    1ere hypothèse : si l’avancement est conditionné à l’ONATEL, dans ce cas précis, les deux primes sont cumulables ;

    2ème : si l’avancement est systématique, alors la prime d’ancienneté et l’avancement ne sont pas cumulables, sauf mention express.
    En tout état de cause, il vous appartient de faire références aux textes applicables au sein de votre institution au lieu de vouloir faire des comparaisons.

  • Il semblerait que toutes les instances saisies par le DG lui-même ne lui ont pas été favorables et qu’à un moment donné,il cherchait à être reçu par le Président du Faso.Ceci explique peut-être son entêtement .Sinon comment comprendre qu’une loi appliquée dans les autres filiales de Maroc télécoms pose problème au Faso ici.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés