Croix –Rouge burkinabè : L’intervention militaire au Nord-Mali au scanner

vendredi 23 novembre 2012 à 00h22min

La Croix- Rouge burkinabè, en collaboration avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a organisé, le mercredi 14 novembre 2012 à Ouagadougou, un atelier de formation de ses membres des dix comités provinciaux frontaliers avec la République du Mali. Cette rencontre avait pour objectif d’outiller les participants des stratégies à adopter en cas d’une éventuelle intervention militaire de la CEDEAO au Nord-Mali.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Croix –Rouge burkinabè : L’intervention militaire au Nord-Mali au scanner

Les conséquences humanitaires de la résolution de la crise malienne par un conflit armé sont à craindre. C’est fort de ce constat que la Croix-Rouge burkinabè a initié, le mercredi 14 novembre 2012 à Ouagadougou, un atelier de formation au profit de ses membres des comités provinciaux frontaliers avec le Mali. Selon le directeur national de la Croix-Rouge burkinabè, Lazare Zoungrana, la formation a entre autres objectifs de mettre en place une stratégie de réponse à une éventuelle situation de conflit, de jeter les bases pour l’élaboration d’un plan de contingence adapté au contexte de chaque comité provincial, de mettre en place un mode opératoire de gestion d’une éventuelle crise humanitaire, de mettre en veille les équipes d’information frontalières.

« Avec les développements de la crise malienne, il était important d’accroîre les capacités des comités locaux frontaliers qui, sans nul doute, auront à coordonner l’action des volontaires et appuyer les équipes de la gestion pour des interventions rapides et de qualité de la Croix-Rouge », a expliqué M. Lazare Zoungrana. Le président de la Croix-Rouge de la province de l’Oudalan, Adama Maïga a, pour sa part, salué l’initiative de la Croix-Rouge burkinabè en vue d’apporter une réponse à un probable afflux des réfugiés maliens et le rétablissement des liens sociaux des personnes déplacés. C’est pourquoi, Adama Maïga a indiqué : « avec les 24 000 réfugiés que compte la province, et vu les enjeux d’une probable intervention militaire de la CEDEAO au Nord-Mali, il était nécessaire d’élaborer un plan de contingence, d’identifier un certain nombre de scenarii d’intervention et de préparer les équipes d’intervention d’urgence membres des comités locaux frontaliers et activer les équipes d’informations frontalières ».

A l’issue de ce conclave, le chef de la délégation du CICR à Abidjan (République de Côte d’Ivoire) a souhaité que des mesures soient prises pour que la société nationale de la Croix-Rouge burkinabè, acteur humanitaire principal au « pays des Hommes intègres », puisse jouer son rôle d’intervenant humanitaire et agir selon les principes de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. En rappel, le Burkina Faso partage plus de 1200 kilomètres de frontière avec la République du Mali, soit une dizaine de provinces frontalières. Ces provinces sont entre autres l’Oudalan, le Soum, le Yatenga, le Houet et la Léraba.

Abdel Aziz NABALOUM (emirathe@yahoo.fr)

Sidwaya

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés