Réglementation des changes au Burkina Faso : L’interprétation des textes pose problème

lundi 1er octobre 2012 à 23h13min

La Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP), a organisé, le vendredi 28 septembre 2012 à Ouagadougou, une réunion de concertation des acteurs intervenant dans la mise en œuvre de la réglementation des échanges. La rencontre qui a regroupé plusieurs institutions a pour objectif d’uniformiser la lecture des textes relatifs au change.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Réglementation des changes au Burkina Faso : L’interprétation des textes pose problème

Les acteurs du secteur du change au Burkina Faso veulent désormais avoir une même lecture des textes qui réglementent leur activité. C’est en cela que la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP), en collaboration avec la direction nationale pour le Burkina de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et de la Direction générale des douanes (DGD) a initié le vendredi 28 septembre 2012, une rencontre de concertation.

L’objectif de la rencontre a été de créer des échanges constructifs sur les conditions d’une meilleure application des textes. Selon l’inspectrice générale du trésor, Hortense Ouédraogo, cette occasion va permettre aux participants d’échanger sur les questions majeures relatives entre autres, à la présentation des responsabilités, à l’examen des difficultés rencontrées par les structures participantes mais aussi à l’harmonisation de la lecture des dispositions du nouveau règlement par les acteurs. « Cet instrument juridique constitue le fondement de la nécessaire adéquation que nous devrions assurer entre les besoins de financement de nos économies et notre capacité de paiements extérieurs », a ajouté Hortense Ouédraogo. La directrice des affaires monétaires et financières de la DGTPCP, Aïssata Diallo, a indiqué que cette concertation est la suite des actions déjà entreprises pour que les acteurs aient la même compréhension des dispositions relatives au change. « C’est une réglementation qui a beaucoup d’instructions et le but c’est qu’on puisse assurer la survie de nos réserves de change pour mieux préserver l’économie de nos pays », a-t-elle précisé.

Hortense Ouédraogo a renchéri en soulignant que l’adéquation du document est un gage pour la santé de la monnaie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), mais aussi un moyen de raffermissement de la solidarité au sein des Etats membres. Elle a, par ailleurs, invité les différents acteurs notamment la DGTCP, la DGD, les banques primaires et les officiers de police judiciaire, de même que les bureaux de change et de transfert d’argent, à jouer leurs partitions pour le suivi et l’application du règlement.

Joseph HARO et Corine YANOGO
(stagiaire)

Sidwaya

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés