Muraille Verte au Burkina : Barrer la route à la faim et à la pauvreté

mercredi 17 octobre 2012 à 01h52min

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, le Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG), en collaboration avec le gouvernement burkinabè et la FAO, organise du 16 au 18 octobre 2012 à Ouagadougou, un atelier régional sur le thème ‘’Société et grande Muraille Verte’’. L’objectif est de renforcer l’engagement de la société civile et mobiliser les opinions locales, nationales et internationales pour sa mise en œuvre en faveur du Sahel et du Sahara.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Muraille Verte au Burkina : Barrer la route à la faim et à la pauvreté

“Société civile et Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel : s’approprier l’initiative pour lutter contre la faim et la pauvreté’’. C’est ce thème qui réunit les organisations de neuf pays africains et de la France à 0uagadougou à travers un atelier régional organisé par le Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG). Cette rencontre se tient dans le cadre de la commémoration de la Journée mondiale de l’alimentation, célébrée cette année sur le thème :
‘’Les coopératives agricoles nourrissent le monde’’. Ce thème, selon le directeur général de la FAO, le Brésilien José Graziano Da Silva, explique combien les coopératives agricoles et les organisations de producteurs contribuent à assurer la sécurité alimentaire et à sortir les populations de la pauvreté.

Le ministre en charge de l’Agriculture, Laurent Sédogo, a souligné que lors de la tenue des Etats généraux de l’agriculture et de la sécurité alimentaire (EGASA) en novembre dernier, le gouvernement burkinabèè a inscrit le développement de l’Agriculture familiale comme un axe primordial de sa politique agricole. ’’Sa mise en œuvre s’appuie sur les organisations coopératives tout en intégrant des paquets technologiques qui améliorent la productivité à l’hectare, réduisent les besoins en terre agricole et contribuent à résorber les conflits entre agriculteurs et éleveurs’’, a soutenu le ministre Sédogo.

Par ailleurs, la désertification touche des millions de personnes vulnérables en Afrique où les deux tiers des terres sont arides. Ces fléaux ont un lourd impact sur la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des communautés locales vivant dans les zones arides d’Afrique. Le ministre Sédogo a indiqué qu’au Burkina Faso, la lutte pour la restauration des écosystèmes est une condition sine qua non pour asseoir les bases d’une agriculture viable en vue d’assurer la sécurité alimentaire. Dans le mécanisme de gestion de ces écosystèmes, il a noté qu’aucune réussite n’est possible sans l’implication de toutes les parties prenantes. Face à ces réalités socioéconomiques et politiques, les décideurs ont pris conscience qu’il était nécessaire d’adresser la question dans une vision commune et selon une approche solidaire, intégrée et fédératrice.

D’où la conception de la Grande Muraille Verte pour contribuer à la lutte contre l’avancée du désert et à la mise en valeur des zones saharo-sahéliennes pour une gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre la pauvreté.

La Muraille Verte, un projet continental porteur d’espoir

Le président du Conseil d’administration du SPONG, Yongo Nignan, a pour sa part noté que le suivi de l’initiative africaine Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS), en tant que programme continental porteur d’espoirs, est un chantier que le Réseau Sahel désertification (RéSad) a ouvert, dans la perspective de contribuer à la pleine participation des acteurs de la société civile. ‘’L’initiative Grande Muraille Verte se présente aujourd’hui comme un espoir pour les populations du Sahara et du Sahel, de Dakar à Djibouti. Elle devra être un instrument aux mains de la communauté africaine, tous corps confondus, (…) pour remettre aux générations futures, l’héritage de leurs aïeuls dont nous sommes dépositaires’’, a fait remarquer M. Nignan.

Il a affirmé que l’un des défis de l’IGMVSS est de contribuer à faire reculer l’insécurité alimentaire en faisant écho de ses objectifs qui vont en droite ligne avec ceux de la Journée mondiale de l’alimentation, célébrée le 16 octobre de chaque année.

Les principaux objectifs de la stratégie de la Grande Muraille Verte sont entre autres, améliorer l’état et la santé des écosystèmes, mobiliser les ressources nécessaires à sa mise en œuvre par la création de partenaires efficaces entre les parties prenantes nationales et internationales. Les résultats attendus de ce atelier se focalisent sur l’engagement et l’adhésion des Organisations de la société civile, l’élaboration d’une feuille de route de l’implication harmonisée et sur la contribution des Organisations de la société civile, l’adoption d’un document de vision stratégique commune et harmonisée des acteurs…

Afsétou SAWADOGO

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés