Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le confinement n’est pas une suprématie, c’est être responsable en agissant pour un lendemain meilleur» Sonia Lahsaini

ACTU VERT ! Il faut sauver le fleuve Niger

Accueil > Actualités > Environnement • • mardi 14 août 2012 à 00h35min

Depuis quelques années, le fleuve Niger ne finit pas de se rétrécir et cela au grand dam des pays comme le Mali, le Niger, le Burkina, le Tchad etc., qui en sont les principaux bénéficiaires. Le Niger est souvent la seule ressource en eau des populations pour leurs besoins quotidiens, mais aussi pour l’exercice d’activités économiques telles que la pêche, l’agriculture et l’élevage. Mais la survie du fleuve est menacée par le climat d’abord, et par la mauvaise utilisation de ses ressources. Ensuite, la baisse de la pluviométrie, l’ensablement, la pression démographique, les végétaux flottants, les déchets industriels et techniques de productions inadaptées mettent en péril l’existence de ce cours d’eau.

De plus, la navigation et la reproduction des poissons sont quasi impossibles en raison des faibles débits et des plantes aquatiques nuisibles qui colonisent ses eaux. Ces contraintes conjuguées à l’extrême pauvreté de ses riverains et des Etats font que seulement 20% des potentialités agricoles du bassin estimées à 2,5millions d’hectares sont exploitées, d’après l’Autorité du bassin du Niger (ABN). En effet, ce don de la nature couvre neuf pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigeria et Tchad). Il recouvre un potentiel hydroélectrique productible de 30 000 GWH, dont 6 185 GWH sont exploités par an ; 7,5 tonnes de poisson par km de cours d’eau et par an ; 3 800 km du cours principal navigable.

Avec ses 4 184 kilomètres de long et ses 2 millions de km2, le fleuve Niger, troisième du continent par la longueur (après le Nil et le Congo), rythme la vie de quelque cent millions d’Africains. Il constitue un couloir de productivité qui, durant des milliers d’années, a fourni aux populations des moyens de subsistance diversifiés et dynamiques, leur permettant de survivre même lors des pires sécheresses. Ce système hydrographique a également favorisé l’émergence de communautés biologiques remarquables. Le fleuve abrite 35 aires d’importance pour les oiseaux d’eau, 266 espèces de poissons d’eau douce dont 20 n’existent nulle part ailleurs.

Les lamantins ou vaches de mer sont encore présents le long du fleuve, de même que les hippopotames et les crocodiles. Ces données de l’Organisation mondiale de la protection de la nature WWF montrent toute l’importance d’un tel cours d’eau pour toute la sous-région. Pourtant, à moins d’inverser vite la tendance, la population vivant dans le bassin doublera d’ici à 2025 du fait de la forte croissance démographique de 3% par an. Or l’ABN, créée en 1980, est impuissante à relever ces défis et les actions isolées des Etats sont inefficaces pour sortir le fleuve de l’agonie. Il est vrai que récemment lors du sixième Forum mondial de l’eau en mars 2012, les quatre pays de l’ABN, le Niger, le Mali, le Burkina Faso et le Tchad, se sont engagés à gérer de manière transfrontalière le bassin du fleuve Niger, pour lutter contre son assèchement et sa pollution.

Mais l’argent étant le nerf de la guerre, ces initiatives restent souvent lettre morte car les bailleurs de fonds ne sont pas légion en la matière. Preuve qu’il appartient à la sous-région et peut-être à l’Afrique tout entière de trouver les solutions nécessaires afin de trouver une stratégie régionale d’exploitation durable du fleuve Niger et des ressources qui y sont associées. C’est à ce prix que cet écosystème unique pourra continuer à satisfaire les besoins en nourriture, eau, vêtements et matériaux de construction de la population grandissante de l’Afrique de l’Ouest, tout en conservant ses valeurs naturelles exceptionnelles.

Raphaël KAFANDO

Sidwaya

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Pollution de l’eau et l’environnement : « Il est clairement établi que les pesticides sont toxiques pour l’homme », député Alidou Sanfo
Burkina : L’actualité météorologique pour les périodes de juin-juillet-août et juillet-août-septembre 2020
CASEM du ministère de l’Eau : Les rapports annuels de performances des programmes budgétaires en examen
Déclassement de la forêt de Kua : Le Syndicat des travailleurs de l’environnement réclame la publication du rapport d’étude
Projet d’appui aux activités pastorales : Le ministre Sommanogo Koutou visite des infrastructures dans les Hauts-Bassins
Barrage de Guitti : Mortalité élevée de poissons
Assassinat d’un orpailleur à Tchériba : Lettre ouverte des ressortissants et habitants au gouverneur de la Boucle du Mouhoun
Brouillard à Ouagadougou : « La poussière vient avec du vent mais lorsque le vent se calme, la poussière est concentrée dans la zone » selon Alfred Dango de la Météo
Gestion durable des terres : L’Initiative grande muraille verte outille les journalistes
Programme d’investissement forestier : La patronne du Fonds d’investissement climatique satisfaite des résultats
Cadre sectoriel « Eau, hygiène et assainissement » : Le programme 2019 réalisé à 64,3%
Eau et assainissement : Des journalistes invités au suivi des engagements du secteur
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés